Les Duels d'Octobre sont ouverts pour les membres de la Horde! N'hésitez pas à vous inscrire ici!

Un recensement général a été ouvert pour la rentrée. N'oubliez pas de recenser vos personnages ici.

Recrutement de juges EÉF en cours ici.
Annonces

Partagez | 
 

 Toutes ses choses, je les connais déjà || ft. Vol des Cigognes.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Griffe d'Épineavatar
Animatrice
Animatrice
Date d’inscription : 08/11/2016
Messages : 159
Féminin
Puf : Duky/Pipine/Pine d'Huître
Âge : 22
Multi-comptes : Vision de l'Empereur (Rivière) • Oiseau Chanteur (Rivière)

MessageSujet: Toutes ses choses, je les connais déjà || ft. Vol des Cigognes.    Mar 31 Jan 2017 - 1:34


La sueur ruisselait le long du pelage de Griffe d'Épine, tandis que son cœur sembla exploser contre sa poitrine. D'un mouvement effréné ses pattes foulèrent à toute allure la lande, épousant ses courbes distinctes dans une valse silencieuse. Depuis des lunes, fidèle aux coutumes de ses ancêtres dans le développement physique des guerriers du Clan du Vent, le matou s'astreignait à maintenir sa forme par le biais d'entraînement personnalisé : L'endurance ainsi que la course. Héritant de membres longilignes et d'une cage thoracique disposée à survivre sur les hauts plateaux, le gamin entraînait régulièrement ses facultés, par temps de pluie ou à l'antipode, par canicule torride. Cependant, c'est en solitaire qu'il traversa le sanctuaire des papillons en trottinant, gardant une allure stable, malgré son souffle entrecoupé d'impétueux point de côté. D'ordinaire, Nuage Naissant, son apprentie, était contrainte de suivre son programme singulier. Mais la maladie qui l'avait enveloppé la veille d'un entraînement nocturne l'avait cloué dans son nid et la guérisseuse avait été formelle quant au rythme de ses leçons. Griffe d'Épine devait la laisser se reposer et se montrer dorénavant moins ardu dans ses techniques de mentor. En ressassant la scène qui se matérialisa dans son esprit, il ne put s'empêcher de pester à voix haute. Lorsqu'il avait son âge, c'est son paternel qui l'avait formé lui-même. L'intensité de ce qu'il avait subi lui, était loin de petits tracas de son quotidien de novice.

Quand le guerrier basané pénétra dans une zone sensible, un filet de glace se brisa sous son poids, dessinant un arc électrique. Le gel s'était infiltré dans la lande durant la nuit obscure et l'aridité de l'atmosphère avait créé des parcelles de verglas, notamment aux endroits les plus humides. La rivière devait être complètement prisonnière du givre hivernal. Si sa curiosité piquante passait avant son devoir, il serait surement allé la voir. Une brise glaciale lui arracha la fourrure lorsqu'il surmonta le pas léger, la frontière qui isolait son territoire dénué à la richesse du monde extérieur.

Griffe d'Épine évolua le long d'un cours d'eau solidifié, reprenant son souffle doucettement, se laissant guider par les assauts imprévisibles du vent. Glissant un coup d'œil à proximité, le réfléchissement des rayons de l'astre solaire qui frappaient la surface lisse, l'aveugla. Pourtant, il fut tenté de poser une patte, avide de connaître la destination des proies qui pourraient éventuellement l'emprunter dans une démarche de panique. Quand elle céda sous son poids, la commissure des lèvres du matou s'élargit. Satisfait de cette réponse, il longea la berge sans se soucier de sa destination.

Le soleil s'inclinait progressivement derrière la cime des arbres lorsqu'il atteint une petite bute prospère. Une ferme imposante se dressa devant lui, faisant glisser ses ombres larges, engloutissant son poitrail. Concentré, Griffe d'Épine perçut les hurlements lointains d'un molosse qui avait senti sa présence, un combat entre deux oiseaux à plumes. Des poules. C'était sa nourrice, Croc Noir, qui lui avait appris étant lui-même élevé en solitaire avant de grossir les rangs d'assujettit de son père. En gardant ses distances, le prédateur eut un délicieux goût parfumant ses narines. Il avait déjà eu l'occasion de planter ses crocs dans la chair tendre de ses animaux, toutefois, le guerrier ignorait tout de la technique qui lui permettrait de les attraper. Sans compter différents facteurs. Le questionnement de ses camarades, le courroux du gardien noir, la panique du poulailler ainsi que la vengeance des bipèdes. Feulant de frustration, le guerrier s'éloigna de l'agitation et retrouva instantanément une aura placide.

Une parcelle de territoire ressembla vaguement aux terres nues du Clan du Vent. Sans attendre, Griffe d'Épine s'y engouffra les oreilles pointées en avant. Sous une fine couche de neige qui épousa ses pattes colossales, le matou aperçu un champ de maïs dont les plantations avaient disparu. Intrigué, le gamin s'élança en quête d'une nouvelle aventure, retrouvé les épis. Quand son père avait colonisé ses propres terres, un espace était identique à celui-ci. À l'expédition que les longues tiges de maïs ne tombèrent pas durant la saison des neiges, mais gardèrent leur forme initiale. Et si depuis le début, ce champ n'était pas factice ? Si c'était le sien qui avait été laissé à l'abandon ?

Un millard de question fourmillèrent dans son esprit parano pendant qu'il s'avança à travers les rangées fanées, la truffe en l'air. Bientôt, dans ce labyrinthe de feuilles et de tiges robustes, le guerrier distingua les effluves d'une de ses camarades de Clan. Cependant, son nom lui échappa. Si elle ne portait pas l'odeur de ses ancêtres sur sa fourrure grise perle, il aurait pu croire en un mirage.

- Hé !

L'appela t-il haletant avant de la rejoindre en quelques sauts. Débitant des paroles à la vitesse de la lumière, le guerrier exposa une grimace de réflexion pendant qu'il questionna :

- Qu'est-ce-que tu fais là ? Attend, attend, c'est quoi ton nom d'jà ? Ah oui attend. Il y a... cigogne dedans. Je crois. Ouais c'est ça. Aile de la Cigogne non ? Ou Envol de la Cigogne ? Non allez, va y, dis !

Penchant sa tête sur le côté, le gamin dilata sa pupille pour mieux l'identifier. Sa silhouette chétive donnait l'impression qu'en un coup de griffe, le fil d'une frêle toile d'araignée qu'elle interprétait pouvait se rompre. Cela n’empêcha pas au matou de lui offrir une accolade virile en guise de salutation. Peu importe ses interlocuteurs, ils les plaçaient tous sur un même piédestal.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Vol des Cigognesavatar
Arpente la Forêt
Date d’inscription : 16/10/2015
Messages : 247
Féminin
Puf : Lizzie
Âge : 15
Multi-comptes : Liberté du Pégase (o) Nuage de l'Étang (t) Vol des Cigognes (v)

MessageSujet: Re: Toutes ses choses, je les connais déjà || ft. Vol des Cigognes.    Dim 5 Mar 2017 - 7:35


Toutes ses choses,

je les connais déjà ♫


feat Griffe d'Epine



Cigogne martelait la neige de ses pattes frêles, la truffe en l’air et les oreilles aux aguets. La chasse était devenue pour elle un véritable passe-temps, et elle devait avouer qu’être en dehors du clan lui procurait une intense sensation de bien-être. Mais aujourd’hui le froid semblait glacer tout son corps et pénétrer ses os, de telle sorte que ses pattes peinaient à la maintenir debout.
La guerrière tigrée esquiva un arbuste ayant perdu toute trace de vie et dont les branches frêles étaient couvertes d’une fine pellicule de givre. Elle poussa un soupir de frustration, son souffle se perdant en une volute blanche. La chasse ne donnait rien, et elle se sentait plus inutile que jamais. Pourquoi n’arrivait-elle pas à ramener une misérable proie pour le clan ?
Tu as bien trop peur de faire quoi que ce soit de toute façon… Les paroles des autres apprentis, leurs moqueries acerbes lui revenaient sans cesse. C’était en hiver que son passé l’assaillait, l’enfermait dans un terrible étau, occupait toutes ses pensées. Elle secoua la tête pour chasser ses idées noires, même si elle savait qu’elles ne tarderaient pas à la tirailler de nouveau.
Le soleil déclinait, l’air se rafraîchissait. Cigogne savait qu’elle devrait bientôt retourner au camp. Mais alors que son moral était au plus bas, et qu’elle pensait ne pas ramener une seule proie, elle aperçut un lièvre petit et maigre qui se baladait à découvert, insouciant de la présence de la féline qui le fixait de ses yeux bleus glacier. Elle se mit instantanément en position, les oreilles relevées. La guerrière avança doucement, ses coussinets épousant la poudreuse.
Mais le parfum de la proie fut bientôt étouffé par une forte odeur d’un de ses camarades. Cigogne se recroquevilla aussitôt, surveillant toujours le lièvre du coin de l’œil. Pitié, faites qu’il ne me remarque pas… pensa-t-elle, aussi bien pour le gibier que pour le félin qui se rapprochait d’elle. Elle se forçait à respirer le plus doucement possible. Le lièvre se trouvait à seulement quelques longueurs de queue d’elle lorsqu’un félin la héla, avant de surgir dans son champ de vision. La proie s’éloigna aussitôt, affolée. Cigogne quant à elle, se tassa un peu plus, son pouls s’accéléra tandis qu’elle rabattait ses oreilles en arrière.


- Qu'est-ce-que tu fais là ? Attend, attend, c'est quoi ton nom d'jà ? Ah oui attend. Il y a... cigogne dedans. Je crois. Ouais c'est ça. Aile de la Cigogne non ? Ou Envol de la Cigogne ? Non allez, va y, dis !

La guerrière sursauta lorsque le félin qu’elle reconnut comme Griffe d’Epine, un matou du clan, lui donna une accolade. Elle crut qu’elle allait tomber à la renverse. Elle sentait le sang battre à ses tempes, sa bouche s’asséchait tandis qu’elle déglutit avec difficulté.
La tigrée faisait tout son possible pour éviter de croiser le regard du matou brun, pour empêcher la honte de l’assaillir. Mais elle murmura dans un souffle, d’une voix à peine audible :

-Vol des Cigognes…



BY NIGHT
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Griffe d'Épineavatar
Animatrice
Animatrice
Date d’inscription : 08/11/2016
Messages : 159
Féminin
Puf : Duky/Pipine/Pine d'Huître
Âge : 22
Multi-comptes : Vision de l'Empereur (Rivière) • Oiseau Chanteur (Rivière)

MessageSujet: Re: Toutes ses choses, je les connais déjà || ft. Vol des Cigognes.    Dim 23 Avr 2017 - 19:45


La neige glissa doucettement contre le sol gelé dans un mouvement insonore. Au loin, Griffe d'Épine aperçu un flocon se poser en silence sur un talus. Son balancier s'agita d'impatience, il avait tellement envie, dans une impulsion hystérique de bondir sur le tas pour le détruire. Soudain, le vent lui apporta le parfum de sa camarade de clan, qu'il avait déjà oublié. Tapit contre le sol, comme si elle s'inclinait, Griffe d'Épine senti son cœur bondir dans sa poitrine. Colossal et grand, il était flatté de recevoir une marque de supériorité de part la position de la femelle à la robe immaculé. En revanche, en totale contradiction avec ses pensées profondes, un malaise s'instaura dans son océan intérieur qui se troubla lorsqu'il ressassa ses souvenirs du passé. Il revoyait la ferme de son père, des bottes de foins carrés parsemé ça-et-là sur le sol sordide du bâtiment, possédant à leurs sommets, un matou dont les muscles titanesques semblaient ne pas se satisfaire dans cet espace restreint. À ses pattes, un groupe d'esclave, distinguable à leur pelage démunit de poils laissant entrevoir leurs os saillants suppliaient leur Maître inlassablement dans le but d'obtenir quelques restes à se mettre sous la dent. À cette époque, les effluves de peur flottaient perpétuellement dans l'air, si bien, que le jeune Prince avait fini par oublier leur présence et, actuellement, il les huma de nouveau. Son interlocutrice étant leur auteur.  

Elle murmura une réponse qu'il entendit à peine. S'il n'avait pas capté la première bride qui composait son nom, il n'aurait pas pu l'associer avec la seconde qu'il connaissait. D'un mouvement directif et un peu sec, Griffe d'Épine lui ordonna de se redresser, ainsi, joignant geste aux paroles, le guerrier à la fourrure basané ajouta :

- Abstient tes civilités, on est entre camarade !


S'approchant de l'intéressée par de petits bonds folâtre, le matou du Clan du Vent la contourna puis miaula :

- Eh comment ça se fait qu'on ne s'est jamais parler ?

Même si sa tribu était composé d'un bon nombre de guerrier, chaque chat se connaissait au moins de nom et, comme dans toute communauté, ils leur étaient impossibles de tous s'entendre. Toutefois, ils avaient tous au moins chacun croisé leur chemin, en prenant en compte le facteur des patrouilles ou des équipes de chasse et d'entraînement martial. Si Griffe d'Épine ne souvenait pas avoir passé du temps en la compagnie avec Vol des Cigognes, même au service du Clan, il se doutait que la raison était liée au manque de présence de la femelle. Les félins timides dans son genre, était rapidement évincé des esprits. Le matou culpabilisait d'avoir remué le couteau dans la plaie. Après tout, s'il ne faisait pas son possible pour se faire valoir auprès de ses camarades, il aurait été aussi transparent que son interlocutrice, n'ayant rien à envier à l'onde cristalline de la rivière.

Son mental d'acier et son comportement gamin l'aidait à survivre au travers cette spirale sociale destructrice. Bouffé ou être bouffé, Griffe d'Épine était le prédateur.


HRP:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Vol des Cigognesavatar
Arpente la Forêt
Date d’inscription : 16/10/2015
Messages : 247
Féminin
Puf : Lizzie
Âge : 15
Multi-comptes : Liberté du Pégase (o) Nuage de l'Étang (t) Vol des Cigognes (v)

MessageSujet: Re: Toutes ses choses, je les connais déjà || ft. Vol des Cigognes.    Sam 1 Juil 2017 - 8:31



Toutes ses choses,

je les connais déjà ♫


feat Griffe d'Epine



Lorsque le matou lui demanda de se relever, elle s’exécuta prestement. Son regard croisa rapidement le sien, et elle baissa instinctivement la tête. Son cœur cognait contre sa poitrine. Engager la conversation avec quelqu’un n’était pas son fort, encore moins lorsqu’il s’agissait d’un mâle imposant comme Griffe d’Epine.
Lorsqu’il commença à prendre la parole, elle plissa les paupières. Pourquoi est-ce qu’elle ne lui avait jamais parlé ? La réponse était pourtant simple. Personne ne lui parlait jamais. Elle était effacée, elle vivait dans l’ombre de ses camarades. Prise dans une boucle infernale. Maintenant que plus personne ne la regardait, elle aurait beau essayer de s’affirmer, elle n’y parviendrait pas. Quoique pour le moment, la féline ne cherchait pas à montrer sa présence.

-La réponse est évidente. Je suis effacée. La preuve, tu ne connaissais même pas mon nom.

Ses paroles prononcées d’une voix fluette et faible étaient teintées d’une note de panique. La guerrière ne se sentait pas à l’aise. Elle ressentait le regard du guerrier sur elle, et elle rentra un peu plus la tête dans les épaules.
Qui avait fait d’elle ce qu’elle était ? Qui l’avait transformée en une femelle associable, dénuée de tout sens du contact ? Elle avait toujours eu l’espoir que le Clan des Etoiles lui viendrait en aide. Qu’il lui apprendrait à se faire une place parmi ses camarades de clan, à ne plus avoir peur d’affirmer sa présence. Mais cela faisait des lunes qu’elle attendait. Et toujours rien.

-Je suis celle qui est là, mais que personne ne voit.


Cigogne ravala un sanglot. Qu’avait-elle fait pour mériter cela ? Un chat de clan était sensé se battre, participer aux patrouilles, apporter de l’aide à son clan. Elle ne faisait rien de tout ça. Etait-elle au moins digne de faire partie d’un clan comme celui du Vent ? La guerrière tigrée commençait à douter de son utilité. Peut-être que ses camarades avaient raison. Peut-être que le clan se porterait mieux sans une bouche en plus à nourrir.






BY NIGHT
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Griffe d'Épineavatar
Animatrice
Animatrice
Date d’inscription : 08/11/2016
Messages : 159
Féminin
Puf : Duky/Pipine/Pine d'Huître
Âge : 22
Multi-comptes : Vision de l'Empereur (Rivière) • Oiseau Chanteur (Rivière)

MessageSujet: Re: Toutes ses choses, je les connais déjà || ft. Vol des Cigognes.    Dim 2 Juil 2017 - 23:17


Faisant face à l'incarnation suprême de la fragilité, les traits du visage piquant du guerrier, s'estompèrent pour transformer son expression en une tendre boule de compassion. Il n'aurait aucune peine à pénétrer les sentiments de son interlocutrice, devenus si expansifs qu'ils semblaient se dresser en face de lui, implorant une protection. Toutefois, Griffe d'Épine ne déclina pas son regard qui devait plus insistant, à mesure sur le silence se dilata entre les deux camarades. Finalement, d'une voix aussi frêle que le cristal scintillant sur les herbes, Vol des Cigognes miaula :

-La réponse est évidente. Je suis effacée. La preuve, tu ne connaissais même pas mon nom.

Après chaque fragment prononcé, la gorge serrée de la pauvre guerrière se noircit d'une émotion qu'il put reconnaître les yeux fermés. L'angoisse. Aussitôt, une spirale démente l'enveloppa pour le déposer sur les terres de son enfance. Loin du Clan du Vent, un groupe de chat opprimés, distinguable à leur fourrures irrégulières ainsi qu'à leur carrures faméliques, s'accordaient à effectuer des tâches répulsives. Spectateur externe, Griffe d'Épine assista, impuissant, à la mise en scène de sa propre composition. Ayant régurgité les morceaux d'un lapin malade, l'être infâme qu'il était autrefois, avait pointé une griffe accusatrice devant le museau d'un esclave munit d'une robe bicolore. Sans chercher à faire régner la justice, son paternel avait créée la sienne et malgré les supplications convulsives du manant pour expier une faute qu'il n'avait pas commise, il ne resta plus rien de lui le jour suivant. Les souffrances et les hurlements de ce peuple affligé, à sa Tyrannie ne parvenaient qu'en vain.

Depuis, des cris grinçants hantaient ses nuits et bien que ce qu'il avait vécu à la ferme n'était qu'un quart des facteurs déterminant l'intensité de ses terreurs nocturnes, Griffe d'Épine ne souhaitait plus façonner des sentiments de détresse par ses actions mesquines. En réalité, le gamin n'avait aucune notion du bien et du mal. Il évoluait dans sa propre dimension, souvent dépravé par ses idées noires et ses démons intérieurs. Certain de mériter son errance dans la forêt sombre, le guerrier au pelage basané se rachetait en offrant entièrement ses services, dévoué corps et âme à son Clan. En lorgnant Vol des Cigognes, le matou jalousait son état candide et pusillanime. Après tout, son seul problème résultait de sa transparence. Si sa camarade voulait s'échapper des autres, Griffe d'Épine était prisonnier de lui-même. Coincé. Pour l'éternité.

- Je suis celle qui est là, mais que personne ne voit.

C'est vrai. Le morveux l'avait déjà oublié. Trop concentré sur ses propres malheurs, comme un égoïste arpentant avidement les collines du bonheur, attaquant ses concurrents pour y accéder en solitaire.

Lorsqu'un sanglot étouffé remonta de sa trachée, Griffe d'Épine déposa doucettement sa queue sur son épaule, en guise de soutien. Son regard sonda des échantillons parmi les épaisses tiges de maïs, comme si une idée germerait dans un signe du Clan des Étoiles devant son champ de vision. Quelle cervelle de moineau il avait été a remué la griffe dans la plaie, comme si Vol des Cigognes retrouverait sa gaieté. Ne souhaitait pas laisser le cœur de sa camarade se tarir, il récita instinctivement une pensée philosophique de son enfance :

- Tu sais, si tu ne changes pas aujourd'hui, tes peurs d'hier seront similaires demain.

Il n'avait jamais été doué pour relier ou nouer dans ses relations sociales, toutefois, prendre sa camarade sous son aile, l'aiderait certainement à progresser lui-même. Faisant d'une pierre, deux coups, le guerrier à la fourrure striée, glissa de nouveau ses prunelles jaunes où brillait une flamme insolente. Il s'imposa, le timbre regagner par son énergie débordante :

- Moi je peux t'aider à devenir moins timide !

Un hardi coup de patte contre son dos souffla comme une exposition à l'entraînement spécial qu'il avait déjà mentalement concocté. Leçon numéro un. L'estime de soi.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Vol des Cigognesavatar
Arpente la Forêt
Date d’inscription : 16/10/2015
Messages : 247
Féminin
Puf : Lizzie
Âge : 15
Multi-comptes : Liberté du Pégase (o) Nuage de l'Étang (t) Vol des Cigognes (v)

MessageSujet: Re: Toutes ses choses, je les connais déjà || ft. Vol des Cigognes.    Mar 18 Juil 2017 - 8:33



Toutes ses choses,

je les connais déjà ♫


feat Griffe d'Epine



Le matou sembla perdu dans ses pensées. Le regard vide, il fixait un point par-dessus l’épaule de la féline qui ne savait comment réagir face à son comportement distant. Elle se ratatina un peu plus, ne voulant pas perturber la transe dans laquelle se trouvait son camarade. Elle se demanda quelles étaient les raisons de ses préoccupations. Mais n’osant l’interrompre de peur que sa réaction ne fût violente, elle se tut et attendit qu’il revienne à lui.
Agitant la queue, la guerrière se mit à regarder autour d’elle. Elle huma l’air. Bien que le champ de maïs soit un endroit relativement peu fréquenté, elle ne souhaitait pas recevoir la visite d’un membre de son clan.
Elle faillit sursauter lorsque Griffe d’Epine déposa doucement sa queue sur l’épaule de la guerrière. Celle-ci se raidit instantanément, surprise par ce geste d’affection soudain. Néanmoins, cela lui procura un sentiment de réconfort et elle finit par se détendre, relâchant les muscles de ses épaules.

- Tu sais, si tu ne changes pas aujourd'hui, tes peurs d'hier seront similaires demain.

Elle releva la tête, cherchant à déchiffrer l’expression du matou lorsqu’il prononçait ses paroles. Tout dans sa voix montrait qu’il ne s’agissait pas de simples mots de réconfort, mais qu’il cherchait à l’aider.
Cigogne n’avait jamais appréhendé les choses de la sorte. Il est vrai qu’elle s’attendait chaque jour à ce que sa timidité s’efface, qu’un évènement inattendu fasse disparaître subitement ce trait de caractère qui était la source de toutes ses craintes. Elle réalisa que si elle n’y mettait pas un peu de bonne volonté, elle ne parviendrait jamais à s’affirmer. Mais une chose était certaine : elle ne pourrait pas remonter la pente sans aide extérieure. Comme en réponse à ses angoisses, Griffe d’Epine poursuivit :

-Moi je peux t'aider à devenir moins timide!

Son regard s’éclaira d’un seul coup, et elle dressa les oreilles. C’était bien la première fois que quelqu’un lui proposait son aide ! Car dans tout les cas, beaucoup de Venteux n’avaient que faire des tracas de la jeune guerrière.
Pour la première fois de sa vie, elle entrevoyait une petite lumière dans son esprit assombri :

-C’est d’accord ! Comment comptes-tu t’y prendre ?


HRP::
 







BY NIGHT
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé

MessageSujet: Re: Toutes ses choses, je les connais déjà || ft. Vol des Cigognes.    

Revenir en haut Aller en bas
 
Toutes ses choses, je les connais déjà || ft. Vol des Cigognes.
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Toutes ces choses qu'on ne s'est pas dites ? LILY JOLIE
» Toutes ces choses que nous ne nous sommes pas dites ? Arthur Paton
» et la nuit, il se passe des choses que le jour ne comprend pas.
» Bonjour dans toutes les langues
» [RP] Toutes voiles dehors ! Souquez les artimuses !

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
La Guerre Des Clans :: Territoires libres :: Terres Libres :: Champ de Maïs-
Sauter vers: