Nous avons un nouveau guérisseur du clan de l'Ombre. Viens l'acclamer ici!

Bonnes vacances d'été à LW et à tous ses membres! Pour en savoir plus, viens là.
Nos nouveaux modérateurs pour l'été par là.

Recrutement de juges EÉF en cours ici.

Partagez | 
 

 WELL, WELL, WELL, WELCOME TO MY LAIR - PYTHON

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Invité

avatar

Invité


MessageSujet: WELL, WELL, WELL, WELCOME TO MY LAIR - PYTHON   Lun 31 Aoû 2015 - 19:02


ÉGAREMENT DU PYTHON


Identité
Nom & Surnom : Égarement du Python ou Snake

Âge : 38 lunes

Sexe : Mâle

Clan  & Rang : Guerrier Ombreux

Origines : Domestique & solitaire



Caractère
Qualités: Excellent chasseur ♣ Prudent ♣ Travailleur ♣ Courageux ♣ Dynamique ♣ Passionné ♣ Modeste
 
Défauts: Pas fair play ♣ Solitaire ♣ Méfiant ♣ Irrationnel ♣ Possessif ♣ Impulsif ♣ Un poil psychopathe



Égarement du Python est d'une impulsivité rare, la colère et l'agressivité surviennent facilement. Sa colère peut être dirigée vers les autres pour les impressionner ou les effrayer. Il se montre dans l'ensemble infantile et irresponsable, vivant dans le présent.
Le jeune matou s’ennuie très vite ; il aime vivre dans une dynamique continue, mais il souffre d'un désintérêt général pour le monde. De plus, sa solitude est constante, même dans un groupe, il se sentira isolé et incompris. Sa méfiance envers tout ses compagnons n'arrange rien. La seule chose capable de l'intéresser, c'est la chasse. Il adore la sensation de liberté et de concentration que procure la chasse, ainsi que la satisfaction d'avoir gagner son repas. Si certains pensent que le jeune matou aime la chasse pour tuer, ils se trompent lourdement. Mais si Égarement du Python peut attiser une certaine pitié, gare! Il n'a aucun empathie envers les autres, ni de moral. Ils sont là pour subvenir à ses besoin, quand il ne considèrent pas les autres comme des ennemis à détruire.
Mais si, contre toute attente, vous arrivez à obtenir sa sympathie, alors Python se révèle être un être passionné prêt à tout les sacrifices pour ceux qu'il aime. C'est une sorte de paradoxe sur patte, qui bascule entre une colère aussi soudaine que spontanée et la douceur d'un amant attentif et passionné.
Cependant, le matou n'est pas un chat cruel seulement avec les autres ; il ne cesse de se dévaloriser masqué derrière une indifférence et un mépris agressif, ce qui peut lui procurer une modestie surprenante.
Au final, Égarement du Python est un être complet et complexe, difficile à cerner à cause de son impulsivité.

 





Physique

Si Égarement du Python n'a pas tellement une mentalité de chat Clanique, il n'en a pas le physique non plus. Haut sur patte, le matou est très fin. Loin d'être un guerrier tout en muscle, le matou semble chétif à côté de ses camarades. De plus, il possède un pelage d'une banalité consternante. D'un argile terreux, son poil ne possède par de beaux reflets dorés et brillants, il reste plutôt terne et plat. Ses extrémités semblent être brûlées à cause de leur couleur sombre. Son visage triangulaire porte ses deux grands yeux, qui semble être la seule source de lumière du matou. L'un ambré et l'autre vert, il laisse passer toutes ses émotions au travers de ses prunelles colorées.
Si Égarement du Python n'est pas une beauté fatale, c'est qu'il n'essaye même pas. Il n'entretient pas toujours son pelage, ce qui lui procure une apparence négligée en plus de son sale caractère.




Histoire

 

0 LUNES - NAISSANCE.

Un éclair zébra le ciel tourmenté. La féline sursauta, et jeta un coup d’œil effrayé au dehors. Elle s'assit, lissant son pelage crème et blanc hérisser par la peur. Son ventre gonflé annonçait la venue imminente des chatons. Elle étira ses épaules engourdis par le poids de son ventre. Son maître secoua sa gamelle ; sa pâtée était prête. La féline jeta un coup d’œil à l'extérieur. Toute la soirée elle avait attendu que le père de ses chatons arrive, mais il ne venait pas. Elle retint un soupir, mais ses oreilles se baissèrent contre son gré. Traînant le pas, elle alla manger son repas.

Un grondement sortit de la gorge de la féline. Elle fronça le nez, en proie à une grande douleur. Ses contractions venaient de commencer, alors qu'elle faisait un tour dans la forêt. Elle serra la mâchoire, les yeux fermés. Elle voulait à tout prix que son mâle soit là quand leur progéniture naîtrait. Mais il n'était pas là. Tan pis. Tan pis pour lui. Elle relâcha ses muscles et des petits paquets mouillés tombèrent sur le sol de feuilles rousses. La féline les observa ; fière comme un paon. Elle regarda les deux petits: un mâle et une femelle. Python et Iblis. Deux chatons frêles mais en pleine forme. Elle les allaita, leur donnant lait et amour en même temps. Un rayon de soleil glissa le long des feuilles et éclaira le corps des deux petits, comme pour leur donner bénédiction et amour et répondre à la fierté de leur mère.
Les feuilles frémirent ; un mâle entra dans la petite clairière et vis la femelle, auréolée d'un rayon de soleil.
« Princess...
- Folk, répondit la femelle. Voici nos petits: Python et Iblis.
- Ils sont magnifiques.
- Je sais. »
Elle posa ses grands yeux bleus sur les deux boules de poils remuantes.
« Tu sais, Folk, j'aurai aimé que ces chatons naissent dans ton univers.
- Ils sont nés dans la forêt...
- Oui, mais ils sont nés sous la responsabilité des Bipèdes.
- Non. Les Bipèdes n'aurait jamais acceptés que toi et moi ayons des chatons. » Le regard du mâle se durcit. « Ils ne l'auraient jamais accepté.
- Ces chatons mourront chez moi. Emmènent-les. »
Folk sursauta.
« Je... Je ne peux pas. Ils...
- Dans ma maison, ce sont des chats morts. Aucunes chances de survis. Je connais mes Bipèdes. Avec toi, ils ont une chance - infime, certes - mais elle est là quand même. Je veux qu'ils connaissent la liberté, et pas qu'ils soient enchaînés à un destin de chat domestique.
- Soit. Tes désirs sont des ordres, Princess. Serais-tu prête à les abandonner à une vie de misère ?
- Oui.
- Serais-tu prête à les laisser se débrouiller par leurs propres moyens, seuls, dans la ville ?
- Oui.
- Serais-tu prête à ne jamais les revoir, sans savoir s'ils vivent loin de toi ou s'ils sont morts ? »
Les yeux de la féline se voilèrent de chagrin. C'est d'une voie cassée qu'elle dit:
« Oui. Je suis prête. »
Le mâle frôla la truffe de sa compagne et prit les boules de poils entre ses crocs.
« Je t'aime, Princess. Prends soin de toi. »
La belle femelle regarda ses petits, puis le mâle.
« Je t'aime aussi, Folk. Prends en soin comme la prunelle de tes yeux. »
Elle fit une léchouille sur la joue du mâle. Il lui répondit par un ronronnement doux. Ils se regardèrent, puis le chat solitaire se détourna avec ses petits dans la gueule. Il s'en alla dans les fourrés, laissant seule sa compagne. Princess les suivit du regard, puis s'assit, les larmes embrumant ses magnifiques yeux bleutés. Elle savait qu'elle avait fait le bon choix, mais la douleur de séparation était plus fort que cette raison là. Elle gémit, comme si on venait de lui arracher le cœur.

Ainsi, je suis né, une belle journée d'automne avec ma sœur, Iblis. Dès nos premiers instants d’existences, nous suivions une voie que nos parents tracèrent pour nous, plutôt que de nous laisser choisir. Peut être aurai-t-il mieux fallut que nous mourrions dans cette forêt ? Peut être. Nous ne devions pas savoir que, juste nés, nos vies tenaient à un fil. Peut être aurai-t-il mieux fallut que nous mourrions brûlés, noyés, au même abandonnés aux chiens. Mais nos parents décidèrent que nous devrions vivre et c'est ce que nous fûmes. Folk nous mena jusqu'à une vieille chatte noire et blanche, Bonté, qui venait de perdre ses petits. Elle nous accepta et nous éleva comme ses enfants, avec amour et tendresse, mais elle savait qu'il y aura toujours une barrière qui nous séparerait. Notre père venait nous voir quotidiennement, chassait pour nous tandis que moi et Iblis grandissions de jour en jour. Nous vivions.

1 À 9 LUNES - ENFANCE.

Nous vivions. Dos à dos, Iblis et moi, nous vivions. Liés au delà des mots, nous avancions dans l'aventure qu'était la vie. Bonté nous donnait amour et tendresse, Folk nous faisait rêver d'aventure et de nuits blanches. Notre vie commençait dans un matin ensoleillé, et continuait pendant des jours, des semaines, et des mois. Elle était moi, j'étais elle, nous étions un. Nous ne formions plus qu'un seul et même chat. Jamais l'un sans l'autre, aussi soudé que deux insérables. Les bêtises étaient faites ensembles, les jeux étaient fait ensemble, tout ce que nous faisons, nous le partagions. Iblis devenait une belle chatte au pelage crème et blanc et aux yeux émeraudes. Moi, je devenais un mâle au pelage argile et aux yeux verrons. Malgré nos différences, je n'ai jamais aimé quelqu'un aussi fort que ma sœur. C'est presque comme si nous lisions les pensées de l'un et l'autre. Tout allait bien. Tout allait bien ? Oui, tout. Mais, aussi doux d'une bise d'été en pleine canicule, les ennuis arrivaient. Nos destins nous rattrapaient, mais nous étions trop insouciants pour s'en rendre compte. Voilà 6 lunes que nous étions nés. Pas un faux pas. Tout étais bien. Mais un jour, Folk ne vint pas. Nous l'attendîmes toute la journée, mais il n'arrivait pas. Je sentais Iblis inquiète.
« Ne t'inquiète pas, il va arriver. »
Iblis me regarda, puis me sourit. Et nous attendions toujours. Le soleil, boule de feu à l'horizon, enflammait les brins d'herbe. Le ciel se colorait de pourpre et de bleu, alors que la lune montait de l'autre côté. Je me rappelle l'avoir regardé se coucher au loin, pendant qu'Iblis disparaissait dans les fourrés. Je la suis. Je n'aurai pas dus. Je rattrapai ma sœur qui fixait un point à l'horizon, les yeux écarquillés. Je suivis son regard. Là encore, je n'aurai pas dus. Ce que je vis me coupa le souffle. Un chat était couché à côté d'une féline qui portait le même pelage d'Iblis, mais ses yeux bleus clairs fixait le loin sans le voir. Elle était morte. Son cou était ensanglanté. Mais ce n'était pas le pire ; le pire était l'identité du meurtrier. Oui, vous vous en doutez, c'est Folk. Mon père. Je me rappelle avoir exprimé de l’incompréhension. Pourquoi mon père avait tué cette chatte ? Mais mes sentiments n'était rien à côté de ceux d'Iblis. Une immense horreur l'avait submergé, avant d'être remplacée par un dégoût sans borne. Je me rappellerai toujours de son regard: méprisant, dégoûté, horrifié. Elle tourna les talons et s'en alla, sans bruit. Je ne m'en était pas rendu compte à ce moment là, mais le premier coup de pelle qui allait creuser le gouffre entre nous était planté. Je la suivis aussitôt. Nous n'avions pas besoin que Folk nous vois. Dans la soirée, il est venu nous rendre visite. Nous l'avons aussitôt chassé. Plus que la surprise et la honte dans son regard, c'est ces mensonges qui m'ont blessé.
« Iblis, Python... Qu'est ce qui vous prend ?
- Tu n'es qu'un moins de rien !, hurla ma sœur. Dégage ! Tu as tué un chat ! DÉGAGE ! »
Je fixai mon père, dans l'attente d'une explication, mais non. Rien. Le néant se creusa dans ses yeux ambrés, sa figure était complètement décomposée. Je compris alors que cette féline était peut être plus d'un simple chat pour lui, mais il partit. Et il ne revint jamais. Nous étions orphelin sans le savoir.
Pendant les trois lunes après l'assassina, ma Iblis se remit lentement de ses émotions, même si la trahison de notre père l'avait blessée bien plus qu'elle ne voulait le faire paraître. Enfin. Ainsi va la vie. Les chats que nous pensons les plus fidèles étaient parfois les plus grands meurtriers. Un père qui assassine sa compagne, une féline qui abandonne ses chatons, une vieille mère rendu à demi folle par la perte de ses chatons. Nous n'en savions rien, mais nous étions les vedettes d'une grande ironie tragique.

Les jours passèrent, Iblis devenait de plus en plus belle. Son cœur devenait indépendant, et son âme ne m'appartenait plus. Je ne le voyait pas, ou plutôt je ne voulais pas le voir. Ses regards de plus en plus distant envers moi me vrillait le cœur à chaque fois. La bise de nos ennuis se transformait en vent, et nos destins tendaient leurs griffes aiguisées au dessus de nous. Si seulement nous n'avions pas lever la tête, si seulement nous n'avions pas chercher à comprendre le pourquoi du comment, le crime de mon père aurait put être oublié. Mais quand j'ai appris que c'était notre mère, qui nous avait abandonnés 6 lunes plut tôt, je sus que nous avions été élevé dans le mensonge. Ou l'ignorance, plutôt. Oui, l'ignorance. Nos choix étaient pris par les autres, nous n'étions que des pantins. Iblis voulait continue sa vie dans l'ignorance, mais pas moi. J'étais révolté.

10 À 17 LUNES - MÉSAVENTURES.

Une lune passa. Bonté était morte. Quand nous l'apprîmes, nous étions détruit. Notre mère adoptive était morte. Iblis passa bien vite sur l'événement, mais quand je eut l'audace de le lui reprocher, elle me rétorqua vertement que de toute façon c'était une vieille chatte à moitié folle et que ce n'était pas notre vrai mère.
« Mais enfin !, m'écriais-je, agacé. Elle nous a élever pendant toute notre enfance ! Ce serai une inconnue, tu ferais plus d'efforts. »
Et elle me jeta un regard méprisant. Ses si beaux yeux verts, remplit de mépris, comme une tâche sur un pelage blanc. J'en suis resté scotché. Voir de si détestable sentiments dans celle que j'ai aimé plus fort que la vie elle même me faire cela. J'ai cru que le sol se dérobait sous mes pattes. Alors que je m'éloignais d'elle, je rencontrai celle qui, quelques lunes plus tard, serait ma future amante.
Nous nous rencontrâmes lors d'une journée pluvieuse d'automne. Elle était blessé. Quand je lui parlai, sa voie était douce mais ses yeux était ceux d'un chat traqué. Je suis resté avec elle, manquant cruellement de compagne. Depuis, Jinger était comme une compagne. Elle ne remplaçait pas le gouffre de douleur que me faisait l’absence d'Iblis, mais elle en comblait une partie et je me sentais mieux.
Les jours passaient. Je grandis encore un peu plus, jusqu'à être plus grand que Jinger et Iblis. Celle ci ne m'adressait presque plus la parole. Chaque fois que je la croisais, mon cœur se fendait un peu plus, mais Jinger s'appliquait à mettre du baume à mes blessures. Je lui en fut très reconnaissant. Mais je n'étais pas amoureux d'elle et chaque jour un peu plus je voyais l'espoir mourir au fond de ses yeux.

Comme un soleil qui se couche, le soleil de notre enfance venait de se coucher, nous laissant seuls dans une univers inconnu, froid et noir. Plus personne n'était là pour nous. Nous étions seuls. Terriblement seuls.

L'été passa, et avec lui, ses promesses d'un monde meilleur. L'hiver pointait déjà son nez. Iblis tomba malade. Sa beauté s’éteignit comme un rayon de soleil voilé par un nuage. J'en fus très touché. Elle me regardait avec ses immenses yeux verts, vieillis avant l'âge. Je revis Jinger une fois cet hier, mais nous étions séparé par l'amour. J'avais l'impression que le temps m'enlevait tout ce qui était cher à mes yeux. Il me narguait, déposait un félin que j'aimais devant ma truffe, et me l'enlevait aussitôt. Aussi, cet hiver fut une saison bien triste pour moi et ma sœur. Désormais, notre enfance était loin derrière nous. Nous n'étions plus des chatons, mais nous n'étions pas encore des adultes non plus. Je me rappelle m'être traîné un jour jusqu'à un quartier éloigné de mes repères habituels. J'avais vue Jinger, mais elle m'avait jeté un regard glacé. Remplis d'amour mais de haine et de dégoût. Elle avait crut que je l'avais utilisé pour m'occuper.
« Jinger...
- Tu veux quoi ? T'occuper un peu pendant que ta chère sœur est malade ? Je la plaint, avoir un chat aussi malfaisant comme frère doit être une véritable corvée.
- Arrêtes, ce n'est pas ce que tu crois.
- Ah non ? Et qu'est ce que je crois ? Que tu ne venait avec moi que par amour mais que la maladie de ta sœur t'as empêché de venir me voir pendant deux lunes ?
- Non...
- Alors quoi ?! Tu es un sale chat. Je pensais que tu avais un bon fond, un fond propre. Mais tu es un lâche. Tu n'es pas capable d'accepter ce que les autres pensent de toi. » Elle se détourna. « Je sais qu'Iblis et toi avait été très proche, pendant que vous étiez petits. Mais elle t'a lâché et tu ne t'en ai jamais remis. Tu es venu avec moi juste pour l'oublier. » Elle remarqua mon hoquet de surprise. « Eh oui, tu pensais que je ne m'en était pas rendue compte ? Je pensais que tu allais changer, que tu allais m'aimer comme je t'aimais. Mais tu n'as pas changé. Ton âme appartiendra toujours à Iblis. Tu es un sale chat, Python. Un sale chat. Tu ne t'es même pas rendu compte du mal que tu me faisais. Tu me dégoûte. Tu es un sale chat aveugle, Python. Je n'aurais jamais du me fier à toi, les serpent change de peau mais pas de nature »
Je ne trouvais rien à répondre. Elle avait raison, sur tout. Je voulus m'excuser, trouver les mots juste pour apaiser sa peine comme elle avait apaisé la mienne, mais mes mots murent avant même d'être nés. Je baissai la tête.
« Tu vois ?, feula Jinger. Va-t-en, maintenant. Je ne veux plus te revoir.
- Jinger, écoute, je...
- Va-t-en.
- Jinger...
- VA-T-EN ! DÉGAGE DE MA VUE PYTHON ! NE REVIENS JAMAIS ! »
Je parti. J'aurai peut être dut rester, rester à parler à Jinger. Peut être m'aurait-elle tuer, peut être pas. Dans tous les cas, j'étais à nouveau seul. Et perdu.

L'hiver passa. Iblis se remit lentement de sa maladie. Pendant une lune, elle redevient la même féline qu'avant. Mais bien vite, elle reparti. Me laissant seul, comme toujours. Comme d'habitude. Lors d'un beau matin de printemps, j'avais pris ma décision ; je partais. Pour aller où ? Je ne savais pas. Je ne sais toujours pas. Mais ma place n'étais pas ici. Aussi, j'allai faire mes adieux à Jinger et Iblis dès que le soleil monta dans le ciel.

Je marchai des les rues sombres. Jinger était là.
« Jinger. »
Elle se tourna lentement vers moi. Je fus choqué de sa maigreur et de ses yeux éteins.
« Jinger, je pars. »
Elle sourit.
« Je savais que tu partirais un jour. Alors, va-t-en.
- Tu ne me demande pas ou je pars ?
- Non, aucune utilité. Je ne veux pas te revoir. Et si jamais l'envie m'en prend, je préfèrerais passer ma vie te chercher plutôt que de savoir ou tu es et te regarder vivre sans moi. Je ne te retiendrai pas, tu peux partir. Adieu Python, puisse tes pattes te mener là ou tu le souhaite.
- Merci, Jinger. Je regrette amèrement que nos relations ne se soient pas terminées correctement. »
Elle me regarda, les yeux éclairés d'une lueur de vie, avant de s'éteindre à nouveau. Peut être pour toujours. Je regrette, Jinger. Sincèrement. Je suis désolé de t'avoir ôté l'envie de vivre.. Je parti. Jinger avait raison ; elle ne me retenais. Mais ce, depuis déjà plusieurs lunes. J'allai voir aussitôt Iblis. Elle était là, rayonnante mais fragile comme une goutte de rosée.
« Iblis. »
Elle me regarda avec une moue méprisante.
« Je pars. Loin d'ici.
- Q... Quoi ?!
- Je m'en vais.
- Mais... Pourquoi ? Et moi, Python ? Tu m'abandonnes ?
- Non. Tu as oublié ce que nous étions, plus rien ne me retiens ici.
- C'est faux. Je n'ai jamais oublié quel frère tu as été. Ni Folk, et Bonté. Je n'ai rien oublié. »
Elle s'approcha de moi et me chuchota à l'oreille:
« Tu as été un frère exceptionnel, Python. Tu en es toujours un. J'ai changer mais cela ne veut pas dire que je t'ai oublié. » Elle s'écarta. « Tu m'abandonnes comme Folk l'a fait avant toi. Tu es bien son fils. Tu as raison: rien ne te retiens ici. Même pas moi. » Je cru entendre des regrets dans sa voie. « Adieu, Python. Peut être que nos destins se croiseront à nouveau. Je l'espère. »
Et elle parti. Me laissant seul. Seul, comme je l'avais toujours été. Mais je savais que j'avais pris la bonne décision. Je me tournai vers le soleil, si beau, ni neuf. Je partais. Adieu, mon enfance, adieu, Jinger, adieu, Iblis. Adieu. Adieu tout ce que j'ai appris à aimer dans ses quartiers. Je suis né pour arriver, aimer, et quitter. Aujourd'hui, j'accomplissais ma destinée. Je partais vers un monde meilleur. Adieu. Je suis parti.

Ce monde, je ne l'ai jamais trouvé. Je suis entré dans les territoires Claniques un beau jour d'été, mais je ne m'y sentirais jamais aussi bien que aux côtés de ma sœur bien-aimée. Lentement, cruellement, le temps et la solitude eurent raison de mon esprit. Ce monde devenait trop étrange, trop bizarre. Et je n'y avais pas ma place.



 
 
 
But de ton personnage : Au fond de lui, il espère revoir sa sœur mais aux autres chats il dit qu'il n'a pas sa place ici, donc pas de but précis.




You

Votre puf : Snake!

Votre âge : 15

Penses-tu être actif sur LW ? : Yeep

Comment as-tu connu LW ? Est-ce un deuxième/triple compte ? : J'étais Crocs de l'Anaconda, avant, mais j'ai changé car il ne m'inspirait pas trop hihi

Kit utilisé (si vous n'en n'avez pas, demandez-en un dans un atelier) : Il arrive  Deg

As-tu lu toute la partie Règlement & Co ? : Bien sûr que non oui

Alors donne-moi les codes cachés - héhéhé - : Codes validés !

Souhaites-tu être parrainé(e) ? (facultatif) : Toujours pas!

Que penses-tu de LW ? Un conseil pour le forum ? : RAS

Autre Chose (Facultatif) :


Dernière édition par Égarement du Python le Mer 2 Sep 2015 - 19:30, édité 13 fois
Revenir en haut Aller en bas
Petit Soir

avatar

Arpente la Forêt

Date d’inscription : 04/04/2015
Messages : 172
Féminin
Puf : Summer ou Soiry
Âge : 15

MessageSujet: Re: WELL, WELL, WELL, WELCOME TO MY LAIR - PYTHON   Lun 31 Aoû 2015 - 19:37

Bienvenue ♥
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Azazel

avatar

Arpente la Forêt

Date d’inscription : 15/08/2015
Messages : 87
Féminin
Puf : Uefuef
Âge : 21

MessageSujet: Re: WELL, WELL, WELL, WELCOME TO MY LAIR - PYTHON   Lun 31 Aoû 2015 - 19:45

Rebienvenue à toi wai
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Serres d'Aigle

avatar

Modératrice ★ Journaliste CM
Modératrice ★ Journaliste CM

Date d’inscription : 20/07/2014
Messages : 878
Féminin
Puf : Nounou
Rang EÉF : Guerrier
Âge : 15
Multi-comptes : Petite Victoire - Ombreuse

MessageSujet: Re: WELL, WELL, WELL, WELCOME TO MY LAIR - PYTHON   Lun 31 Aoû 2015 - 20:28

Re-Bienvenuue ! :hawn:

_________________


Petite Victoire:
 

Gotheim je l'aime de trooop:
 


Thanks Fly ♥:
 


#TeamLicornes:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Caprice de la Sirène

avatar

ModératriceLieutenant du Clan de la Rivière
Modératrice
Lieutenant du Clan de la Rivière

Date d’inscription : 08/04/2015
Messages : 2035
Féminin
Puf : © north.
Âge : 18
Multi-comptes : caprice de la sirène (41), orion (46), petit conteur (4).

MessageSujet: Re: WELL, WELL, WELL, WELCOME TO MY LAIR - PYTHON   Lun 31 Aoû 2015 - 20:49

Re :)

_________________
petit conteur
"parce qu'on est libres et rebelles. candides, mais sur les nerfs.
calmes, aussi, comme le temps ou d'un tempérament nucléaire."



others & co :
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Esprit du Lion

avatar

Journaliste CMLieutenant du Clan du Tonnerre
Journaliste CM
Lieutenant du Clan du Tonnerre

Date d’inscription : 20/03/2015
Messages : 5418
Féminin
Puf : power | kyro.
Rang EÉF : Guerrier
Âge : 16
Multi-comptes : esprit du lion (t) + prince des tigres (r) + nuage de la louve (o) + nuage du dragon (o) + dunkan (s) + fantôme (h) + sourire caméléon (r) + petit panda-roux (t) + nuage sauvage (r)

MessageSujet: Re: WELL, WELL, WELL, WELCOME TO MY LAIR - PYTHON   Lun 31 Aoû 2015 - 21:48

Re !
Revenir en haut Aller en bas
En ligneVoir le profil de l'utilisateur
Petite Luxure

avatar

Animatrice
Animatrice

Date d’inscription : 22/11/2013
Messages : 3442
Féminin
Puf : Twan ; Jeykill ; Fany
Âge : 19
Multi-comptes : Petite Nébuleuse (♀) ; Nuage des Corneilles (♀) ; Odyssée du Lotus (♀) ; Petite Hirondelle (♀) ; Complainte du Léviathan (♂)

MessageSujet: Re: WELL, WELL, WELL, WELCOME TO MY LAIR - PYTHON   Lun 31 Aoû 2015 - 22:16

Re bienvenue avec ce nouveau personnage !

Je te laisse jusqu'au 10 septembre pour terminer ta présentation et je valide les codes au passage. ^^

_________________
relationship here


I NEED YOU:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Source aux Fées

avatar

Félin Mythique

Date d’inscription : 20/07/2013
Messages : 5325
Masculin
Puf : PillsNPotions - Perlouu (minaj) - Arno ...
Rang EÉF : Guerrier
Âge : 17
Multi-comptes : Source aux Fées (O)

MessageSujet: Re: WELL, WELL, WELL, WELCOME TO MY LAIR - PYTHON   Lun 31 Aoû 2015 - 23:01

Re-Bienvenue en espérant que ce personnage t'intéressera plus
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Petite Lubie

avatar

Modératrice Estivale & AnimatriceJ'anime le bac à sable
Modératrice Estivale & Animatrice
J'anime le bac à sable

Date d’inscription : 24/10/2014
Messages : 1223
Féminin
Puf : Apana
Âge : 18
Multi-comptes : LILYTH ; 38 lunes ; femelle solitaire — (à venir) PETITE LUBIE ; 3 lunes ; femelle solitaire — NYMPHE DES BOIS ; 52 lunes (morte à 42) ; anciennement guérisseuse du Tonnerre — NITESCENCE REPTILIENNE ; 43 lunes (morte à 41) ; guerrière de l'Ombre

MessageSujet: Re: WELL, WELL, WELL, WELCOME TO MY LAIR - PYTHON   Lun 31 Aoû 2015 - 23:02

Re bienvenue, réserve moi un lien ! yay

_________________



Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité

avatar

Invité


MessageSujet: Re: WELL, WELL, WELL, WELCOME TO MY LAIR - PYTHON   Mar 1 Sep 2015 - 7:53

Merci tout le monde :hawn:
Ouiiii, Nymphe!
Revenir en haut Aller en bas
Nuage Symphonique

avatar

Apprenti-guérisseur du Clan du Tonnerre
Apprenti-guérisseur du Clan du Tonnerre

Date d’inscription : 30/06/2014
Messages : 1851
Féminin
Puf : Drop
Âge : 18

MessageSujet: Re: WELL, WELL, WELL, WELCOME TO MY LAIR - PYTHON   Mar 1 Sep 2015 - 10:26

Re-bienvenue alors ♥
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Dinde Farcie

avatar

Félin Connu

Date d’inscription : 16/06/2015
Messages : 373
Féminin
Puf : Capri ou Reine Caprichette (pour Blood et Az)
Rang EÉF : Guerrier
Âge : 18
Multi-comptes : Folie du Faucon (disparu)

MessageSujet: Re: WELL, WELL, WELL, WELCOME TO MY LAIR - PYTHON   Mar 1 Sep 2015 - 13:36

Re Snake !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité

avatar

Invité


MessageSujet: Re: WELL, WELL, WELL, WELCOME TO MY LAIR - PYTHON   Mar 1 Sep 2015 - 20:56

Hiii, merci tout le monde I love you
Revenir en haut Aller en bas
Empereur des Séraphins

avatar

Sunny ☼
« I wanna lie on a bed of clouds to be near the sun. »

Date d’inscription : 22/12/2011
Messages : 4203
Féminin
Puf : Sunny || Failariel
Âge : 19
Multi-comptes : ORYI ( horde ) - NEAREN ( solitaire ) - EMPEREUR DES SERAPHINS ( vent ) - LOI DE LA GRAVITE ( vent ) - MEMOIRE DES OCEANS ( soltaire ) - AROMES D'AGRUMES ( ombre ) - PATTE DE CAIMAN ( ombre )

MessageSujet: Re: WELL, WELL, WELL, WELCOME TO MY LAIR - PYTHON   Mer 2 Sep 2015 - 6:50

Bienvenue ! Amuse toi bien sur LW :3
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Danse de la Tigresse

avatar

Administratrice
Administratrice

Date d’inscription : 03/09/2011
Messages : 4800
Féminin
Puf : Tigresse, Titi, Cam', Camouille, PowerTiger, Lala, Christophe • Créations : © Ellimac
Rang EÉF : Vétéran
Âge : 16
Multi-comptes : Danse de la Tigresse ♀, 70 lunes, ancienne meneuse, Vent | Fennec des Sables ♂, 20 lunes, Tonnerre | Promesse du Bourgeon ♂, 18 lunes, Tonnerre | Nuage de Foudre ♀, 12 lunes, Ombre | Welther ♂, 30 lunes, La Horde

MessageSujet: Re: WELL, WELL, WELL, WELCOME TO MY LAIR - PYTHON   Mer 2 Sep 2015 - 12:19

Re-welc' ! I love you

_________________


DC:
 

Lov:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité

avatar

Invité


MessageSujet: Re: WELL, WELL, WELL, WELCOME TO MY LAIR - PYTHON   Mer 2 Sep 2015 - 19:27

Je pense avoir terminé! http://r19.imgfast.n
Est ce que tout est bon?
Revenir en haut Aller en bas
Poussière d'Antan

avatar

Administratrice
Administratrice

Date d’inscription : 20/08/2014
Messages : 3380
Féminin
Puf : Moise55 (surnommé Lou)
Rang EÉF : Vétéran
Âge : 22
Multi-comptes : Esprit du Loup • Nuage du Coyote • Kharx

MessageSujet: Re: WELL, WELL, WELL, WELCOME TO MY LAIR - PYTHON   Jeu 3 Sep 2015 - 14:40

Re-Bienvenue !
J'ai pris beaucoup de plaisir à lire l'histoire et je n'ai absolument rien à redire.
Je te donne donc ta couleur et tu peux aller jouer ! Twan

_________________
« I am the passenger and I ride and I ride ;
I ride through the city's backsides ;
I see the stars come out of the sky ;
Yeah, the bright and hollow sky ;
You know it looks so good tonight. »


La tribu:
 

Ce swag:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité

avatar

Invité


MessageSujet: Re: WELL, WELL, WELL, WELCOME TO MY LAIR - PYTHON   Jeu 3 Sep 2015 - 18:38

Hiiiiiii, merci beaucoup I love you
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: WELL, WELL, WELL, WELCOME TO MY LAIR - PYTHON   

Revenir en haut Aller en bas
 

WELL, WELL, WELL, WELCOME TO MY LAIR - PYTHON

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

+

 Sujets similaires

-
» [UPTOBOX] Boa vs. Python (V) [DVDRiP]
» Le python de la fournaise
» La malédiction du python [Pv Darth Odium]
» Un endroit pour dormir... Oh un chat ! Minou Minou !! [libre]
» Une visite guidée à Bélair ,Ayiti, tache senti'w

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
La Guerre Des Clans :: Archives :: Les chroniques :: L’univers RPG :: Présentations terminées-