AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  ConnexionConnexion  
Nouvel évent sur LW
Suivez le fil d'actualité ICI.

Soirée CB le vendredi 23 février à partir de 20h. Soyez nombreux!

Partagez | 
 

 [MINI-EVENT 2018] When the crown falls | Coup d'état ♚ La Horde

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
avatar
Animateur Alpha de la Horde
Animateur
Alpha de la Horde
Date d’inscription : 11/04/2016
Messages : 937
Masculin
Puf : Stone / Cigalou / Ciaglou / Calgon (pour vanish seulement è.é) / Buibui / la patate (douty x') / Chicago (Luny x') /Stonehedge (Mew xD) / Stine (V.I.P. : Night, Grey, Perly) :$
Âge : 16
Multi-comptes : Coeur du Printemps /Tonnerre | Conviction du Paon/Solitaire | Feu Follet/ Ombre
posté par Ragnarök
Sam 20 Jan 2018 - 12:00
Voir le profil de l'utilisateur

When the crown falls ♚
ft. La Horde


« Et c’est tant mieux ainsi, l’idée même de m’allier à nouveau à Phoenix m’est des plus insupportable, et j’espère vivement pour lui que bientôt quelqu’un prendra son si précieux trône. »

Les mots de Gloire de l'Ipomée retentissaient dans son esprit plus clairement que ses griffes qui crissaient sur les rochers. Ragnarök progressait à pas feutrés sur les montagnes sombres. En haut, dans la voûte astrale, deux trois étoiles brillaient ça et là ; une épaisse couche de nuages sombres cachait les autres et obscurcissait les Hautes Pierres.
Ainsi, Ragnarök se dirigeait vers le camp de la Horde, l'esprit troublé par ce qu'il était plus que convaincu de faire. «... et j’espère vivement pour lui que bientôt quelqu’un prendra son si précieux trône. » Tu as raison, Gloire de l'Ipomée... Quelqu'un doit le faire. Mais personne ne le ferait, par crainte de l'alpha. Phoenix était le roi des montagnes, le souverain autoproclamé qui plongeait ses propres sbires dans une terreur constante. Même les chats de la Horde les plus belliqueux et fous ne se permettaient pas de contester l'autorité de Phoenix, et toute cette crainte avait contribué à la réputation de l'alpha. Mais ce n'était qu'un chat. Le plus perfide et le plus cruel chat que Ragnarök ait connu, certes, mais un chat, vulnérable aux griffes et aux crocs.
Si Ragnarök devait réprimer un frisson lorsqu'il revoyait, en fermant les yeux, la silhouette menaçante de ce qui était supposé être son chef, le Bêta retrouvait cependant son courage lorsque les quelques étoiles du ciel lui évoquèrent le regard doux de sa bien-aimée. Il ne se pardonnerait jamais s'il devait la voir souffrir à nouveau.
Et que lui ais-je répondu, au fait ?... « Hélas, Phoenix qui tombe de son trône, ce n'est pas pour demain, je le crains. » Quel idiot il avait été de sous-estimer sa volonté de changement ! Ce ne sera pas pour demain, mais pour ce soir-même. Cette nuit, Phoenix, tu vas voir ton royaume s'effondrer.

Alors qu'il pénétrait dans le camp des Hordeux, Ragnarök sentit sa fourrure se hérisser, et il trembla comme un chaton, tout à coup incertain de tout ce qu'il avait l'intention d'entreprendre. Il était transi par ce trac des grandes décisions. Devait-il le faire ? Est-ce que son amour pour Gloire de l'Ipomée et sa haine pour l'alpha méritait d'en venir à de telles extrémités ? Idiot ! Pourquoi doutes-tu ? S'exclama une voix dans son esprit, celle de la raison. Phoenix n'est rien qu'un chat. Si ç'aurait été qui que ce soit d'autre, tu n'aurais pas hésité une seconde ! C'était vrai. Tant pis pour tout ce que cela engrangerait. Les conséquences de ses actes futurs n'existaient plus dans l'esprit de Ragnarök. Ses yeux verts de jade luisirent et scintillèrent dans la pénombre. Sa fourrure brune striée de bandes noires se hérissa. Ses griffes brillantes se préparèrent à frapper. Ses crocs se dévoilèrent et brillèrent sous la clarté de la lune.

"Phoenix !"Hurla-t-il, et sa voix se mit soudainement à se briser. Ce n'est... Qu'un chat... Il lutta pour l'endurcir. "Si tu n'es pas un lâche, viens m'affronter !"

Le silence se fit aussi brusquement que si un éclair s'était abattu au plein milieu de l'agora. Les silhouettes obscures tournèrent leurs têtes respectives vers Ragnarök. Leurs yeux curieux brûlèrent le Bêta du regard, chargés de questions et de surprise. Ragnarök pouvait presque les entendre : "Qu'est-ce cet idiot fait ? Il provoque l'Alpha dans un duel ?" Certains chats, presque amusés par la scène, s'étaient rassemblés en un arc-de-cercle autour du Bêta. Ils n'attendaient qu'un combat, qu'un dénouement. A ce moment-là, Ragnarök comprit qu'il avait eu raison : Phoenix n'était pas invincible. Il n'était qu'un chef autoproclamé, qui s'était emparé d'une couronne. Aujourd'hui, Ragnarök et lui ne seraient que deux artistes qui produiraient leur prestation devant des chats cruels qui s'amuseraient de leur confrontation.
Un instant qui sembla durer des millions de lunes se passa. Bientôt, la fourrure sombre et hérissée de l'Alpha apparut devant l'antre garni de plumes et de mousse. Phoenix s'était montré.

« j’t’attends, fiente de corbeau » Comme toujours, l'Alpha ne manquait pas de poésie. C'est bon. Quoi qu'il arrive, je ne peux plus éviter la bataille.

Ragnarök se contint pour ne pas céder à l'étrange sensation qui le tenaillait. La peur, c'était donc ça. Le bêta avait déjà eu peur, certes, à plusieurs moments de sa vie. Lorsque le champ dans lequel il vivait jadis avec sa famille avait été ravagé par l'incendie et qu'il s'était sauvé de justesse. Lorsque son propre aspirant, Welther, l'avait vaincu en duel singulier et qu'il était devenu Oméga. Lorsqu'il avait cru que sa dernière heure était venue lors du duel contre Aby. Lorsque Samaël avait failli le défaire près des landes. Enfin, lorsque Gloire de l'Ipomée lui avait raconté tout ce que Phoenix lui avait fait. Sa vie n'était qu'un échange perpétuel de coups de griffes et de mensonges. Puis Ragnarök reprit courage. Une famille, il n'en avait plus. Oméga, il ne l'était plus. Aby et Samaël, il les avait terrassés. Il ne restait plus que le cas de Phoenix à régler.

L'Alpha poussa un grondement de fureur et se jeta aussitôt sur Ragnarök. Le Bêta se rua sur le côté pour éviter le premier assaut, mais Phoenix l'avait déjà saisit entre ses crocs. Ragnarök se débattit avec violence et asséna un coup de griffe sur le museau de son adversaire. Mais Phoenix tint bon ; il secoua Ragnarök de toutes ses forces et le frappa à la tête contre un rocher. Autour des deux adversaires, l'assistance poussait des cris d'encouragement, tels de véritables spectateurs. Aucun d'entre eux n'aiderait Phoenix, tant ils craignaient de la réaction de l'Alpha si quelqu'un venait à souligner sa faiblesse en l'aidant. Ils ne faisaient qu'observer, le regard fou, les crocs dévoilés comme s'ils participaient au combat. Ils se fichaient certainement de l'enjeu du combat. Tout ce qu'ils voyaient, c'était des chats en plein affrontement.
Ragnarök esquiva un coup de croc et asséna un nouveau coup de griffes sur le visage furieux de l'alpha. En riposte, Phoenix lui entailla le flanc en poussant un hurlement. La queue de l'alpha battait furieusement l'air, et Ragnarök saisit sa chance : il bondit, non pas en dessous de Phoenix pour le frapper au ventre, mais vers sa queue. Le Bêta la saisit et la mordit de toutes ses forces. Phoenix se débattit comme un beau diable. L'alpha le dégagea en s'ébrouant avec violence. Ragnarök roula sur le sol, soulevant des nuages de poussière. Lorsque sa vue troublée se précisa, il distingua Phoenix qui approchait. Son regard brûlant évoquait la sécheresse de la belle saison ; ses crocs acérés étaient deux armes prêtes à frapper.
Ragnarök se redressa en bondit vers le visage de Phoenix. Le Bêta, pris d'une rage folle, lui entailla le visage d'une rafale de coups de griffes. L'Alpha l'abattit au sol d'un puissant coup de patte, arrachant au passage un cri de douleur de la part de Ragnarök. Les deux regards des adversaires se croisèrent. Les éclairs verts de Ragnarök rivalisaient avec ceux de Phoenix. Ils étaient similaires, comme si leur affrontement avait fait d'eux des frères. Ils n'étaient plus que deux félins animés par la rancœur de la haine. Leur désir commun de détruire l'autre leur avait fait perdre toute raison. Phoenix leva la patte pour asséner le coup de griffe final. Découvrant son cou, l'alpha laissa à Ragnarök le temps de frapper le premier : Le Bêta se redressa brusquement, et saisit la jugulaire de l'Alpha entre ses crocs. Il mordit si fort qu'il ignorait les coups de griffes de Phoenix qui lui lacéraient le dos.
Lorsque le cri guttural de l'alpha déchira l'air, les félins qui contemplaient le combat se mirent à émettre des cris de folie. Leurs regards s'arrondirent sous l'effet de surprise. Phoenix peinait à tenir sur ses pattes. L'alpha fixait le sol, soufflant avec difficulté. Il ne se battait même plus, malgré les crocs de Ragnarök sur sa gorge.

« Tu as gagné aujourd’hui, souffla-t-il. Mais tu perdras la vie à gouverner ces bons à rien. tu m’ôtes une épine du coussinet en m’en débarrassant. maintenant dégage de mon cou et laisse moi partir, sale merde »

Ragnarök relâcha l'alpha déchu. Lorsqu'il redressa la tête, ses yeux sinoples étaient animés par un véritable brasier. Puis il fit demi-tour, d'abord lentement, et s'élança derrière l'horizon. Le chat qui terrorisait la forêt était parti, comme ça. Dépourvu de sa couronne et de son trône de mousses, Phoenix n'était plus qu'un solitaire, un chat bon à vivre dans une grange avec des chiens et des souris.
La tension était palpable dans l'air. Aucune acclamation ne retentit, tant les félins étaient bouleversés. Le chat qu'ils avaient cru invincible venait de tomber pour la première fois. Ragnarök, à bout de souffle, sentait que son heure était venue. Si Phoenix n'avait pas su l'arrêter, qu'en serait-il des spectateurs qui venaient de voir leur chef chuter de son piédestal de roches ? Le Bêta se tourna vers eux. Sa gorge le brûlait, et l'entaille que Phoenix lui avait fait tout au long de son flanc était si douloureuse qu'il semblait au Bêta qu'un félin l'assénait encore de coups de griffes.

"Vous voyez ?! S'écria-t-il, la voix rauque et brisée. Voilà tout ce dont était capable ce chat que vous craigniez tous !" Ragnarök émit un petit sourire amusé, comme s'il venait de mesurer l'ampleur de ses actes. "Il est parti, loin, comme un lâche. Il a refusé l'issu de la bataille." Les derniers mots de Phoenix retentirent dans l'esprit du Bêta. "Je suis votre nouvel Alpha, désormais, car la preuve a été faite que je valais mieux que ce bon-à-rien. Saluez cette ère nouvelle, mes amis ! Les forces de la Horde se lèvent !"

Sans attendre de réactions, il fit demi-tour, et grimpa l'antre de roche où siégeait jadis Phoenix. Le trône de mousses et de plumes de l'alpha déchu était encore chaud, ce qui témoignait que Phoenix avait dû faire une petite sieste dans la journée. A côté, le lit d'Avarice était vide. Comment réagirait-elle, d'ailleurs ? Elle n'avait pas l'air de trop aimer Phoenix, mais le coup d'état de Ragnarök ne l'inquiéterait-elle pas ?
En attendant, l'Alpha se dressa de toute sa hauteur, devant ses nouveaux sujets. Il était le souverain des pierres, le légitime successeur de Phoenix.






Message aux hordeux:
 

_________________

Merci Mew je t'adore Hearty:
 
Tes chefs-d’œuvres, Pipine What a Face :
 

Le plus beau pays du monde What a Face:
 
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Arpente la Forêt
Arpente la Forêt
Date d’inscription : 17/01/2018
Messages : 8
Féminin
Puf : Heather
Âge : 17
Multi-comptes : /
posté par Lune Noire
Dim 21 Jan 2018 - 0:58
Voir le profil de l'utilisateur


☼ Le soleil était haut, dans le ciel azuré. Les nuages, absents. Ils avaient déserté leur foyer, dispersés par les vents froids de l'hiver. Depuis longtemps, Lune Noire n'avait plus senti les rayons réconfortants du soleil sur son pelage. Neige, neige et encore neige. Poudre blanche, absolument partout. Et la journée était passée, lentement, très lentement. Avec une lenteur absolument infinie, dont la femelle grise se délectait patiemment. Volontairement prostrée dans l'ennui, à ne rien faire sinon feuler sur quelques Omégas qui traînaient dans les parages, dans le but de faire traîner encore plus les rayons du soleil sur la cendre qui recouvrait son corps. Non, vraiment rien ne laisser présager la suite de la soirée. Pas même les quelques étoiles pendues dans le ciel, que les félins de la forêt priaient certainement dans le plus grand des silences. Une observation religieuse. A sa manière aussi, Lune Noire observait religieusement. Toute sa journée, elle l'avait passée à se traîner dans la paresse. Cela ne lui ressemblait guère, mais qui pouvait lui empêcher de le faire? Certainement pas les faibles, ceux qui empoisonnaient les rangs de la Horde. Installée dans son coin, elle avait alterné entre somnolence et réflexions. Ici, point de repos véritable. Les chats des montagnes n'attendent que ça pour vous sauter à la gorge. Et puis, la belle ne faisait pas confiance à grand monde, ici. Elle n'avait jamais fait confiance à personne, de toute façon. Même pas avant. Mais il ne fallait pas se rappeler de ce "avant". C'était mauvais pour elle et pour le futur. Lune Noire s'était toujours obstinée à vivre dans le présent.

☼ Se trouvant plus ou moins reposée et voyant la grande boule de feu lentement décliner, Lune Noire décida donc de reprendre le chemin du campement de la Horde. Le froid la gagnait, aussi décida-t-elle de presser le pas. Aujourd'hui, point de chasse. De toute façon, personne ne viendrait lui faire de reproches. Enfin, si, peut-être l'un des Alphas. Mais qu'importe: Lune Noire ne se préoccupait alors que du bon déroulement de sa course vers ce qu'elle pouvait depuis des lunes déjà appeler son chez elle, ou du moins ce qui s'en rapprochait le plus.

☼ Les étoiles scintillaient déjà joyeusement lorsque la féline aux yeux vairons pénétra sur le campement. L'endroit était plutôt calme, mis à part quelques rassemblements. Lune Noire, comme à son habitude, irait se percher sur l'un des rochers pour observer le monde. Un monde bien moins effrayant, quand on est en hauteur, n'avez vous jamais remarqué? Tout paraît plus petit et bien plus insignifiant. Les problèmes se font moindres et les mauvaises ondes ne sont même plus percevables. Mais alors que la femelle entrait dans son habituelle contemplation, elle sentit émaner quelques odeurs singulières, qui lui étaient, depuis son arrivée au sein de la Horde, familières: la peur. Une certaines tension, palpable. Comme un froid rampant qui grimpe des rochers inanimés, qui prend aux tripes et empoisonne les cœurs.

- Phoenix ! Si tu n'es pas un lâche, viens m'affronter !

☼ Qui? Qui avait osé? Lune Noire braqua son regard sur le fou, celui qui se donnait visiblement en spectacle. Ragnarök. Dans un vrombissement incertain digne d'un formidable essaim de frelons, les félins s'étaient rassemblés autours du mâle. Curiosité morbide? Lune Noire se laissa happer par sa fascination pour la scène. Avec une étrange lenteur, elle se laisse glisser du roc pour capturer la scène de ses grands yeux vairons. Et l'Alpha, qui provoqua chez la guerrière un frisson incontrôlable, apparût alors. Le silence, mortel, avait eu raison des bruits qui émanaient habituellement de l'environnement.

- J’t’attends, fiente de corbeau.

☼ Lune Noire réprima un ricanement sombre, tout au fond d'elle. Le rire n'était pas de circonstance. Rien n'était de circonstance, à ce moment là. Et les âmes, en suspension d'existence, avaient elles mêmes cessé de respirer. Soudain, dans un bruit mat -car mat était le mot parfait: bref, aussi révélateur de par sa sonorité que par sa petitesse; les deux matous se rejoignirent, s'affrontèrent. Et le combat singulier s'étira, lentement, religieusement. Tous observaient, jubilaient. Les cœurs battaient à l'unisson. Au bout d'un combat qui ne voyait pas venir de vainqueur, Ragnarök finit par prendre la main. Un mouvement décisif, cruellement terrifiant, qui arracha à Lune Noire un feulement de terreur et de surprise. Déjà, elle voyait la marée rouge recouvrir la poussière des rocs, teindre la terre et la pierre à tout jamais. Mais l'Alpha, épuisé, s'était visiblement résigné.

- Tu as gagné aujourd'hui. Mais tu perdras la vie à gouverner ces bons à rien. Tu m’ôtes une épine du coussinet en m’en débarrassant. Maintenant dégage de mon cou et laisse moi partir, sale merde.

☼ Tout était dit. Tout, ou presque, à demi-voix, alors que le silence était retombé, comme les cendre sur le brasier. Lentement, l'Alpha déchût se redressa et quitta la place. Plus rien, ici, ne le retenait. Désormais, il était le maillon brisé. Et un autre allait prendre sa place. Les regards lentement se braquèrent sur Ragnarök. Ce dernier, une fois le mâle parti, se tourna vers l'assemblée muette qui retrouvait lentement son souffle. L'environnement semblait reprendre lentement vie, comme si un instant, la nature avait cessé d'exister.

- Vous voyez?! Voilà tout ce dont était capable ce chat que vous craigniez tous! Il est parti, loin, comme un lâche. Il a refusé l'issu de la bataille. Je suis votre nouvel Alpha, désormais, car la preuve a été faite que je valais mieux que ce bon-à-rien. Saluez cette ère nouvelle, mes amis! Les forces de la Horde se lèvent!

☼ Lune Noire observa le mâle monter sur son trône. Ça n'est qu'un roi de plus. Un roi qui, comme les autres, perdra la tête. Un tyran, un meneur, un souverain, appelez le comme vous le souhaitez, c'est du pareil au même, pensa la femelle. La grisée alla se mêler à la foule, écoutant l'air de rien les avis des félins. La femelle aux yeux vairons ne savait qu'en penser. Un étrange sentiment lui secouait les entrailles, comme une sorte de frisson. Le vent du changement avait tout retourné. Et cette nouvelle ère, promise par le mâle, ne pouvait être que positive, non? Qu'en penser? La petite femelle posa ses yeux vairons sur l'Alpha auto-proclamé. Une ère de changement, oui. Mais à quel prix?

HRP: Du coup si l'un d'entre vous veut aller discuter avec Lune Noire, go go go! :D C'est mon premier RP ici, du coup si y'a un modif' à faire, n'hésitez pas à me le signaler! :)
I'll take my throne, lay it on a mountain
And make myself a king
Revenir en haut Aller en bas
avatar
ModérateurAlpha de la Horde
Modérateur
Alpha de la Horde
Date d’inscription : 05/08/2017
Messages : 276
Masculin
Puf : Vano
Âge : 17
Multi-comptes : Nuage des Limbes (o) • Avarice (h) • Mausolée Crépusculaire (t)
posté par Avarice
Ven 26 Jan 2018 - 20:04
Voir le profil de l'utilisateur
new king
NEVERMORE QUOTE THE RAVEN
avarice
Les hurlements se font sourds, ce n'est pas un combat, c'est un mélange odieux de l'incarnation même de la fierté masculine qui se déroule plus bas. Réveillé par l'un d'entre eux, elle avait passée la matinée à respirer la tranquillité à l'état pure. Simple, tranquille, elle n'en demandait pas plus. Son regard se faisait sombre, fixant un vide inexistant, réfléchissant à une multitudes de pensées qu'elle ne devrait pas avoir en ces lieux. Puis une voix. Un éclat. Un élèvement perturbateur qui arracha Avarice de cette emprise. La femelle savait qu'un jour, cela arriverait. C'était une évidence plus qu'affligeante, Phoenix n'était qu'un dictateur parmi tant d'autres. Et un nouveau venait de se présenter.

La reine sortit alors de l'entre des supérieurs, et s'allongea sur la roche, ventre contre le sol, ses yeux mis clos observaient la scène d'un air .. las. Il n'y avait aucune animosité dans son regard, aucun amusement, elle était juste vraiment ennuyée de ces réactions plus que néfastes pour tout le monde. Ses oreilles frétillaient à chaque insulte, et elle se demandait intérieurement qui serait le plus idiot (ou le plus fort, tout dépend du point de vue).

Le combat était féroce, et la Horde se rassemblait petit à petit pour observer ces deux écervelés gonfler leurs muscles. Des griffes et du sang, un langage de bouchers, bon sang. Alors c'état ça les grands rois de la horde ? Sa déception ne faisait qu’accroître.

Puis vint le verdict. Ragnarök en sortit vainqueur. Et la couronne vint directement se poser sur sa petite tête de guerrier, car déjà il hurlait à la population de grandes choses, venant se poster aux côté de l'alpha femelle. Celle-ci se redressa alors, et planta son regard bleu dans celui du mâle, et un éclat de rire s'échappa de sa gorge. Incontrôlable. C'était d'un ridicule parfait, une dose de bonne humeur dans sa journée. Au moins elle n'aura plus à supporter la sale mine de Phoenix. Qu'il aille aux diables, lui et ce nouveau héritier bien trop impétueux.
Avarice s'approcha doucement du nouvel alpha, et vint lui murmurer doucement à l'oreille.

« Félicitation jeune mâle, tu viens de prouver à tout ces félins en présence qu'il était aisé de défier un roi. Je ferai attention désormais, si j'étais toi. Après tout ! C'est vrai ! Tu méritais amplement sa place ! Tu prouves que tu vaux mieux que ce moins que rien ... Et tu le prouves de par ton intellect impressionnant, je suis sans voix. »

Sarcasme dégoulinant de ses dires, elle se recula alors, et afficha un petit sourire frêle, en coin, qui ne voulait dire qu'une chose; j'ai hâte de voir combien de temps tu survivras, toi. Puis elle s'éclipsa sans demander son reste, en ayant eut assez des idioties pour la journée.

Revenir en haut Aller en bas
avatar
Date d’inscription : 07/04/2014
Messages : 782
Féminin
Puf : Aranwë
Âge : 18
Multi-comptes : Nuage Sibyllin, Arcas, Miracle des Ombres
posté par Incantation du Faune
Ven 26 Jan 2018 - 23:48
Voir le profil de l'utilisateur


Miracle des Ombres


La Horde

「 When a crown falls 」


Les longues nuits d’hivers s’éternisaient, glaçant les os de chacune des créatures qui peuplaient ces montagnes. Il faisait encore plus froid qu’à l’accoutumée, et encore plus froid que dans les terres basses. Cependant les ténèbres se faisaient moins lourd, et la lune brillait insolente et insensible à tout ce qui peuplait la Terre. De sa blanche clarté, elle éclairait la falaise et la friche qui abritait les félins tant redoutés de la Horde. Ce soir, un vent de changement soufflait sur leurs existences. Une tension palpable se faisait sentir, et nul flocon ne touchait le sol, dégageant l’espace central. Au milieu de tout cela, se jouait une scène déterminante pour l’avenir des hors-la-loi.

Ragnarök, un guerrier avait choisi cette nuit pour rejeter sa haine sur Phoenix, l’Alpha depuis bien des lunes. Un défi clamé haut et fort, à la vue de tous. Il avait décidé que c’en était assez du règne du félon. Ce dernier sortit de la grotte dans lequel il vivait, aussi fier et sûr de lui qu’au premier jour. S’il avait régné aussi longtemps ce n’était pas pour rien, et tel un roc rien ne pouvait réellement l’ébranler, pas même le duel qu’il allait devoir mener pour affirmer sa place. Les candidats à la succession n’était pas nombreux finalement, chacun n’osant pas réellement franchir le cap. Mais le guerrier fauve l’avait fait. Celui que la lady noire avait choisi pour devenir son compagnon plutôt par intérêt que par amour. Couché en périphérie et en hauteur de falaise, elle regarda la scène qui se déroulait à ses pieds avec intérêt et en toute discrétion.

Elle écoutait les murmures, les paroles qui se disaient tandis que les deux belligérants entamaient leur bal mortel. Certains voyait d’un bon œil, que Phoenix, soit arraché à son piédestal doré, et ils s’agglutinaient tels des cloportes pour observer le spectacle de plus près. Après le silence et le choc de la nouvelle, des cris retentissaient, tour à tour des encouragements, mais aussi des cris de protestations lorsque leur favori perdait du terrain. Mais la reine noire, ne bougeait pas de son perchoir, observant simplement avec un grand calme apparent. Pourtant son cœur battait un peu plus vite, tandis que les coups et le sang volaient autour des deux mâles. En vérité, ce combat lui semblait important et elle s’inquiétait quand même pour Ragnarök, même si elle n’éprouvait rien pour lui. Elle préférait de loin l’avoir comme Alpha plutôt que Phoenix qu’elle méprisait. Leurs forces brutes semblaient équivalentes en apparence et c’était le premier qui allait commettre une erreur qui tomberait. Défier l’Alpha, c’était s’exposer à l’exil ou à un rabaissement au rang de simple Oméga, mais le jeu en valait la chandelle.

Ce fut l’Alpha qui exposa sa jugulaire aux crocs du Bêta qui s’empressa de la saisir entre ses crocs écarlates du sang de son adversaire. Sa vie reposait entre ses pattes et déjà du sang coulait de la plaie, vidant de ses forces la bête. Au lieu d’accepter son destin et sa mort, le roi déchu demanda grâce, confessant sa défaite à son clan ébahi et soudainement silencieux. Il partit tout simplement et ainsi son règne s’acheva brutalement. Seul Ragnarök se tenait au centre de l’assemblée des félins, le corps tailladé de blessure, et son sang gouttant doucement jusqu’au sol. Il était sorti de cette lutte blessé, mais la fierté brillait dans son regard. Le souffle heurté, il lança ses premières paroles en tant que nouveau Alpha :

"Vous voyez ?! Voilà tout ce dont était capable ce chat que vous craigniez tous ! Il est parti, loin, comme un lâche. Il a refusé l'issu de la bataille. Je suis votre nouvel Alpha, désormais, car la preuve a été faite que je valais mieux que ce bon-à-rien. Saluez cette ère nouvelle, mes amis ! Les forces de la Horde se lèvent !"

Et ainsi un nouveau roi naquit dans le sang, comme tous ses prédécesseurs. C’était un poste précaire finalement, mais si important pour toute la Horde, et même la forêt. Et Miracle des Ombres sut en cet instant qu’elle avait fait le bon choix, en le choisissant lui, plutôt qu’un autre pour partager sa couche. C’était un choix qu’ils avaient fait tout les deux, usant de stratégie et de manipulation sur l’autre pour y parvenir. En devenant la compagne de l’Alpha mâle, elle se garantissait une haute place dans la hiérarchie et une pseudo-immunité. Elle était cependant encore libre, et c’était une place très confortable que de ne pas avoir à gouverner tout en jouissant de certains privilèges.

Cependant, alors que le nouvel Alpha se dirigeait vers son trône sur lequel se tenait Avarice, observatrice silencieuse tout comme la reine noire, cette dernière fut prise d’un doute. Quel lien entretiennent réellement deux Alphas entre eux ? Doivent-ils devenir compagnons ou est-ce simplement une alliance ? Au fond, personne n’avait jamais su pourquoi Avarice avait siégé au côté du misogyne. La Bêta craint que tout ce qu’elle avait fait, n’avait servit à rien et qu’elle se ferait jeter de la vie de Ragnarök. Avarice se pencha à son oreille, lui murmurant des mots inaudibles à tout spectateur, puis elle s’évapora, comme ennuyé par tout ce remue-ménage.

Miracle des Ombres se leva, plus déterminée, ses prunelles vertes exprimant sa détermination, d’une once de fierté et de … jalousie ? Elle ne pensait pas qu’elle le serait un jour, et ne se rendait même pas compte encore qu’elle éprouvait un tel sentiment si étranger à elle-même. Elle descendit se placer dans la foule mais elle s’en détachait nettement par son silence, son regard qui exprimait tant de choses et sa démarche gracieuse. Elle s’avança encore, jusqu’à presque toucher le trône de mousse, jusqu’à croiser le regard brûlant de Ragnarök. Cette fois-ci, elle n’avait pas réussi à cacher ce qu’elle pensait réellement. Ses yeux semblaient dire : « N’oublie jamais ce que l’on s’était dit cette nuit-là ou tu vas le sentir passer … ».



_________________


Incantation du Faune:
 


Dernière édition par Nuage Sibyllin le Mer 31 Jan 2018 - 9:30, édité 5 fois
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Arpente la Forêt
Arpente la Forêt
Date d’inscription : 04/06/2016
Messages : 93
Féminin
Puf : Wat
Âge : 19
Multi-comptes : Chute d'Eau, River
posté par Le Corrompu
Lun 29 Jan 2018 - 20:54
Voir le profil de l'utilisateur
La nuit était tombée, le silence se faisait. Le silence me dérangeait. J'avais toujours l'oreille dressée, par habitude. Je dormais mieux la journée, dans l'agitation. Néanmoins, depuis que mon ancien aspirant était devenu bêta, j'avais changé ma nuit et ma journée, et j'essayais de garder ce rythme, pour ne pas alerter. Et vu le bruit dehors, j'avais bien fait de ne pas sortir cette nuit là. J'aurai raté un beau spectacle.

J'entendis un petit bruit, un petit caillou. Cela ne m'alerta pas, allongé dans mon trou bien reclus, l'oreille levée. Un hurlement se fit entendre. Je levais la tête. Son miaulement se brisa. Rofl, un fou. Je reposais ma tête, fermant mes paupières. Un autre miaulement.


"Si tu n'es pas un lâche, viens m'affronter !"


Je me dressais sur mes pattes. Je ne reconnaissais pas cette voix, mais j'avais hâte de voir le matou. Une grosse voix cachait forcément un autre gros imbécile qui jouait des muscles. Je savais que c'était la règle de la Horde, mais on peut aussi agir autrement.

Je sortais de mon trou, cherchant la silhouette rageuse. Au centre de la clairière, je voyais Ragnarök, les crocs découverts, défiant l'Alpha, sans savoir où poser ses yeux verts. Je m'empressais de descendre la falaise, sans ralentir, un cercle de félins se dressant déjà autour du chat. Tout le monde regardait vers l'antre luxueuse de Phoenix, des yeux brillants en sortaient. Il approcha devant le concurrent, sûr de lui, tandis que je scrutais Ragnarök avec une analyse poussée. Il semblait avoir peur, mais il ne pouvait pas reculer. Sinon, il serait encore moins qu'Oméga, lorsqu'il avait été battu par son propre aspirant. Je n'y croyais pas du tout. Phoenix allait le battre.

Son hurlement brisa le silence, et il se jeta de tout son poids sur l'autre chat. Trop lent, il s'était fait saisir au cou. Allez, une morsure au cou, et le vieux matou allait se vider de son sang sur la clairière. Son cadavre allait rester comme un trophée, et un avertissement. Tout le monde soutenait l'Alpha, en même temps, personne n'avait le choix. Je ne hurlais le nom du personne, je regardais ça en spectateur détaché, et en analyste. Ragnarök se débattait comme un chaton. Mais il réussit à le griffer au visage, ce qui le fit lâcher. Bonne tactique, mais Phoenix s'éloigna avec une griffure sur le flanc de l'autre combattant. Soudain, Ragnarök bondit, et se dirigea vers sa queue. Je fus surpris par cette technique, qui pour moi n'était pas tellement utile. Un chat sans queue, c'était pas comme si c'était moins dangereux. Phoenix fut étonné, et s'ébroua pour faire tomber Ragnarök. Il a perdu au change, ce pauv' chat. Phoenix prit son temps, et pour une fois je l'admirais, avec sa prestance et son sang froid. Il allait mourir, et tout le monde aura perdu son temps. Enfin, j'aurai appris que saisir la queue d'un chat, c'était pour mourir.

Soudain, un éclair sembla frapper le chat à terre, qui se redressa et griffa, encore et encore, le visage de Phoenix. Phoenix, qui croyait sa victoire acquise, fut pris d'une rage immense et rappela à l'ordre l'autre chat avec un coup de patte, qui sortit Ragnarök de sa transe. Phoenix allait le battre à nouveau, il s'était ridiculisé. Voilà pourquoi personne ne devait affronter Phoenix de front, seul moi pouvait le battre.

Mais, il fit une erreur fatale. Je dû la voir en même temps que Ragnarök, car mes crocs se découvrirent en un gros sourire. Plein de fierté dans les yeux, il redressa le cou. Ragnarök saisit sa chance et mordit son cou à plein croc. Il ne le lâcha pas avant que son cri s'achève.

Le silence se fit, les félins autour de moi semblait choqués. Moi pas trop. J'avais surtout été choqué par la baisse de garde subite de Phoenix, un aspirant aurait pu le tuer. Désormais, Ragnarök se dressait devant tout les félins réunis, entonnant son discours de victoire, employant même le mot « ami ». Je restais de marbre. Avant de me réjouir ou changer mes plans, il fallait que je connaisse mieux Ragnarök. Et puis, serait-il si tyrannique que Phoenix ? Peut être se laissera -t-il manipuler, suggérer quelques décisions. D'ailleurs, que dirait Avarice, cette sale femelle, sûrement la compagne de l'ex Alpha, de la venue de ce nouveau meneur ?

J'avais besoin d'un peu de temps pour y réfléchir, cette nuit. Je retournais dans ma tanière, les pensées en ébullition.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Êta de la Horde
Êta de la Horde
Date d’inscription : 06/06/2017
Messages : 238
Féminin
Puf : Fern
Âge : 20
Multi-comptes : Nuage Abyssal (v) + Morsure du Froid (r) + Rhaegar (h) + Fierté du Désert (t) + Fallacieuse Décadence (o)
posté par Rhaegar
Jeu 1 Fév 2018 - 15:35
Voir le profil de l'utilisateur





When the crown falls
ft. La Horde

La nuit était froide, silencieuse et sombre. Il était surement l'heure pour certains d'aller s'étendre dans leur tanière, si ce n'était pas déjà fait. Rhaegar n'avait cure de ce qui se passait dans le camp. L'activité de toutes ces fourmis n'avait pas assez d'intérêt pour être ne serait-ce qu'observée. L'Êta n'avait aucune considération pour autre que lui-même. Tant qu'ils ne venaient pas ramper à ses pieds pour lui demander de l'aide, les autres ne méritaient pas son attention. Il leur en accordait un minimum, les piquant de son ironie et de son hypocrisie à peine dissimulée. Tout cela n'était qu'amusement. Après tout, se servir des autres pour sa propre personne et s'en détourner quand les choses tournaient au vinaigre était sa spécialité. Malgré tout, quelque chose semblait avoir décidé que la nuit ne se passerait pas comme toutes les autres. Le matou fut sorti de ses pensées par une voix qui héla Phoenix.

- Phoenix ! Si tu n'es pas un lâche, viens m'affronter !

A présent, tout le monde s'était rassemblé, curieux de connaître l'issue de tout ceci. L'alpha ne tarda pas à sortir de son antre et à répondre à l'autre avec ce vocabulaire si fleuri que tous lui connaissaient. L'assaut était lancé et Phoenix s'élança vers son adversaire avec fureur. Rhaegar ne prêta qu'une attention distraite au combat. Son regard s'attachait aux fourrures des combattants et non à la bataille en elle-même. Chaque blessure des deux côtés, quel que soit le gagnant, signifiait une aubaine pour lui. Qui que soit le vainqueur de cette comédie grotesque, lorsqu'il aura besoin de soins, c'est vers l'Êta qu'il se tournera. Et celui-ci attendait ce moment avec impatience. Après une lutte interminable, Ragnarök eut finalement le dessus sur l'alpha et ce dernier se rendit, à la surprise de tous.

- Tu as gagné aujourd'hui. Mais tu perdras la vie à gouverner ces bons à rien. tu m’ôtes une épine du coussinet en m’en débarrassant. maintenant dégage de mon cou et laisse moi partir, sale merde !

Sa chère place en haut du trône ne tenait qu'à un fil, et il ne suffisait que d'un chat porté par un moment de confiance soudain pour le faire tomber de son piédestal. Nul n'était irremplaçable. Bien qu'il aurait souhaité s'élever d'avantage, Rhaegar n'agissait et ne réfléchissait avant tout que pour sa propre survie. Il avait sauté sur l'occasion de devenir l'Êta de la Horde et cela l'avait mis sur une pante bien moins glissante que celle de l'alpha. Ce qui venait de se dérouler sous ses yeux en était la preuve. Il savait toutefois que rien n'était jamais couru d'avance et que le destin pouvait jouer un tour à n'importe qui. Voilà pourquoi il devrait toujours rester sur ses gardes, malgré sa place. Le félin aux yeux dorés sourit en avisant la longue estafilade sur le flanc du nouvel alpha.

- Vous voyez ?! Voilà tout ce dont était capable ce chat que vous craigniez tous ! Il est parti, loin, comme un lâche. Il a refusé l'issu de la bataille. Je suis votre nouvel Alpha, désormais, car la preuve a été faite que je valais mieux que ce bon-à-rien. Saluez cette ère nouvelle, mes amis ! Les forces de la Horde se lèvent !

Quel discours. Rhaegar observa les regards des chats rassemblés. Le quel d'entre eux sera le prochain à tenter de prendre sa place ? Cette idée trottait probablement déjà dans la tête de certains. Peu importe qui dirigeait la horde, le félin au pelage brun aura toujours le moyen de faire affaire. Un sourire fin collé au visage, il regarda Ragnarök monter vers l'antre de Phoenix et toiser l'assemblée de sa nouvelle demeure. Aucune félicitation, aucune joie ni aucun regret ne troublaient son esprit. Il se demandait simplement ce que cet Alpha là aurait à lui offrir.

© FERN 017


_________________
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
posté par Contenu sponsorisé

Revenir en haut Aller en bas
 
[MINI-EVENT 2018] When the crown falls | Coup d'état ♚ La Horde
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» [MINI-EVENT] One, two, three, four... Let's go music !
» Maillots 2018
» [Mini-event]Les Jishin Kaizokudan débarquent!!!
» [mini-event] Raviver une legende : le conseil pirate
» [Mini-Event] L'amende est le fruit de l'amandier.

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
La Guerre Des Clans :: Les clans :: Horde :: Camp :: Agora-
Sauter vers: