recensement fermé
Bientôt plus d'informations sur les résultats!

Recrutement de juges EÉF en cours ici.

Fin Halloween! Il est temps de retrouver vos pseudos habituels :)
Annonces

Partagez | 
 

 La nuit apporte la rosée. Moi je veux t'apporter la joie d'une amitié. //feat North [END]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Date d’inscription : 02/08/2014
Messages : 928
Féminin
Puf : Spring (biscotte policière)
Âge : 15
Multi-comptes : Nuage Douloureux (T) || Mûre Sauvage (R) || Nuage de l'Hirondelle (O)

MessageSujet: La nuit apporte la rosée. Moi je veux t'apporter la joie d'une amitié. //feat North [END]   Dim 31 Mai 2015 - 15:19


La nuit apporte la rosée. Moi je veux
t'apporter la joie d'une amitié.

 
Mûre Sauvage et Caprice de la Sirène

Mûre Sauvage dormait dans la tanière des guerriers, auprès de ses camarades. Son sommeil était agiter, perturbé par des rêves sombres et horrifiant. Elle y voyait sa sœur mourir, son sang tâchait son pelage noir. Elle se réveilla en sursaut et la première chose qu'elle fit, fut de jeter un coup d’œil vers son frère qui était là et dormait paisiblement à côté d'elle. Soulagée, Mûre Sauvage reprit rapidement une respiration normale, beaucoup moins saccadée. Mais quelque chose la rongeait, elle avait horriblement peur pour Baie Empoisonnée. Elle ne voyait pas sa petite sœur vivre seule dans la forêt de cerf blanc, s'était trop dangereux. Elle s'allongea la tête contre ses pattes, imaginant toutes sortes de dangers que sa sœur pouvait vivre. Elle jeta ensuite un coup d’œil vers Caprice de la Sirène, celle-ci ne dormait pas elle dormait pas. Elle se leva puis marcha vers elle, enjambant ses camarades sur son passage. Une fois à sa hauteur, elle lui demanda dans un miaulement ensommeillement.

" Ça te dis de venir chasser avec moi ? J'ai horriblement besoin de me dégourdir les pattes. "

Voyant que son amie ne refusait pas son offre, elle lui fit signe qu'elle l'attendrait dehors. Mûre Sauvage sortit de l'antre des guerriers avant qu'elle petite brise humide vienne lui chatouiller les moustaches, passant entre ses poils pour longer sa peau en la rafraîchissant. Elle se dirigea vers l'entrée du camp, où en attendant sa camarade elle se fit une toilette rapide et efficace qui ne lui fit pas de mal. Caprice de la Sirène la rejoignit peu de temps après, toujours aussi ravissante qu'elle l'était d'habitude.

" Une petite course ça te dit ? "

Son amie ne lui donna même pas de réponse et prit l'avance en passant en première dans l'entrée du camp. Mûre Sauvage lança un petit miaulement de défi avant de s'élancer à son tour. Elle restait toujours derrière Caprice de la Sirène qui gardait coûte que coûte son avance. Elle regardait le paysage défiler devant elle. Cette terre humide où ses pattes s'enfonçaient, et laissaient des traces. Les roseaux qui dansaient sur le côté. Elles finirent toutes deux par ralentir en arrivant près de la rivière. Leur élément l'eau. Elle s'approcha du bassin, avant de lancer sa patte dans l'eau éclaboussant Caprice de la Sirène, se vengeant ainsi d'avoir perdu à la course. 


Dernière édition par Petite Source le Sam 4 Juil 2015 - 12:37, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Caprice de la Sirèneavatar
Félin Légendaire
Date d’inscription : 08/04/2015
Messages : 2036
Féminin
Puf : © north.
Âge : 18
Multi-comptes : caprice de la sirène (41), orion (46), petit conteur (4).

MessageSujet: Re: La nuit apporte la rosée. Moi je veux t'apporter la joie d'une amitié. //feat North [END]   Dim 31 Mai 2015 - 17:11


JOY

▲ et dans ses yeux, brûlait Vénus.
Il arrivait souvent à Caprice de la Sirène d'être dérangée dans son sommeil. Ne finir ses nuits que partiellement, elle était habituée. Ce matin elle fut réveillée de bonne heure par un coup de patte nerveux, lancé par l'un de ses voisins qui semblait prit dans un rêve agité. La guerrière tigré leva son regard ambré et embué de sommeil vers son camarade qui continuait de se trémousser, endormit. Se retenant de le secouer pour lui dire deux trois mots bien sentis, la demoiselle à la robe brune striée de sombre se leva en lui lançant un regard noir. De quelques coups de sa langue rappeuse elle lustra sa fourrure sans cesser de maudire fortement l'auteur de son réveil.  
Un mouvement, derrière elle, lui fit tourner la tête, ses yeux cherchant dans la tanière, faiblement éclairée par la lumière printanière naissante, le félin qui se mouvait avec un semblant de délicatesse entre ses camarades. Ses prunelles dorés rencontrèrent celles de Mûre Sauvage, aînée de quelques lunes, rare amie de longue date. La guerrière noire semblait à demie endormie, sa démarche encore goguenarde laissant deviner à Caprice de la Sirène que son amie n'aurait pas dit non à un peu plus de repos. Elle sourit, amusée par la démarche hésitante de la guerrière. Cette dernière la salua d'une pichenette de la queue sur l'oreille de la tigrée.

« Ça te dis de venir chasser avec moi ? J'ai horriblement besoin de me dégourdir les pattes. »

La proposition de la noiraude était tentante : de si bon matin, mis à part quelques guerriers chargés de garder la camp ou de faire la patrouille matinale, le territoire était presque désert. Acquiesçant, elle regarda d'un œil pétillant son amie se faufiler au dehors et se faire une toilette rapide sous la bise fraîche qui souffletait doucement. Avant de rejoindre Mûre Sauvage, Caprice de la Sirène prit le temps de s'étirer, en prenant bien soin de bousculer au passage son voisin agité, et, lui lançant un regard moqueur tandis qu'il se s'éveillait en grommelant, se glissa au dehors de sa démarche aérienne, la queue en panache.

« Une petite course, ça te dis ? »

Caprice de la Sirène croisa le regard espiègle de son amie, lui fit un bref sourire, et se mit à bondir, sans l'attendre. C'était dans sa nature, de ne pas attendre. Rien, ni personne d'ailleurs. Et tant pis pour eux si ils ne suivaient pas le rythme. Un petit glapissement espiègle retentit derrière elle, continuant sa course, la demoiselle tigrée négocia son virage à la sortie du camp et accéléra de plus belle. Ses pattes épousant la terre, la propulsant un peu plus à chaque enjambée. Grisée par la vitesse, elle promena un instant ses prunelles sur le paysage qui défilait, l’îlot qui leur servait de camp laissant rapidement place à un berge, plus ferme sous la patte, qui descendait en pente douce vers la rivière qui coulait dans son lit bordée de roseaux et de vase. Caprice de la Sirène stoppa sa course. Le soleil levant faisait miroiter les eaux calmes, projetant des éclats de lumières sur la berge. Le chant d'un oiseau retentit. La guerrière chassa d'un battement de cils une poussière qui tournoyait autour de sa vision, éclairée par un rais de lumière. Apaisée par la vision qui s'offrait devant elle, elle sourit, son cœur ayant à présent retrouvé un rythme normal.
Une gerbe d'eau lui arriva droit dans la figure. Crachant, Caprice de la Sirène tourna vivement la tête, l'échine à moitié hérissée de colère. Ses yeux butèrent sur Mûre Sauvage, qui était arrivée un peu après elle, distancée pendant la course. Se reprenant, la guerrière tigrée baissa ses yeux ambrés vers le sol, se réprimant mentalement pour sa réaction disproportionnée. Encore l'une de ses fameuses sautes d'humeurs, bien que très légère cette fois ci, bien connues de son entourage.
La guerrière lança un regard désolé à son amie et avança le bout de son museau pour le poser sur l'épaule de Mûre Sauvage, des gouttelettes d'eau perlant à ses moustaches.

« Excuse moi Mûre Sauvage. Mais tu me connais, maintenant, moi et mon sale caractère. » miaula t - elle d'une voix mi rieuse, mi coupable en lançant un regard à son amie « Enfin. Je t'ai battue à la course, mais que dirais - tu d'une partie de pêche ? »

Sur ces mots, elle s'ébroua violemment, envoyant quelques gouttes sur la truffe de sa camarade, puis s'assit en enroulant sa queue autour de ses pattes, ses iris ambrées allumées d'un éclat jovial, chose qu'elle n'accordait qu'à peu de monde.


Codage by Bird for all forums ©

_________________
petit conteur
"parce qu'on est libres et rebelles. candides, mais sur les nerfs.
calmes, aussi, comme le temps ou d'un tempérament nucléaire."



others & co :
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Date d’inscription : 02/08/2014
Messages : 928
Féminin
Puf : Spring (biscotte policière)
Âge : 15
Multi-comptes : Nuage Douloureux (T) || Mûre Sauvage (R) || Nuage de l'Hirondelle (O)

MessageSujet: Re: La nuit apporte la rosée. Moi je veux t'apporter la joie d'une amitié. //feat North [END]   Sam 6 Juin 2015 - 17:24

La nuit apporte la rosée. Moi je veux
t'apporter la joie d'une amitié.

 
Mûre Sauvage et Caprice de la Sirène
Caprice de la Sirène hérissa l'échine avant de lancer un regard désolé à Mûre Sauvage. Cette dernière avait les yeux pétillants, elle adorait s'amuser avec Caprice de la Sirène, car ça finissait souvent en rigolade, du moins de son côté mais elle espérait que c'était pareil pour son amie. Mûre Sauvage lui lança un regard compréhensible et gentil mais l'autre guerrière du clan de la Rivière tint quand même à s'excuser.

 " Excuse moi Mûre Sauvage. Mais tu me connais, maintenant moi et mon sale caractère. "


Caprice de la Sirène vint placer son museau sur l'épaule de Mûre Sauvage même si la guerrière au pelage noir ne lui en voulait pas, loin de là. Mûre Sauvage fit de même.

" Enfin. Je t'ai battue à la course, mais que dirais-tu d'une partie de pêche ? "


Son amie secoua son pelage éclaboussant Mûre Sauvage au passage, puis elle partit au bord de l'eau. Un petit rire amuser sortit de la gueule de la guerrière noire. Mûre Sauvage la rejoignit finalement et fit attention de ne pas gêner sa camarade avec son ombre, elle aimait peut-être s'amuser mais elle détestait tricher. Des reflets argentés se dessinaient sous l'eau. Mûre Sauvage tandis la patte, mais le poisson redescendit avant même qu'elle est put toucher l'eau fraîche. Mûre Sauvage grommela quelques mots contre elle-même avant de refixer l'eau redevenue calme et claire. Les secondes se transformaient en minutes, et les minutes en heures, la pêche était vraiment une formation à la patience. Mûre Sauvage regarda si Caprice de la Sirène était toujours au même point qu'elle avant de river ses yeux sur l'eau encore une fois quand un autre reflet argenter apparut. Mûre Sauvage se prépara et plongea sa patte avant dans l'eau et en sortit l'animal marin. Elle eut du mal à le tenir en place. Les pattes de Caprice de la Sirène se posèrent sur le poisson à côté de celle de Mûre Sauvage. La guerrière noire ne planta pas ses griffes dans la chaire du poisson elle préférait qu'il reste intacte pour y garder sa fraîcheur plus longtemps. Elle leva la tête vers sa camarade avant de lui demander dans un miaulement calme.

" Un partout ! On fait quoi maintenant ? " 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Caprice de la Sirèneavatar
Félin Légendaire
Date d’inscription : 08/04/2015
Messages : 2036
Féminin
Puf : © north.
Âge : 18
Multi-comptes : caprice de la sirène (41), orion (46), petit conteur (4).

MessageSujet: Re: La nuit apporte la rosée. Moi je veux t'apporter la joie d'une amitié. //feat North [END]   Lun 8 Juin 2015 - 19:13


JOY

▲ la vie lui riait au nez.

Elle regardait l'eau aller et venir lentement, mirant d'un œil pensif son reflet. Dans la tête de la tigrée scintillaient milles idées, tournoyant dans son esprit tortueux, formant une ronde de pensées embrouillées. Confuse. Elle repensa à son enfance, passage bâclé de douloureux de sa vie. Elle repensa aux éclats de rire. Elle repensa au goût qu'on les proies lorsque ses crocs venaient se planter dans la chaire offerte, goût métallique, goût sanglant.
Elle  se pencha sur la surface aqueuse, ses prunelles ambrées butant sur l'éclat argenté d'un poisson, et, secoua la tête d'un air résigné. Elle devrait s'y faire, le passé était ce qu'il était, elle ne pouvait pas en changer quoique ce soit.

Se forçant à revenir à l'instant présent Caprice de la Sirène coula un regard en direction de Mûre Sauvage qui, après la proposition de la demoiselle tigrée, s'était mise en tête de pêcher un poisson avant sa camarade. La guerrière de la Rivière, observa son amie à l'œuvre tout en se mettant elle aussi en position de guet. Elle prit bien sûr bien soin à ce que son ombre n'aille pas surplomber les eaux de la rivière.
Elle savait, depuis qu'elle avait fait son apprentissage, que la pêche est un travail de patience et de stratégie. Et, apprentie, elle avait eut beaucoup de mal à apprécier cette chasse car avec son tempérament explosif elle n'aimait pas attendre, et encore moins plusieurs heures pour un malheureux poisson poisseux.
Caprice de la Sirène se contenta donc de feindre de guetter tout en observant son amie du coin de l'œil, laissant le temps au temps.
Enfin, d'un coup de patte bien placé Mûre Sauvage extirpa un joli poisson aux éclair les nacrés de l'eau, lequel, en atterrissant lourdement sur la terre ferme, se tortilla au sol en tentant de regagner la rivière. La guerrière noire ne lui en laissa pas le temps et, aidé par la demoiselle tigrée, l'immobilisa de ses pattes, le temps qu'il cesse de se débattre. Levant ses yeux du corps inerte de l'animal, Caprice de la Sirène croisa ceux de la noiraude qui lui sourit.

« Un partout ! On fait quoi maintenant ? »

Miaula sa camarade, une petite touche enjouée dans son timbre.
Caprice de la Sirène se rassit et fixa son amie un moment, cherchant dans son esprit une idée. À vrai dire, la femelle de la rivière n'avait aucune envie de faire un cache – cache ou une autre partie de chasse quelconque. Non, elle avait envie de parler. Cela faisait longtemps qu'elle n'avait pas eut un moment privilégié avec son amie et qu'elles n'avaient pas bavardé comme elles le faisaient habituellement. Et une question toute particulière taraudait depuis un bon moment déjà l'esprit de la femelle aux yeux dorés piquetés de verts. Une question que Caprice de la Sirène avait toujours évité de poser à son amie, ne voulant pas raviver de mauvais ou douloureux souvenirs, elle même détestant au plus haut point évoquer les moments de sa vie qui l'avait emplie d'une souffrance amère.
Tiquant d'une oreille, la guerrière plongea son regard ambrée dans celui familier de sa compagne de chasse.

« Parle moi de Tige de Fraise s'il te plaît. Qu'est – elle devenue ? »

Car oui, bien que cette histoire se soit déroulée lorsque la demoiselle portait encore son nom de chaton, Caprice de la Sirène avait entendu vaguement parlé de la sœur exilée de Mûre Sauvage et Ronce Noire. Elle ne savait pas grand chose mît à part que la sœur de ses deux amis avait été bannie du Clan de la Rivière par leur ancienne chef. Et elle voulait savoir le fin mot de l'histoire. Elle voulait que son amie lui raconte. Après tout, elles étaient proches toutes les deux ? Pourquoi son amie ne lui avait jamais vraiment parlé de ce qui était arrivé à sa sœur. Elle voulait savoir.


Codage by Bird for all forums ©


Spoiler:
 

_________________
petit conteur
"parce qu'on est libres et rebelles. candides, mais sur les nerfs.
calmes, aussi, comme le temps ou d'un tempérament nucléaire."



others & co :
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Date d’inscription : 02/08/2014
Messages : 928
Féminin
Puf : Spring (biscotte policière)
Âge : 15
Multi-comptes : Nuage Douloureux (T) || Mûre Sauvage (R) || Nuage de l'Hirondelle (O)

MessageSujet: Re: La nuit apporte la rosée. Moi je veux t'apporter la joie d'une amitié. //feat North [END]   Mer 17 Juin 2015 - 23:59


La nuit apporte la rosée. Moi je veux t'apporter la joie d'une amitié.


Caprice de la Sirène et Mûre Sauvage

Mûre Sauvage était toute joyeuse, ça faisait si longtemps qu'elle n'avait pas eut un moment seule à seule avec son amie. Elle se sentait même débordante d'énergie. Elle essaya de chercher une autre idée pour ne pas s'ennuyer et rester un peu plus longtemps seule à seule avec Caprice de la Sirène. Seulement elle n'arrivait pas à en trouver une malgré tout les efforts qu'elle y mettait pour en trouver une intéressante, une qui plairait aussi à Caprice de la Sirène, une amusante, non aucune. Finalement sa camarade de clan releva la tête vers la féline noire. Cette dernière lui donna un regard plein joie mais elle voyait bien que quelque chose dérangeait l'autre guerrière. Elle l'encouragea à parler, n'aimant pas voir la belle féline autant embarrassée. Pensant que c'était pour lui avouer ou lui confier quelque chose, ou encore pour lui poser une question banale où Mûre Sauvage pourrait répondre pour aider son amie. Mais pas à ça, elle ne s'attendait tout simplement pas à cette question qui la hantait depuis des lunes entières !

" Parle moi de Tige de Fraise s'il te plaît. Qu'est-elle devenue ? "

Les yeux de Mûre Sauvage se remplirent de tristesse mêlé à de la peur. Elle alla s'asseoir au bord de la rivière regardant son reflet dans l'eau claire et calme. Elle était prise de douleur comme si son cœur ne voulait plus battre, comme si il voulait rester recroqueviller sur lui même tout comme ses entrailles. Les larmes étaient prêtent à couler le long de son visage. En réalité elle s'en voulait, elle s'en voulait de ne pas avoir pu aider sa sœur, de ne pas l'avoir soutenu, de ne pas l'avoir cru, elle s'en rendait compte un peu plus chaque jour. Elle s'en voulait aussi de ne pas l'avoir revu, de ne pas avoir de nouvelles d'elle, de ne pas savoir si elle était encore en vie ou non. Mais elle voulait croire coûte que coûte qu'elle était toujours dans ce monde, qu'elle n'avait pas encore rejoint le clan des étoiles et qu'elle reviendrait un jour au clan de la rivière et surtout qu'elle ne lui en voulait pas. Mûre Sauvage remerciait au fond d'elle l'autre guerrière d'avoir prononcé l'ancien nom de sa petite sœur, plutôt que l'autre beaucoup plus infâme, qu'elle ne pouvait supporter de le voir être prononcer de la bouche d'un quelconque félin. Sans retourner les yeux vers Caprice de la Sirène, elle enroula sa queue autour de ses pattes et commença son récit d'une voix lointaine qui ne lui ressemblait pas. Elle en avait besoin, besoin de parler, de s'exprimer à quelqu'un envers qui elle avait confiance après avoir garder si longtemps ça pour elle.

" Je ne sais pas tout mais je veux bien te raconter ce que je sais... Tout à commencer quand elle est tombée amoureuse d'un fichu guerrier du clan du Tonnerre, elle a eut même un enfant de lui et notre chef lui en a voulu, au fond il ne lui à jamais pardonner. Mais c'était pas sa faute, l'amour ça se choisi pas. Ensuite elle a été, je crois, obligée de laissée sa fille à son père, elle est maintenant au clan du Tonnerre. Et puis un jour, il y a eut une grande guerre entre le Tonnerre et la Rivière pour les rochers du Soleil, Tige de Fraise avait une apprentie, mais celle ci à été tuée durant la bataille, Tige de Fraise et restée prêt d'elle. Mais si il y a bien une chose que je sais s'est bien qu'elle n'aurait jamais put tuer son apprentie, elle avait un lien très fort, jamais elle n'aurait put faire une chose pareille, mais voilà le chef n'était pas d'accord, l'a accusée sans preuve et l'a bannie du clan de la Rivière à tout jamais. Je lui en voudrait à jamais, jamais je pourrais pardonner au personnes qui voulaient faire bannir Tige de Fraise, ni même à moi même... "

Sur ces mots une larme coula le long de sa fourrure pour aller se joindre à l'eau de la rivière. Elle soupira, elle n'arrivait pas à accepter que sa sœur avait été bannie.
Hors-RP:
 

© Power sur LW for Spring

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Caprice de la Sirèneavatar
Félin Légendaire
Date d’inscription : 08/04/2015
Messages : 2036
Féminin
Puf : © north.
Âge : 18
Multi-comptes : caprice de la sirène (41), orion (46), petit conteur (4).

MessageSujet: Re: La nuit apporte la rosée. Moi je veux t'apporter la joie d'une amitié. //feat North [END]   Jeu 18 Juin 2015 - 21:50


JOY

▲ elle était comme un cow-boy qui chante une chanson triste, tu t'rends compte qu'elle a mal quand tu l'écoute vraiment.


La joie laissa place à la tristesse comme le beau temps cède sa place à la pluie. Lentement les traits de Mûre Sauvage se crispèrent laissant plusieurs émotions diverses traverser son joli visage. D'abord il y eut la douleur, compagne des souvenirs refoulées et écorchés. Puis la douleur amena la peur et son masque grimaçant. Cette dernière tirant par la main la tristesse qui débordait de larmes, mouillant la trace de ses pas de grosses gouttes humides.

Caprice de la Sirène posa sur son amie un regard emplit d'empathie, se réprimant pour sa curiosité trop poussée. Elle savait, l'effet que ça faisait de ressasser de vieux souvenirs cuisant, de ceux que l'on tentait vainement d'oublier. Elle était passée par là et avait tenté sa chance, comme bien d'autres, en vain. Soupir. Habituellement elle n'avait que faire de voir d'autres félins malheureux, elle y était indifférente. Seulement, lorsqu'il s'agissait de camarades de clan, d'amis, de personnes qui étaient chères aux yeux de la guerrière tigrée, cela lui était insupportable. Elle détestait voir ceux qu'elle aimait souffrir. Cela la mettait dans une rage intérieure folle.

« Je ne sais pas tout mais je veux bien te raconter ce que je sais ... Tout a commencé quand elle est tombée amoureuse d'un fichu guerrier du clan du Tonnerre, elle a eut même un enfant de lui et notre chef lui en a voulu, au fond il ne lui a jamais pardonné. Mais c'était pas sa faute, l'amour ça se choisit pas. Ensuite elle a été, je crois, obligée de laisser sa fille à son père, elle est maintenant au clan du Tonnerre. Et puis un jour, il y a eut une grande guerre entre le Tonnerre et la Rivière pour les Rochers du Soleil, Tige de Fraise avait une apprentie, mais celle ci a été tuée durant la bataille, Tige de Fraise est restée près d'elle. Mais si il y a bien une chose que je sais s'est bien qu'elle n'aurait jamais pu tuer son apprentie, elle avait un lien très fort, jamais elle n'aurait pu faire une chose pareille, mais voilà le chef n'était pas d'accord, l'a accusée sans preuve et l'a bannie du Clan de la Rivière à tout jamais. Je lui en voudrait à jamais, jamais je pourrais pardonner au personnes qui voulaient faire bannir Tige de Fraise, ni même à moi même ... »

Une larme, perle de cristal, roula sur la joue de Mûre Sauvage pour aller mourir en se joignant aux eaux calmes et claires de la rivière. Caprice de la Sirène resta un instant immobile, digérant lentement le flots d'aveux de son amie. Maintenant tout était plus clair.
La dame au pelage tigré ressentit une vague d'émotion monter en elle. Qu'es ce qui lui causait le plus de douleur, le fait que son amie soit en larmes ou bien son récit torturé ? Elle n'aurait su dire. Quelque part la guerrière de la Rivière était contente et fière que sa camarade se soit confiée à elle, bien qu'elle lui ait tout de même posé la question, qu'elle lui ait dit ce qui lui pesait sur le cœur. Elle compatissait la douleur de son amie. Être arraché à quelqu'un qui nous est cher est la pire torture qui puisse être attribuée. D'une autre part son esprit balançait, tiraillé. À la place Tige de Fraise, ou plutôt Baie Empoisonnée, si elle en croyait les contes, qu'aurait - elle fait ? Elle loyale, elle froide, elle ambitieuse. Jamais elle n'aurait perdu son temps à aller s’amouracher d'un guerrier ennemi qui n'apporterait que son lot de problème supplémentaire. Jamais elle n'aurait eut l'idée, qu'elle jugeait stupide, d'avoir une liaison intimide avec une ennemi. Enfin quoi ?
Secouant la tête Caprice de la Sirène calma son sang qu'elle sentait bouillir, ce n'était absolument pas le moment pour aller s'énerver contre quelqu'un qu'elle ne connaissait nullement et dont les agissements ne la regardait pas plus. Il fallait cesser d'être tant impulsive, colérique et soupe au lait.
Se répétant ce sermon, la demoiselle tigré franchit en quelque pas dansants la courte distance qui la séparait de son amie et alla poser sa tête sur l'épaule de la noiraude, tentant de lui transmettre un peu de soutien par son contact. Malgré son avis sur les actes de sa sœur, elle compatissait pour son amie, car c'est ainsi que toute amie digne de ce nom devait agir, se dit - elle.

« Sèche tes larmes Mûre Sauvage. Ce qui est fait est fait. Le passé est ce qu'il est, et bien que je le désire de tout mon être, on ne peut rien y changer. »

Marquant une pause, elle reprit d'une voix douce, berçante presque.

« Et puis, un jour, tous ceux qui ont fait le mal payeront. »

En prononçant ces mots, qui soulignaient le fait qu'un jour la sœur de son amie serait vengée avec la justice qui s'impose, Caprice de la sirène ne pensait pas uniquement à Tige de Fraise mais bien aussi à elle et son frère, qui, un jour, elle l'espérait, serait justement vengés de leur mère indigne.
Et elle mettrait tout en oeuvre pour que soit faite la juste vengeance.


Codage by Bird for all forums ©

_________________
petit conteur
"parce qu'on est libres et rebelles. candides, mais sur les nerfs.
calmes, aussi, comme le temps ou d'un tempérament nucléaire."



others & co :
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Date d’inscription : 02/08/2014
Messages : 928
Féminin
Puf : Spring (biscotte policière)
Âge : 15
Multi-comptes : Nuage Douloureux (T) || Mûre Sauvage (R) || Nuage de l'Hirondelle (O)

MessageSujet: Re: La nuit apporte la rosée. Moi je veux t'apporter la joie d'une amitié. //feat North [END]   Mer 24 Juin 2015 - 14:47


La nuit apporte la rosée moi j'aimerai t'apporter la joie d'une amitié


Caprice de la Sirène et Mûre Sauvage

Mûre Sauvage appréciait vraiment de parler de cette histoire à quelqu'un, non pas à n'importe qui, à Caprice de la Sirène. Ce n'était pas facile mais le fait d'en parler lui enlevait ce poids et par conséquent la soulageait. Caprice de la Sirène s'approcha d'elle. La guerrière était vraiment une bonne amie, Mûre Sauvage savait qu'elle pouvait lui faire confiance, qu'elle serait tenir sa langue. La douce voix de femelle tigré arriva jusqu'à ses oreilles, enfin.

 " Sèche tes larmes Mûre Sauvage. Ce qui est fait est fait. Le passé est ce qu'il est, et bien que je le désire de tout mon être, on ne peut rien y changer. "

La respiration de la guerrière reprit une allure normale et les larmes cessèrent de couleur, elle était libérée du poids de sa révélation. Elle se colla à l'autre féline enroulant sa queue autour de ses pattes. Elle se promit de venir plus souvent vers Caprice de la Sirène, elle voyait bien qu'elle aurait dû lui en parler d'elle même, mais que son amie était quand même contente que Mûre Sauvage lui en ai parler. Elle pensa ensuite à ses nièces, c'était si triste qu'elles n'aient même pas pu la connaître. Si Tige de Fraise était encore en vie, elle espérait de tout son cœur que ses nièces la rencontre un jour. Caprice de la Sirène reprit alors la parole voyait sans doute que la guerrière noire ne tenait pas à ajouter quelque chose.

" Et puis, un jour, tous ceux qui ont fait le mal payeront. "

Cette phrase était exactement le désir le plus sincère que Mûre Sauvage n'est
jamais eut. Elle regarda son reflet dans l'eau. Elle était pitoyable, pitoyable de rester là à parler de son passé au mieux de résoudre le problème une bonne fois pur toute, mais comment faire pour que ça sœur soit en paix sans causer d'autres problèmes... Elle y avait déjà penser une fois seulement, mais elle avait abandonner sa réflexion du jour au lendemain, à cette époque la situation était encore désespérée.

'' Tu as raison Caprice de la Sirène mais plus le temps passe, plus j'ai l'impression que jamais ce jour viendra. Et toi aussi, si tu as besoin de parler, je suis là pour toi. "

La féline noire avait un regard de nouveau heureux. Elle lança une pichette sur l'oreille de son amie attendant sa réponse. Elle regarda le ciel bleu, l'aube était terminer depuis longtemps et les patrouilles de chasses n'allaient pas tarder à arriver.

© Power sur LW for Spring

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Caprice de la Sirèneavatar
Félin Légendaire
Date d’inscription : 08/04/2015
Messages : 2036
Féminin
Puf : © north.
Âge : 18
Multi-comptes : caprice de la sirène (41), orion (46), petit conteur (4).

MessageSujet: Re: La nuit apporte la rosée. Moi je veux t'apporter la joie d'une amitié. //feat North [END]   Mer 1 Juil 2015 - 23:41


JOY

▲ un verre pour ma douleur, un autre pour mon désespoir.


Comme l'alcoolique se morfond dans sa torpeur lorsque l'alcool n'est pas là pour étancher sa soif, Caprice de la Sirène s'aveuglait dans sa colère. Colère qui l'habitait depuis le berceau. Depuis qu'elle avait ouvert ses yeux, emplis d'amours, emplis d'une affection débordante et déraisonnable, depuis que sa mère, à sa vue, et à celle de son frère, n'avait eut qu'un pâle sourire, puis s'était détournée des êtres qu'elle venait de mettre aux monde, ces êtres qu'elle était censée chérir, aimer, protéger. L'amour, si grand, et si peu donné car rejeté par celle qui aurait normalement du le boire, le cueillir, le prendre et le garder dans son cœur, l'amour si peu cultivé, s'était flétrit dans son pot avant d'avoir pu atteindre le stade de pousse. L'amour était devenu colère, rancœur et haine. Et curieusement, la haine avait trouvé bien plus de receveurs que l'amour pâle et fané qui le précédait.

Caprice de la Sirène resta silencieuse. Fixant l'horizon, sans mot. Le soleil entamait lentement son éternelle et répétitive course contre la montre, teintant peu à peu le ciel de bleu pâle piquetés de quelques moutons cotonneux qui filaient, portés par le vent.
À ses côtés, Mûre Sauvage avait cessé de pleurer, ce qui alluma une petite étincelle heureuse dans les prunelles ambrées de la camarade à la robe noire de Caprice de la Sirène. Cette dernière sourit, satisfaite que ses paroles aient réussit à calmer le flot de larmes de son amie.

« Tu as raison Caprice de la Sirène mais plus le temps passe, plus j'ai l'impression que jamais ce jour viendra. Et toi aussi, si tu as besoin de parler, je suis là pour toi. »

La femelle au poil tigré soupira, tout en lançant un regard reconnaissant à sa camarade.
Ce fut à ce moment là que cette idée lui traversa. Pourquoi ne pas lui raconter ? Tout. Ce que sa mère avait fait, ce qui l'avait à jamais changé, ce qui faisait qu'elle était ce qu'elle était. Cette réflexion traversa Caprice de la Sirène comme un éclair, la foudroyant sur place, muette dans son hésitation.
Après un instant, elle se ravisa. Qui sait pourquoi ?

« Merci, mon amie. »

Miaula t – elle d'une voix rauque. Elle attendit un moment, ses yeux papillonnant, l'esprit égaré.

« Les patrouilles de chasse ne vont plus tarder, rentrons au camp déposer ta prise et voir si on a pas besoin de notre présence pour une patrouille ou autre chose. »

La femelle au poil tigré, lui sourit, pressant un instant son pelage contre celui de son amie. Puis, se levant, elle saisit délicatement entre ses crocs pointus le poisson sans vie et invita d'un regard Mûre Sauvage à la suivre.
Sur le chemin du retour, Caprice de la Sirène avait l'esprit ailleurs, partagé entre la joie que Mûre Sauvage se soit confiée à elle, et la colère constante qui habitait depuis bien trop longtemps.


Codage by Bird for all forums ©


Spoiler:
 

_________________
petit conteur
"parce qu'on est libres et rebelles. candides, mais sur les nerfs.
calmes, aussi, comme le temps ou d'un tempérament nucléaire."



others & co :
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé

MessageSujet: Re: La nuit apporte la rosée. Moi je veux t'apporter la joie d'une amitié. //feat North [END]   

Revenir en haut Aller en bas
 
La nuit apporte la rosée. Moi je veux t'apporter la joie d'une amitié. //feat North [END]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» La nuit apporte la rosée. Moi je veux t'apporter la joie d'une amitié. //feat North [END]
» La nuit du renouveau.
» Dans la nuit noire (Pollo)
» Une nuit d'ivresse humaine
» [Bande] Gobelins de la nuit

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
La Guerre Des Clans :: Archives :: Les chroniques :: L’univers RPG :: Recueil des RP-
Sauter vers: