Le concept du forum se base directement sur le roman La Guerre des Clans d’Erin Hunter. LGDC Warriors dit « LW » a été fondé en 2007 par Étoile Noire, et il continue aujourd’hui de vivre grâce à ses infatigables membres toujours aussi déjantés ! Incarne un chat sauvage et rejoins l’un des quatre Clans de la forêt de Cerfblanc. Quel que soit ton choix, sois prêt à te battre pour ta tribu, chasse pour elle, rencontre les autres félins et marque de ta patte l’histoire des Clans ! LGDC Warriors est un forum RPG félins qui demande un minimum de 7 lignes par réponse. N’hésite pas à profiter également de la Chatbox et des différentes catégories hors-rp que propose le forum. Rejoins-nous vite, tu ne le regretteras pas !
LGDC Warriors
s'inscrirese connecter

Top Site
Votez toutes les 2 heures !
Nouvel évent sur LW
Suivez le fil d'actualité ICI.

Providence |feat: Samael
Journaliste CM ✿ Chef du Clan du VentVoir le profil de l'utilisateur
Dim 19 Aoû 2018 - 19:12
Providence
Baron Samedi feat. Samael
L
a cruauté de ce monde n’as pas de fin, la cruauté dont j’ai été la victime est infinis, la cruauté que je fais subir aux gens est illimité, je suis Baron Samedi, l’être né de la colère et de la haine, je suis la jonction entre la vie et la mort, je suis la jonction entre le bien et le mal. Je ne suis pas votre ami, je n’ai pas d’ami. Je suis un être intemporelle, les lunes passent, les personnes autour de moi meurt, de ma patte vengeresse, de mes griffes ensanglantés, je laisse une trace indélébile sur ce monde corrompus par le mal, tout en sachant que le plus grand mal autour de moi se trouve dans mon cœur. Mais, ce mal si délicieux, rien ne m’émeut plus que de savoir se mal se rependre en moi. Chaque lune qui passe, j’évolue, ma cruauté s’accroit ou diminue, le mal change de forme, comme je change de vie. Je suis Baron Samedi, je n’ai pas de famille, je suis l’épine dans le monde félin, je suis la brebis galeuse de ce monde. Tous ces adjectifs, toutes ces histoires sur moi ne me rendent que plus fier. Bientôt, Baron Samedi, mon propre nom ne sera plus seulement un nom, mais une histoire, un hommage, une légende, une légende pour effrayer les chatons, mais surtout une légende qui laissera une empreinte rouge vif sur la forêt de Cerfblanc, comme un pavée de sel sur une blessure. Je suis le sel de ce monde, partout où je passe, le mal augmente, les veuves augmentent, ma progéniture augmentent.  Partout où je passe, les chats meurt, les chatons cries, les reines m’implore. Je possède le plus puissant des pouvoir, celui de décider si oui ou non ils ont le droit de survivre, si oui ou non, ils sont dignes sous mon regard assassin de survivre. L’entailler infecté de ce monde qui ose juger.

Chaque journée se ressemblait pour moi, une vie d’errance et de douleur, mais une merveilleuse douleur, si agréable, violente. Et alors que ma vie monotone, pour la journée dénué de sang s’étalait et que je désespérait de trouver un jour une source de vie, mon odorat implacable m’hurla que quelqu’un était là, m’hurla que cette odeur, je la reconnaissais, qui ne reconnaissais pas l’odeur de sa chair, de son propre sang, de sa progéniture, je sentais tout cela, je sentais qu’il n’était pas loin, un de mes nombreux batard, môme illégitime, créer par une passion aussi brutal, puissante, embrasé que courte. Je le sentais progresser et alors qu’il arriva vers moi, un rire caverneux déchira ma gorge, j’étais sur le point de m’amuser à la folie, de m’amuser avec mon sang. Je déclarai :

« Viens donc me saluer ta chair, on n’oublie pas les liens du sang si facilement n’est-ce pas ? »

J’étais Baron Samedi, le démon, le cauchemar, mais surtout, Baron Samedi le prolifique.

kyro. creation 017 for kam'

_________________
Gros Poutou Baveux
KamiSphinx




Merci Skinou http://r28.imgfast.n
ton cadeau me remplis de joie
avatar
Date d’inscription : 05/02/2016
Messages : 979
Masculin
Puf : Adrien | Sphinx
Rang EÉF : Apprenti
Âge : 17
Félin Légendaire
Félin LégendaireVoir le profil de l'utilisateur
Lun 20 Aoû 2018 - 1:55

Providence. avec Samaël & Baron Samedi +La colère. Le péché le plus insupportable. Samaël en avait hérité. Suite à la disparition de sa chère et tendre compagne il était très triste, une tristesse qui avait prit possession complète de son corps, qui l'avait rendu faible. Une lune après ça, c'est la colère qui le prend. Sa fille ne cesse de traîner aux alentours de la Horde et il ne peut plus rien dire après leur dernière dispute. Cette haine qui l'habitude, il sait de qui il l'a tient. Son géniteur. Il a toujours dit qu'il n'avait pas de père, après tout, il ne l'a jamais connu, il ne l'a jamais vu, il connait son faciès par rapport aux descriptions de certaines personnes et ce que sa soeur lui a dit, il connait aussi son caractère assez... Démoniaque. Pour appeler son fils Samaël, il faut être un démon de base. C'est dans le sang d'être des crétins ? Le gris s'est soudainement demandé si son dernier fils, Petit Escargot, qu'il avait donné, était comme lui ? Avec un père comme Croc Noir, ça l'étonnerait. A cette pensée, un faible sourire s'afficha sur son visage... Mais, il disparu bien vite. Le solitaire ne vaut pas mieux que son "père", il a donné son fils comme un Bipède donnerait un chat à un autre. C'est ridicule. Croc Noir ne pourra jamais lui dire. Petit Escargot ignora donc toujours l'existence de son vrai géniteur ? Il eu un frisson de colère désagréable. Il s'en veut d'être aussi égoïste. Le sarcastique félin replongea rapidement dans la tristesse, la colère se dissipant avec le temps. Une envie atroce lui prenait. Une envie digne du matou le plus avare du monde ! Il voulait revoir sa progéniture. Maintenant qu'il avait perdu sa bien aimée et son premier fils, il s'en veut. Il a apprit que Croc Noir était parti à la ville pour habiter avec un autre chat et a prit le petit chaton avec lui. Avec un peu de chance Samaël se disait qu'il pouvait pister l'odeur de son vieil ami... ? Il chassa cette idée d'un mouvement de tête. Il n'a pas le droit de s'incruster dans sa vie maintenant... Mais, il peut au moins jeter un coup d'oeil... Non ?

L'envie fut bien trop forte pour qu'il lui résiste. Il informa sa fille qu'il partirait jusqu'au coucher du soleil voire un peu plus tard. Espoir ne sembla pas indigner et se contenta de répondre par un grognement fatigué. Il ricana. Elle lui ressemble de plus en plus en grandissant, caractériellement parlant, parce que physiquement elle est le portrait craché de sa mère. Sa voix se brisa légèrement quand il lança un "à ce soir". Et si Hope n'était pas là, ce soir ? Et si elle disparaissait, elle aussi ? Toutes ces pensées lui firent monter une nouvelle vague de colère qu'il calma en assassinant un lapin sur la route, il le grignota à peine et laissa le rester au creux d'un arbre, un vulgaire charognard s'en occupera. Il fit un détour par les frontières du Clan de l'Ombre. Sa colère se dissipa une nouvelle fois, cette fois de la nostalgie vint prendre possession de son être... Il souffla. N'arriva-t-il donc jamais à passer à autre chose ? Il a tout tenté. S'accoupler avec une femelle d'un autre clan, chercher sa tendre, se réconcilier avec sa fille, parler aux étoiles... Mais, rien ne semble fonctionner. Peut-être que si il voit son fils, cela changera ? Cette étoile à laquelle il s'accrochait aller bientôt finir par lui lâcher la patte. Lui même se trouvait ridicule... Si Âme Égarée me voyait comme ça, se moquait-il.

C'est après un périple pour éviter les patrouilles du Clan du Tonnerre qu'il put atteindre la ville des bipèdes. Dans un élan de courage qui lui était inconnu, il se mit à scruter les jardins. Quelques chats vinrent lui parler mais ils partirent très vite, effrayés par son odeur et son charisme. Il faut dire que la taille de Samaël est impressionnante, c'est un chat purement sauvage, il vient de la forêt. Ses cicatrices, son regard vide et cet air de tueur ne le rendent pas plus amical... Après une bonne heure, il finit par désespérer... Au loin, une silhouette, bien plus grosse, bien plus dangereuse... L'aura qui émane de ce chat est meurtrière... Il reconnaîtrait cette aura parmi n'importe lesquelles... Il a la même. Le regard livide, tous ses sens se mirent en éveils, il n'était plus Samaël solitaire mais Samaël Hordeux. Il avança lentement, avec prudence. Rapidement, l'autre senti son odeur. Cette voix rauque et caverneuse, ce sourire digne du diable en personne, cette arôme de sang... Il a l'impression de se voir lui et ça le rend complètement hystérique. Le même sourire fou se couture sur son visage alors que les mots prononcés par le mâle s'écoulaient dans ses tympans :

« Viens donc saluer ta chair, on n’oublie pas les liens du sang si facilement n’est-ce pas ? »

Il n'y avait aucun doute. Le tigré en était sûr. Si Samaël était un tigre, ce matou était un lion. Étrangement, aucune agressivité ne se fit réellement sentir, mis à part cette aura meurtrière. Le fils du diable avait l'habitude de parler à des tueurs et il en est un lui même. Ce félin ne lui fait aucunement peur. Il savait très bien qui il était.

« Je ne pensais pas que notre première rencontre se ferait ici... Baron Samedi. Tu vas bien ? »

Il ricana mais n'attendait pas de réponse, il continua :

« Tu m'as nommé Samaël. Tu ne dois pas t'en souvenir, je prends les devants. Je suis censé rencontrer mon fils ici, comme quoi j'ai fini par rencontrer mon père... L'ironie familiale... »

Il souffla. Il ne s'était pas remit de sa vague de tristesse. Il ne semblait avoir plus aucune émotion. Un vrai robot. Juste un tas de chair. Il pourrait tuer n'importe quoi. Est-ce-que c'est la présence de son père qui le rend si... Effroyable ?

Spoiler:
 
kyro. 017 ldd
avatar
Date d’inscription : 28/09/2016
Messages : 1237
Féminin
Puf : Soulou ou Hoko. HokoMachins (FramboiseBeurk) Hokorrible (Piccolo) Hokoko ou Hokomoche selon ces humeurs :3 (Griffe d'EpineS) Maître Biscuit (ou Pi Biscuit) pour Fuyu <3 HokoVache (Destiny D:) MachoHoko (Piaf Potter) mais appelez moi esclave, c'est ce que je suis réellement.
Âge : 14
Multi-comptes : Crépuscule (s ancien h) Samaël (s) Songe Idyllique (s) Nuage du Bambou (t) Petite Mouette (o) Petit Loup (o) Havre de Paix (o) Pythagore (s ancienne h)
Journaliste CM ✿ Chef du Clan du VentVoir le profil de l'utilisateur
Lun 20 Aoû 2018 - 11:52
Providence
Baron Samedi feat. Samael
L
e lien de parenté était évident, pourtant nul doute qu’il était plus grands que moi, pourtant, sur mon trône de béton, je vis bien qu’il n’avait pas la même vision, il me voyait plus grand que je ne l’étais vraiment. Mais, qu’on ne me fasse pas dire ce que je n’ai pas dit, je ne suis pas petit, était moi-même la chaire d’un autre. Et de quelle chaire suis-je issus ? De la chair de Soleil de Rê, un matou énorme par la taille. Je suis plus petit, mais je domine tout le monde par l’aura et la prestance… un monstre de charisme balancé dans ce monde. Je suis le diable, dévoré par les combats, je ne compte même plus le nombre de blessure, j’ai cessé de compter ces lignes rouges parcourant mon corps, je ne retiens que les visages vides de mes victimes.

Mon fils, ma chair me jaugeait, ma prunelle unique plongé dans ses yeux, j’essayais de lire en lui, j’essayais de voir son cœur, sa vie. Je ne distinguais qu’un égarement, un déboussolement. Etais-ce digne de mon sang de se tenir comme cela ? Etais-ce digne du sang venteux qui coulait dans mes veines et dans les siennes ? Il me fallait plus d’informations pour me faire une idée :

« Je ne pensais pas que notre première rencontre se ferait ici... Baron Samedi. Tu vas bien ? Tu m'as nommé Samaël. Tu ne dois pas t'en souvenir, je prends les devants. Je suis censé rencontrer mon fils ici, comme quoi j'ai fini par rencontrer mon père... L'ironie familiale... »

Un parfait rictus s’étalait sur ma face ravagé, je saute hors de mon trône et me rapproche de ce fils, ma chair, je suis plus longiforme, plus famélique, mais chacun de mes muscles joues sous cette peau déchiré. Je fais le tour de mon sang, tournant le visage dans tous les sens pour essayer d’apercevoir chaque détail de ce corps, née de mon sang. Puis, m’asseyant à distance, bailla à m’en décrocher la mâchoire, puis de ma voix si rauques et railleuse, je répondis :

« Samaël ? Ça m’dit vaguement quelque chose. T’sais, j’ai tellement étalé mon sang sur cette terre que je ne me souviens plus de chacune des gouttes que j’ai laissé. Mais, tu es de mon sang, tu es ma chair, tu portes mon odeur, mon sang et de ce que je comprends, tu étends aussi mon sang. Ma chair, le sang appelle le sang, il était écrit que nous nous rencontrions, il était écrit que tu me retrouverais. Tu es mon sang et tu sembles suivre un chemin couronné de gloire. Si tu ne faisais pas honneur au sang qui coule dans tes veines, la mort serait la meilleure chose à faire. Mais, il semble que tout se passe bien. »

Je fis une pause me léchant la peau déchiré du poitrail, puis reprenant avec un sourire mauvais :

« Pour moi, un père devrait laisser ces enfants vivre leur vie et seulement se nourrir de leur exploits, comme je le fait pour mon propre sang. Cheffe du clan du Vent, Solitaire puissant et caetera. Je pense que trop couver ses enfants ne créer que de la faiblesse, des êtres faibles. N’oublie jamais, que si tes enfants en suivent pas la voie de la mort ou de la gloire, si je croise un jour leur chemin et me rends compte que la chair de ma chair est décevante et indigne de portée mon sang, je retirerai chaque goutte de sang de leur misérable carcasse. Si c’est le cas, pries pour que jamais je n’entrevois la parenté. »

Je me laisse aller à un rire profond, puis reprenant mon souffle, repris ma tirade :

« Le sang dans nos veines nous obliges à plusieurs chose. C’est le sang des puissants qui coule en toi. N’oublie jamais que tu ne devras jamais devenir un faible, sinon, je serais sans doute le premier au courant et le premier à venir te faucher. Ma chair, raconte-moi qui es-tu. Raconte-moi ta vie et embrasse la douleur que tu as dû ressentir. »


Il était mon sang, mon sang ne déçoit pas...

kyro. creation 017 for kam'

_________________
Gros Poutou Baveux
KamiSphinx




Merci Skinou http://r28.imgfast.n
ton cadeau me remplis de joie
avatar
Date d’inscription : 05/02/2016
Messages : 979
Masculin
Puf : Adrien | Sphinx
Rang EÉF : Apprenti
Âge : 17
Félin Légendaire
Félin LégendaireVoir le profil de l'utilisateur
Lun 20 Aoû 2018 - 20:44

Providence. avec Samaël & Baron Samedi +Il était sur le point d'ignorer ce mâle, passer à côté, partir voir son fils et retrouver sa chère et tendre... Mais, le feu qui brûlait avec ardeur au creux de sa poitrine le poussait à rester face au félin qui l'avait abandonné. Face à l'abomination qu'est son père. Il espérait qu'un jour cette tempête qui fait rage dans ses yeux, cette tornade qui broie tout sur son passage, finisse par s'en aller, par se volatiliser. Car cette catastrophe construite par ses propres sentiments destructeurs reste, alors qu'elle ne devrait plus être là depuis bien longtemps. Elle a refait surface comme le reflet des écailles d'un poisson à la surface de l'eau, d'une manière hasardeuse et vive. Le long sourire qui se dessina sur la face déchirée de Baron Samedi suffit à convaincre Samaël de rester. Il se voit en lui. Il a l'impression de voir son propre reflet. Et, il ne sait pas si il doit en rire ou en pleurer. Au final, plus le géniteur s'approchait de son fils, plus ce dernier constatait qu'il n'était pas si grand et que sa carrure à lui était bien plus imposante... Il se sentait dominant un instant. Un court instant. Baron Samedi venait tourner autour de son fils, comme pour le juger, avec appréhension et méfiance, le gris le suivait du regard... Le félin aux chaussettes blanches semblait ne montrer aucune agressivité. Il voulait sûrement le tester. Cette provocation suffit au tigré à soulever ses babines. Revenant en tête à tête, l'énorme mâchoire du vieux sembla se décrocher pendant un instant, pour cause, il bailla, presque en surjouant. Sa voix caverneuse et particulièrement agaçante à écouter pour le jeune à la recherche de son fils, se fit entendre :

« Samaël ? Ça m’dit vaguement quelque chose. T’sais, j’ai tellement étalé mon sang sur cette terre que je ne me souviens plus de chacune des gouttes que j’ai laissé. Mais, tu es de mon sang, tu es ma chair, tu portes mon odeur, mon sang et de ce que je comprends, tu étends aussi mon sang. Ma chair, le sang appelle le sang, il était écrit que nous nous rencontrions, il était écrit que tu me retrouverais. Tu es mon sang et tu sembles suivre un chemin couronné de gloire. Si tu ne faisais pas honneur au sang qui coule dans tes veines, la mort serait la meilleure chose à faire. Mais, il semble que tout se passe bien. »

Se léchant le poitrail, il en profita pour faire une pause dans sa tirade ridicule. Samaël fronça le museau, il ne faisait pas qu'étaler son sang, il étalait son amour avant tout. Mais, il ne pouvait pas se permettre de rétorquer ça, il se prendrait sûrement un coup de crocs historique. Le jeune s'était assis, enroulant sa queue tigrée autour de ses grandes pattes, les griffes plantées dans le sol, prêt à agir. Il ne faisait aucun mouvement, comme un piquet il restait stoïque face à l'aura menaçante du bicolore. Dans une lenteur presque énervante, il reprit :

« Pour moi, un père devrait laisser ces enfants vivre leur vie et seulement se nourrir de leur exploits, comme je le fait pour mon propre sang. Cheffe du clan du Vent, Solitaire puissant et caetera. Je pense que trop couver ses enfants ne créer que de la faiblesse, des êtres faibles. N’oublie jamais, que si tes enfants en suivent pas la voie de la mort ou de la gloire, si je croise un jour leur chemin et me rends compte que la chair de ma chair est décevante et indigne de portée mon sang, je retirerai chaque goutte de sang de leur misérable carcasse. Si c’est le cas, pries pour que jamais je n’entrevois la parenté. »

Un sourire moqueur se coutura sur le visage du Solitaire. Au fond, il n'a pas tord. Les faibles n'ont rien à faire dans une forêt aussi dangereuse. Si il avait choisi Petit Escargot c'est parce qu'il était le plus maigre et le plus petit de la portée, Croc Noir a dû le rendre... Lui ? Rien que de penser à cet énergumène, un petit rire lui échappa au travers de sa gueule. Non, tout le monde aurait pu penser que l'oméga était faible et pourtant il avait libéré Samaël de la torture de Phoenix et Ragnarök, comme quoi. Le rire qui s'arracha de la gorge de l'indigne face à lui le fit frissonner, il avait envie de gerber tellement cet être le dégoûtait dans tous ces gestes... Mais, à la fois, ça l'impressionnait et il était admiratif... Tous ces souvenirs de la Horde lui revenaient à cause de lui.

« Le sang dans nos veines nous obliges à plusieurs chose. C’est le sang des puissants qui coule en toi. N’oublie jamais que tu ne devras jamais devenir un faible, sinon, je serais sans doute le premier au courant et le premier à venir te faucher. Ma chair, raconte-moi qui es-tu. Raconte-moi ta vie et embrasse la douleur que tu as dû ressentir. »

Ce qu'il a vécu ? Une vie pleine de souffrance, de haine, de désespérance... Mais, pas prête à en finir, parce qu'à chaque fois que la mort pointait le bout de son museau, il l'évitait, à croire qu'il était forcé à vivre cette vie d'enfer. Même si il tentait d'y mettre fin lui même, il est presque sûr qu'il n'y arriverait pas à cause de Mère-Nature ! Comme la fois où il a fuit la Horde, ou bien avant même, ou quand il s'est fait attrapé par Gloire de l'Ipomée, ou la torture de Phoenix et Ragnarök ou même plus récemment la noyade qu'il a évité grâce à une de ces concubines. Ou maintenant... Qu'est-ce-qui l'empêche de mourir de chagrin ?

« Ma vie ? Rien de spécial. J'ai été abandonné par un crétin de père et une ignorante mère, j'ai vécu à la Horde, j'ai eu ma première compagne mais elle voulait aller avec un autre, alors je l'ai tué. Phoenix m'a alors banni et haïs parce que j'étais le seul à lui tenir tête. J'ai rencontré une splendide femelle aussi belle que les étoiles... » Sa voix se brisa légèrement à l'évocation de sa tendre. « Une guerrière du Clan de l'Ombre, j'ai dû presque me battre contre sa Lieutenante pour l'emmener. Mais, quand elle a été faire ces adieux, j'ai été attaqué par Phoenix et sa troupe dont Ragnarök, ils m'ont torturés mais un ami à moi m'a aidé avant que je me fasse exécuter. Puis... » Un doux sourire vint s'installer à la commissure de ses lèvres. « Puis, Âme Égarée, ma compagne, a donné naissance à trois chatons, une fille et deux garçons, j'ai donné le plus chétif des deux garçons à l'ami qui m'a sauvé, pour payer ma dette. Suite à ça, ma compagne à disparue avec mon unique fils. J'ai été soulagé mes maux chez une autre mais ça ne suffit pas... Ma fille m'en veut énormément, elle me ressemble bien trop sur certains points. Mais, même si elle peut être énervante, je tuerai quiconque lui fera du mal. »

Cette dernière phrase était un avertissement. Qui sait ce que Baron Samedi serait capable de faire au dernier espoir qui lui reste... Relevant la tête il fit un sourire sarcastique et enchaîna :

« Je me plains pas, j'suis pas encore crevé, ça va. Il faut que je tue Ragnarök de mes propres pattes pour être satisfait... Phoenix s'est fait buter cet imbécile... M'enfin bref. Et toi, cher père, qu'as-tu fais de ta vie à part abandonner chacun de tes gosses et traîner autour des Deux-Pattes ? »

Lui adressant un regard rancunier, il souffla. Il était sûrement à force égale face à lui. Où est passé le Samaël sarcastique et égocentrique ? Il ne lui reste plus que son côté sûr de lui... Le reste a disparu, envolé...
kyro. 017 ldd
avatar
Date d’inscription : 28/09/2016
Messages : 1237
Féminin
Puf : Soulou ou Hoko. HokoMachins (FramboiseBeurk) Hokorrible (Piccolo) Hokoko ou Hokomoche selon ces humeurs :3 (Griffe d'EpineS) Maître Biscuit (ou Pi Biscuit) pour Fuyu <3 HokoVache (Destiny D:) MachoHoko (Piaf Potter) mais appelez moi esclave, c'est ce que je suis réellement.
Âge : 14
Multi-comptes : Crépuscule (s ancien h) Samaël (s) Songe Idyllique (s) Nuage du Bambou (t) Petite Mouette (o) Petit Loup (o) Havre de Paix (o) Pythagore (s ancienne h)
Journaliste CM ✿ Chef du Clan du VentVoir le profil de l'utilisateur
Mar 21 Aoû 2018 - 10:29
Providence
Baron Samedi feat. Samael
M
a question avait semblé anodine, mais je voulais voir ce que mon sang avait dans les tripes, s’il avait la force que je croyais discerner au fond de lui. Il portait mon sang, le sang des puissants dans ses veines, ainsi, je voulais voir ce que le gamin avait en lui. Je ne lançais jamais de menace en l’air et les menaces que j’avais proférées contre la chair de ma chair étaient vraies, mais surtout j’avais envie de faire tiquer Samael, pour voir s’il n’était pas étouffer par mon aura, ou alors par le fait que j’ai engrossé sa mère. Je n’avais pas besoin de lèche-cul, j’avais besoin d’avoir des connaissances fortes. Et, je me délectai de la réponse du solitaire :

« Ma vie ? Rien de spécial. J'ai été abandonné par un crétin de père (Je tiquai avec un grand sourire, que le gamin me lance une pique était très bon signe) et une ignorante mère, j'ai vécu à la Horde, j'ai eu ma première compagne mais elle voulait aller avec un autre, alors je l'ai tué. Phoenix m'a alors banni et haïs parce que j'étais le seul à lui tenir tête. J'ai rencontré une splendide femelle aussi belle que les étoiles... Une guerrière du Clan de l'Ombre, j'ai dû presque me battre contre sa Lieutenante pour l'emmener. Mais, quand elle a été faire ces adieux, j'ai été attaqué par Phoenix et sa troupe dont Ragnarök, ils m'ont torturés mais un ami à moi m'a aidé avant que je me fasse exécuter. Puis... Puis, Âme Égarée, ma compagne, a donné naissance à trois chatons, une fille et deux garçons, j'ai donné le plus chétif des deux garçons à l'ami qui m'a sauvé, pour payer ma dette. Suite à ça, ma compagne à disparue avec mon unique fils. J'ai été soulagé mes maux chez une autre mais ça ne suffit pas... Ma fille m'en veut énormément, elle me ressemble bien trop sur certains points. Mais, même si elle peut être énervante, je tuerai quiconque lui fera du mal. »

Tout ce que j’entendais était fabuleux, une vie de douleur, une vie de perte, j’entrevoyais presque là la destinée que moi j’avais eu, le môme en avait dans le pantalon tout de même, pour oser me menacer, moi, son propre père. J’avais désormais envie de rencontrer sa fille, le sang de mon sang. J’avais envie de la voir et peut être de lui faire du mal, pour que son père se rebelle et devienne encore plus comme moi. Puis, alors que je me délectais de cette vie de souffrance, mon fils releva la truffe et me retourna la question :

« Je me plains pas, j'suis pas encore crevé, ça va. Il faut que je tue Ragnarök de mes propres pattes pour être satisfait... Phoenix s'est fait buter cet imbécile... M'enfin bref. Et toi, cher père, qu'as-tu fais de ta vie à part abandonner chacun de tes gosses et traîner autour des Deux-Pattes ? »

Je levai un sourcil intrigué, puis toujours avec une lueur moqueuse dans l’œil, je regarda intensément mon fils durant quelque seconde avant d’enfin prendre la parole, ne sachant pas trop quelle tonalité allait transparaître dans ma voix, sans savoir si « l’émotion », les « sentiments », disparu il y a si longtemps de mon cœur allait revenir :

« Je suis né dans le clan du Vent, j’y ai passé une vie calme, je suis devenu père, sans jamais connaître ma fille, car je m’étais fait kidnapper par des bipèdes et on m’a forcé devoir combattre mes semblables. Combien de temps cela à durer ? Plus de quarante lunes, c’était tuer ou être tuer. Je remercie aujourd’hui la vieille carne qui me sert de père pour m’avoir offert une éducation aussi brutale que guerrière. Il suffisait que je me fasse des amis pour que ceux-ci périssent de mes griffes, il suffisait que je devienne père pour qu’on me fasse combattre mon propre sang, il suffisait que j’aime pour qu’un jour on me fasse combattre contre mon amour. Si je ne battais pas, il me faisait d’horribles maux. Il me suffisait de m’enfuir pour qu’on me retrouve toujours, mais cela prenait souvent un peu de temps entre un quart de lune et une lune entière pour me retrouver, en un quart de lune, j’avais eu le temps de vivre plusieurs passions. Combien de fois je suis parti ? Une vingtaine tout au plus. Chaque fois que je m’enfuyais, on me faisait plus de mal. La majorité des cicatrices que je porte ont été causé plus par des bipèdes que part des chats. »

Je fis une pause, ma voix avait été neutre, avec seulement une intense mélancolie, ça avait été les pires moments de ma vie, pourtant, c’était grâce à ces moments horribles que j’étais devenu ce que j’étais aujourd’hui. Je ne regrettais pas ces lunes, elle m’avait forgé, mais aussi détruite. Je repris toujours avec mélancolie :

« Lorsque enfin, je réussie à m’enfuir sans qu’on me retrouve, je n’étais plus le même, la vie n’avait plus la même saveur que jadis, je ne vivrais plus qu’au son des miaulements, qu’a la douleur des griffes dans la chair, qu’au gout du sang sur ma langue, qu’a l’odeur de la peur sur mes adversaires. J’ai essayé de me détourner de ce chemin de douleur, j’ai cherché quelqu’un avec qui terminé ma vie, mais je ne pouvais plus ressentir l’amour, je ne ressentais qu’une puissante et violente passion qui se terminait irrémédiablement rapidement.  Je l’avais déjà compris quand je m’étais enfui, mais je n’avais pas réussis à l’accepter. Si tu veux tout savoir, j’ai cherché à noyer ma douleur et mon chagrin avec un telle nombre de femelle que j’en ai oublié la plupart le nom ou même l’existence que je ne vais pas te le cacher, je ne sais pas qui est ta mère. Je ne suis pas un exemple de vertu, je le sais, je ne le nie pas, je l’accepte.  Je sais que je me suis éloigné de la voie des félins pour arpenter le sentier de la mort et du chaos, car seul se chemin me fait frissonner de plaisir, me donner véritablement l’impression de vivre, me donne l’impression que mon âme et a vie sont resté là-bas, dans le sang de mon amour pour mes enfants mort de mes griffes et mes compagnes, mort de mes griffes aussi. »

Je ne souriais pas, pour une fois, raconter la vérité faisait plutôt du bien. Il y avait eu une dose de tristesse, mais toujours caché derrière une voix railleuse. Je ne ressentais plus de bon sentiment, le mal me rongeait et j’aimais ça. Je me demandais du coup, qui de nous deux avait eu la pire vie, n’est-ce pas Samael ? As-tu perdu le quart de ce que j’ai perdu ? J’en doute, tu n’es encore qu’un gamin… Et moi, je suis Samedi, je suis mort une fois et j’ai naquis, différent…

kyro. creation 017 for kam'

_________________
Gros Poutou Baveux
KamiSphinx




Merci Skinou http://r28.imgfast.n
ton cadeau me remplis de joie
avatar
Date d’inscription : 05/02/2016
Messages : 979
Masculin
Puf : Adrien | Sphinx
Rang EÉF : Apprenti
Âge : 17
Félin Légendaire
Félin LégendaireVoir le profil de l'utilisateur
Dim 9 Sep 2018 - 17:14

Providence. avec Samaël & Baron Samedi+


Le Prince tyrannique qu'était Samaël se comparait plutôt à une simple et pathétique rose, bien qu'étant une fleur d'une incomparable beauté, les épines qui parcouraient son corps étaient bien trop nombreuses pour s'approcher de lui. Et, il semblerait même que son coeur était couvert de ce drap d'aiguilles, sauf que celles-ci se plantaient avec rage dans son organe vital. Il se sentait mourir, chaque secondes semblaient être un supplice. Tout cela suffisait. Il en avait assez. Le matou en avait marre d'être faible. Il voulait assurer la sécurité de sa fille, vivre, trouver son dernier fils et redevenir puissant. Il ne pouvait pas être un fardeau. Il n'en avait pas le droit. Alors que son père déblatérait sur sa vie, la teinte de ses yeux verts revint, ils devinrent profonds, comme autrefois. Et les épines qui assaillaient son coeur s'arrachèrent d'un coup. Le tigré venait de prendre la pire décision de toute sa vie. Samaël, solitaire indépendant au caractère bien trempé a prit la décision cruciale : Il ne céderait pas, il allait prouver qu'il était bien un Bêta. Qu'il était digne de la Horde. Toute cette assurance sembla l'illuminer. Mais, cette lumière était taciturne et cela annonçait un bien triste futur pour lui et son entourage. Le crétin qu'il était ne se rendait pas compte qu'il était en train de se tuer, il facilitait la tâche à tout ceux qui le détestait. Il était en train d'organisé sa mort. Une mort des plus sombres.

Son regard se fit plus dur, plus charismatique et il sembla même avoir doublé de taille. Au diable ma tristesse, se disait-il. Personne ne vient à bout de Samaël, car le seul qui puisse le battre c'est le même ! Et en effet, il allait se tuer tout seul car personne n'arrivait à mettre fin à sa vie. De nombreuses fois il s'était amusé avec la mort et de nombreuses fois il l'avait déjoué. Cette fois-ci, c'est comme s'il avait tendu lui même sa patte à l'ange morbide. Il avait vendu son âme au diable, il avait brûlé son passé, il avait conservé son amour familial et avait fait renaître en lui le Bêta qu'il avait toujours refusé d'être. A présent, il était bien trop faible pour résister à cette envie égoïste. Le matou ne se doutait pas à quel point il allait faire souffrir tout le monde avec cette décision. Il ne se doutait pas que la seule flamme d'espoir qui lui reste allait le brûler. L'égocentrique solitaire se leva brusquement à la fin de la tirade satanique de son sois-disant père. Cette famille est immortelle, elle perdura dans Cerf-Blanc encore bien des années, peu importe que Baron Samedi ou Samaël meurt, l'important c'est que les progénitures continus de vivre.

Il se sentait bloqué entre l'envie de vivre jusqu'à être grand-père et l'envie d'en finir une bonne fois pour toute pour libéré tout le monde de son existence. Il n'aurait jamais dû venir au monde. Mais, trop tard, il est là et il a décidé de faire de sa vie un ramassé de conneries, jusqu'à la fin. Jusqu'à la fin il ne sera qu'un idiot incapable. Jusqu'à la fin il prendra les mauvaises décisions. Jusqu'à la fin il aimera ses proches. Jusqu'à la fin il aura la vision d'Âme Égarée. C'est ça qui le maintient en vie. Mais, que se passerait-il s'il venait à effacer cette image de son cerveau ? Que se passerait-il si, quand il ferme les yeux, il ne ressente plus son doux regard et qu'il n'entende plus son majestueux "je t'aime" qu'elle lui avait jadis chuchoté à l'oreille ? Un désastre sûrement. Samaël tomberait de haut à ce moment. Mais, pour l'instant ce n'est certainement pas le cas. Même s'il vient de signer involontairement son contrat vers la mort, il souriait. Encore et toujours ce foutu sourire qu'il tentait tant bien que mal d'afficher. Le Prince gouvernait encore. Et encore longtemps. Car, il arrivera toujours à déjouer la mort, toujours.

« Baron Samedi, j'ai affaire. Je vais devoir te laisser... Merci pour cette belle histoire, il faut croire que la souffrance et la haine c'est familial. C'est nos péchés, la luxure et la colère... » Passant à côté de lui, il s'arrête. Fixant l'horizon il déclara sans même regardé son géniteur. « Si j'ai besoin de toi, je te retrouverai. D'ici là, attend moi et crève pas le vieux. Je saurai être un bon négociateur, t'en fais pas. »

Après avoir déclaré ces paroles aussi insensées que celles de son père, il partit, retournant à la Grange, la tête haute.
Samaël ne se doutait pas de ce qu'il allait vivre...
Quelques lunes plus tard, la Horde tomba sous l'assaut des Clans... Inconsciemment, le tigré avait su à ce moment qu'il allait recontacté Baron Samedi, il avait besoin de lui. Il avait besoin d'un père comme lui. Était-ce du masochisme ? Personne ne saura probablement jamais. Mais, peu importe ce qu'il faisait, il se faisait souffrir, autant aller jusqu'au bout, non... ?
Le voilà, observant du haut d'une colline le vaste territoire de la Horde. L'ancien territoire. Un sourire s'afficha sur son visage alors qu'il murmura :

« Âme Égarée, je t'aime... Baron Samedi, j'arrive, alors attend moi encore un peu. »

Spoiler:
 
kyro. 017 ldd
avatar
Date d’inscription : 28/09/2016
Messages : 1237
Féminin
Puf : Soulou ou Hoko. HokoMachins (FramboiseBeurk) Hokorrible (Piccolo) Hokoko ou Hokomoche selon ces humeurs :3 (Griffe d'EpineS) Maître Biscuit (ou Pi Biscuit) pour Fuyu <3 HokoVache (Destiny D:) MachoHoko (Piaf Potter) mais appelez moi esclave, c'est ce que je suis réellement.
Âge : 14
Multi-comptes : Crépuscule (s ancien h) Samaël (s) Songe Idyllique (s) Nuage du Bambou (t) Petite Mouette (o) Petit Loup (o) Havre de Paix (o) Pythagore (s ancienne h)
Journaliste CM ✿ Chef du Clan du VentVoir le profil de l'utilisateur
Mer 19 Sep 2018 - 19:00
¨Providence
Baron Samedi feat. Samael
A
u dire du monde, j’étais un monstre, sans cœur, sans sentiment, si Samael était le prince tyrannique de Cerfblanc, alors j’étais l’empereur des enfers. Mes sentiments, si peu nombreux, si inavouable, je les cachais, si bien que je doutais encore d’en avoir. Je ne ressentais que le chaos, la mort, le deuil. Ces émotions, qui transfigurait mon être, c’était mon naturel, mon état de base, pourtant, dans le muscle putride qui battaient à râle mourir au fond de ma poitrine, étreint par la douleur, une fleur naissait, une fleur à la saveur incomparable. Compassion ? Non ! Amour ? Non plus ! Espoir ? Peut-être… Respect ? Bien entendu. Amour encore ? Oui, pouvais-je ressentir cet amour, l’amour d’un père à son fils ? Je l’ignorais, le serpent tentateur qui sifflait à mes oreilles me disais que oui… Les sentiments, les émotions, si longtemps caché dans mon cœur ressurgissait, pouvais-je de nouveau me sentir comme quelqu’un de pareil aux autres ? Le prix du sang n’était ’il pas assez grand, j’avais trahis, tuer, massacrer, par complaisance de ma force, pour me prouver et prouver au monde entier que je suis supérieur.

« Baron Samedi, j'ai affaire. Je vais devoir te laisser... Merci pour cette belle histoire, il faut croire que la souffrance et la haine c'est familial. C'est nos péchés, la luxure et la colère...  Si j'ai besoin de toi, je te retrouverai. D'ici là, attend moi et crève pas le vieux. Je saurai être un bon négociateur, t'en fais pas. »

Dans un monde dévasté par la haine, la colère, dans un monde ou plus rien ne m’amuse, ou plus rien ne me fais ressentir le frisson d’adrénaline. J’ai un but, même si celui-ci ne me sert que peu de temps, au moins pour instant, alors que mon sang part sans un regard, je sais que je vais pouvoir m’amuser si je reste avec Samael, ainsi, mon choix, en voyant mon fils partir, ce fus de mettre la forêt à feu et à sang, avec lui, dans une guerre ensanglanté, je serai le conseiller de Samael, bientôt, la mort envahira la forêt, ce jour-là, lorsque le sang et la mort seront dans nos cœur à tous, je pourrais trouver un nouveau futur, une nouvelle quête, de nouveaux mort, de nouveaux objectif.

Je suis Baron Samedi, je suis considéré comme un monstre, je suis intéressé par ce qui fait de moi un monstre, j’aime ce qui fait de moi un monstre, bientôt, je ne serai plus le seul monstre, je ne serais plus un cas isolé, je serais accompagné de cavalier de l’apocalypse, qui amèneront avec eux, colère, haine, jalousie et tristesse. Telle est ma vie, telle est ma vision, les fort survivront, les faibles crèveront, c’est simple, c’est Samedi.

kyro. creation 017 for kam'

_________________
Gros Poutou Baveux
KamiSphinx




Merci Skinou http://r28.imgfast.n
ton cadeau me remplis de joie
avatar
Date d’inscription : 05/02/2016
Messages : 979
Masculin
Puf : Adrien | Sphinx
Rang EÉF : Apprenti
Âge : 17
Contenu sponsorisé
Providence |feat: Samael
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum

Sauter vers: