Le Staff a concocté une importante MAJ pour la rentrée sur LW! Pour en savoir plus, viens là.

Recrutement de juges EÉF en cours ici.

Partagez | 
 

 carmin comme colère ft. kenya

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Caprice de la Sirène

avatar

ModératriceLieutenant du Clan de la Rivière
Modératrice
Lieutenant du Clan de la Rivière

Date d’inscription : 08/04/2015
Messages : 2035
Féminin
Puf : © north.
Âge : 18
Multi-comptes : caprice de la sirène (41), orion (46), petit conteur (4).

MessageSujet: carmin comme colère ft. kenya   Dim 2 Juil 2017 - 1:12


CARMIN COMME COLÈRE

▲ caprice de la sirène


Elle se leva d’un coup de rein hargneux. Dans ses yeux rougeoyait la haine et une grimace torve tordait ses traits. Du bout de ses lèvres perlait le sang, le sang carmin que ses dents écorchaient. Plantées dans la peau à vif.
En l’instant elle aurait pu battre à mort n’importe qui se serait mis en travers de sa route. Car c’était elle, Dame Colère, l’élément rageur de la Rivière, la houle venant de la mer. Jamais, dans son esprit elle ne connaissait de trêves. Jamais. Et même lorsque durant deux lunes le mal vert l’avait clouée sur sa litière de plumes et l’avait tordue de douleur, l’empêchant parfois plusieurs nuits de suite de trouver le sommeil, même alors ses démons la rongeaient. Elle était revenue plusieurs fois en arrière, essayant de comprendre le pourquoi, le comment. Le stress certainement. Peut être aussi le fait qu’Étoile des Ronces se montrait de plus en plus distant avec le reste du Clan, comme une âme égarée qui se dissipe peu à peu dans la brume du matin. Ou alors n’était – ce qu’une fausseté de plus que son esprit fatigué lui faisait tournoyer devant les yeux ?


Caprice de la Sirène se redressa sur sa litière, tout contre le poil sombre de son compagnon. Elle ressentait encore le frisson de colère parcourir le creux de son dos et resserrer sa gorge, l’emplissant de venin amer. Nerveuse, elle s’éclipsa à travers le rideau de roseaux séchées qui composaient l’entrée de la tanière et alla s’asseoir au dehors, laissant son flanc exposé aux doux rayons estivaux.
Son regard glissa sur le camp qui lentement sortait de la torpeur du sommeil. Peu à peu des têtes encore à demies endormies sortaient, composaient la patrouille frontalière du matin et s’en allait pour leur ronde habituelle. Et chaque jour le même manège recommençait, inlassablement. Toujours les même demeuraient, assis, frétillants et piaillants, à vouloir suivre les plus grands avec des yeux d’enfants pleins d’envie. Les chatons. Et parmi eux il y avait ses chatons à elle. Petite Pluie venait en tête, le pas décidé, suivait ensuite Petite Onde, quelque peu hésitante, plus occupée à suivre du regard un papillon aux grandes ailes brunes et rouges, puis, dans un coin, à observer quelque détail, survenait Petit Conteur.
A leur vue Caprice de la Sirène eu un petit sourire. Elle ne pouvait malheureusement pas rester avec eux à la pouponnière, ce du à sa charge, mais elle les savait sous bonne garde. Et lorsqu’elle croisa le regard de sa benjamine son sourire s’accentua.

Codage by Bird for all forums ©


_________________
petit conteur
"parce qu'on est libres et rebelles. candides, mais sur les nerfs.
calmes, aussi, comme le temps ou d'un tempérament nucléaire."



others & co :
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Phoenix

avatar

AnimatriceAlpha de la Horde
Animatrice
Alpha de la Horde

Date d’inscription : 20/03/2016
Messages : 677
Féminin
Puf : Kenya.
Rang EÉF : Guerrier
Âge : 16
Multi-comptes : nuage de la panthère (river) •• phoenix (horde) •• douces simagrées (thunder) •• dame allégorie (shadow) •• petite onde (river)

MessageSujet: Re: carmin comme colère ft. kenya   Dim 2 Juil 2017 - 14:09


l'amour d'une mère chasse les démons

• • • • •

Petite Onde ♦ Le matin était chaud en été. La rare brise qui agitait l'eau et dérangeait les feuilles était lui aussi empli d'une chaleur sans fin. C'était comme si le Clan des Étoiles n'accordait aucun repos aux habitants de Cerfblanc, autre que la rivière proche du camp. Encore une preuve de l'importance du flot continu si caractéristique du Clan de la Rivière : s'il n'était pas présent, la chaleur l'emporterait sur la raison de chacun.

Petite Onde marchait gauchement, le regard fixé sur ses pattes. Devant elle avançait avec fierté sa sœur, et un peu plus loin s'était arrêté Petit Conteur, concentré sur un élément que lui seul pouvait penser intéressant, comme à son adorable habitude.

La femelle leva les yeux, et croisa le regard de sa mère. Sa fratrie s'était dispersée pour s'affairer de son côté, mais Ondine n'avait pas envie de s'amuser aujourd'hui. Cela n'avait rien à voir avec une quelconque tristesse. Elle souhaitait simplement être calme, contempler le vide, rester avec sa maman.

« Pourquoi tu ne dors pas ? Tu as l'air fatiguée. », se contenta t-elle de dire. Sa famille était tout ce qu'il y avait de plus cher à ses yeux, alors que Petite Pluie ne jurait que par l'amusement et que Petit Conteur se concentrait le plus souvent sur son idéalisme, Petite Onde s'était fixé un but sans vraiment se laisser le choix : protéger sa fratrie, son père et sa mère. Coûte que coûte, et par tous les moyens possibles.

Elle fit un pas vers la lieutenante et s'assit devant elle, ses yeux plongés dans les iris de sa mère. C'était comme si elle n'osait pas vraiment l'enlacer, qu'elle attendait une autorisation.

_________________


risque élevé de crise de mignonitude, attention :
 


Dernière édition par Phoenix le Mer 12 Juil 2017 - 21:49, édité 3 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Caprice de la Sirène

avatar

ModératriceLieutenant du Clan de la Rivière
Modératrice
Lieutenant du Clan de la Rivière

Date d’inscription : 08/04/2015
Messages : 2035
Féminin
Puf : © north.
Âge : 18
Multi-comptes : caprice de la sirène (41), orion (46), petit conteur (4).

MessageSujet: Re: carmin comme colère ft. kenya   Lun 3 Juil 2017 - 14:26


CARMIN COMME COLÈRE

▲ caprice de la sirène


La jeune mère laissa son regard se perdre sur les trois petits êtres qui étaient ses enfants. Il y avait déjà plusieurs lunes qu'elle leur avait donné la vie, ils seraient d'ailleurs bientôt en âge d'être nommés apprentis, et pourtant la dame aux larges épaules ressentait comme un petit pincement au cœur, et pas de fierté. Car au fond d'elle, la femelle aurait souhaité pouvoir les voir grandir, s'occuper d'eux, apprendre à les connaître plus que ce que sa charge de lieutenante ne lui permettait. Elle aurait voulu être de celles qui s'étendent dans leur nid de plumes, le ventre offert et les mamelles perlant de lait. Paradoxalement elle aurait aimé être mère, elle que ça terrifiait tant.

Pointant les oreilles vers l'avant, Caprice de la Sirène surpris Petite Onde qui la fixait toujours, s’avançant à petit pas vers le rocher plat sur lequel la tigrée était étendue. Des trois Petite Onde était un curieux mélange ; ne possédant ni le poil gris sombre d'Étoile des Ronces et encore moins le brun tigré de sa mère, la petite arborait un pelage d'un joli gris perle argenté et deux grands yeux d'ambres, assez semblables de ceux de Mermaid. Deux grands yeux d'ambres qui le fixaient avec une lueur interrogative, curieuse et sans doute était - ce aussi une pointe, légère, de crainte mêlée à du respect que la lieutenante déchiffrait dans les prunelles de sa fille.

« Pourquoi tu ne dors pas ? Tu as l'air fatiguée. »

Elle avait aussi la sensibilité d'une enfant, la même que Petit Conteur aussi et sans doute aussi que Petite Pluie, même si celle - ci la dissimulait comme avait pu le faire sa mère.
Caprice de la Sirène toisa un instant sa fille, un demi sourire flottant sur son visage. Il lui semblait, en effet, que son cœur était aussi cerné que ses yeux, que dans le sommeil se camouflaient toutes ses craintes, toute sa colère, et que, si elle l'avait refoulée depuis la naissance de ses enfants, sa colère n'était pas pour autant supprimé. Elle rodait simplement, dans les méandres de ses névroses nocturnes, consumant le peu de répit que se réservait la tigrée, guettant l'occasion de resurgir, pour faire régner de nouveau le tempérament de feu, l'ambition, l'imprévisible courroux sur le corps de Caprice de la Sirène, celui là même auquel elle devait son nom.
Passant un coup de langue nonchalant sur la chaussette blanche de l'une de ses pattes avant, la jeune mère se tut un instant, méditant sa réponse. Relevant le menton la tigrée tiqua d'une oreille, les yeux en demie lune.

« Je dors, ma chérie, mais, être second de ton père est parfois harassant. »

Dit - elle d'une voix calme, effleurant la pointe d'une oreille de sa fille du plumeau d'encre de sa queue.

Codage by Bird for all forums ©


_________________
petit conteur
"parce qu'on est libres et rebelles. candides, mais sur les nerfs.
calmes, aussi, comme le temps ou d'un tempérament nucléaire."



others & co :
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Phoenix

avatar

AnimatriceAlpha de la Horde
Animatrice
Alpha de la Horde

Date d’inscription : 20/03/2016
Messages : 677
Féminin
Puf : Kenya.
Rang EÉF : Guerrier
Âge : 16
Multi-comptes : nuage de la panthère (river) •• phoenix (horde) •• douces simagrées (thunder) •• dame allégorie (shadow) •• petite onde (river)

MessageSujet: Re: carmin comme colère ft. kenya   Lun 3 Juil 2017 - 15:15


l'amour d'une mère chasse les démons

• • • • •

Petite Onde ♦ Sa mère la fixait, semblait réfléchir à quelque chose qui échappait à la petite. Puis dans son regard se dissipa le doute pour laisser place à une tendresse infinie. Elles se regardaient ainsi, sans mot dire durant quelques secondes, débordant d'un amour qu'elles n'avaient nul besoin d'exprimer à voix haute. Dans les yeux de Petite Onde se mélangeaient l'amour et l'admiration, sentiments qui doublés, entraînaient un respect appuyé. Ceux qui ne la connaissaient point pouvaient facilement méprendre cette attitude avec de l'intimidation. Seulement, toutes deux savaient que si Ondine ne tentait pas de s'avancer vers sa mère pour l'étreindre, ce n'était pas parce qu'elle en avait peur, mais parce qu'une personne si respectable, lui ayant donné la vie et en ayant sauvé de nombreuses, se devait à ses yeux d'être abordée avec le plus de respect possible. Si elle le lui autorisait, la petite irait reposer à ses côtés.

« Je dors, ma chérie, mais être second de ton père est parfois harassant. »

L'enfant médita ces paroles quelques instants. Son père, auquel Petite Onde était très attachée également, semblait passer à côté de la fatigue de sa compagne. De sa petite taille et de son jeune âge, la chatonne tenterait d'en parler avec lui, sans l'accuser de quoi que ce soit du moins. Elle ne pouvait plus voir les poches sous les yeux de sa mère, son pas s'obligeant fort mais cachant une fatigue extrême, ou encore son expression quand elle regardait ses enfants. Car au milieu d'un amour infini et d'un sentiment protecteur, la lieutenante semblait s'excuser à longueur de journée envers sa portée, du peu de temps qu'elle pouvait leur accorder, de l'état dans lequel elle était lorsqu'elle avait la chance de se retrouver seule avec eux. Mais Ondine n'appréciait pas cette pointe de tristesse dans son regard. Pour elle, elle n'avait rien à se faire pardonner. Ce qu'elle faisait était d'un courage exceptionnel.

Alors, elle se contenta de dire simplement, d'une tendresse infinie et dans un regard toujours aussi aimant envers sa maman :

« Tu fais du bon travail, maman. Tu remplis tes deux rôles à merveille. Arrête de t'en sentir coupable. »

_________________


risque élevé de crise de mignonitude, attention :
 


Dernière édition par Phoenix le Mer 12 Juil 2017 - 22:07, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Caprice de la Sirène

avatar

ModératriceLieutenant du Clan de la Rivière
Modératrice
Lieutenant du Clan de la Rivière

Date d’inscription : 08/04/2015
Messages : 2035
Féminin
Puf : © north.
Âge : 18
Multi-comptes : caprice de la sirène (41), orion (46), petit conteur (4).

MessageSujet: Re: carmin comme colère ft. kenya   Mer 12 Juil 2017 - 20:08


CARMIN COMME COLÈRE

▲ caprice de la sirène


La grande guerrière au pelage strié couleur terre mouillée s’oublia un moment dans la contemplation du visage de sa fille. Elle avait le même visage triangulaire et fin, les mêmes grands yeux d’ambres, irisés. Excepté le pelage, Caprice de la Sirène se revoyait au même âge. Seulement, la Petite Sirène qu’avait été la lieutenante aurait eu le regard allumé de défi, de ceux qu’ont les enfants les plus effrontés, les plus bagarreurs. Elle aurait tout aussi bien pu naître du sexe opposé que le résultat aurait été le même : fichu tempérament de feu, ou autant dire d’essence, car rien de brûle plus vite que cette dernière. Fichu tempérament de feu, fichue gamine.
Mais, face à la tigrée se tenait son contraire, même si les yeux, dans le noir, se seraient jumelés. Car, des trois, Petite Onde était la plus facile à vivre, bien que Caprice de la Sirène ne doutait pas un instant des surprises que le joli minois de son enfant pouvait réserver. La plupart du temps posée, calme, l’argentée tempérait souvent Petite Pluie, bien plus explosive, et était celle qui poussait Petit Conteur dans quelques unes de leurs petites expéditions. Elle était comme le milieu de la balance entre le vent et le roseau.

« Tu fais du bon travail, maman. Tu remplis tes deux rôles à merveille. Arrête de t'en sentir coupable. »

D’un geste vif, la dame de feu enroula la pointe de sa queue autour de sa benjamine pour la rapprocher d’elle. Pas aussi près pour qu’une véritable étreinte ai lieu, libre au chaton de faire ce choix, mais assez près pour que leurs deux pelages se touchent, ce qui procura à la jeune mère un sentiment doux. Maternel. Qu’elle n’éprouvait que trop peu à son goût. Et c’était grisant de sentir, presque tout contre soit le fruit de sa chair, un fruit que l’on souhaitait plus que tout voir grandir, s’épanouir puis faire son propre chemin.
En regardant sa fille puis, en jetant un coup d’œil à ses deux autres enfants qui s’étaient quelque peu approchés, intrigués et sans doute désireux de partager ce moment avec leur sœur, Caprice de la Sirène se rendit compte que là, en cet instant, malgré la fatigue, le stress et la colère qui planait au dessus de sa tête, elle se sentait bien.
A tous trois elle leur adressa un léger sourire, les grandes marques d’affection n’ayant jamais été son gros point fort, dans ses iris pailleté de vert flottait une joie sereine.

« Merci. »

Souffla – t – elle. A l’intention de Petite Onde comme des deux autres. Ce simple mot pouvait être interprété de tant de façons différentes. Et à lui seul signifiait plus que de longues tirades.

Codage by Bird for all forums ©


_________________
petit conteur
"parce qu'on est libres et rebelles. candides, mais sur les nerfs.
calmes, aussi, comme le temps ou d'un tempérament nucléaire."



others & co :
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Phoenix

avatar

AnimatriceAlpha de la Horde
Animatrice
Alpha de la Horde

Date d’inscription : 20/03/2016
Messages : 677
Féminin
Puf : Kenya.
Rang EÉF : Guerrier
Âge : 16
Multi-comptes : nuage de la panthère (river) •• phoenix (horde) •• douces simagrées (thunder) •• dame allégorie (shadow) •• petite onde (river)

MessageSujet: Re: carmin comme colère ft. kenya   Mer 12 Juil 2017 - 22:30


l'amour d'une mère chasse les démons.

• • • • •

Petite Onde ♦ La grande chatte regardait au loin, comme ailleurs, et lorsqu'un fin sourire se dessina sur son visage, Petite Onde comprit pourquoi. Son frère et sa sœur étaient là,
derrière elle, joyeux et en bonne santé. Caprice de la Sirène semblait reconnaissante. Envers ses enfants pour lui offrir autant d'amour, et envers la vie pour lui permettre de progresser sur un chemin sans embûches. Ses yeux étaient remplis d'émotion, Petite Onde était capable de le remarquer.
C'était comme si à ce moment, ils s'étaient enfuis tous les quatre dans une autre dimension,
où seuls, ils se contentaient de s'aimer et de vivre heureux.

« Merci. » se contenta t-elle de prononcer dans un murmure. Cela semblait représenter le monde pour elle. Ici, maintenant, elle oubliait tous ses problèmes, toutes ses responsabilités, et se consacrait à l'amour de sa famille. La lieutenante avait enroulé sa queue autour de sa fille en un geste tendre, maternel. Elle semblait s'en réjouir, s'en nourrir même. Le contact familial était assez restreint pour chacun au sein de la famille, au vu des postes de maman et papa. Ondine devait en profiter : cet instant, comme de nombreux d'autres, ne durerait que très peu.

La petite glissa lentement vers sa mère, la regarda avec insistance, son petit visage presque caché par le poitrail de sa maman tellement elle en était proche. Puis elle baissa les yeux, les ferma en l'espace de quelques secondes et colla son front duveteux sur la continuité de la lieutenante. Ici, au milieu d'un cocon qu'elles deux seules pouvaient voir, Petite Onde oubliait qu'elle était Petite Onde. Ici, elle était un membre à part entière d'une famille soudée. Ici, elle était la fille d'une mère qui s'était réveillée, tordue de douleur, pour lui donner la vie et l'accueillir au sein de la sienne. Ici, elle n'était plus Petite Onde.

Sa sœur l'appela, prête à jouer. Le regard entendu de Petit Conteur lui signifia qu'il avait besoin d'aide sur ce coup-là, Petite Pluie bien trop agitée pour son petit esprit calme et posé. Elle regarda sa maman une dernière fois, lui afficha un grand sourire que seul un chaton pouvait rendre si mignon, et s'en alla soutenir son frère en trottinant. Il lui semblait avoir entendu un « je t'aime » de la part de sa maman pourtant si peu démonstrative, mais peut-être était-ce seulement le fruit de son imagination.

THE END.


_________________


risque élevé de crise de mignonitude, attention :
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: carmin comme colère ft. kenya   

Revenir en haut Aller en bas
 

carmin comme colère ft. kenya

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

+

 Sujets similaires

-
» [Jeu stupide comme d'hab] J'envie X parce que...
» 04. Des cupcakes pas comme les autres - Oxanna/Sue/Alejandro
» L'amour sans philosopher C'est comme le café : très vite passé. [Les Shepard && Gibbs]
» La colère.
» Tiens tiens tiens... Comme on se retrouve... {Flashback} [Ryuuku Gakuen]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
La Guerre Des Clans :: Les clans :: Clan de la Rivière :: Camp :: Grande Place-