Un design d'automne flambant neuf a été installé! Pour en savoir plus, venez ici.

Un recensement général a été ouvert pour la rentrée. N'oubliez pas de recenser vos personnages ici.

Le Staff a concocté une importante MAJ pour la rentrée sur LW! Pour en savoir plus, viens là.

Recrutement de juges EÉF en cours ici.
Annonces

Partagez | 
 

 Fiction sans nom oO

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Invitéavatar
Invité

MessageSujet: Fiction sans nom oO   Jeu 23 Oct 2014 - 19:31

Voilà je poste ma fiction pour avoir quelques avis ^^. Pour ceux qui ont des doutes, voici une petite description très rapide de mon personnage principal.

Personnage principal : Glycenne - humaine - métamorphe - cheveux noirs avec une frange blanche - yeux vairons bleu et doré - peau mate


Chapitre 1
Grillée...


• Cela devait bien faire une bonne heure que je planais au-dessus de la ville sans rien trouver d'anormal. Tout se passait comme à l'ordinaire : les mères couchaient leurs enfants, les rares personnes possédant des chiens les sortaient... Une soirée normale en bref.
 Donnant un coup d'aile pour reprendre un peu de hauteur, je cessais d'observer tout ces petits ménages et reprenais ce pourquoi j'étais venue ce soir ; un tueur de prostituées qui sévissait depuis peu. J'en avais entendu parler dans les journaux et cette histoire m'avait tellement répugnée que je m'étais mis en tête de la faire cesser, rapidement et radicalement. Pas question de le mettre derrière les barreaux. Avec la justice que l'on avait dans ce genre d'endroits, il pouvait espérer sortir sans même avoir purgé sa peine pour manque de preuves ( et surtout grâce à des pots-de-vin distribués par-ci par-là ).

• Vous vous demandez sans doute ce que je suis pour parler ainsi, dire que je plane et que je bats des ailes. Je vais vous expliquer. Vous connaissez sûrement les super-héros, leurs pouvoirs « trop cool » et leurs costumes trop moulant. Je n'en fais pas partie, mais j'ai moi aussi des pouvoir. Chez moi, ils se traduisent par le métamorphisme et des sens aigus. Je peux prendre l'apparence de l'animal qui me chante, en gardant malheureusement les mêmes couleurs que lorsque je suis humaine, ce qui me rend trop repérable.
 Vous savez ce que je suis, maintenant vous voulez savoir ce que je fais ? Je fais le travail que ces « héros » n'ont pas été capable de faire : j'achève les personnes qui ne mériteraient pas la prison.

• Tournant la tête, je repérais enfin ce que je cherchais ; un homme parfaitement identique à la photo que montrait les journaux tournait à l'angle de la rue en courant comme un dératé. Pas ici... Il y avait trop de monde. Suivant discrètement l'inconnu, mon plumage noir se fondant à la perfection dans la pénombre de la nuit, je voyais défiler les maisons sans jamais pouvoir descendre à cause de la circulation trop dense.
 Sans même m'en apercevoir, je quittais ma ville, entrant dans le domaine de quelqu'un d'autre... De quelqu'un de bien plus puissant que moi. Enfin, ça, c'était ce qu'Il croyait.
 Les immeubles, encore et toujours des immeubles... Mon délinquant disparut aux regards des autres, s'enfonçant dans l'obscurité d'une ruelle. C'était le moment. Fondant en piqué sur ma proie de ce soir, je lui griffais le dos de mes serres. Mais cette forme de faucon n'était pas vraiment adaptée au combat rapproché. Rallongeant mes membres, retrouvant à présent des bras et des jambes couverts d'une fourrure noire, mes vêtements reprenant leur place sur leur corps tandis que mon museau et mes oreilles s'allongeaient, je ne fus bientôt plus un oiseau, mais pas totalement humaine non plus. Une louve bipède... C'est comme ça que les abrutis que je traquais m'appelaient.
 La transformation prenait cependant du temps et le grand homme que j'avais percuté quelques minutes avant se ruait sur moi. Un direct du droit que j'eu tout juste le temps de parer en mettant mon bras au travers. Pour une fois, en me transformant lorsque j'étais partie, je n'avais pas oublié mon arme, aussi, elle était à mon côté, attendant sagement de servir.
 Je n'eu même pas le temps d'esquisser un geste vers mon épée que l'autre me collait un second coup de poing qui me fit reculer de quelques pas en chancelant. Portant ma main blanche à ma bouche, essuyant d'un geste rapide le sang qui s'écoulait de ma lèvre fendue. Il allait me le payer celui-là. Sans perdre mon sang froid et mon expression glaciale pour autant, je me précipitais en avant pour lui donner un coup de griffes brutal. Mes longues griffes, plus semblables à des ongles, s'enfoncèrent dans la chair, recréant cette sensation que j'aurais trouvée dégoutante quelques années auparavant.
 Sans qu'il ait eut le temps de comprendre, il porta sa main à sa gorge, d'où le sang s'écoulait à présent abondamment. Tombant à genoux, posant une main au sol pour ne pas s'écrouler totalement devant moi, il me jeta l'un de ces regards horrifiés que j'avais appris à ignorer. Il pouvait me regarder tant qu'il le voulait, ce regard ne me faisait plus rien depuis longtemps.

• J'avais laissé son corps là où il était, ils ne pouvaient m'inculper, tout ce qu'ils trouveraient, ce serait des poils de loup. Reprenant totalement forme humaine pour me fondre parmi les gens qui vagabondaient dans les rues. À présent, ils étaient peu nombreux, cette ville n'étant pas réputée pour ses rues calmes... C'était plutôt l'inverse en fait. Hors de question en plus de reprendre la forme d'un volatile pour rentrer. Deux transformations et demie en une soirée c'était suffisant. Oui, et demie, parce que les formes alternatives ce n'étaient pas vraiment des transformations à proprement parler.
 Le seul truc qui pouvait choquer à présent, c'était la tenue un peu moulante que je portais pour ne pas être gênée dans mes mouvements lors de mes escapades nocturnes. J'avais un peu l'air de faire le trottoir à ce moment là mais le regard des autres ne me dérangeait pas. Ils n'avaient qu'à regarder ailleurs s'ils n'appréciaient pas la vue.

• Ce fut quelque chose, que je ne peux expliquer, qui fit se hérisser les poils de ma nuque. Un déplacement peu habituel dans l'air, comme si quelqu'un planait de toit en toit. J'avais l'ouïe fine, bien que mes profs me reprochaient de ne rien entendre – tout simplement parce que je n'écoutais pas – et un moindre bruit pouvait me mettre sur mes gardes. Enfin, d'habitude ce n'était pas trop le cas, mais ce soir c'était différent.

« Je la vois. On n'est pas loin, on peut l'avoir. »

 Ce n'était qu'un murmure, quelque chose que les gens normaux ne pouvaient pas entendre... Mais moi je l'entendais parfaitement. Et je savais très bien que c'était de moi dont on parlait. Tournant dans une impasse, je repris ma forme alternative, espérant ainsi que l'on ne puisse me reconnaitre. A grand peine, je parvins à faire foncer ma frange blanche, la rendant aussi noire que le reste de ma chevelure, et fit prendre une teinte dorée à mon œil bleu. C'était des signes trop reconnaissables pour que je me permette de les montrer, mais c'était ces petits détails qui pompaient le plus d'énergie.

• Je me retournais, dos au mur, pour voir deux silhouettes atterrir devant moi. L'un était grand, sans doutes un adulte, dont les épaules étaient couvertes d'une longue cape noire. Rien qu'à la description qu'on faisait de lui, je savais parfaitement qui c'était. L'autre était plus jeune, vu sa taille et sa morphologie je lui donnais à peu près mon âge. Il était vêtu différemment, son costume arborant des teintes rouges et jaunes. Le fait que je ne pouvais voir leurs yeux me troublait au plus haut point. J'avais horreur d'avoir l'impression qu'on ne me regardait pas lorsque je parlais.

« - Que me vaut cette visite Chauve-souris ?

- C'est pour te poser des questions que je suis venu. Pas par politesse. »

 D'un grand geste, il balança quelques revues de journaux. Je reconnaissais parfaitement les hommes représentés dessus. Tous des criminels... Tous des gars que j'avais exécutés.

« C'est de ton fait n'est-ce pas ? »

 Le lui adressais un sourire mauvais. Bien sûre que c'était moi. Qui d'autre parmi les « héros » pouvait laisser sur les lieux des crimes des morsures, des traces de griffes et des poils ? Personne, j'étais la seule à avoir ces attributs.

• Rallongeant mes griffes, je courais vers lui, lançant mon bras pour lui lacérer l'épaule. Il était plus vif et moins stupide que mes habituelles victimes. De plus, je ne voulais pas vraiment le blesser, juste créer une faille pour pouvoir passer. Se décalant légèrement, faisant tomber mon attaque dans le vide, je pensais pouvoir passer mais le moucheron qui était avec lui se mit en travers de ma route. Rejetant ma frange en arrière, je lui lançais un regard moqueur.

« Dis-moi, le "R " sur ta poitrine, c'est pour "Raté " ? »

 Sa prise sur la barre de métal qu'il tenait se raffermit. S'il n'avait pas eut les gans noirs de son costume par dessus, je suis sûre que j'aurais pu voir les jointures de ses mains devenir blanche à force de la serrer si fort. Il leva son "arme" - je ne considérais pas vraiment cela comme tel - et l'abattit sur moi. Le bruit du métal s'entrechoquant me fit sourire. Mon épée allait enfin servir.

« Robin... C'est pour Robin »

 Robin... Prononcé comme s'il y avait un "e" à la fin. C'était pas un nom de fille ça ? Mais avant tout, ici, c'était surtout le nom anglais d'un oiseau... Un petit oiseau insignifiant qu'on trouvait n'importe où.

« Écoute gamin, des oisillons comme toi j'en ai déjà bouffé plein. »

 Adressant un sourire plus que sadique au brun, je le fis reculer d’un sec coup d’épée. Juste assez fort pour le mettre à terre, juste assez rapide pour pouvoir déguerpir. Je m’apprêtais à partir, appuyant sur mes jambes aussi fort que je le pouvais pour m’éloigner le plus possible de ces deux tarés en slip, mais une main ferme m’attrapa l’épaule et me ramena au sol. M’étalant de tout mon long, la mâchoire douloureuse, je jetais un regard assassin à celui qui avait causé ça. Batman me maintenait au sol, m’empêchant ainsi de bouger.

« - Lâche-moi abruti ! C’est les même qu’on combat tous les deux alors laisse-moi !

- Tu commences à m’agacer gamine. Je n’approuve pas tellement les manières que tu emploies. Ici c’est mon domaine, mes règles. Compris ?  »

 Je mordis férocement la main gantée du prétendu héros, ma gueule allongée m’accordant une meilleure prise, et profitais de son moment d’inattention pour filer à l’anglaise. Le rouge-gorge de tout à l’heure fonça sur moi, sa barre de métal reposant sur le sol, et le coup de poing qu’il me donna me projeta violement contre le mur. Je jetais un regard lourd de menaces aux deux abrutis qui se tenaient derrière moi et pris une forme totalement canine pour détaler. Je jetais un dernier regard à mon arme qui gisait sur le sol, regrettant de ne pouvoir la récupérer.





Revenir en haut Aller en bas
Invitéavatar
Invité

MessageSujet: Re: Fiction sans nom oO   Ven 13 Fév 2015 - 16:20

Waouh ! C'est super, j'adore le principe de l'heroine qui se transforme et qui tue les criminels. En plus elle est sadique, ca rend l'histoire pas du tout gnan gnan, c'est cool. Tu as un super style en tout cas et j'adore tes idees !
Revenir en haut Aller en bas
 
Fiction sans nom oO
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Le palais Sans-souci en Danger
» Il n'y pas de vie sans agriculture...
» Land des Gabions, un modèle de site pour les sans-abri
» Elèves sans frontières, malades sans frontières
» QUE VAUT UN PEUPLE SANS MEMOIRE COLLECTIVE?

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
La Guerre Des Clans :: Archives :: Les chroniques :: Flood :: Œuvres d’artistes :: Histoires & Poésies-
Sauter vers: