Le concept du forum se base directement sur le roman La Guerre des Clans d’Erin Hunter. LGDC Warriors dit « LW » a été fondé en 2007 par Étoile Noire, et il continue aujourd’hui de vivre grâce à ses infatigables membres toujours aussi déjantés ! Incarne un chat sauvage et rejoins l’un des quatre Clans de la forêt de Cerfblanc. À la recherche de nouvelles expériences ? Tu peux également intégrer la mystérieuse Horde dont l’ombre menaçante plane sur les Clans insouciants. Quel que soit ton choix, sois prêt à te battre pour ta tribu, chasse pour elle, rencontre les autres félins et marque de ta patte l’histoire des Clans ! LGDC Warriors est un forum RPG félins qui demande un minimum de 7 lignes par réponse. N’hésite pas à profiter également de la Chatbox et des différentes catégories hors-rp que propose le forum. Rejoins-nous vite, tu ne le regretteras pas !
LGDC Warriors
s'inscrirese connecter

Top Site
Votez toutes les 2 heures !
Nouvel évent sur LW
Suivez le fil d'actualité ICI.

petite lubie ― à qui la nuit fait-elle peur ? à ceux qui attendent le jour pour voir. || VALIDÉE
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant
Administratrice
AdministratriceVoir le profil de l'utilisateur
Jeu 28 Juil 2016 - 14:01


PETITE LUBIE
“ LE SILENCE EST D'OR, IL FAUT SAVOIR L'ÉCOUTER. ”
https://www.youtube.com/watch?v=9L-Wv5M42w4

PREFACE


NOM & SURNOM + Petite Lubie dite lubie ou bie, pour les intimes seulement.
AGE + Trois petites lunes toutes rondes.
SEXE + Femelle.
CLAN & RANG + Solitaire & chaton.
ORIGINES + Fille légitime de feue Nitescence Reptilienne & Dunkan, sœur de Petit Sibyllin, petite-fille de Sans-Pareil & Orion, demi-sœur de Nuage de la Renarde, Nuage de la Célestine & Nuage d'Empereur, nièce de Nuée de Lucioles.

DESCRIPTION


DESCRIPTION PHYSIQUE + Petite Lubie vit pour elle, et elle charme tous les êtres qui osent l'affronter.
Elle mobilise vos sens un à un, et vous êtes sous sa délicieuse emprise. Son air séraphin semble se parer de toutes les merveilles célestes, son sourire est renversant, et même quand le monde semble s'éteindre elle se rend éternelle et immuable dans un chaos d'agitation et de splendeur.
Le respect qu'elle impose s'adoube d'une beauté entière tandis que le sillage impassible de sa démarche affranchit le vide en des appuis fermement posés sur le sol puis, entre statique et suspens, apprend à quiconque ce qu'est réellement un félin qui marche. Et il y a l'ambre de ses yeux ― de ses immenses yeux qui prennent toute la place sur son visage aux traits délicats ― où la flamme des êtres victorieux et la malice de ces enfants qui ne grandissent jamais palpite. Son regard captive et sonde, il reflète les complexités de son âme. Et, au cœur de ses pupilles, ces astres brillants mêlant feu et glace, l'éphémère devient vertigineux.

Il ne fait aucun doutes que Petite Lubie est la fille de Nitescence Reptilienne, et en tout point. A la grande exception de son regard endiablé, Lubie possède la moindre nuance de la physionomie de feu sa mère ; de son pelage tricolore ― le blanc y étant prédominant, accompagné de tâches brunes, se dégradant vers un roux pâle par endroits, et irrégulières couvrant son corps ― en passant par ses courbes graciles et sa prestance ainsi que son gabarit svelte, jusqu'à sa voix fine et fluette. En voyant Lubie, n'importe qui ayant connu sa mère serait frappé par tant de similitudes.

DESCRIPTION PHSYCOLOGIQUE +
" TOUT PARLE A QUI SAIT LIRE, VOIR ET ÉCOUTER. " ― PIERRE BOTTERO

Lubie aime à penser qu'il y a quelque chose de bon en chaque être, elle ne porte jamais de jugement hâtif lié aux apparence et, de ce fait, il n'est pas rare qu'elle passe pour une idiote et une ignorante, mais seulement aux yeux des imbéciles, car le regard n'est plus d'aucune utilité quand le cœur perçoit la vérité de chaque chose. Et elle se plait à affirmer que très peu de gens sur Terre, sinon les plus intelligents, peuvent imaginer la présence du soleil par un jour de pluie. Lubie a toujours fait preuve d'une ouverture d'esprit incroyable et d'une curiosité intellectuelle insatiable. C'est une érudit, avide de savoir, et qui croit en ses convictions. Le changement ne l'effraie pas, elle considère que ce n'est rien d'autre qu'un pas vers l'inconnu, le possible, l'émerveillement et qu'il suffit de laisser la vie nous prendre au corps, de se laisser guider et de valser avec les sensations.
La philosophie de Lubie, car, à ses heures perdues, elle s'invente poète et savante – et Dieu sait combien elle en perd, des heures – est basée sur des idées floues d'une existence approximative. Et elle vous implore, et veut que vous compreniez. Qu'au delà de l'existence se trouve un monde plus vaste et plus éthéré où tout est Lumineux. Et que, si nous vivons dans un monde aux limites finies, connues, d'autres existent ailleurs ; infinis, multiples, complexes, riches, foisonnants, merveilleux.


" PLUS QUE LE DISCOURS DES HOMMES, ÉCOUTE LE SOUFFLE DE LA NUIT ET LE MURMURE DE TON CŒUR. EUX NE MENTENT PAS. " ― PIERRE BOTTERO

Il faut savoir que Lubie est foncièrement désinvolte et qu'elle n'accorde pas facilement sa confiance. Elle vous le répétera souvent, la confiance n'est pas une chose convenue mais une notion qui se mérite. Ayant grandit dans un milieu solitaire, elle se fiche pas mal de ce que vous pouvez bien lui raconter et de ce que les gens peuvent bien penser d'elle. Elle ne vit pas sur les jugements des autres, et si c'est votre cas, grand bien vous fasses. Mais Lubie, n'écoute que Lubie. Elle considère que les mots sont des armes, des dons, qu'ils ne se gaspillent pas et que même si l'on peut substituer la matraque à la conversation, les mots conserveront leur pouvoir. Ils sont le support de la compréhension et, pour ceux qui les écoutent, l'énonciation de la vérité. Elle est de ceux qui ont une voix parcimonieuse et un silence d'une profondeur intelligible qu'on dit ne rencontrer jamais chez personne ailleurs.
Selon elle, la vraie force réside dans la considération et le respect des faiblesses. Et non seulement la vanité la fait rire, mais elle conçoit le félin qui s'y adonne comme berné par essence. Elle a, à ce propos, un tact et un art imparable de la critique qui ne laisse rien indemne tant elle est écœurée de voir partout des formes de paraître et de régner pour lesquelles elle n'a que dédains et sarcasmes. C'est la société qui est malade, de suffisance, d'arrogance et de grégarité, dirait-elle.


" J'OUVRE LES CHEMINS ET LE DESTIN SE PLIE DEVANT MA LIBERTÉ. " ― PIERRE BOTTERO

Certains solitaires pensent que leur liberté réside dans le fait que leur territoire n'a aucune frontière, que chaque jour le paysage change et que rien ni personne ne les retient. D'autres se borneront à lui expliquer que la liberté n'existe que dans le mouvement de conquête de la liberté et que, de toute manière, on ne peut jamais obtenir la liberté toute entière.
Mais, selon Lubie, la liberté, c'est l'indépendance de la pensée. Et justement, elle pense. Elle pense que la vie est douce, et qu'elle doit être un refrain qui sans cesse recommence afin de nous enivrer et de nous mener derrière les douces chutes du bonheur. Elle pense aussi qu'il est possible d'aimer un être comme on aime la sensation de ce bonheur salvateur qui nous parcoure. Qu'il existe des embellies plus éternelles qu'éphémères, et des enivrements qui durent une vie entière parfois. Elle pense surtout que l'on peut décider d'être qui l'on veut, que ce sont nos actes et nos choix qui nous définissent, et que le destin n'a rien à voir là dedans, qu'il a été inventé par le tyran pour justifier ses crimes et par l'imbécile comme excuse de ses échecs.


QUALITÉS +
réfléchie
altruiste
curieuse
attachante
philosophe

DÉFAUTS +
rebelle
désinvolte
méfiante
imprévisible
sarcastique
HISTOIRE


cf. prochain message

ABOUT YOU


VOTRE PUF + Apana, et rien d'autre. parfaitement
VOTRE AGE + Ma foi, dix-sept printemps.
PENSES-TU ETRE ACTIF SUR LW ? + En fait, non, je comptais poster ma présentation et me volatiliser...démasquée.
COMMENT AS-TU CONNU LW ? EST-CE UNE DEUXIÈME/TRIPLE COMPTE ? + Du coup, PL remplace NR, donc seul compte, mais troisième compte, selon comment vous voyez les choses, j'ai jamais su répondre à cette question.
KIT UTILISÉ +
AS-TU LU LA PARTIE RÈGLEMENT & HISTOIRE ? + A peine de retour que ça m'agresse.
ALORS DONNE-MOI LES CODES CACHÉS + Rien que ça m'agresse.
SOUHAITES-TU ETRE PARRAINÉ(E) ? + Mh, je préfère pas, les gens sont trop dingues ici. dumb
QUE PENSES-TU DE LW ? UN CONSEIL POUR LE FORUM ? + Je pense sincèrement, et en toute modestie, qu'il était temps qu'il retrouve sa queen, aka moi. http://r18.imgfast.n *fièrecommeunpain*
AUTRE CHOSE + Vous pensez que si je mange un pépito à 23h ça devient un pépitard ? http://r13.imgfast.n


_________________




Nuage de la Lubie:
 


Litanie Fauve:
 


Cadeaux  I love you :
 
avatar
Date d’inscription : 24/10/2014
Messages : 1574
Féminin
Puf : Apana
Âge : 19
Multi-comptes : Nuage de la Lubie (o) ; Litanie Fauve (v)
Administratrice
AdministratriceVoir le profil de l'utilisateur
Jeu 28 Juil 2016 - 14:01
avec la participation de moby alias étoile candide + l'accord des joueurs auxquels les personnages cités dans cette histoire appartiennent ―



HISTOIRE


PROLOGUE —  
SAISON DES NEIGES, JOUR J, QUELQUE PART ENTRE LES OMBRES.


Elle courait dans la nuit, jusqu'à en perdre la vie, le souffle, la puissance.

FLASHBACK ; SAISON DES NEIGES, J-4, ÎLOT DE TERRE, OMBRE.

Et chaque minute qui s'écoulait inexorablement amenait avec elle une crainte qui se faisait plus pesante. Son esprit glaçait et son corps tremblait, frémissait d'horreur, de peur. Les mots se liaient et se déliaient. Ses pensées apparaissaient avant de se dématérialiser. Elle s'égarait.
« Candeur, je dois t'avouer... je dois t'avouer quelque chose. »
Elle était horrifiée, terrifiée à l'idée d'en parler. Elle mesurait réellement la grandeur de sa confidence. Et elle en était ébranlée. Et l'effroi s'installait, tout s'effritait peu à peu sous ses pas incertains.
« Je t'écoute, Nitescence. Je suis là pour toi. »
Elle ouvre la bouche, et là, elle aligne ces quelques mots.
« J'ai failli, Candeur Féroce, jamais je n'aurai pensé le dire un jour mais j'ai remarquablement failli. » Ils tombent, hurlent, et n'acceptent pas. « Je me sentais terriblement seule ces derniers temps, sans toi à mes côtés. Et ne trouvant pas compensation au sein du clan, j'ai été chercher plus loin, en dehors de nos terres. J'ai rencontré quelques solitaires, quelques chats d'autres clans, puis d'autres solitaires et d'autres chats de clans différents. Ils avaient une philosophie de vie si différente de la nôtre, je m'en suis fascinée. » Elle reprend sa respiration, peinant à ordonner ses paroles. « Il y a un félin que j'ai rencontré une seconde fois après qu'il m'est sauvé d'une noyade certaine. Ce soir là je cherchais simplement à fuir la pression du camp. Alors je me suis sottement laissé berner, charmer. » Sa voix se brise, les mauvais souvenirs remontant à la surface. « Et puis j'ai eu l'idiotie de le rencontrer une troisième fois. A l'époque, il n'était pas la personne qu'il est actuellement. Je l'ai laissé approcher, sans penser aux conséquences, et... » Elle s'arme d'un courage sans nom pour terminer son aveu. Cette phrase doit sortir de sa bouche, ces vérités doivent être dites. « J'ai... Il a réussi à me piéger. Je... Ce sont les enfants d'Etoile de l'Ours que j'ai porté et mis au monde. »
Elle était là ; la gorge nouée, le souffle court. Elle baissait le regard, incapable de regarder Candeur Féroce dans les yeux. La honte, le trouble, la peine, le dégoût, la douleur, l'épouvante, la crainte, mais aussi l'amour, l'affection, la compassion qu'elle portait à ses enfants ne faisaient désormais plus qu'un avec son être tout entier. Tout ceci reposait sur un paradoxe poussé à son extrême et elle sentait déjà la solitude dévorer son âme.
« Nitescence Reptilienne. Tu n'as pas failli. Personne n'a à t'en vouloir pour cela, et notamment toi. L'unique fautif est Étoile de l'Ours, et il répondra de ses actes quand son heure viendra. Cesse d'avoir peur, cesse de ressasser ses instants sombres. Ton histoire ne me prouve qu'une seule chose : tu es une féline pleine de curiosité, de malice. D'ouverture d'esprit. Beaucoup de chats de Clan devraient t'envier ces qualités. Tu as fait des erreurs, certes, mais n'en ai-je jamais fait ? Tu es une excellente guerrière, et une mère formidable. Regarde tes chatons, regarde comme ils sont beaux et forts. Ils serviront loyalement le Clan de l'Ombre comme tu l'as fait jusqu'à présent. Ne laisse pas ta culpabilité entacher l'amour que tu portes à tes chatons et à la vie. »

Elle était, souffle court, cœur battant, et corps tremblant.  

FLASHBACK ; SAISON DES NEIGES, JOUR J, LES MINUTES PRÉCÉDANT CE QUE JE VOUS CONTE ACTUELLEMENT, ANTRE DU CHEF, OMBRE.

« C'est faux, Candeur. Tu avais tords. Étoile de l'Ours n'est pas le seul responsable dans cette histoire. Écoute, tu ne peux pas te permettre de me faire une faveur en me gardant à tes côtés. Oh, c'est tout ce que je souhaite, tu le sais bien. Mais tu es chef désormais. Et un chef respecté. C'est à toi de ne pas laisser l'amitié que tu me portes entacher ta légitimité. » Ses prunelles s'encrèrent dans les siennes. « Je vais partir. Je vais partir et tu vas me laisser faire. »

Il ne lui avait pas répondu, cette nuit là. Il ne l'avait pas retenu pas non plus, comme elle le lui avait demandé, la contemplant fouler une ultime fois les terres qu'elle chérissait tant. Parce qu'il savait qu'elle avait raison. Et que même si cela allait les détruire, c'était le mieux à faire pour le clan. Et surtout, il savait qu'elle avait pris sa décision, et qu'il ne pouvait plus rien y faire.

C'est ainsi que fut amenée Nitescence Reptilienne à vivre hors du camp, pour des raisons qu'elle s'appliquait à dire restées secrètes. Ainsi qu'elle, autrefois guerrière loyale et dévouée, était désormais réduite à errer dans les couloirs sombres du temps, condamnée à un avenir solitaire. On dit qu'elle s'appliqua à s'y accoutumer, mais qu'elle avait laissé son cœur avec les siens, et qu'elle ne s'en était jamais vraiment remise. On dit même qu'elle tenta de revenir, un soir d'été, mais que se fut la mort qui l'accueilli, lui ôtant tout dernier espoir d'un jour rentrer chez elle et laissant derrière elle deux orphelins de mère.

Mais revenons à cette soirée d'hiver, et à ce quelque part. Oublions les « on dit ». Et laissez-moi vous raconter cette histoire. Au passé, ça vous dit ? Disons que je l'écris à l'époque où Nitescence Reptilienne vagabonde dans les cieux.


***


CHAPTER ONE —
SAISON DES FEUILLES NOUVELLES, ABORDS DE LA VILLE.
POINT DE VUE : NITESCENCE REPTILIENNE.



Un soupire. Un simple soupire révélateur qui ponctuait une nouvelle fois la lassitude perpétuelle dont Nitescence Reptilienne était victime. Le soleil n’était pas même encore levé qu’elle sentait déjà la désagréable journée s’annoncer. L’aube. Un beau spectacle auquel elle ne semblait pas prendre goût. En vérité, elle n’avait plus goût à rien, et ce depuis son départ précipité qui remontait maintenant à quelques semaines…ou quelques lunes, elle avait arrêté de compter. Et laissez-moi vous dire que ce n’était pas l’horizon blafard dut au levé du Roi Céleste qui allait éveiller sa curiosité. Elle était désabusée d’observer chaque jour le temps que prenait ce fichu monarque à s’extirper de la ligne d’horizon.

Elle avait passé les jours qui avaient précédés son départ à réfléchir sur l’endroit où elle irait désormais vivre. En vérité, elle avait su qu’elle n’allait pas vraiment avoir le choix. Elle était certes indépendante, mais elle se voyait mal trouver un refuge et y demeurer sans la moindre compagnie pendant plusieurs mois, si ce n’était pas le reste de sa vie. Il lui avait donc fallu trouver un solitaire pouvant lui être utile. Un solitaire qui lui apprendrait à vivre en tant que véritable vagabonde totalement libre. 
Libre. Au fond d’elle, pour être tout à fait honnête, Nitescence Reptilienne avait toujours eu envie de découvrir la vie de solitaire, sans jamais vraiment savoir ce qu’était la liberté. Du jour au lendemain, elle avait tout envoyé valser pour aller danser avec le vent, l’air, les éléments. Elle avait jeté toutes ses responsabilités, elle avait ravalé ses rêves de grandeur pour mieux s’extirper de cette prison où tout ce temps elle s’était sentie opprimée depuis sa trahison. Une prison que beaucoup aurait jugée dorée et confortable. Mais elle avait pourtant tout laissé, il y avait peu de choses qu’elle se lamentait d’avoir perdu et surtout peu de monde à qui elle aurait pu manquer, ses seuls regrets allant pour ses enfants et son unique ami, aujourd’hui chef. Elle avait vécu tant de lunes, tant de lunes où elle était devenue une étrangère aux yeux des chats qui l’entouraient, ces félins qui auparavant l’avaient admiré et qui aujourd’hui pourtant la méprisaient encore plus qu’avant son départ.
Son départ… Le seul être qu’elle avait mis dans l’embarras était probablement Étoile Candide, et c’était la seule chose dont elle se repentait. Elle n’avait jamais pu s’excuser de son départ précipité qu’il avait dû expliquer au clan, et pire, à ses rejetons. Ce n’était pas quelque chose que l’on faisait à un ami, même si ce dernier ne devait pas lui en avoir gardé rancœur.
Enfin… Elle avait donc erré, rêvant d’enfin pouvoir aller à son aise, chasser au jour le jour, sans compter, sans se soucier du temps et des bouches à nourrir, sans réfléchir au lendemain. De pouvoir faire ce que bon lui semblait quand bon lui semblait…quoi qu’elle avait déjà acquis ce mécanisme depuis bien longtemps. Mais elle embrassait enfin la vie qu’elle avait toujours cherché à connaître et, elle n’avait enfin plus à endurer le regard des autres.

C’était donc dans cette extase constante qu’elle avait vécu ses premières heures, ses premiers jours, de liberté. Mais aujourd’hui, des mois plus tard, la réalité – sa réalité – l’avait finalement rattrapé. Elle ne supportait plus sa solitude. Oh elle avait bien côtoyé quelques solitaires avec qui elle avait tenté de vivre, mais elle s’en était toujours lassée après quelques jours en leur compagnie. Elle avait donc décidé de vagabonder seule plutôt que mal accompagnée…mais après tout, dame sarcasmes n’existait plus si personne n’était là pour en faire les frais. 
Elle se leva, jeta un bref regard aux alentours et se rendit compte qu’elle était bien loin de ses terres natales. Pire même, les quelques cheminées qui dépassaient la cime des arbres lui indiquèrent qu’elle n’était plus si loin de la ville des bipèdes. Elle leva les yeux au ciel, que fichait-elle ici ? Ses prunelles coulèrent soudain sur un réverbère érigé là, qui peinait à luire encore, signe d’une présence grossière et de plus en plus envahissante. Un tressaillement l’indisposa, elle était définitivement trop proche de la civilisation et surtout de la domestication.

En parlant de présence indésirable, un chat inconnu était justement en train d'avancer discrètement vers elle. Déjà ? En même temps, quel inconnu ne voudrait pas examiner la jolie tricolore de plus près, c'était plus fort que soi. Enfin, ce solitaire pensait-il vraiment pouvoir camoufler son odeur, à elle ? Abruti.

« - Montre-toi, tu n'es même pas capable de dissimuler ta présence. Vous les solitaires, votre incapacité à vous faire discret me sidérera toujours, cracha-t-elle, condescendante.
- Tu serais étonnée de voir combien je peux l'être. Et, à moi, c'est ton incompétence à différencier un félin qui musarde et s'approche de toi par curiosité d'un félin qui tente de te camoufler sa présence, qui me sidère. Je me présente, Dunkan, solitaire. Et pourrais-je te connaître ?
- Non, on va s'en tenir là. Au revoir. »

Bien qu'elle ait salué le mâle, elle n'avait pas bougé d'un poil. Elle continuait de le regarder droit dans les yeux, oubliant peu à peu ce qu'elle venait de dire. Avait-elle réellement envie de partir, finalement ? Comme je vous le disais précédemment, elle ne supportait plus sa solitude. Et la simple idée qu'il puisse la sortir de son ennui mortel suscitait chez elle à présent une curiosité étrange. Cet intérêt nouveau la retenait sur place.
Le noiraud semblait déconcerté, il ne paraissait pas savoir quoi faire. Pourquoi ne rejoignait-elle pas son clan ? Le mâle était déjà intrigué, mais là, c'était bien plus que ça. Une envie irrésistible de la connaître le tiraillait.
La femelle se reprit soudain.

« Dunkan, c'est ça ? Recommençons : je m'appelle Nitescence Reptilienne et j'appartiens au Clan de l'Ombre...ou appartenais, peu importe. »

Elle se ravisait. Ce solitaire avait drôlement de la chance. Mais n'oubliez pas que cette vipère à de multiples facettes, et qui vous dit qu'elle ne se créait pas justement une autre facette ? Une nouvelle de ses ruses pour arriver à ses fins ? Dunkan n'était, après tout, peut-être qu'une distraction lui permettant d'échapper à sa mélancolie ?

Et comment vous dire que ce solitaire fut à la hauteur de ses attentes ? Qu'il fut un gros, que dis-je, un énorme, un colossal divertissement...?


***


AU MÊME MOMENT, CAMP DU CLAN DE L'OMBRE.
POINT DE VUE : ÉTOILE CANDIDE.


« Sa décision fut réfléchie et mûrement pensée. J'ai tenté de la raisonner de part mon statut de chef et d'ami propre. Nitescence Reptilienne a été mon mentor, et mon amie. Bien qu'ayant choisie de quitter le Clan de l'Ombre, je vous implore de ne pas la considérer comme une traîtresse ou une déserteuse. »

Étoile Candide se tut un instant, le regard vague face aux dizaines de paires d'yeux rivées sur lui, perché sur le Promontoire. La nuit dernière, le chat immaculé avait perdu une amie, une confidente, et il luttait intérieurement pour ne pas montrer sa peine immense, ni même n'en esquisser qu'un geste, qu'un indice.

Elle lui avait annoncé sa décision tandis qu'il rentrait de patrouille. Dans l'intimité et le secret de la tanière de chef qu'il occupait depuis peu, elle avait dévoilé ses intentions d'une traite, sans la moindre once d’émotion excessive dans la voix, comme s'il s'agissait d'une étape banale dans une vie.

« C'est à toi de ne pas laisser l'amitié que tu me portes entacher ta légitimité. » Ces mots résonnèrent à l'infini dans le crâne d'Étoile Candide. Comment son amie avait-elle pu penser une chose pareille ? Avait-il été infidèle à lui-même ? A quel moment a-t-elle pu penser qu'entre choisir entre elle et sa légitimité en tant que chef, il aurait privilégié sa légitimité ? Mais le ton dur et froidement déterminé de la féline qui se tenait face à lui l'avait dissuader à répliquer. Elle voulait fuir ce qu'elle était ici, entre ces murs, au sein du Clan de l'Ombre. Tourner la page. « Je vais partir. Je vais partir et tu vas me laisser faire. »
Et c'est ce qu'Étoile Candide fit.

Silencieusement, elle avait quitté sa tanière, il l'avait suivi jusqu'aux limites du camp, et l'avait regardé plonger dans les pénombres de la nuit.

Silencieusement encore, il avait attendu que l'aurore se lève afin d'informer ses petits qui, bien qu'apprentis, restaient et resteraient ses petits. Il avait laisser quelques larmes mouiller son pelage, et avait silencieusement juré que toute sa vie, il prendrait soin d'eux.

Silencieusement maintenant, Étoile Candide revint à la réalité, et observa la foule de félin du Clan de l'Ombre qui lui faisait face : bon nombre n'appréciait pas Nitescence Reptilienne, et il ne pouvait les blâmer : la mentalité Ombreuse était stricte vis à vis du code du guerrier qu'elle avait bafoué en ayant une relation avec Étoile de l'Ours.

« Si vous percevez sa présence ou son odeur au sein de notre territoire, merci de m'en informer le plus rapidement possible. »

Silencieusement, une dernière fois, Étoile Candide mit fin à cette assemblée du Clan, et s'en retourna le pas morne vers sa tanière.


***


CHAPTER TWO —
DÉBUT DE LA SAISON DES FEUILLES VERTES, GRANGE.
POINT DE VUE : NITESCENCE REPTILIENNE.



Son corps se déchirait de l’intérieur, aussi fragile qu’un brin d’herbe sous les pas d’un prédateur. Le vent hurlait dans ses oreilles tandis qu’elle sentait le sang couler doucement le long de ses cuisses, serpent adroit et tranquille. Elle ferma les yeux.

Nitescence Reptilienne avait la terrible impression de revivre sans cesse les mêmes instants. Elle semblait ne pas avancer, ne pas évoluer, stagner dans un état d’inconscience et d’insouciance. Elle ne cessait de reproduire les mêmes erreurs, et c’en était frustrant. Elle nourrissait à présent un viscéral sentiment de dégoût envers elle-même. Comment pouvait-elle ainsi trahir de nouveau son clan ? Elle l’avait quitté dans l’espoir, qu’un jour, elle pourrait y revenir purgée, purifiée. Cet espoir s’était pourtant essoufflé, à mesure qu’elle s’était empêtrée, une fois de plus, dans une situation des plus délicates.
Et elle se trouvait de nouveau à l’aube d’une mise à bas. De sa mise à bas. C’était ironique, de voir combien elle avait pu se sentir soulagée de voir ses rejetons quitter son être, la première fois, et de se dire qu’elle avait peur, aujourd’hui, que ceux-ci quittent le cocon doucereux qu’elle pouvait leur offrir. C’est que l’expérience lui avait prouvé qu’il y avait une forte probabilité pour qu’une mise bas ne se passe pas forcément bien, et que les conditions actuelles faisaient bondir cette probabilité. Elle avait un réel mauvais pressentiment. Et elle était seule. Cette fois ci, personne n’était là pour l’aider et voir sa souffrance. Seule en proie à tout prédateur. Et merde.

Arrivait-elle seulement à se souvenir de ce qu’elle venait de vivre ? L’Enfer Blanc. Tout c’était passé si vite ! Elle avait sentit la mort broder lentement dans sa chair son fil glacé et, un à un, ses membres avaient perdu leur vigueur, accablés par des contractions plus virulentes les unes que les autres. Et elle avait couru dans la tempête. Tempête qui l’avait prise de court, qui les avait pris de court. Car les doigts froids de la mort s’étaient aujourd’hui déguisés en une matinée promettant une journée radieuse. Déguisement très vite rattrapé par la réalité, qui avait éclatée au dessus de leur tête sans crier gare. Il fallait dire que sa progéniture avait le chic pour se décider à quitter le nid douillet du ventre de leur mère un jour de tempête. La jeune reine tricolore avait donc cherché à atteindre un abri au plus vite et par tous les moyens. Et, le Clan des Étoiles soit loué, elle avait réussi. Elle était désormais étendue sur le flanc, avec pour seul abris une vieille grange délabrée, tremblant de tous ces vieux os à chaque rafale de vent. Il lui restait désormais à attendre. Attendre que la tempête passe, aussi bien celle qui sévissait à l’intérieur de son être que celle qui arrachait les arbres et déchirait le ciel.
Elle ferma de nouveau les yeux, en proie à de lourds souvenirs.

FLASHBACK ; IL Y A DE CELA 16 LONGUES LUNES, RIVIÈRE, FRONTIÈRE R/T.

Rien n'aurait pu la préparer à cela. Ses membres se figèrent, se contractèrent, alors qu’elle entrait involontairement dans ce liquide fougueux et glacial. Elle fermait les yeux et, en quelques secondes, se retrouvait englouti par les flots.
Elle était ballottée, tentant par tous les moyens de se sortir de ce bordel. Battant de ses pattes ce qui lui semblait être le vide. Par moment, elle remontait à la surface, inspirant des goulées d'air avant de sombrer de nouveau dans le chaos de la rivière tumultueuse.

Malgré elle, son corps était entraîné à la frontière de deux clans ennemis : Rivière et Tonnerre. Elle maudissait son incapacité à savoir nager, ça ne devait pourtant pas être bien compliqué... si ces satanés mangeurs de poisson pouvaient le faire, elle le pouvait aussi.
Après de vaines tentatives et alors qu’elle commençait à s’abandonner aux flots, épuisée, de puissantes mâchoires agrippèrent son cou. Le clan des étoiles soit loué.

Elle tentait de reprendre plus vite ses forces qu’elle ne le pouvait et grognait, se détachant de l'emprise de son sauveur. Elle lui jeta un coup d’œil mauvais. Cœur d'Ours.

Un éclair transcenda le ciel tandis qu’une contraction déchira la jeune reine.

FLASHBACK ; 2 LUNES APRES CE SAUVETAGE, SUITE A QUELQUES AUTRES ENTREVUES, CLAIRIÈRE.

Elle avait beau savoir que batifoler avec un ennemi était interdit pour un chatte clanique telle qu’elle, elle ne souhaitait que prendre du bon temps. Se voiler la face et puis profiter de l’instant présent. Sans penser aux conséquences, se laisser amadouer, ne pas se méfier, pensant que cela ne durerait qu’un temps. Sans concevoir un seul instant que son tout petit secret, plutôt inoffensif, prendrait une dimension inconsidérée. Oh si elle avait su ce qui l’attendait…elle se serait arrêté depuis bien longtemps déjà. Infamie.
« – Bonsoir, Cœur d’Ours. Tu cherches désespérément une agréable compagnie ?
– Tu as une estime bien haute Nitescence Reptilienne mais sur ce point tu as tout à fait raison. Tu es une compagnie des plus agréables… »
Elle n’avait jamais remarqué l’intensité ambrée de ses prunelles qui semblait l’éblouir tout entier. Bien malgré elle, elle détournait le regard un instant. Le chemin qu’ils s’apprêtaient à emprunter était fort incertain, et elle ne savait pas si elle devait couper court à ce jeu qui ne faisait que commencer.
Tandis qu’elle dansait avec les flammes, lui jouait avec le feu tout entier. Lui faisait-il des avances ? Cela en avait tout l’air. Quelque chose s’éveillait en elle, outre son désir et…son angoisse ? Oui. C’était cela. Elle angoissait de savoir jusqu’où irait Ours. Jusqu’où serait-il capable d’aller ? L’ironie, l’heure tardive, c’était comme si on l’avait attiré dans un guet-apens. Mais après tout, il s’agissait d’un jeu. Entre lui et elle, de simples rôles qu’ils s’échangeaient, s’amusant des réactions de l’autre, repoussant leurs extrêmes limites.
« Chercherais-tu également l’aventure… ? »
Eh, quelque chose ne tournait visiblement pas rond dans l’habituel mode de fonctionnement de notre célèbre femelle tricolore. Elle n’avait pas été vache, elle avait employé un ton quasi enjôleur. Ça se cherche, ça se taquine, ça se flatte, ça se défie du regard…Tout le monde sait que ça va mal finir. D’une façon ou d’une autre.

La foudre, encore. Puis une contraction, encore.

FLASHBACK ; QUELQUES SEMAINES PLUS TARD, CLAIRIÈRE.

Elle avait donné rendez-vous à son amant, et il ne manquerait pas à l’appel, elle en était certaine. Sa silhouette scabreuse à l’allure inébranlable se découpait déjà à travers le paysage d’une beauté des plus pures. A mesure qu’il s’approchait, elle pouvait mieux distinguer son regard ténébreux et supérieur. Son cœur se passionnait pour ce beau matou réputé par delà les contées pour sa beauté et son impétuosité, et il s’emballait à la simple idée de lui annoncer la funeste nouvelle.
Alors, dés qu’il fut près d’elle, à porté de sa voix fluette et éraillée, elle n’y alla pas par quatre chemins, et lui miaula avec indifférence :
« J’attend des chatons. De toi, évidemment. »

Et enfin, l’ultime poussée, accompagnée d’une boule rose et translucide ressemblant plus à un rat qu’a un chat, et que l’on se plaisait à nommer « chaton ». Le nouveau né cria fort mais peu, comme conscient que la tempête faisant rage au dehors était déjà suffisamment bruyante. Avec la douceur infinie d’une mère, elle amena le petit contre elle afin de le préserver. Avec un frisson de joie, elle sentit son rejeton se blottir contre elle, à la recherche de chaleur. Elle le couvait d’un regard ô combien aimant, et c’était comme si ses prunelles jadis taillées dans la pierre dure et froide qu’était le cobalt reflétaient désormais les eaux tropicales des caraïbes. Elle était si fière de son petit…que dis-je, de ses petits. Ses pensées s’accrochèrent un instant à sa première portée, qu’elle avait laissée derrière elle lors de son départ du clan. Elle y pensait chaque jour, et se questionnait. Comment se portaient ses enfants ? Étaient-ils heureux ? Le clan veillait-il sur eux autant qu’elle avait pu le faire ? Et surtout, lui en voulaient-ils ?
Un craquement se fit entendre et la jeune reine tourna la tête, inquiète. Elle plissa les yeux en découvrant celui qui se tenait devant elle : Dunkan. L’odeur, estompée mais présente, de sa rancœur, entre toutes les autres, se fraya un chemin jusqu’à ses narines et implosa en son cœur. Nitescence Reptilienne ressentait toute la haine, l’amertume, que Dunkan nourrissait envers elle, liée au mensonge et à l’égoïsme dont elle avait fait preuve en lui cachant sa grossesse et en le laissant seul face à l’incompréhension la plus totale. Les yeux de Dunkan se plantèrent soudain dans les siens, puis descendirent lentement vers son petit museau humide, pour continuer jusqu’à sa lèvre supérieur, inférieur, dévier par la courbe de ses moustaches, s’agripper à son cou délicieux et bifurquer vers son épaule gracieuse et sensuelle, brosser chacun des poils de son flanc, s’enrouler autour de son dos divin et finalement glisser le long de sa queue qui semblait ne jamais finir. Alors ça ne te rappelle rien ? Semblait crier les prunelles océaniques du grand mâle noir. Simplement, la dernière fois, ce n’était pas que mon regard. Un frisson d’effroi parcourut la guerrière tricolore et, apercevant l’élan en avant que Dunkan prenait, elle le devançait instantanément et spontanément, par des paroles au ton menaçant et sans appel :

« Un pas de plus et je te plante mes crocs jusqu’à la moelle. »

La dernière flamme qui dansait auparavant au fond des prunelles du géniteur de la boule de poil qui remuait contre le ventre de la jeune reine venait de s’éteindre brusquement à la suite de ses paroles. Les yeux vitreux du grand mâle semblaient découvrir seulement maintenant le corps de la tricolore, ou devrais-je dire son cadavre, avec une froideur douloureuse. Le pelage noir de Dunkan évoqua soudain à la mère celui d’un corbeau, un corbeau tournoyant au dessus d’un charnier, prêt à dévorer sa victime. Et justement, il fondit, non pas sur la tricolore, mais sur son rejeton.

« NON ! »

En quelques fractions de secondes, le caneton se retrouvait entre les crocs du charognard qui fuyait, sans un regard en arrière, sans un adieu, rien. La jeune mère voulut se lever pour rattraper Dunkan afin de lui reprendre son petit, mais une piqure de rappel lui transperça le ventre : le travail n’était pas terminé. Elle ne put que le regarder partir, miaulant après son petit. A peine avait-il disparu de son champ de vision qu’un gouffre se creusa en elle, et, dans la tempête, son hurlement claironna comme un appel à la mort.

Ainsi vint au monde Petite Lubie. Elle ne saurait vraiment expliquer pourquoi elle avait arrêté son choix sur le nom de Petite Lubie mais elle trouvait qu’il correspondait bien à sa fille. Sa naissance avait été comme une surprise inattendue, comme une merveille inespérée, comme un caprice assouvit. Elle avait permis à la jeune mère de garder un brin d’allégresse malgré les circonstances attristantes.
Car la plus violente douleur qu'on puisse éprouver est la perte d'un enfant pour une mère, et la perte de la mère pour un père. Et si Nitescence Reptilienne avait perdu son premier né, Dunkan, lui, avait perdu sa tendre et chère. Ils étaient comme deux cœurs meurtris qui ne pouvaient s’aider l’un l’autre, mais seulement se complaire dans leurs passions autodestructrices.
Et pourtant Petite Lubie était là, rayonnante, faisant briller de mille feux dans les yeux de sa mère une lueur sans pareille. Nitescence Reptilienne, ne pouvant être fière d’elle-même, était fière de sa fille.

Lire la suite ?

_________________




Nuage de la Lubie:
 


Litanie Fauve:
 


Cadeaux  I love you :
 
avatar
Date d’inscription : 24/10/2014
Messages : 1574
Féminin
Puf : Apana
Âge : 19
Multi-comptes : Nuage de la Lubie (o) ; Litanie Fauve (v)
Modératrice ✿ Lieutenant du Clan du Tonnerre
Modératrice ✿ Lieutenant du Clan du TonnerreVoir le profil de l'utilisateur
Jeu 28 Juil 2016 - 15:11
Re-bienvenuuuue Apana ♥
Bon retour parmi nous, avec ma fille xD

Hum, question comme ça, elle survit comment à trois lunes ? :v:

_________________
avatar
Date d’inscription : 20/03/2015
Messages : 6115
Féminin
Puf : power (lightning power).
Rang EÉF : Guerrier
Âge : 17
Multi-comptes : esprit du lion (t) + nuage du panda-roux (t) + cœur de louve (o) + dunkan (s)
Administratrice
AdministratriceVoir le profil de l'utilisateur
Jeu 28 Juil 2016 - 15:50
merci ma belle ♥
eheh, toutes les réponses seront dans son histoire, mais bien sûr elle ne se débrouillera pas seule, du moins pas avant ses trois lunes, après ça c'est fort possible qu'elle commence progressivement à être un peu moins dépendante (en fait, étant aveugle quasiment de naissance, ses autres sens vont nettement plus se développer et elle sera donc beaucoup moins dépendante, que dis-je, elle deviendra même indépendante tant qu'elle ne joue pas avec le feu, qu'un chat devenant aveugle au cours de sa vie). Wink

_________________




Nuage de la Lubie:
 


Litanie Fauve:
 


Cadeaux  I love you :
 
avatar
Date d’inscription : 24/10/2014
Messages : 1574
Féminin
Puf : Apana
Âge : 19
Multi-comptes : Nuage de la Lubie (o) ; Litanie Fauve (v)
Arpente la Forêt
Arpente la ForêtVoir le profil de l'utilisateur
Jeu 28 Juil 2016 - 15:58
Re Bienvenue
 

avatar
Date d’inscription : 20/06/2016
Messages : 41
Masculin
Puf : Koko / Souffle / Vent (nuage de croc)
Âge : 16
Multi-comptes : - [Vent Solaire] Guerrier du Tonnerre , 14 lunes
Félin Connu
Félin ConnuVoir le profil de l'utilisateur
Jeu 28 Juil 2016 - 19:38

    Re - Bienvenue :3
avatar
Date d’inscription : 17/04/2016
Messages : 400
Féminin
Puf : Ardy.
Âge : 16
Multi-comptes : Sylvestre (Pause).
Journaliste CM ✿ Guérisseuse du Clan de l’Ombre
Journaliste CM ✿ Guérisseuse du Clan de l’OmbreVoir le profil de l'utilisateur
Ven 29 Juil 2016 - 1:58
APANA LAISSE MOI T'EMBRASSER !
Faites sortir les émotions, t'es quelqu'un d'importante sur le forum, on pouvait pas se passer de toi
Il fallait que tu revienne c'était obligatoire, et cette petite trop mignonne, elle mérite de vivre et sans ton retour elle serait pas là (personne l'avait deviné ça hein XD).
Bon retour Apana Hearty Tu m'a manqué, vraiment Twan
avatar
Date d’inscription : 08/03/2015
Messages : 1311
Féminin
Puf : Night, Nighty ou Vina :3
Âge : 14
Multi-comptes : Lune Blanche guerrière O (morte) || Kaï Bêta H || Aurore Australe, guerrière R || Conteuse de l'Aube, guérisseuse O || Nuage du Soleil, apprenti T || Petit Flamant, chaton, V || Guimauve, chaton, S || BIENTOT : Petite Odyssée, chatonne, R || Morphée, bêta, H
Félin Légendaire
Félin LégendaireVoir le profil de l'utilisateur
Ven 29 Juil 2016 - 11:52
Welcom Apanouche, super contente de te voir à'nouveau inspirée <3
Je te laisse jusqu'au 8 Août pour finir la fiche de ce bout de chou ! :3

EDIT : Souffle Galactique, évite de poster car tu n'es pas validé :3
avatar
Date d’inscription : 18/03/2015
Messages : 1313
Féminin
Puf : Pearl
Âge : 18
Multi-comptes : Alice, Oméga de la Horde | Eddie, Solitaire | Ame du Crépuscule, Guerrier Ombre
Félin Mythique
Félin MythiqueVoir le profil de l'utilisateur
Ven 29 Juil 2016 - 13:22
re-bienvenue Apana d'amour Hearty
avatar
Date d’inscription : 20/07/2013
Messages : 5329
Masculin
Puf : perlouu forever, arno, pillsnpotions.
Rang EÉF : Guerrier
Âge : 18
Multi-comptes : Source aux Fées (o) Nuage Nordique (r)
Administratrice
AdministratriceVoir le profil de l'utilisateur
Ven 29 Juil 2016 - 19:22
Merci mes petits poussins Twan
Cependant j'ai une grosse màj à faire, lubie ne sera finalement pas aveugle (suite à la surprise monumentale que nono m'a fait de sortir enfin mademoiselle Lilyth que j'attend depuis des lustres, et à mon désir de ne pas jouer deux personnages aveugles) du coup je compte refondre lubie puisque je vais devoir changer pas mal de choses à sa présentation actuelle. donc si vous me le permettez j'aimerais mettre cette présentation en pause le temps de faire toutes les modifications ? (au moins jusqu'à fin août avec mes vacances)

_________________




Nuage de la Lubie:
 


Litanie Fauve:
 


Cadeaux  I love you :
 
avatar
Date d’inscription : 24/10/2014
Messages : 1574
Féminin
Puf : Apana
Âge : 19
Multi-comptes : Nuage de la Lubie (o) ; Litanie Fauve (v)
Félin Légendaire
Félin LégendaireVoir le profil de l'utilisateur
Ven 29 Juil 2016 - 19:47
Je poste quand même pour te demander si tu n'aurais pas lu le Pacte des Marchombres de Pierre Bottero par hasaaaaard ? ahah (pas du tout parce que t'as mis pleiiiin de citations de cette trilogie ) Sinon bienvenue à cette p'tite Bie qui sera finalement pas aveugle xD
avatar
Date d’inscription : 12/10/2013
Messages : 2105
Féminin
Puf : Breeze.
Rang EÉF : Chaton
Âge : 15
Multi-comptes : Deameth — Petite Averse — Princesses des Danses — Nuage d'Été — Nuée de Lucioles — Arc-en-Ciel — Petit Océan
Administratrice
AdministratriceVoir le profil de l'utilisateur
Ven 29 Juil 2016 - 19:52
eheh, si, et pas que ! j'adore cet écrivain ! http://r19.imgfast.n

_________________




Nuage de la Lubie:
 


Litanie Fauve:
 


Cadeaux  I love you :
 
avatar
Date d’inscription : 24/10/2014
Messages : 1574
Féminin
Puf : Apana
Âge : 19
Multi-comptes : Nuage de la Lubie (o) ; Litanie Fauve (v)
Félin Légendaire
Félin LégendaireVoir le profil de l'utilisateur
Ven 29 Juil 2016 - 19:53
Aaaaah on va pouvoir discuter Bottero ahah
avatar
Date d’inscription : 12/10/2013
Messages : 2105
Féminin
Puf : Breeze.
Rang EÉF : Chaton
Âge : 15
Multi-comptes : Deameth — Petite Averse — Princesses des Danses — Nuage d'Été — Nuée de Lucioles — Arc-en-Ciel — Petit Océan
Félin Légendaire
Félin LégendaireVoir le profil de l'utilisateur
Ven 29 Juil 2016 - 20:15
RE COCOTE http://r13.imgfast.n
du coup je met en pause, plus t'ai oublié de mentionné Orion en tant que grand père c'est pas cool. parfaitement
avatar
Date d’inscription : 08/04/2015
Messages : 2036
Féminin
Puf : © north.
Âge : 19
Multi-comptes : caprice de la sirène (41), orion (46), petit conteur (4).
Administratrice
AdministratriceVoir le profil de l'utilisateur
Ven 29 Juil 2016 - 20:33
oh yeah.
en fait, nono, je pensais que ça vexerait orion de le designer de grand père, mais je modifie ça de suite. :p

_________________




Nuage de la Lubie:
 


Litanie Fauve:
 


Cadeaux  I love you :
 
avatar
Date d’inscription : 24/10/2014
Messages : 1574
Féminin
Puf : Apana
Âge : 19
Multi-comptes : Nuage de la Lubie (o) ; Litanie Fauve (v)
Journaliste CM ✿ Guérisseuse du Clan de l’Ombre
Journaliste CM ✿ Guérisseuse du Clan de l’OmbreVoir le profil de l'utilisateur
Ven 29 Juil 2016 - 20:36
Dommage qu'est-ce qu'elle était mignonne cette petite Lubie ! Mais je pense que même si elle et pas aveugle elle sera toujours mignonne Sisi
avatar
Date d’inscription : 08/03/2015
Messages : 1311
Féminin
Puf : Night, Nighty ou Vina :3
Âge : 14
Multi-comptes : Lune Blanche guerrière O (morte) || Kaï Bêta H || Aurore Australe, guerrière R || Conteuse de l'Aube, guérisseuse O || Nuage du Soleil, apprenti T || Petit Flamant, chaton, V || Guimauve, chaton, S || BIENTOT : Petite Odyssée, chatonne, R || Morphée, bêta, H
Animateur ✿ Alpha de la Horde
Animateur ✿ Alpha de la HordeVoir le profil de l'utilisateur
Ven 29 Juil 2016 - 20:40
Bienvenu ! ahah
Ta blague de pépitard RIP

_________________

Merci Mew je t'adore Hearty:
 
Tes chefs-d’œuvres, Pipine What a Face :
 

Le plus beau pays du monde What a Face:
 
avatar
Date d’inscription : 11/04/2016
Messages : 951
Masculin
Puf : Stone / Cigalou / Ciaglou / Calgon (pour vanish seulement è.é) / Buibui / la patate (douty x') / Chicago (Luny x') /Stonehedge (Mew xD) / Stine (V.I.P. : Night, Grey, Perly) :$
Âge : 16
Multi-comptes : Coeur du Printemps /Tonnerre | Conviction du Paon/Solitaire | Feu Follet/ Ombre
Félin Célèbre
Félin CélèbreVoir le profil de l'utilisateur
Ven 29 Juil 2016 - 23:02
Re-re-bienvenu vu que je t'ai vu sur cb ahah
Apapépitard le retour et un jeu de mots pourri un !
Bref heu bah la encore j'ai pas pris la peine de lire RIP donc voilà mais jotaime d'amour quand même Twan
avatar
Date d’inscription : 13/02/2015
Messages : 745
Féminin
Puf : River
Rang EÉF : Guerrier
Âge : 18
Multi-comptes : Vallée du Mirage
Félin Célèbre
Félin CélèbreVoir le profil de l'utilisateur
Sam 30 Juil 2016 - 1:59
Re Apana! ahah
avatar
Date d’inscription : 07/01/2016
Messages : 916
Masculin
Puf : Diam, diam's (à ce qu'il paraît on met un s à la fin), diamoche, chyze (bouh que c'est vilain)
Âge : 16
Multi-comptes : /
Invité
Invité
Sam 30 Juil 2016 - 11:18
Re welcome d'après ce que je lis
Le caractère est vraiment craquant, et je doute pas que ton personnage sera tout aussi bien une fois les modifications effectuées -t'as vraiment une plume d'enfer en passant-.
Bonne chance pour tout ça I love you
avatar
Félin Légendaire
Félin LégendaireVoir le profil de l'utilisateur
Sam 30 Juil 2016 - 16:04
Rew Apana ! :3
Eh eh ! Moi aussi je suis une fan de Bottero ^^ (j'ai même fais mon sujet d'invention du bac sur cet écrivain fantastique oooh )
avatar
Date d’inscription : 30/06/2014
Messages : 1859
Féminin
Puf : Drop
Âge : 19
Félin Célèbre
Félin CélèbreVoir le profil de l'utilisateur
Sam 6 Aoû 2016 - 14:05
Re welc apananas :3
avatar
Date d’inscription : 18/08/2015
Messages : 620
Féminin
Puf : pumpkin
Multi-comptes : Icare (s) •• Atlas (h)
Caspian ✿ Notre prince charmant
Caspian ✿ Notre prince charmant <3Voir le profil de l'utilisateur
Sam 6 Aoû 2016 - 15:26
re-bienvenue Twan
avatar
Date d’inscription : 09/11/2013
Messages : 4915
Féminin
Puf : caspian
Rang EÉF : Légende
Âge : 21
Administratrice
AdministratriceVoir le profil de l'utilisateur
Dim 7 Aoû 2016 - 14:31
Owo, je n'avais pas vu cette présentation!
Re-bienvenue Apana Twan Bon courage pour finir ta présentation!

_________________

avatar
Date d’inscription : 26/04/2015
Messages : 1940
Féminin
Puf : gotheim
Âge : 23
Multi-comptes : Faucon des Rivières, Astaroth
Administratrice
AdministratriceVoir le profil de l'utilisateur
Mar 9 Aoû 2016 - 17:26
Anh, merci à tous, vous êtes adorables ! Twan
Je risque de mettre encore pas mal de temps pour l'histoire. :$

_________________




Nuage de la Lubie:
 


Litanie Fauve:
 


Cadeaux  I love you :
 
avatar
Date d’inscription : 24/10/2014
Messages : 1574
Féminin
Puf : Apana
Âge : 19
Multi-comptes : Nuage de la Lubie (o) ; Litanie Fauve (v)
Contenu sponsorisé
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant
petite lubie ― à qui la nuit fait-elle peur ? à ceux qui attendent le jour pour voir. || VALIDÉE
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum

Sauter vers: