Nous avons un nouveau guérisseur du clan de l'Ombre. Viens l'acclamer ici!

BON ANNIVERSAIRE LW Viens là.
Nos nouveaux modérateurs pour l'été par là.

Recrutement de juges EÉF en cours ici.

Partagez | 
 

 Years don't scare me much anymore [TERMINÉ]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Théorie Obscure

avatar

Juge EÉF à l’essai
Juge EÉF à l’essai

Date d’inscription : 17/08/2012
Messages : 1152
Féminin
Puf : Cynna
Âge : 19
Multi-comptes : Théorie Obscure, tonnerre; Arta, solitaire; Nuance Améthyste, ombre

MessageSujet: Years don't scare me much anymore [TERMINÉ]   Sam 4 Fév 2017 - 19:43


YEARS DON'T SCARE ME MUCH ANYMORE
- Andrew Clements, Things not Seen


Nous comprenons tout de suite ce que tu veux faire, Arta, et nous ne t’arrêterons pas. Tu as fait ton choix, nous le respectons. Sache que tu mérites tout notre respect et toute notre admiration.

Je suis aussi silencieuse qu’une ombre pourtant j’ai l’impression que le bruit de mes pas résonne haut et fort dans la plaine. Les ténèbres ne sont pas assez denses pour étouffer le bruit de ma respiration, mais l’air est assez froid pour que mon souffle crée de jolies volutes blanchâtres devant mon museau. C’est une nuit sans lune, même les grands arbres se cachent dans l’obscurité que mes yeux de félins n’arrivent pas à percer. C’est à la texture sous mes coussinets que je devine l’herbe froide et cassante du tertre astral. Mon odorat m’indique que je suis seule. Mes moustaches frissonnent dans l’air dense de la nuit. L’atmosphère est lourde et humide, ce qui est plutôt surprenant étonnant étant donné la saison. Je suis venue ici suffisamment souvent pour connaître par cœur la disposition des lieux. Par-là, le territoire du Clan du Tonnerre. À l’opposé, celui de l’Ombre. Les terres des Riverains se trouvent entre les deux, derrière ces arbres que j’ai escaladé de nombreuses fois. Et, encore plus loin, se cache le Clan du Vent. Il n’y a pas de brise, leur odeur ne parvient donc pas à mes narines, pourtant je ne peux retenir un frisson. Je suis transie jusqu’aux os qui me font d’ailleurs souffrir le martyre. La faute au brouillard qui se cache dans le noir, je suppose. Je lève les yeux vers le ciel. Tout à l’heure, il était tout noir, tellement sombre qu’on aurait pu croire que rien ne viendrait jamais le remplacer et qu’il resterait accroché là pour toujours. Cette nuit est ma grande nuit, je le sais. J’ai tellement cherché, j’ai fouillé jusqu’à en tomber d’épuisement, j’ai tout fait pour ne pas perdre espoir. À de nombreuses reprises j’ai cru que j’y arriverais. J’étais si près du but, si près. Mais il en est ainsi. J’ai fini par comprendre que ce n’était plus de mon ressort. Quelque chose, quelqu’un en a décidé autrement et je m’en remets à leur décision. Je suis las de me battre dans un monde que je comprends plus pour des idéaux qui n’en valent pas la peine.

Tu ne t’es pas battue pour rien, Arta. Au contraire, tu t’es battue vaillamment et tu as mené une vie brillante. Nous ne l’avons pas oublié.

Enfin, une première étoile apparait et défait l’unité du ciel sombre. Elle brille de tout son soûl, pourtant elle n’arrivera jamais à éclairer la forêt dans laquelle j’évolue depuis trop longtemps déjà. Les chats des Clans semblent croire que les étoiles sont d’anciens guerriers, d’illustres légendes autrefois vivantes, qui veillent sur eux. Peut-être ont-ils raison de croire que des feux follets célestes intercèdent en leur faveur. Les tribus en font grand cas, surtout lors des Assemblées. J’ai eu l’occasion d’en espionner une ou deux, et j’ai été fascinée de voir tous ces chats réunis respecter une trêve arbitraire au nom d’esprits qui ne se sont à peu près jamais manifestés. Les guérisseurs doivent être des créatures très puissantes ou, du moins, de très grands influence. Je les envie un peu de recevoir des signes. Si j’avais intégré un Clan, j’aurais pu devenir guérisseuse et demander aux guerriers de jadis un signe de mes enfants, n’importe lequel. Avec du recul, cependant, j’ai bien fait de rester ce qu’ils appellent avec dédain et mépris une « solitaire ». J’ai joui d’une liberté sans borne, moi qui en avais été privée durant des années. Je n’ai pas oublié cette vie en captivité, cette existence ridicule où j’ai dû enchaîner portée sur portée pour satisfaire un bipède que je ne connaissais pas et qui ne me connaissait pas non plus. Je me rappelle avec précision de la cage, des autres animaux qui ont été mes colocataires, de la nourriture fade, de l’eau crasseuse. Je me souviens encore plus du jour où j’ai réussi à m’enfuir. Ce que j’ai oublié, ce que je me suis forcée à mettre derrière moi, ce sont les chatons que j’ai abandonnés et ceux qui sont disparus sans que je puisse faire quoi que ce soit. Il y en a tellement, trop pour que je ne puisse les nommer tous. Ils m’étaient enlevés dès leur naissance ou presque. À la fin, je ne prenais même plus le temps de leur donner un nom : je savais que ça ne rendrait la situation que plus insupportable lorsqu’on me les arracherait.

Nous avons veillé sur chacun d’eux. Après tout, ils ont ton sang, le sang d’un chat sauvage. Indompté.

Parfois, lorsque je rêve, des images de la petite fille me reviennent. Je ne pourrais pas dire comment je suis arrivée chez elle, je suis peut-être moi-même née dans une maison mal entretenue d’une chatte prisonnière. Je ne crois pas. Lorsque j’étais chez la petite fille, j’adorais regarder dehors, j’adorais jouer dans l’herbe, grimper sur la clôture. J’essayais déjà d’attraper les oiseaux. Je ne pense pas être née enfermée entre quatre murs sales. La fillette et sa famille comprenait mon obsession pour l’extérieur, ils m’encourageaient même à faire de l’exercice. Je rentrais cependant tous les soirs, pour me faire câliner. La petite fille me flattait jusqu’à ce que je m’endorme. Je me souviens vaguement de la sensation de ses petites mains sur mon pelage, de sa voix qui me parle, de son rire. Toute cette époque est un peu floue, un vague mélange d’idées réconfortantes et de mélancolie. Il a fallu qu’ils partent, et qu’ils essaient de m’entraîner avec eux. J’ai résisté, et j’en ai payé le fort prix. Quelque chose m’a empêchée de m’éloigner de l’orée de cette forêt, un lieu sacré, un endroit maudit, je ne sais plus. L’instinct peut-il être si fort? À moins qu’il ne s’agisse d’un signe du Clan des Étoiles, que je ne connaissais pas encore à ce moment-là. Sais comprendre, j’ai erré dans Cerfblanc à la recherche de la chair de ma chair, le sang de mon sang. En vain. Je me suis fait quelques amis, tous de passages. J’imagine que c’est ce qui arrive lorsqu’on n’est qu’un vagabond. Aucun d’eux n’a pu m’aider de toute façon. Ni les chats qui m’ont été hostiles ni ceux qui m’ont offert leur aide ne m’ont dirigée vers ce que je cherchais. Et si j’avais déliré tout ce temps? Peut-être que mon but était inatteignable depuis le début et que, pleine d’illusions et de faux espoirs, je chassais des chimères. Il aura fallu combien de lunes, combien de saisons pour que je me rende compte de ma propre naïveté?

Ce n’était pas en vain, Arta. Ce que tu as fait, tu l’as fait pour eux mais aussi pour toi, Tu t’es découverte, tu as appris à t’affirmer. Par-dessus tout, tu as réappris à vivre.

Et ce soir, cette nuit, ma quête prend abruptement fin. Au-dessus de moi, d’autres lueurs s’allument tour à tour, comme dans un ballet que personne n’a chorégraphié. La forêt n’en est pas plus éclairée, mais mon esprit l’est. Malgré mes articulations douloureuses et mes muscles raidis par le froid, je m’étends silencieusement sur le sol frais. Avec autant de dignité que possible, je pose ma tête sur mes pattes avant et j’enroule ma queue autour de mon corps. J’expire consciencieusement. La brume qui se forme devant moi se cristallise presque sur mes moustaches avant de se dissiper. Je m’offre une dernière séance de méditation. L’hiver a fait son travail, je suis frigorifiée et une certaine léthargie m’emporte. Je ne la combats pas, au contraire, je l’accueille en mon sein. J’ai compris que je ne devais plus me battre. J’ai décidé d’avoir la foi. Je ne sais pas encore si je crois aux étoiles, aux Étoiles ou peut-être même aux Dieux, comme certains matous pas natifs d’ici. Je croirai en qui que ce soit qui exauce mes derniers voeux. Ces souhaits, je les envoie dans l’univers, je les laisse aux bons soins des anges. Une paix, qui n’est pas étrangère à une inconscience dont j’ai besoin, m’envahit lentement. Je souris dans le noir. Quelque chose résonne dans ma tête, quelque chose qui ressemble à de la musique. La petite fille en faisait jouer lorsque j’habitais avec elle. Durant une seconde, je la vois précisément. Elle était blonde, avec des grands yeux verts. Elle avait une voix douce. Et elle s’appelait Catherine. Je ferme les yeux. Un dernier soubresaut agite mon corps amaigri. Catherine, les Étoiles, mes chatons, des anges… Une nouvelle aventure s’offre à moi, j’entre dans un nouveau monde. Je meurs pour mieux revivre.

Nous prendrons soin de tes petits, Arta. Dors bien, tu l’as mérité. Nos pensées t’accompagnent.



--:
 

_________________


Spoiler:
 


Dernière édition par Théorie Obscure le Dim 21 Mai 2017 - 21:20, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Poussière d'Antan

avatar

Administratrice
Administratrice

Date d’inscription : 20/08/2014
Messages : 3364
Féminin
Puf : Moise55 (surnommé Lou)
Rang EÉF : Vétéran
Âge : 22
Multi-comptes : Esprit du Loup • Nuage du Coyote • Kharx

MessageSujet: Re: Years don't scare me much anymore [TERMINÉ]   Dim 21 Mai 2017 - 17:32

[Up]

_________________
« I am the passenger and I ride and I ride ;
I ride through the city's backsides ;
I see the stars come out of the sky ;
Yeah, the bright and hollow sky ;
You know it looks so good tonight. »


La tribu:
 

Ce swag:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 

Years don't scare me much anymore [TERMINÉ]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» [Terminé] Un bon petit film [Emma]
» .~oO Cloud D. Cross | The Ashbringer Oo~. [ Retouches terminées]
» Hermione Granger ( terminée)
» 101 TH AIRBORNE (Armée terminée en 1 semaine de quickpainting)
» Azur, adorable petite boule de poils bleue. (Terminé. )

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
La Guerre Des Clans :: Territoires libres :: Terres Mythiques :: Hautes Pierres-