Le concept du forum se base directement sur le roman La Guerre des Clans d’Erin Hunter. LGDC Warriors dit « LW » a été fondé en 2007 par Étoile Noire, et il continue aujourd’hui de vivre grâce à ses infatigables membres toujours aussi déjantés ! Incarne un chat sauvage et rejoins l’un des quatre Clans de la forêt de Cerfblanc. À la recherche de nouvelles expériences ? Tu peux également intégrer la mystérieuse Horde dont l’ombre menaçante plane sur les Clans insouciants. Quel que soit ton choix, sois prêt à te battre pour ta tribu, chasse pour elle, rencontre les autres félins et marque de ta patte l’histoire des Clans ! LGDC Warriors est un forum RPG félins qui demande un minimum de 7 lignes par réponse. N’hésite pas à profiter également de la Chatbox et des différentes catégories hors-rp que propose le forum. Rejoins-nous vite, tu ne le regretteras pas !
LGDC Warriors
s'inscrirese connecter

Top Site
Votez toutes les 2 heures !
Nouvel évent sur LW
Suivez le fil d'actualité ICI.

[TEXTES] deux textes courts
Invité
Invité
Ven 4 Mar 2011 - 19:40
Une passion – L'écriture

C'est la plume qui couche ses doutes et franchie toutes ses inquiétudes. Elle écrivait, gribouillait et se faisait des illusions. Bien plus saisissante que l'intégralité de tes banals paroles. Bien plus douloureuse que ton visage meurtri, inexistant. Elle contempla son récit et pleura ce qu'elle n'avait jamais perdue, ce qu'elle n'avait jamais gagné. Sur la chaise blanche et inconfortable où elle aimait se prodiguer ses châtiments, elle s'arrêta d'écrire ; de trancher chaque syllabe. Et prit un lacet de cuir avec lequel elle s'auto-mutila les doigts, faisant saigner ses phalanges et couler le sang impur. Elle reprit son stylo et fit glisser son sang sur le papier, écrivant encore ce qu'elle avait à délivrer. Mêlant au cahier ses larmes amères, ses oreilles bourdonnant du lacet fendant l'air. Elle continua d'endormir sa douleur par l'écriture, arborant l'expression absorbée de ceux qui souffrent. Si je t'ai aimé un jour ce ne sera plus jamais, si tu ne m'aimes jamais, je me morfondrais pour toujours. La plume a toujours raison et c'est la seule qui peut assumer ce qu'elle lui révèle. Car elle lui écrivait tous les jours, et le pleurait toutes les nuits. T'aimera toute son existence et chérira à chaque instant ton souvenir. Toi qui n'eus daigné posé les yeux sur elle. L'écriture et la plume sont ses seuls refuges.

Elle était une rescapée comme je le suis encore ; et j'ai écris ce texte pour te rendre hommage belle plume, toi, l'écriture et ton réconfort.  

_____

amour

Je suis tombée. Follement amoureuse. J'ai échappé à la solitude pesante de ceux qui n'aime point. L'amour. C'est beau. Et il m'as ouvert les bras. M’accueillant avec chaleur. M'arrachant à l'indifférence. Seule ma volonté m'a rendue libre. Telle un oiseaux s'envole de la terre où il a été retenu. Se soustrayant au désintérêt des autres. A la nonchalance qu'on lui portait. Et comme cet oiseau bien vulnérable, je me suis éparpillée dans l’éther ; en millions de fragments constellés. Pour rejoindre celui qui faisait battre mon cœur. Et je suis partie pareillement à une nuée de poussière d’inconscience. Semblable à de la buée insouciante qui se pose sur une fenêtre. Mais ce n'est pas sur une fenêtre que j’atterris. Mais près de lui. Qui me laisse le pharynx obstrué. Je ne peux plus inspirer, et je suffoque. Mes poumons qui s'enflamment. C'est près de cette personne que je me pose. Sur ce garçon qui n’emprisonnera à jamais. Celui qui me sortira de la chimère.

Car je me suis éperdue de ses yeux et ses lèvres volubiles qui ne cessaient de me murmurer des mots doux. J'ai observé chacun de ses gestes, y laissant un peu de moi-même. Dans chacune de ses expressions ; j'ai abandonné toute vérité pour assouvir mon cœur irraisonné. Je suis partie de l'endroit misérable où mon cœur voilé par l'opacité de son usure inexistante. Et je me suis envolée de cette terre où règne la violence. Pour m’établir au Paradis, doux et éphémère.  Mai dans ce paradis devenu cauchemar je me suis condamnée. « L'oiseau à échapper à la terre. Maintenant il est prisonnier du ciel. » Comme cet oiseau je me suis laissé piégée. J'erre dans mon monde clair-obscur où plus rien n'a de goût. Où les couleurs de la vie n’atteignent plus mes pupilles. J'ai été enfermée. Par l'amour et séquestrée par ma naïveté. Finalement je n'ai été enlevée que par moi-même. Pour jouir enfin et me volatiliser de ce monde cruel. Mais le jeu n'en vaut pas la chandelle. Aujourd’hui je suis si nostalgique ; de ma vie d’avant sa connaissance. De savoir ce que je serai advenu si je ne l'avais pas rencontré. J'ai goûté à un fruit défendu et retrouver le jardin d’Éden, moi qui ne le pouvais pas, faible mortelle. Et me voilà prisonnière de mon écrin de glace. Je ne pourrai plus jamais connaître l'amour car mon cœur me tiraille ; je ne serais plus jamais apte à exister aussi simplement qu'avant. Ne plus jamais sourire en le voyant.

Telle l'oiseau piéger, je me suis faite capturer.
L'amour m'as appeler, innocemment je lui ai répondu.
Et mon être maintenant ne peux plus aimer, enfermé dans mon enclos sans rêve.
Mon cœur cloîtré, je suis obligée de rester dans un monde où la joie n'est qu'un vague souvenir.
Enfermé dans l'endroit que je voulais le plus découvrir.
avatar
Invité
Invité
Dim 17 Avr 2011 - 21:18
C'est tellement beau , ma p'tite Iris' ... =D
avatar
Invité
Invité
Dim 17 Avr 2011 - 21:22
Merci Luny (:
C'est deux textes pour Félin's Art, c'était des combat entre membres.
Le premier je l'ai perdu xDDD
avatar
Invité
Invité
Mar 12 Juil 2011 - 15:51
*O* *impressionée* c'est beau <3
avatar
Invité
Invité
Mar 12 Juil 2011 - 19:28
Thank's <3
avatar
Invité
Invité
Jeu 14 Juil 2011 - 18:54
<33
avatar
Invité
Invité
Jeu 14 Juil 2011 - 19:18
C'est magnifique <3
Ton deuxième texte m'a fait penser à une chanson de Goldman, ou un moment il dit "Frère qui un jour y gouta, jamais plus tu ne guériras" en parlant de l'amour (;
avatar
Invité
Invité
Jeu 14 Juil 2011 - 19:20
Merci : )
avatar
Contenu sponsorisé
[TEXTES] deux textes courts
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum

Sauter vers: