recensement fermé
Bientôt plus d'informations sur les résultats!

Recrutement de juges EÉF en cours ici.

Fin Halloween! Il est temps de retrouver vos pseudos habituels :)
Annonces

Partagez | 
 

 Arc-en-Ciel | 36 lunes | Guerrière | PRISE

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Amavatar
Animatrice
Animatrice
Date d’inscription : 05/09/2014
Messages : 959
Féminin
Puf : Uwny(corne), Pie, Qwerti, Kinta
Âge : 18
Multi-comptes : Overdose de Poison Chaman du Clan de l'Apothéose ( disparue ) - Nuage de Muscari, Apprenti du Clan du Tonnerre - Chauve-Souris, Guerrière du Clan de l'Ombre - Graine, Solitaire Vagabonde - Belladone, Bêta de la Horde

MessageSujet: Arc-en-Ciel | 36 lunes | Guerrière | PRISE   Lun 17 Nov 2014 - 18:19

Hey ! Merci de t'intéresser à Arc-en-Ciel c:. Le Clan n'est pas fixe, si tu veux en veux un autre c'est possible, je modifierais juste un peu l'histoire. Le reste n'est pas vraiment modifiable. Voici le formu à remplir si tu souhaites jouer Arc-en-Ciel :
Code:
<div style="border-top: 2px dotted #999999; padding: 10px; width: 500px; position: center; color: black"></div><div style="color: black">
• [b]Votre PUF : [/b] [i]Ecrire ICI[/i]

• [b]Votre Âge :[/b] [i]Ecrire ICI[/i]

• [b]Penses-tu être actif sur LW ? :[/b] [i]Ecrire ICI[/i]

• [b]Comment as-tu connu LW ? Est-ce un deuxième/triple compte ?:[/b] [i]Ecrire ICI[/i]

• [b]Kit utilisé [/b][i] ( si vous n'en n'avez pas, demandez en un dans un atelier ) :[/i]

• [b]As-tu lu toute la partie [url=http://www.lgdcwarriors.com/f1-reglement-histoire]Règlement & Histoire[/url] ? [/b] :

• [b]Alors donne-moi les codes cachés - héhéhé - [/b]:

• [b]Souhaites-tu être parrainé(e) ? [/b] [i]Facultatif[/i] :

• [b] Que penses-tu de LW ? Un conseil pour le forum ? [/b] : [i]Ecrire ICI[/i]

• [b]Autre Chose :[/b][i] ( Facultatif )[/i] Ecrire ICI
</div>
</div></center>

Et voici le kit si tu n'en as pas c:

Avatar:
 
Signature:
 

Bonne lecture :P



ARC-EN-CIEL
« Die in love and live forever  »

╰ PREFACE ╮

Nom & surnom : Petite Fève, Quinoa, Arc-en-Ciel

Âge : 3 ans

Sexe : Femelle

Clan  & Rang : Guerrière du Clan du Vent

Origines : Claniques (mère) & Solitaires (père)


♣ ♣ ♣

╰ DESCRIPTION ╮


Description Physique :  

Musclée & trapue x deux cicatrices parallèles sur l'épaule droite x pelage écaille de tortue x yeux verts très clairs

La première chose qu'on remarque chez Arc-en-Ciel, ce sont ses yeux verts clairs magnifiques. La première fois, ils choquent et fascinent. On pourrait croire qu'ils sont crevés mais le regard vif et pénétrant qu'elle y met détourne vite de cette idée. Ils contrastent fortement avec son pelage au tons relativement sombres. On y voit à travers et nombreux sont ceux qui essaient de déchiffrer les expressions de la jolie minette. Son pelage est coloré comme si chaque expérience qu'elle a vécu à imposé sa tâche de couleur. Rousse foncé en grande partie, avec quelques tâches noires aléatoires notamment sur le bout des oreilles, des pattes et de la queue, son pelage est éclairé par un zone blanche sur son ventre, qui remonte jusqu'à son poitrail et sur sa patte arrière gauche. Elle a une cicatrice sur l'épaule droite. Haute sur pattes, elle a une attitude élégante et élancée, avec une démarche caractéristique qui lui donne l'impression de sa balancer tout en sachant où elle se rend. Sa vie rude dés le plus jeune âge l'a rendue musclée et endurante. Elle est de plus particulièrement agile ce qui se révèle utile au combat. Ce qui la différencie des membres du Clan du Vent, c'est sa fourrure plus longue que la moyenne et son manque de rapidité à la course.
Description Psychologique  :
Farouche x Méfiante x Indépendante x Sarcastique x Aime comme on se jette dans un fleuve x Lucide x Impulsive x Réservée x parfois Froide x Loyale x parfois Groissière

Arc-en-Ciel est prudente. Savoir où elle met les pattes, repérer les danger et ne se fier qu'à elle même est ce qui lui a permis de survivre seule, ou presque. Elle n'accorde pas sa confiance facilement. Pour cela, il faut d'abord l'apprivoiser. Assez farouche, elle n'est pas de ceux qui pensent trouver un nouvel ami à la première rencontre. Mais une fois qu'on a affronté ses sarcasmes, qu'on s'est accroché malgré son ton froid elle peut se révéler une excellente amie. La confiance est la clé avec elle. Loyale, ses véritables proches peuvent compter sur elle. Elle tombe amoureuse, parfois, et quand elle aime, elle se jette à corps perdu dans cet amour, donnant tout ce qu'elle a. Quitte à se noyer et à se débattre, sa lucidité s'envole et elle est prête à "mourir en amour".
Elle aime prendre le temps d'apprendre à connaitre les personnes. Elle aime la compagnie, ce qui la pousse à aller vers les autres, même si elle préfère largement qu'on vienne la chercher. Elle choisit ses amis, et est distante avec ceux qu'elle ne juge pas digne d'en faire partie. Ceux qu'elle n'aime pas le savent.
Ce qui caractérise la minette, c'est aussi son indépendance. Elle a besoin de se sentir un minimum libre de ses mouvements. Les personnes trop autoritaires l'agacent au plus haut point et elle ne se gêne pas pour leur dire.
Son adaptation au Clan du Vent est compliquée. Elle lui a pourtant jurer loyauté. Elle fait les choses à fond, et jusqu'au bout. Toujours partante pour se joindre à une patrouille et nourrir les anciens, elle est quelqu'un sur qui on peut compter. Son passé de solitaire lui fait utiliser mots typique des bipèdes qu'elle appelle d'ailleurs hommes. Il n'est pas rare de l'entendre parfois lâcher un putain ou un ferme là à un chat trop collant.

Aime (3 minimum) :
- Les sensations fortes
- La compagnie
- Marcher longtemps
- Soigner son pelage


Déteste (3 minimum) :
- Etre enfermée
- Obéir aveuglément
- Les gens imbus d'eux même
- Manger quand elle n'a pas faim

♣ ♣ ♣

╰ HISTOIRE ╮


Histoire :

Mais le ciel ne pouvait pas t'attendre

« Voici Petite Fève et Petite Graine. Prends en soin je t'en prie. » Le grand mâle brun regarda intensément sa compagne. Aujourd'hui elle n'était plus seulement tâchée de noir de blanc et de roux mais aussi de sang. Il posa son museau contre sa tête sentant sa respiration rapide.
« Tu sais bien que j'en suis incapable Fleur. »
Il lui lécha tendrement l'oreille pour lui dire adieu. La pauvre femelle faisait un effort douloureux pour continuer à respirer, à garder les yeux ouverts, pour continuer de garder ce sursaut de vie. Mais elle n'était pas en paix. L'avenir de ses deux filles était incertain. Elle jeta un regard torturé à ses deux enfants. Elles étaient serrées l'une contre l'autre essayant de faire tenir debout leur monde qui s'effondrait sur elles.
« Je .. t'aime. » parvint à prononcer la femelle écaille de torture.
On entendit une brusque inspiration. Une attente. Une expiration. Un silence. Une autre inspiration. Puis plus rien.

Nous voici maintenant, amuse-nous

« Petite Fève cours ! »
Elle ne demandait pas mieux que de faire ce que lui disait sa sœur. Mais avec un lapin de cette taille dans la gueule, ce n'était pas évident.
« Dépêche ! Ils vont t'avoir ! »
La pauvre gamine était au bord de l’asphyxie. Elle tentait tant bien que mal de maintenir sa prise entre ses crocs tout en ouvrant assez la gueule pour respirer. Son cœur battait à toute allure, mais elle n'avait pas peur. Chaparder des proies à d'autres solitaires était leur lot quotidien. La forêt devenait de plus en plus dense. Fourrés et troncs d'arbres se succédaient à un rythme infernal. Épuisée, Petite Fève trébucha et fit un roulé boulé magistral sur plusieurs queues de renard. Elle termina sa chute dans les ronces.
Elle lâcha enfin le lapin, haletant bruyamment pour reprendre son souffle. Elle était écorchée de partout et elle ne savait pas où était sa sœur. Elle demeura muette, ne voulant pas attirer leurs poursuivants. Elle dressa les oreilles. Ils arrivaient de toute manière et ils étaient furieux.
- « Où est-ce qu'elles sont passées ?  grogna une première voix.
-  Elles doivent déjà être loin. Elles courent bien plus vite que toi !
- Rentrons, j'en ai marre de courir et de hurler. »

« Laissez ma sœur tranquille ! »
Petite Fève se releva - en s'égratignant copieusement au passage - horrifiée. Petite Graine venait de débouler au milieu de la clairière au pire moment, sans évidemment écouter ce que les solitaires venaient de dire.
« Par ici Petite Graine ! »
Après un moment d'hésitation, Petite Graine plongea dans les ronces à la rencontre de sa sœur. Petite Fève prit bien vite son lapin en s'enfonça dans la ronceraie pour semer les solitaires, au cas où ils auraient l'idée folle de les suivre jusque là.
C'est en sang mais saines et sauves que les deux sœurs sortirent des ronces.
« Enfin Petite Graine, tu es stupide ou quoi ! Si seulement tu étais restée cachée au lieu de jouer les braves. lui reprocha immédiatement Petite Fève.
- C'est bon pour toi ça. Prête à ramper dans les ronces au lieu de te battre.
- De me battre ! Seule contre trois mecs baraqués ? »
Exaspérée, la femelle calico laissa là la conversation. De toute façon, discuter avec sa sœur ne servait à rien. Elle voulait toujours avoir le dernier mot. D'ailleurs celle-ci reprit :
« Mangeons pendant que c'est chaud. »
Elles dévorèrent le lapin, affamées par leur course. Toutes deux étaient de piètres chasseuses. Elles n'avaient eu aucun modèle à copier. Le fameux jour de la mort de leur mère, Petite Fève avait quatre lunes et Petite Graine six. Leur père, dévasté par la disparition subite de sa compagne, était devenu comme un fantôme, transparent et déconnecté du monde. Ils les avaient laissées seules et Petite Graine avait prit sa sœur sous son aile. Débrouillarde et inventive, elle avait tenté de remplacer leur mère. Elle était trop impulsive et irréfléchie ce que Petite Fève compensait avec son étonnante maturité. Les deux gamines étaient des vagabondes, emportées au gré de la vie, vivant au jour le jour avec pour seul objectif de survivre.
« Ça ne valait pas le coup de s'ensanglanter pour ce pauvre repas,» marmonna pour elle même Petite Fève. Elle reprit bien vite avant que sa sœur ne rétorque :
- « Tu sais, les proies sont de plus en plus rares et se sera de plus en plus dur d'en voler. On pourrait faire comme papa et aller vers la ville mais ..
- La ville ? coupa Petite Graine. Plutôt crev..
- Ou bien, on pourrait apprendre à chasser. Dés demain Petite Graine tu verras je m’entraînerais ! » La petite conclut avec un enthousiasme qu'elle était loin d'avoir. Elle détourna le regard pour éviter que Petite Graine remarque son air soucieux.

Tout est si paisible sur l'autre rive.

Petite Fève tint parole. Les jours raccourcissant et le froid qui arrivait étaient une bonne motivation. Même si au début Petite Graine l'accompagnait, elle délaissait bien vite la chasse pour ses chapardages dangereux et au succès aléatoire. Les deux sœurs avaient toujours du mal à se séparer pour la journée. Petite Graine était tout ce que Petite Fève avait. Et Petite Fève était tout ce que Petite Graine avait.
- « J'vais à la chasse Petite Graine.
- Encore ? Reste avec moi, on est bien, on s'tient chaud.
- ...
- Tu sais ? On n'est pas vraiment sœurs. On n'a pas le même âge.
- Oui, mais on a été élevées ensemble. J'imagine que ça fait de nous des sœurs. »
Petite Graine caressa doucement le pelage de sa sœur. Petite Fève frissonna au contact léger de sa patte sur son corps.
« Je suis sûre que c'est toi sa vraie fille. Tu lui ressembles tellement. Tes yeux sont si clairs qu'on dirait qu'ils sont crevés. »
Petite Graine partit d'un grand rire.
« Très poétique. »
Petite Fève se leva donc et partit. C'est vrai qu'elle était le portrait craché de leur mère. La petite se rappelait sans mal quels beaux yeux envoûtants avait sa génitrice. Elle n'avait pas la préemption de lui ressembler. D'être aussi belle qu'elle. Elle était entre le chaton et la jeune adulte. Son pelage était encore duveteux, même si on voyait sur son corps ses muscles déjà développés qui prouvaient la rudesse de son existence.
Elle arriva à l'endroit où elle avait l'habitude de chasser. Les proies étaient grasses en prévision de la mauvaise saison dont la petite ignorait tout. Elle se tapit derrière un buisson, au pied d'un arbre, attendant patiemment qu'une proie fasse son apparition.
« Bon..jour ? »
Complètement surprise par cette voix inconnue, Petite Fève se redressa d'un bond pour faire face à l'étranger. Il était d'apparence chétive, gris terne. Un mâle. Il puait. Un mâle. Le deuxième qu'elle voyait de sa vie. Il n'avait pas l'air menaçant avec son air béat et perdu et Petite Fève décida de s'éloigner.
« Eh attends ! » Elle continua de l'ignorer. Il finirait bien par la laisser tranquille.
- « Tu sais parler ? Je t'ai fait peur ? Excuse-moi si je t'ai fait peur. On me le dit souvent ! Enfin, pas vraiment en fait. Je vis tout seul. Je vois jamais personne. Alors y'a personne pour me le dire haha !
Où tu-vas ? Tu peux me dire ton nom ? J'peux venir avec toi si tu veux, je peux être utile ! Oooh, mais tu veux peut-être pas ? Tu vis avec quelqu'un c'est ça ?
- Comment tu le sais ?
- Ooooh, mais tu parles ! C'est formidable ! Beh, je l'ai sentit sur ton pelage. Tu sais, avec mon nez. Si tu te servais plus du tien, tu n'aurais pas besoin d'attendre pendant une heure qu'une proie vienne, tu pourrais savoir où elles sont !
- Fous moi la paix.
Excuse moi ! Je voulais pas être désagréable. Tu sais, je vois jamais personne, alors les relations sociales hein, haha ! Je peux t'apprendre à chasser si tu veux !
- J'ai pas besoin de ton aide. » exaspérée par son bavardage incessant, Petite Fève ne savait plus où aller pour que cet étrange matou la laisse tranquille. Elle s'apprêtait à le congédier une nouvelle fois lorsqu'elle se stoppa net dans son élan.
- « P'têtre bien que si. Tu pourrais m'apprendre à chasser, ok ?
- Super ! C'est ce que je viens de te proposer mais bon.. T'es pas bavarde toi. C'est pas grave, je ferais la conversation tout seul. On me dit souvent que je parle trop. Enfin, on me le dit pas vraiment mais com..
- D'accord, d'accord ! Alors cette leçon ?
- C'est quoi ton nom déjà ? Moi c'est Silicium. C'est dur à dire hein ? »
Petite Fève hésita. Donner son nom, c'était comme relever une partie de soi. Et elle voulait choisir quelle partie d'elle même elle voulait révéler.
« Quinoa. Quinoa, comme la céréale. »
Ce nouveau nom lui plaisait bien finalement.
La femelle fit volte face, Silicium sur ses talons. Elle avait décidé que le matou devait rencontrer sa sœur. A chaque pas, elle se faisait à l'idée que désormais elle s’appelait Quinoa. Qui-no-a. Chaque foulée semblait être une syllabe de son prénom, répétée inlassablement, inlassablement.

Faut qu'ça

Ils parlèrent peu pendant le trajet, enfin Quinoa parla peu.
« Attends moi là. » miaula t-elle à l'adresse de Silicium.
Elle entra dans la sorte de grotte qui leur servait d'habitat.  
« Petite Graine ! »
La tête de sa sœur émergea dans l'obscurité.
- « J'ai trouvé quelqu'un qui veut bien nous apprendre à chasser. C'est un solitaire. Il a l'air gentil, je crois.
- Super, allons lui parler.
- Hm attends ! Je lui ai dit que je m’appelais Quinoa. »
Petite Graine marqua un temps d'arrêt.
- « Quinoa ? Mais pourquoi ? Notre nom, c'est la seule chose qui nous reste de maman ! Et moi je deviens quoi dans l'histoire ?
- Tu sais bien que dans les "Clans" les chats changent de nom en grandissant. Celui de maman, c'était Fleur j'sais pas quoi.
- Bon alors je m'appelle Graine. Tu lui diras ça.
- Tu n'as jamais eu beaucoup d'imagination.
- Hé ! Quitte à changer de nom, tu aurais pu en prendre un beau.
- Hm, j'peux entrer ? »
La voix peu assurée de Silicium interrompit la conversation. Graine le regarda comme hypnotisée. Quinoa se sentit obligée de tousser pour la tirer de sa rêverie.
Pendant qu'ils faisaient les présentations, la tête de Silicium qui se détachait nettement à contre jour faisait dire à Quinoa que désormais, rien ne serait plus comme avant.

Tout ce dont j'ai besoin dans cette vie de péché

- « T'as vu comme c'est beau la neige Quino' ? On dirait que les nuages ce sont écrasés sur le sol et que tout est caché sous le blanc haha ! La neige c'est..
- C'est dégueulasse la neige Sil'.  
- Arrête sœurette, Silicium il est poète ♪
- Mais il ne fait pas le poids face à tes rimes hein ?
- Parce que tu crois que Quinoa c'est poétique ?
- Ça suffit avec ça Graine ! Trouve autre chose merde. »

Graine s'apprêtait à répliquer lorsqu'une grosse boule de neige s'écrasa contre son flanc. C'était Silicium qui essayait d'interrompre la dispute. Quinoa soupira, mi exaspérée, mi amusée.
Sa sœur se jeta sur le mâle avec des miaulements faussement furieux et ils roulèrent tous les deux sur plusieurs mètres. Patiente, Quinoa attendit qu'ils finissent de s'amuser avec leurs jeux de chatons.

Silicium faisait partie de la famille à présent. Il avait tenu sa promesse et avait appris aux deux sœurs à chasser avec plus ou moins de succès. Quinoa était souvent saoulée par son côté bavard et intrusif. Graine au contraire passait son temps à roucouler à ses côtés sans que Silicium y fasse trop attention. Evidemment, il est trop occupé à me coller au poil.

- « Oh mon Dieu Sil' ! T'es tout blanc !
- Toi aussi haha ! Mais le blanc rend bien mieux sur moi, hein Quino' ? Quinoa ! Tu te casses ? Tu vas où ? Reste, on s'amuse bien !
- Vous vous amusez bien. Ce serait trop vous demandez d'aller chasser pour éviter de .. crever de faim ?
- Faut toujours que tu fasses ta coincée du cul sœurette. »
Quinoa fit volte face mais lasse de se lancer dans une nouvelle dispute stérile, elle repartit en direction de la ville. Abandonnant là Graine, Silicium courut à sa poursuite.
- « Lâche moi. Reste avec Graine.
- Ok, tu sais ce qu'on va faire ? Je vais marcher loin derrière toi et ensuite tu me diras pourquoi t'es en pétard comme ça tout le temps en plus paraît que c'est mauvais pour la santé et hé ! Pas trop loin attends ! »
Quinoa courrait dans la neige et la morsure du froid sur ses coussinets lui procurait une vraie sensation. Elle ressentait le froid, elle ressentait l'humidité, elle ressentait la neige crisser sous ses pattes. Elle se sentait vivante. Elle n'avait pas envie que la course s'arrête. Le silence de l'hiver, l'apaisait. Ses muscles étaient d'acier et elle avait l'impression de pouvoir continuer à courir jusqu'à la fin des temps. Elle avait envie de leur échapper, un instant seule. Bientôt à bout de souffle, elle dut ralentir et s'arrêter à l'orée de la ville. Elle connaissait l'endroit et s'approcha des poubelles pour trouver de quoi manger. Silicium ne mit pas longtemps à la rejoindre.
- « Alors, tu veux parler ?
- ...
- St'euplait, dis quelque chose ! »
La femelle s'éloignait déjà à grands pas.
- « Quinoa !
- QUOI ? TU VEUX QUE J'TE PARLE ? »
Silicium se ratatina contre la poubelle, plaqué par le poids de Quinoa.
« Tu ne vois donc pas que tu fais souffrir ma sœur ? Elle t'aime putain ! Et toi ! Tu passes ton temps à me coller au cul !
- Attends, attends, je dois te dire un truc, grave.
- Silicium ..
- Ils me cherchent. Ils seront là bientôt. Demain peut-être je sais vraiment pas. Je .. j'ai fait quelque chose de mal.
J'ai tué l'un des leur. »
Bouleversé par sa révélation, le regard du matou se perdit dans le vague. La femelle écaille, sous le choc, attendait que Silicium lui explique.
« J'étais avec eux. C'était des solitaires. Ils étaient durs avec moi mais tout seul je mourrais tu vois ? Je pouvais pas partir mais maintenant ils veulent se venger parce que j'ai tué le gamin, le petit. C'était le plus faible mais je devais le faire.. pour partir seulement pour que moi je parte. »
Silicium se mit à vomir. Quinoa posa doucement sa tête contre son épaule. Elle imaginait sans mal les démons qui venaient le hanter la nuit et la douleur qu'il ressentait en lui évoquant son passé.
- « Quinoa. Je t'aime.
- Je sais.
- Pars avec moi. J'ai juste besoin de toi. On peut pas rester, ils vont venir pour se venger. Pars avec moi Quinoa ! On sera heureux, je te donnerais tout ce que tu voudras. Graine peut venir, mais je t'aime Quino' je t'aime ça me fais mal, j'ai juste besoin de toi avec toi, juste toi.
- Non. Je veux pas laisser Graine. Sili t'es sympa mais je veux pas passer ma vie à courir pour échapper à une bande de cons .. avec toi. »
Le visage du matou se décomposa. Il s'y mêlait une impression de supplication de trahison et d'immense douleur. Il ouvrit la gueule pour prononcer son nom mais aucun son n'en sortit.
« Désolée. Je voulais pas que tu souffres. »
Quinoa baissa les yeux pour ne plus voir son pauvre visage triste. Elle recula doucement, comme un adieu, un adieu, un adieu. Elle se retourna et partit en courant, fixant son regard vers l'horizon. Vers les Landes.

Elle erra toute la nuit, ou plusieurs nuits. Elle était comme un fantôme. Le bavard, le relou n'était pas celui qu'elle pensait. Elle ne voulait pas rentrer. Elle n'était pas heureuse là bas. Elle se disputait sans cesse avec sa sœur même si elles s'aimaient au fond. Silicium n'avait pas le droit d'exiger qu'elle le suive. Il pouvait partir avec Graine, elle le suivrait sans hésiter. Nous ne sommes pas sœurs de toute façon.
C'est dans un état second que Quinoa rentra pour leur annoncer sa décision qu'elle n'avait pas prise. Y avait-il seulement quelque chose à décider ? Dans tous les cas, il fallait partir peu importe avec qui.
« Graine ? Tu es là ? » L'odeur de sa sœur et du mâle étaient estompées. Elle regarda autour d'elle, les cherchant dans l'obscurité. Avec un sursaut d'horreur elle comprit. Ils l'avaient abandonnée.
Ils l'avaient trahie.

Mais je suis fatigué et ne veut pas être le seul qui avait tort
.

« Ce n'était pas ma faute.
CE N’ÉTAIT PAS MA FAUTE PUTAIN !
Je pensais que si je lui disais rien, il finirait pas abandonner.
Je sais rien de l'amour merde.
Je l'aimait pas, j'aimais ma mère et ma sœur.
Mon père c'était un connard je l'aimais pas.
Si il ne nous avait pas laissées ma sœur et moi on serait heureuses toutes les deux.  »
Quinoa se laissa tomber au sol.
« Ce n'était pas ma faute .. »
Son regard était vitreux. Sa respiration courte et saccadée. Elle n'avait pas mangé depuis plusieurs jours. Elle avait tout perdu. Le peu qu'elle avait. Les voix hurlaient dans sa tête.
« Prends moi maman, prends moi. »
Elle ferma les yeux. Elle n'avait plus envie de souffrir. Elle n'avait plus la force de marcher seule. Sans but.
Le vent caressa doucement son pelage, y déposant quelques flocons de neige.
- « Dis leur que j'aurais aimé rester avec eux.
- Avec qui ? »
La femelle ouvrit doucement les yeux. Elle cligna plusieurs fois des paupières pour découvrir une forme féminine penchée sur elle.
« Je m'appelle Astate. » reprit-elle de sa voix douce et presque irréelle.
« Quinoa. »
Elle perdit connaissance.

Ouais, pendant combien de temps devras-tu l'attendre ?

Le noir. Absolu. Le néant.
A n'en plus finir, Quinoa ressentait ce vide, ce rien qui la dévorait entièrement. Elle ne voulait plus se laisser aller. Elle ne voulait plus être seule dans un abîme de rien infini. Je veux vivre.

La légère pression sur son épaule lui fit ouvrir les yeux. Le monde tourna quelques temps et elle referma les paupières avec un gémissement. Une odeur chaude de rongeur flottait dans l'air et sans trop savoir comment, elle retrouva le gout doux sur sa langue et mâcha lentement.
« Quinoa. »
Elle leva les yeux vers la voix. C'était l'étrange féline au visage irréel qui était penchée sur elle.  
- « Tu m'as sauvée la vie. miaula t-elle d'une voix pâteuse.
- Était-ce que tu le voulais ? »
Quinoa ne répondit pas. Elle détailla sa sauveuse. Son pelage était aussi blanc que semblait l'être son âme. Pourtant, couchée sur le sol, Quinoa remarquait des cicatrices régulières et ordonnées sur les pattes de la blanche, comme si les ronces n'avaient pas voulu rompre l'harmonie qui se dégageait d'elle.
« Astate. »
Son nom lui revint brusquement en mémoire. Quinoa se leva, comme si cette soudaine conscience du monde qui l'entourait lui rendait ses forces.
- « Rien ne te forçait à m'aider Astate.
- Je n'aurais pas pu te laisser mourir dans la neige. »
Quinoa hocha la tête. Elle voulait tellement en savoir plus. Mais pas seulement pour satisfaire sa méfiance. Elle reprit une bouchée de la souris étonnamment grasse qui gisait au sol.
- « Où sommes nous ?
- Dans une grange. Là où vivent les humains. »
- Hein ?
- D'étranges créatures. Ils ne viennent pas souvent quand il neige ».
La calico détailla l'endroit. Le sol était lisse, jonché de grands brins d'herbes séchés. Il faisait noir. Elle ne voyait pas le ciel, mais un immense dôme au dessus de sa tête. Le vent s'engouffrait par les ouvertures en hurlant. Mais il faisait bon.
- « Je vivais ici avec mon frère. On est venus s'installer au printemps. Il est parti passer l'hiver avec les hommes. Au chaud, dans leurs maisons. Il m'a dit qu'il reviendrait. Mais je ne pense pas. Il se sera habitué à la vie facile, simple. Il restera là bas.
- Peut-être pas.
- Je vis seule ici. D'autres chats passent parfois. Quand ils ne sont pas trop nombreux je les laisse rester, ou je les chasse si besoin. Mais quand ils sont plusieurs ..
- C'est eux qui t'ont fait ça ? » Quinoa désigna les pattes d'Astate.
« Non. »
La blanche s'éloigna. Quinoa n'avait jamais vu quelqu'un qui dégageait une telle aura dignité. Elle cachait une blessure c'était évident, elle semblait assez distante et froide mais paradoxalement Quinoa avait envie de tout lui raconter. Sa méfiance habituelle lui hurlait de rester sur ses gardes, car Silicium lui avait apprit que les apparences sont trompeuses. Et se demandait pourquoi Astate lui déballait sa vie. Elles ne se connaissaient pas. Et Quinoa se demanda si elle n'était pas trop assommée par les graines de pavots lorsqu'elle miaula :
« Je ne voulais plus souffrir. »
Astate se retourna.
« Hier j'étais avec eux, le lendemain j'étais seule. Ils m'ont abandonnée Astate.
Je voulais simplement plus souffrir. »
Quinoa se rapprochait doucement de la féline, qui s'était allongée sur les brins d'herbes. Au ralentit, elle se coucha à côté d'elle.
« Tu as compris maintenant ? »
Astate lécha doucement le pelage de la femelle écaille, comme une vielle amie.
« Vivre c'est souffrir. »
Cette nuit là, Quinoa comprit qu'elle ne serait plus seule.

Je suis né malade.

- « Une fleur ! Viens voir Astate !
- Ça veut dire que l'hiver est bientôt fini.
- Mon Dieu, le soleil me manque. On pourra enfin quitter cette putain de grange.
- Oui, la grange est confortable, mais rien ne vaut une nuit à la belle étoile, avec un tas d'herbes fraîches comme oreiller.
- Oreiller ?
- Hm, pour poser la tête sur quelque chose de mou. »
Les deux félines marchaient à quelques queues de renard seulement des premières habitations de la ville.
- « Tu perdras jamais les habitudes que tu as prises chez les hommes. Imagine pour lui.
- Mon frère m'a déjà probablement oubliée.
- Ca te fera juste du mal de le revoir.
- Non, ça m'aidera à me faire à l'idée. »
Quinoa haussa les épaules même si elle n'était pas indifférente au dilemme d'Astate. Si son frère les rejoignait, leur amitié serait forcément différente et d'une certaine manière, elle serait jalouse de son frère même si elle n'y pouvait rien.
- « C'est là, je crois.
- On a plus qu'a attendre qu'il sorte. »
La femelle tricolore se coucha en ramenant ses pattes sous elle, dans une position à un peu confortable pour attendre un bout de temps.
« Tes cicatrices. C'est quoi ? »
La blanche se tourna vers elle.
« C'est parce que .. »
D'un geste vif, elle traça un trait droit sur l'épaule de Quinoa. Cette dernière eut un mouvement de surprise, mais ne bougea pas. Astate traça un second trait, parallèle au premier. Le sang qui perla immédiatement forma deux lignes côté à côté.
- « C'est toi. Et moi. Droites et fortes. Et ensemble. »
- Tu peux en faire d'autres si ça t'aide à te sentir mieux.
- Sur mes pattes. Quand je me sens mal. Toute seule. Et stressée. - ...
- Ca m'aide à me sentir ..
- .. Vivante.
- Oui. »
Elle restèrent côté à côté en silence. Les griffures brûlaient Quinoa. Elle avait mal. Mais si elle n'avait pas mal, comment savoir si elle n'était pas morte ?
« C'est ça ta blessure. »
Astate se contenta de dire :  
« Rentrons, il ne viendra jamais. »

La femelle blanche fit demi-tour. Quinoa parcourut l'endroit du regard avant de la suivre. Son frère était peut-être là tout près, et elle ne le voyait pas. Elle levait haut les pattes, pour les empêcher de plonger dans les flaques sales sur la chaussée. Une forme noire attira son attention. Elle eut un hoquet de surprise.
« Graine ! »
Elle bondit en avant. Plus rien n'existait d'autre que cette forme floue au loin qui ne se retournait pas.
« GRAINE ! »
Son cœur allait se décrocher. Était-elle invisible ? Les éléments se confondaient pour n'être plus qu'un immense chaos dans lequel elle se jetait éperdument.
« Graine .. »
Elle était tout près maintenant et la silhouette s'était retournée. Son odeur la prenait à la gorge. C'était un mâle.  Ce n'était pas sa sœur.
« Qui est-ce ? » demanda Astate qui venait de la rejoindre. Mais la calico l'entendit à peine.
- « Connard.
- Petite Fève ? »
Quinoa aurait voulu reculer, mais elle était pétrifiée. Son père. La réplique masculine exacte de sa frangine.
« Petite Fève, tu es vivante ! » Son visage s'illumina.
- « Pas grâce à toi en tout cas.
- Non, mais tu as le droit de comprendre.
- Ferme la.
- Tu dois rejoindre le Clan du Vent. C'était la vie que ta mère voulait pour toi.
- Tu nous a laissé seules Graine et moi.
- Petite Fève, sais-tu ce que c'est que d'aimer deux personnes en même temps ? D'être consumé de toutes parts ? Ta mère n'avait pas le droit de faire une vie avec moi. Mais elle l'a fait quand même. Elle s'est jetée toute entière là dedans. Elle était heureuse. Tu gardes le souvenir d'une mère aimante, souriante qui t'as bien élevée. L'autre était jalouse. Ta mère savait qu'elle n'était pas la seule dans mon cœur, mais elle l'acceptait en souriant même je dirais. Et moi je passais mon temps en allers retours entre mes deux moitiés. Alors tu es née.  Et elle est partie.
Combien de fois je l'ai laissée seule pour aller voir ta sœur et sa mère, née deux lunes avant toi. L'autre était jalouse, ta mère s'en fichait. Trois déjà des sœurs et frères de Petite Graine étaient morts. C'était une mauvaise mère, oui. Elle me haïssait. Elle me voulait entier pour elle. Elle ne pouvait pas aimer le fruit de notre union alors j'ai offert à ta mère un cadeau. Un cadeau merveilleux mais qui fait de moi un monstre aussi. Je lui ait donné Petite Graine. Elle vous a élevé toutes les deux dans l'amour. Et elle est morte. En vous protégeant d'un blaireau. Je n'étais pas là. Je suis arrivé après. Quand le ciel l’appelait, déjà.
Je vous ait laissées, là, pensant que le Clan du Vent vous recueillerait. C'est ce qu'elle voulait pour vous. C'était donc ce que je voulais aussi. Moi, j'étais parti pour mourir. Et retrouver l'amour qui me restait. »
Sans s'en rendre compte, Quinoa s'était pressée contre Astate, présence discrète, pour mieux affronter les fantômes du passé que le mâle devant elle faisait resurgir. Elle n'avait pas compris grand chose à son récit décousu, mais les mots, chacun des mots la touchait. Comme des épines dans son cœur. Des mensonges. Son discourt était bourré de contradictions.
- « TU MENS CONNARD. »
- Je ne veux pas ton pardon. Mais fais ce que ta mère voulait.» ajouta t-il d'un voix rauque, détournant la tête.
Déjà, il partait, remontant le trottoir, hors de la vue de sa fille.

J'étais ici...

La froide lumière lunaire filtrait à travers les planches pourries de la grange. Le rayon de lune venait se poser tout juste sur le flanc déjà si blanc d'Astate.
- « Tu dors Ast' ?  
- Non Quinoa.
- J'ai réfléchis. Mon père a raison. Je ne dois rien au Clan du Vent, mais je dois honorer la mémoire de ma mère.
- ..
- Mais je ne vais pas partir. Je suis heureuse, ici avec toi. J'espère que toi aussi. »
Astate se rapprocha de Quinoa. Elle effleura de sa griffe, les deux traits droits comme deux arbres. Quinoa fut parcourut d'un frisson.
« Nous deux. »
Astate fit courir sa griffe vers le bas de son flanc et traça doucement un tout petit trait. Elle caressa de sa patte à sa fourrure à rebrousse-poil.
« Moi, Clan du Vent. »
Elle traça un autre trait, sur le haut de son flanc cette fois.
« Toi. »
Quinoa posa sa tête sur l'épaule de la blanche.
- « Astate ..
- Ne t'en fais pas pour moi. Accomplis de grandes choses. Ici, ton bonheur est comme égoïste alors que là bas, tu as énormément à apporter. Ils auront de la chance de t'avoir.
- Viens avec moi. Je ne veux pas t'abandonner. Je veux être heureuse égoïstement avec toi. »
Quinoa marque une pause. Une autre raison, tellement évidente la frappa en plein cœur.
- « Mais toi tu n'es pas heureuse avec moi.
- C'est faux. Petite, j'ai vécu avec une bande de solitaires. Je peux les retrouver, je sais où ils sont.
Mais toi, je ne t'oublierais jamais. »
Quinoa n'avait pas envie de céder à la colère, même si elle se sentait abandonnée une nouvelle fois. Ici, n'était pas sa place. Elle lécha doucement les oreilles d'Astate, une dernière fois, comme un adieu, une acceptation.

« Vis ta vie ma Quinoa. Le cadeau, que je t'ai rendu. »

Comme nos jours comptés, sans fin.

Elle avait réfléchit toute la nuit. Ce serait sûrement mieux pour Astate. Et elle. L'idée de quitter la personne à laquelle elle tenait le plus au monde lui fendait le cœur.
Le soleil était à peine levé qu'elle quitta la grange.
« Adieu, Astate. »
Elle ne put retenir une larme silencieuse. Plus que tout au monde, elle voulait qu'elle soit heureuse.

Quinoa marcha plusieurs jours. Elle s'arrêta peu pour dormir et mangeait les maigres proies sur son chemin. Ses muscles d'acier étaient comme animés d'une force inépuisable : l'espoir. Elle arriva bientôt aux lieux familiers de son enfance où une forte odeur féline régnait. Épuisée, elle s'assit sur le sol. Les odeurs étaient omniprésentes. Comment trouver le Clan du Vent ? Elle se laissa choir dans la neige, désirant s'accorder une petite pause.
« Que fais-tu là ? »
Elle se retourna. Elle avait trouvé.
- « Je cherche à rejoindre le Clan du Vent.
- Nous n'acceptons pas les solitaires.
- Ma mère faisait jadis partie de votre tribu. Elle est morte il y a trois ans. Elle s’appelait Fleur, quelque chose.
- Trois.. ans ?
- Oui. J'ai beaucoup marché pour vous trouver.
- Ce n'est pas si simple .. Vois-tu, .. »
Le félin se retourna pour fixer son regard sur un point dans le dos de Quinoa. Il était comme, pétrifié, voyant quelque chose d'invisible aux autres. Quinoa se retourna pour voir un arc-en-ciel.

« C'est un signe du Clan des Etoiles. Viens. »


Et pourtant il faut vivre

Quelques infos complémentaires:
 

Si vous avez bien aimé un personnage dans l'histoire, vous pouvez me le dire et je le ferais en pré-créé aussi :3
But de votre personnage : Enfouir le passé et devenir un membre valeureux du Clan du Vent pour faire honneur à sa mère.




♣ ♣ ♣



╰ ABOUT YOU ╮

Votre PUF : Ecrire ICI

Votre Âge : Ecrire ICI

Penses-tu être actif sur LW ? : Ecrire ICI

Comment as-tu connu LW ? Est-ce un deuxième/triple compte ?: Ecrire ICI

Kit utilisé ( si vous n'en n'avez pas, demandez en un dans un atelier ) :

As-tu lu toute la partie Règlement & Histoire ? :

Alors donne-moi les codes cachés - héhéhé - :

Souhaites-tu être parrainé(e) ? Facultatif :

Que penses-tu de LW ? Un conseil pour le forum ? : Ecrire ICI

Autre Chose : ( Facultatif ) Ecrire ICI


_________________

THE ASYLUM
» Demande de liens | Demande de rps «
ACTIVITE REDUITE :(

Cirice - Ghost






Spoiler:
 


Dernière édition par Overdose de Poison le Mer 17 Juin 2015 - 17:03, édité 44 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Petit Océanavatar
Félin Légendaire
Date d’inscription : 12/10/2013
Messages : 2105
Féminin
Puf : Breeze.
Rang EÉF : Chaton
Âge : 14
Multi-comptes : Deameth — Petite Averse — Princesses des Danses — Nuage d'Été — Nuée de Lucioles — Arc-en-Ciel — Petit Océan

MessageSujet: Re: Arc-en-Ciel | 36 lunes | Guerrière | PRISE   Dim 27 Déc 2015 - 21:30

Hello, it's me ahah

Votre PUF : Breeze.

Votre Âge : Trois bananes ?

Penses-tu être actif sur LW ? : Bien sûr que non oui !

Comment as-tu connu LW ? Est-ce un deuxième/triple compte ?: Pff, ça date. Arc-en-Ciel remplace un de mes deux persos morts, Pureté des Iris et Nuage Polaire. Je compte faire leur rp de décès demain, me fouettez pas T.T

Kit utilisé ( si vous n'en n'avez pas, demandez en un dans un atelier ) : Celui d'Uwny, au début de la prez !

As-tu lu toute la partie Règlement & Histoire ? : Non, j'suis une thug mwa ahah

Alors donne-moi les codes cachés - héhéhé - Gnomgnom.

Souhaites-tu être parrainé(e) ? Facultatif : Nooope ❤️

Que penses-tu de LW ? Un conseil pour le forum ? : LW, tu pues. (Ou pas).

Autre Chose : ( Facultatif ) Merci Uwny de ta patience. RIP Ah oui, je me répète mais ce compte en remplace un autre ❤️

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Etoile Azuréeavatar
Chef du Clan du Tonnerre
Chef du Clan du Tonnerre
Date d’inscription : 28/05/2015
Messages : 753
Féminin
Puf : Mél' (Melon, Mélou, ...) et Az (Azouille, Azu, Azou, ...) ♥
Âge : 16
Multi-comptes : ll Fleur Azurée ll Nuage de la Renarde ll Patte Illusoire

MessageSujet: Re: Arc-en-Ciel | 36 lunes | Guerrière | PRISE   Dim 27 Déc 2015 - 22:30

Re Breeze Hearty

_________________


Flavichou la meilleure ♥:
 


Étoile Azurée ll 36 lunes ll Tonnerre
Derniers souvenirs de Marie ♥


Nuage Illusoire ll 6 lunes ll Tonnerre
Merciiii *-*


Nuage de la Renarde Renarde ll 6 lunes ll Ombre


Petite Magicienne ll 2 lunes ll Vent (DEAD)


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Esprit du Lionavatar
Lieutenant du Clan du Tonnerre
Lieutenant du Clan du Tonnerre
Date d’inscription : 20/03/2015
Messages : 5629
Féminin
Puf : power | kyro.
Rang EÉF : Guerrier
Âge : 16
Multi-comptes : esprit du lion (t) + nuage de la louve (o) + nuage du panda-roux (t)

MessageSujet: Re: Arc-en-Ciel | 36 lunes | Guerrière | PRISE   Dim 27 Déc 2015 - 22:53

Reeeeee Zouzou ❤
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Amavatar
Animatrice
Animatrice
Date d’inscription : 05/09/2014
Messages : 959
Féminin
Puf : Uwny(corne), Pie, Qwerti, Kinta
Âge : 18
Multi-comptes : Overdose de Poison Chaman du Clan de l'Apothéose ( disparue ) - Nuage de Muscari, Apprenti du Clan du Tonnerre - Chauve-Souris, Guerrière du Clan de l'Ombre - Graine, Solitaire Vagabonde - Belladone, Bêta de la Horde

MessageSujet: Re: Arc-en-Ciel | 36 lunes | Guerrière | PRISE   Lun 28 Déc 2015 - 18:41

Breeeze-chou ! Hearty
T'es réquisitionnée pour un rp après

_________________

THE ASYLUM
» Demande de liens | Demande de rps «
ACTIVITE REDUITE :(

Cirice - Ghost






Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Caprice de la Sirèneavatar
Félin Légendaire
Date d’inscription : 08/04/2015
Messages : 2036
Féminin
Puf : © north.
Âge : 18
Multi-comptes : caprice de la sirène (41), orion (46), petit conteur (4).

MessageSujet: Re: Arc-en-Ciel | 36 lunes | Guerrière | PRISE   Lun 28 Déc 2015 - 22:02

Re Breezette. wai
Les codes sont validoches, tout est bon, je déplace et file demander le resencement de la miss.
Bon jeu avec elle ! Hearty

_________________
petit conteur
"parce qu'on est libres et rebelles. candides, mais sur les nerfs.
calmes, aussi, comme le temps ou d'un tempérament nucléaire."



others & co :
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Petit Océanavatar
Félin Légendaire
Date d’inscription : 12/10/2013
Messages : 2105
Féminin
Puf : Breeze.
Rang EÉF : Chaton
Âge : 14
Multi-comptes : Deameth — Petite Averse — Princesses des Danses — Nuage d'Été — Nuée de Lucioles — Arc-en-Ciel — Petit Océan

MessageSujet: Re: Arc-en-Ciel | 36 lunes | Guerrière | PRISE   Mar 29 Déc 2015 - 10:22

Merci les gens ! Aaaah, je suis trop contente, je file au recensement !
Uwny : Avec joie
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Poussière d'Antanavatar
Administratrice
Administratrice
Date d’inscription : 20/08/2014
Messages : 3446
Féminin
Puf : Moise55 (surnommé Lou)
Rang EÉF : Vétéran
Âge : 23
Multi-comptes : Esprit du Loup • Nuage du Coyote • Kharx

MessageSujet: Re: Arc-en-Ciel | 36 lunes | Guerrière | PRISE   Mar 29 Déc 2015 - 13:44

Re-Bienvenue Breezette : )

_________________
« J’veux sentir ton âme épier la mienne
J’veux que la nuit s’étende jusqu’au bout du monde
J'veux qu'la planète nous appartienne
J'veux que la vie soit vierge, j'voudrais qu'on soit comme
Adam et Eve. »


La tribu:
 

Ce swag:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé

MessageSujet: Re: Arc-en-Ciel | 36 lunes | Guerrière | PRISE   

Revenir en haut Aller en bas
 
Arc-en-Ciel | 36 lunes | Guerrière | PRISE
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Arc-en-Ciel | 36 lunes | Guerrière | PRISE
» Bourgeon Poudré - 14 lunes - Guerrière
» Reine des Neiges - 23 Lunes - Guerrière - Femelle
» Plume du Soleil || 25 lunes || Guerrière du Clan d'Isis
» Reflet d'Ambre ~ 20 lunes ~ Guerrière

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
La Guerre Des Clans :: Gestion des personnages :: Pré-Créés :: Adoptés-
Sauter vers: