Le concept du forum se base directement sur le roman La Guerre des Clans d’Erin Hunter. LGDC Warriors dit « LW » a été fondé en 2007 par Étoile Noire, et il continue aujourd’hui de vivre grâce à ses infatigables membres toujours aussi déjantés ! Incarne un chat sauvage et rejoins l’un des quatre Clans de la forêt de Cerfblanc. À la recherche de nouvelles expériences ? Tu peux également intégrer la mystérieuse Horde dont l’ombre menaçante plane sur les Clans insouciants. Quel que soit ton choix, sois prêt à te battre pour ta tribu, chasse pour elle, rencontre les autres félins et marque de ta patte l’histoire des Clans ! LGDC Warriors est un forum RPG félins qui demande un minimum de 7 lignes par réponse. N’hésite pas à profiter également de la Chatbox et des différentes catégories hors-rp que propose le forum. Rejoins-nous vite, tu ne le regretteras pas !
LGDC Warriors
s'inscrirese connecter

Top Site
Votez toutes les 2 heures !
Nouvel évent sur LW
Suivez le fil d'actualité ICI.

she found the colors to paint him where the world left him gray. (pv : greyotte)
Félin Célèbre
Félin CélèbreVoir le profil de l'utilisateur
Ven 16 Mar 2018 - 22:41


Cela faisait déjà un moment que le soleil s'était levé sur la forêt des Clans. L'air était doux, la saison des Neiges s'estompait petit à petit, les rayons du soleil éclairaient la grand place du camp du Clan de l'Ombre et le jour commençait à s'allonger doucement. La saison des Feuilles Vertes était la saison que Nuage du Raton Laveur appréciait fortement pour son temps ensoleillé, ses coccinelles et ses papillons qui voltigent par-ci par-là.

Couché sur le ventre dans un coin de la grande place, pas loin de l'antre des novices, le Raton profitait de la chaleur que le soleil projetait sur son visage gris. Il gardait les yeux fermés, respirait paisiblement l'air.
Les paupières closes, il se laissa rouler de côté pour s'allonger sur le dos. C'est là qu'on pouvait apercevoir le ventre blanc de Raton. Le jeunôt s'étira tout le long de son corps en ouvrant les yeux. En face de lui se tenait une petite boule de poils gris rayés. Le Raton dût cligner plusieurs fois des yeux avant de reconnaître Petite Affrique, elle se tenait de dos, et évidemment regarder à l'envers n'était pas habituel chez l'apprenti au pelage gris.
Il roula à nouveau sur le côté, donna quelques coups de langues ici et là sur son flanc et se mit debout.

Le Raton, voyant la petite seule, eut l'envie de discuter avec elle, mais il ne voulait pas aller la voir les pattes vides. Il ne la connait pas beaucoup, mais il sait qu'elle apprécie les fleurs. Raton rechercha diligemment une fleur autour lui, mais pas n'importe laquelle. Il cherchait un bouton d'or, une fleur qu'on trouvait faiclement dans le camp.
Quelques petits boutons d'or se trouvaient à sa droite. Elles étaient très belles, ce qui tombait bien. Il se pencha vers les fleurs, en cueillit une en l'arrachant à l'aide de ses dents et, d'un air fier, se dirigea vers Petite Afrique.

Nuage du Raton Laveur est un vrai gentleman, c'est inévitable. Il n'a pas pour but de séduire toute demoiselle qu'il côtoie. Non, non, non. Il aime faire plaisir, tout simplement. Une belle fleur posée derrière l'oreille est toujours mignon à mirer. C'est justement ce qu'il compte faire pour Petite Afrique : il s'approcha doucement d'elle. Par chance, elle demeurait dos à lui, elle ne le voyait pas arriver.
Le Raton posa délicatement le bouton d'or sur le haut de la tête de la chatonne, il se mit aussitôt face à elle, et, avec un tendre sourire et un regard bienveillant sur son visage, il lui dit :

« Coucou, toi ! Comment vas-tu ? »
avatar
Date d’inscription : 05/11/2015
Messages : 721
Féminin
Puf : Papi ♥ (Papillote pour les intimes)
Âge : 16
Multi-comptes : Nuage du Raton Laveur
Félin Célèbre
Félin CélèbreVoir le profil de l'utilisateur
Sam 31 Mar 2018 - 20:28
WHERE THE WORLD LEFT HIM GRAY

Plic ploc. Plic ploc, les gouttes de l'averse chantant au creux de ses oreilles s'était fanées mais continuaient à résonner éternellement. Dans le ciel bleu, on pouvait voir de jolis moutons sauvages se courir après. Après la trombe de pluie qui s'était abattue sur le camp et qui avait imprégné le sol, imbibant méchamment les poils qui dépassaient, les moutons étaient devenus tout blancs, comme si eux aussi on les avait lavés de toute la crasse qu'ils avaient accumulé.
La pluie avait beau être passée, la douce odeur de mouillé subsistait. Les bourgeons avaient fleurit eux-aussi. Eux aussi ? Petite Afrique se plongeait indéfiniment dans ses propres yeux. Bientôt les fleurs nouvelles faneraient puisque, elles aussi, étaient des êtres éphémères, naissant un jour pour s'éteindre le lendemain tout comme nous après tout. Tout comme les fleurs, notre mort lente et douloureuse commence à partir du moment où l'on est créé, peu importe la croyance à laquelle on prête serment.

Un sentiment de nausée s'empara de la gorge de Petite Afrique. Peut-être qu'elle pensait trop finalement. Elle détacha enfin ses deux grands yeux de la flaque quand un rayon de soleil pointa le bout de son nez. Ne sachant trop où poser ces derniers lorsqu'il l'enroba d'abord d'une paisible bouffée de chaleur, elle préféra lui sourire en fermant paisiblement ses grandes opales mouillés en signe du confort qu'elle éprouvait quand il l'enlaçait. Elle se sentait partir pour un long voyage. La douleur revenait elle-aussi, subitement, faisant se crisper sa cage thoracique. Peut-être que la jeune était un peu hypocondriaque sur les bords, mais peu importait, elle se devait d'être là pour Petite Europe et Chant du Cardinal, autant se déclarer malade pour un rien avant que quelque chose d'un peu plus grand l'emporte loin de ces deux là. Son cœur se mis à tambouriner de plus belle et une larme douloureuse s'échappa chastement de ses douces prunelles.
Ressaisis-toi Afrique, tout ira bien. Elle aurait tant voulut le croire.

Un léger bruit de pas fit frémir les oreilles rondelettes d'Afrique, ils étaient d'un rythme qu'elle ne connaissait pas, ou du moins très peu. Elle demeura cependant ainsi, les yeux clos, le visage vers le soleil, un doux sourire dessiné à la craie sur ses jolies joues rondes, songeant que le félin ne ferait que passer. Après tout, qui voudrait parler à Petite Afrique, elle qui se retrouve avec tous ses rêves réduits en cauchemars ? Peut-être lui finalement. L'étrange personnage se dirigeait bien vers elle, mais après tout qu'importait. Son ami Soleil l'étreignait.

En un bruissement, quelque chose se déposa légèrement sur le côté de son oreille, c'était une sensation agréable et de chaleur qu'elle ne ressentait très rarement. Ses prunelles en amandes s'ouvrirent lentement sur l'élégante silhouette qui cachait ses précieuses mirettes du Grand Soleil. Il était beau. Nuage du Raton-Laveur se tenait droit assis devant elle, et en ouvra plus grand ses deux grands yeux, elle le vit lui sourire tendrement ; esquisse de papier qu'elle lui rendit bien volontiers. Des lèvres du grand mâle gris naquirent des mots doux à l'écoute qui n'en avait que très peu le sens.
"Coucou, toi, comment vas-tu ?"

Petite Afrique avala sa salive de travers. Il lui adressait la parole pour la première fois, lui apportant sa fleur préférée en jolie couronne, elle se sentit subitement aux anges et un petit rire discret s'échappa de sa gorge fluette. Quand elle se tut, elle sourit avec sincérité en lui répondant doucement et dans un souffle court : "Je vais bien."


avatar
Date d’inscription : 02/11/2015
Messages : 671
Masculin
Puf : Grey - Waltzing Fish - Hermux
Âge : 15
Multi-comptes : Petit Albatros. O. (5). + Petite Afrique. O. (3). - coming soon : Nuage du Djinn (11) + Nuage d'Obsidienne (9) + Véhémence du Samouraï (39) + Earl (17)
she found the colors to paint him where the world left him gray. (pv : greyotte)
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum

Sauter vers: