Nous avons un nouveau guérisseur du clan de l'Ombre. Viens l'acclamer ici!

Bonnes vacances d'été à LW et à tous ses membres! Pour en savoir plus, viens là.
Nos nouveaux modérateurs pour l'été par là.

Recrutement de juges EÉF en cours ici.

Partagez | 
 

 [EVENT 2014 | BATAILLE TONNERRE-RIVIÈRE] - Retour au camp, soin des blessés et veillée des morts.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Enchantement de la Biche

avatar

Bambi
♛ « Those who aren't geniuses only have effort. »

Date d’inscription : 26/01/2012
Messages : 4182
Féminin
Puf : Eden/BamBam/Kjr. de sa Canadou alors CASSEZ VOUS <3<3<3
Rang EÉF : Vétéran
Âge : 20
Multi-comptes : Reflet d'Eden ~ Soir d'Orage ~ Bruine du Matin ~ Secret de Pandore ~ Symphonie des Coquelicots ~ Nuée de Plumes ~ Nuage de Garance ~ Nuage de Neptune ~ Petit Nénuphar

MessageSujet: [EVENT 2014 | BATAILLE TONNERRE-RIVIÈRE] - Retour au camp, soin des blessés et veillée des morts.    Dim 7 Sep - 19:07


.: DOESTAR :. STAY, PLEASE, DON'T LET ME


Le clan du Tonnerre rentrait au camp, clopin-clopant. La chaleur diminuait doucement avec la lumière. Le soir tombait, empourprant déjà le ciel à l'horizon. Le forêt verdoyant elle même était plongée dans le plus profond mutisme, comme portant elle aussi le deuil de ses hôtes. Les pelages étaient hirsute, parfois arraché. Une trainée sanguinolente se traçait sur le chemin des guerriers. Ici, des chasseurs trainaient le corps disloqué de Nuage Dramatique. Là, d'autre portait avec précaution Bruine du Matin. La reine vivait encore, mais elle portait des blessures si terrible que beaucoup doutait qu'elle tienne jusqu'au matin. Nuage de la Pureté claudiquait à la suite de Senteur de Menthe. Les guerriers étaient hagards, meurtrie. Ils avaient gagné oui. Mais à quel prix ?

Etoile de la Biche cheminait en silence, tête basse, la queue traînant dans la poussière. Elle boitait bas, et son poitrail était encore maculé de sang, là où une blessure lui avait ôté une vie. Elle suivait le cœur gros ses deux fils ainés. Constellation du Trèfle et Soir d'Orage, l'air abattus, portaient tant bien que mal un fardeau ensanglanté. Leur père. Bois de Frêne. La débouille du matou pendait mollement entre les mâchoires des deux frères qui l'emmenait pour sa dernière nuit au camp. Le regard de la jeune reine était perdu dans le vague. Elle fixait obstinément le corps de son compagnon, incapable de réaliser, incapable de comprendre. Pressées de part et d'autre de la chatte tigrée, Ecaille d'Hippocampe et Reflet d'Eden suivait la procession sans piper mot, forçant Etoile de la Biche à mettre une patte devant l'autre. Entre ses pattes, Petit Gingembre, son fils fugueur, avançant sans quitter le giron de sa mère. Un instant, la femelle se demanda s'il comprenait que son père était mort. Elle songea que oui, qu'il était en âge de savoir. Comment avait-elle pu laisser faire ça ? Comment avait-elle pu laisser Bois de Frêne mourir de cette façon ? La tête lui tournait. Elle aurait voulu s'arrêter, se laisser choir là, tout abandonner pour le rejoindre. Huit vies. Huit vies sans pouvoir le voir, le toucher. Huit vies avant de le retrouver. C'était insupportable. Tout simplement insurmontable. Laissant échapper un râle de douleur, elle se laissa entrainer sans rechigner, sans chercher à refouler le chagrin qui menaçait de l'engloutir.

Les corps de Nuage Dramatique et Bois de Frêne furent déposé au centre de la clairière. Les blessés s'effondrèrent çà et là, dans un parfait chaos. Seule à l'entrée du camp, Etoile de la Biche contemplait ce désastre qu'elle avait elle-même engendré. Elle avait cru bien faire, aider le clan en reprenant les Rochers du Soleil, en assurant les réserves en eaux. Maintenant c'était chose faite. Ils avaient gagnés. Et c'était tellement douloureux. Anéantie par le chagrin, la chatte leva les yeux au ciel, s'excusant silencieusement de l'affront qu'elle avait fait au clan des Etoiles. Elle venait de le payer chèrement. Bois de Frêne ne voulait pas combattre. Elle le savait. Il lui avait fait part la veille, alors qu'ils passaient une ultime nuit ensemble, de ses doutes concernant la bataille à venir. Il avait tenté de la convaincre et elle l'avait ignoré. Son cœur se serra. Son compagnon devait être furieux contre elle maintenant. Elle avait mené à sa perte un apprenti à l'aube de sa vie, risqué celles de ses enfants, et provoqué la mort du guerrier bicolore. Imaginer le regard courroucé de l'amour de sa vie termina de l'achever. Les pattes tremblantes, elle s'approcha du corps meurtrie de Bois de Frêne et se laissa tomber près de lui en sanglotant tout doucement. Le sang qui coulait encore de ses blessures vint se mêler à celui du guerrier défunt. Lentement, laissant ses larmes mouiller la fourrure du matou, elle entreprit de faire sa toilette comme elle le faisait de son vivant, nettoyant le pourpre qui souillait son pelage. Pourquoi ?

Note:
 

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Source aux Fées

avatar

Félin Mythique

Date d’inscription : 20/07/2013
Messages : 5325
Masculin
Puf : PillsNPotions - Perlouu (minaj) - Arno ...
Rang EÉF : Guerrier
Âge : 17
Multi-comptes : Source aux Fées (O)

MessageSujet: Re: [EVENT 2014 | BATAILLE TONNERRE-RIVIÈRE] - Retour au camp, soin des blessés et veillée des morts.    Dim 7 Sep - 19:25



Le Clan du Tonnerre avait gagné, gagné ce territoire, mais perdu la vie de deux de leurs camarades. Nuage Dramatique et Bois de Frêne étaient morts lors de cette bataille. Nuage d'Averse aurait dût mourir, mais le Clan des Etoiles en avait décidé autrement. L'apprentie bicolore avait rencontré ses ancêtres qui lui avaient demandé de changer de comportement, de ne plus être cette peste qui semait le chaos dans la tanière des apprentis. Pour sa vie, elle aurait tout fait, même changer totalement alors qu'elle aimait tant charrier ses camarades. Qu'est-ce que sa famille aurait fait sans elle ? Comment Etoile de la Biche aurait réagit lorsqu'elle aurait apprit qu'une deuxième apprentie avait périt dans le combat ? Mieux vaut ne pas y penser. Les combattants rentraient tous au camp du Tonnerre, la queue entre leurs pattes, la tête basse. Quand Nuage d'Averse regardait ses camarades, elle avait l'impression qu'ils avaient perdu la bataille tellement leurs états étaient tellement choquant. La féline au pelage tacheté ce regarda dans une flaque d'eau. Ses poils étaient placés comme si elle n'avait même pas participé à la bataille. Qu'est-ce que les autres allaient bien pouvoir lui dire ? Qu'elle avait fuit les Rochers au Soleil ? Elle allait peut-être devoir leur avouer que le Clan des Etoiles lui ont laissé une seconde chance pour vivre ... Mais personne ne la croirait. D'habitude, les guerriers de jadis font ce genre de chose qu'avec les chefs quand ils perdent une vie, mais là, ils l'ont fait à une simple apprentie. Pourquoi elle et pas quelqu'un d'autre ? Soudain, Nuage d'Averse eut une idée. Elle s'arrêta discrètement sur le côté du chemin forestier, et laissa passer tous ses camarades devant elle. Quand tout le monde disparut de son champ de vision, elle s'éloigna du sentier, et arriva face à un grand arbre. Sans réfléchir, elle se frotta avec force contre son tronc. Après quelques minutes de douleur, elle s'écarta d'un bond, et regarda son pelage : une coupure saignait et les poils étaient tous ébouriffés. Parfait. Nuage d'Averse rejoignit le chemin forestier et s'élança telle une flèche à la rencontre de ses camarades. Elle les rejoignirent rapidement mais personne n'avait remarqué son absence. Tant mieux.

Les combattants du jour arrivèrent devant l'entrée du camp. Nuage d'Averse s'arrêta et laissa passer ses camarades qui portaient les corps inertes de Bois de Frêne et de Nuage Dramatique. L'apprentie aux yeux émeraudes n'avait jamais vraiment sympathisé avec le défunt apprenti, même s'ils partageaient la même tanière. A vrai dire, elle ne s'entendait avec personne, sauf sa famille. Une fois tout le monde entré dans le camp, Nuage d'Averse s'engagea dans le tunnel de ronces. Arrivée à la Grande Place, elle crut s'être rendue dans une immense antre de guérisseur : pleins de chats allongés partout, des remèdes médicinaux parsemant le sol ... Voyant que Fantaisie Nuageuses et que son apprentie Nuage de Lionne étaient occupées avec les cas plus graves, la féline bicolore décida de se rendre utile pour ses camarades en allant chasser. La petite apprentie tourna les talons et retourna dans le tunnel de ronces, direction la forêt. La nuit commençait à tomber, ce qui allait lui faciliter la tâche. Elle marchait à pas de loup et entendit un bruit d'envol. La chatte fit volte-face, et rapide comme une vipère, bondit sur le petit moineau qui venait donner à manger à ses petits. Monde cruel ... Nuage d'Averse croqua la nuque du piaf, l'enterra et retourna à la chasse. Elle réussit à attraper une mésange et deux souris. L'apprentie retourna sur ses pas vers le camp, quand soudain, un craquement derrière elle la fit frémir. Tremblante, elle se retourna. Au loin, deux yeux ambrés la fixait. Elle recula, pétrifiée et détalla dans un nuage de feuilles.

Nuage d'Averse arriva au camp, le souffle court, le cœur battant si vite qu'elle crut qu'il allait exploser. A la Grande Place, toujours le même décor : des félins allongés partout, et les deux guérisseuses entrain de travailler. L'apprentie fila droit vers Etoile de la Biche et lui donna un mésange. Elle s'inclina, respectueuse du combat que sa meneuse avait fait. Ensuite, elle se dirigea vers la pile de gibier et déposa ses proies. La féline bicolore regarda autour d'elle et ne vit aucune place de libre à l'air libre. Elle dût alors entrer dans la tanière des apprentis, qui était vide. Elle regarda la litière de mousse de Nuage Dramatique. Il fallait l'enlever. Nuage d'Averse poussa doucement la boule de mousse et la dirigea vers l'extérieur du camp. Ensuite, elle retourna vers l'antre des apprentis, et s'allongea sur sa litière. Elle s'endormit quelques instants avant de sentir un souffle glacial dans sa nuque. Elle se réveilla en sursaut et face à elle se tenait celui qui avait essayé de lui retirer sa vie. Nuage d'Averse paniqua, se redressa et hurla. Elle cligna des yeux, et elle se retrouva seule dans la tanière. Mais que se passait-il ? Pour avait-elle des visions pareilles ? Apeurée, elle sortie de la tanière des apprentis et rejoignit tout ses camarades à la Grande Place, prêt à veiller sur les défunts Nuage Dramatique et Bois de Frêne.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité

avatar

Invité


MessageSujet: Re: [EVENT 2014 | BATAILLE TONNERRE-RIVIÈRE] - Retour au camp, soin des blessés et veillée des morts.    Dim 7 Sep - 20:35

 

Petit Gingembre ▲



L'orage était passé. Cette pluie de coups, de sang et de douleurs avait enfin pris fin. Enfin pas vraiment... La douleur resterais encore longtemps dans le cœur des guerriers, gravé en eux comme une cicatrice qui ne s'effacerait jamais. Elle s'estompera mais sera toujours là. Ma première bataille. C'est dans le silences une nous rentrons au camp, le pas traînant. Le sang de ma mère goutte sur mon dos à chaque pas, liquide chaud et un peu visqueux qui m'arrache un frisson chaque doux qu'il effleure mon duvet qui d'ailleurs n'en est plus un. Je suis l'allure d'Etoile de la Biche, ne voulant pas quitter ses pattes, comme pour moi une antre protectrice. Rien n'est immortel. Telle est la leçon que m'a enseigné cette journée. Et j'en ai eu l'exemple parfait par deux fois. Ma mère qui désormais se traine de désespoir et mon père... Dont je ne saurais décrire l'état. Je frissonne lorsque mon regard croise son corps anéanti, meurtri. J'ai l'impression d'être creux, une vraie coquille vide. Rien ne sera plus pareil désormais. Est-il ... Mort ? J'étouffe un sanglot, chassant cette idée de mon esprit ; je détourne mon regard verdâtre et tombe sur pire encore. Nuage Dramatique. Un apprenti comme un autre avait perdu la vie et gisait entre les pattes de ses camarades. Son corps sans vie était complètement mutilé, méconnaissable. Je le cœur au bord des lèvres, je tremble comme une feuille. Un soupir de soulagement m'échappe lorsque j'aperçois enfin le camp. Abandonnant ma mère un court instant, je me précipite chez moi. Tout tremblant je jette un regard affolé à la pouponnière et aux autres tanières : ici rien n'a changé. Je suis légèrement soulagé ; soulagement qui dure bien peu de temps car j'entrevois ma mère, abattue, penché sur la dépouille de Bois de Frêne. Je frémis et m'approche à petits pas. J'ai peur de ce que je vais voir, peur de la suite, peur des cris et des pleurs. Je ne veux pas... C'est impossible. 

« Tu m'avais dis que tu étais le meilleur ... »

Une grosse larme salée s'échappe de mon œil et vient s'écraser sur le sol maculé de sang. Je ravale mes pleurs et vient enfouir mon museau dans le cou désormais froid de main père. Je sens la respiration saccadé de ma mère contre mon flanc et vient le presser un peu plus contre elle. Je cache mon visage rond dans la fourrure poisseuse de Bois de Frêne et laisse échapper mes sanglots, en silence. 

« Au revoir Papa... »

Me reprendre, il le faut. Je me redresse, un peu chancelant avant de retomber dans les pattes de Maman. Un peu désorienté, je lève mes yeux vers le visage de ma mère. Une bouffée de tendresse et tristesse mêlées m'envahis. Je veux redevenir tout petit, je veux que tout soit comme avant, je veux rester avec Maman... Je me presse un peu plus contre elle, me laissant envelopper par sa chaleur ; je pas un coup de langue se voulant affectueux sur le poitrail ensanglanté de Maman, je sais pas trop si c'est le moment mais j'en ai besoin. Je tombe littéralement contre elle, la serrant contre moi du mieux que je peux. Les sanglots me remontent à la gorge, alors je sers plus fort... Désemparé je m'exclame de ma voix enfantine : 

« Ne me laisse jamais Maman... »
Revenir en haut Aller en bas
Petit Océan

avatar

Félin Légendaire

Date d’inscription : 12/10/2013
Messages : 2105
Féminin
Puf : Breeze.
Rang EÉF : Chaton
Âge : 14
Multi-comptes : Deameth — Petite Averse — Princesses des Danses — Nuage d'Été — Nuée de Lucioles — Arc-en-Ciel — Petit Océan

MessageSujet: Re: [EVENT 2014 | BATAILLE TONNERRE-RIVIÈRE] - Retour au camp, soin des blessés et veillée des morts.    Lun 8 Sep - 19:23

Pureté des Iris

On... On a gagné ? Iz n'en sais trop rien. Je tiens à peine debout, chancelant en suivant mes camarades. La jeune mère ne pensait qu'à ses chatons, à vrai dire. Étaient-ils blessés ? Peut-être un petit groupe de guerriers Riverains avait-il attaqué le camp. Ces pensées toutes plus angoissantes les unes que les autres se bousculaient dans la tête de la jeune reine. Pour finir, elle les bannis définitivement de sa tête, et observa ses camarades, agarde. Son pelage était maculé de sang séché, mais se qu'elle vit l'horrifia plus encore. Plusieurs de ses camarades trainaient les corps sans vie de Nuage Dramatique et Bois de Frêne ! Attérée, la reine ne put détacher son regard des deux morts. Pourquoi, pourquoi Clan des Étoiles ? Une larme coula le long de la joue de la jeune mère. Elle n'était pas particulièrement proche des deux matous, mais sensible comme elle était, un rien la touchait. Et ces morts étaient pour elle une raison de verser un torrent de larmes ! Mais elle tentait de se contenir, grimaçant quand ses plaies l'a faisait souffrir. Pourquoi ? La jeune chatte jetta un coup d'œil en biais à Possession du Nogitsune. Elle l'avait aperçu, pendant la bataille, qui défendait farouchement la belle Senteur de Menthe. En d'autre circonstances, tout cela aurait amusé la naïve reine. Mais là, elle n'avait pas du tout envie de rire. Elle avait plutôt envie de pleurer.

Le Clan du Tonnerre ariva au camp. Iz jetta des coups d'œil furtifs dedans, cherchant ses petits. Ils devaient être dans la pouponnière, enfin elle l'espérait. Elle était paniquée car elle avait vu Petit Loup et Petit Gingembre débouler pendant la bataille, y risquant leur vie. Et si ses chatons, téméraires comme ils étaient, avaient décidés d'en faire de même, mais s'étaient perdus, et à l'heure qu'il est, se trouvaient dans l'estomac d'un renard ? De plus en plus angoissée, elle pressa le pas, et débarqua telle une bourrasque dans la pouponnière. Là, elle se calma immédiatement. Ses enfants étaient bien là, certains jouaient et d'autre dormaient. Elle fit le compte. Petit Renard, Patte Vanillée, Patte du Colibri, Petit Nénuphar, Petit Glaïeul et enfin Petit Muscari ! Ils étaient tous là. Soulagée, elle alla embrasser un par un les chatons, malgré les protestations farouches des enfants de Soir d'Orage, qui ne l'acceptait toujours pas en tant que mère. Iz poussa un soupir, et les confia a une reine. Elle devait aller veiller sur les morts. Elle ressortit, et vit la famille et les amis des deux défunts en cercle autour d'eux. Les yeux humides, Iz s'approcha, et huma leur parfum une dernière fois, en guise d'adieu. Elle vit alors Petit Gingembre, attéré, près de sa mère. Iz le regarda d'un air triste. Pauvre petit... Elle décida de le laisser avec sa mère, et chercha Possession du Nogitsune des yeux...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité

avatar

Invité


MessageSujet: Re: [EVENT 2014 | BATAILLE TONNERRE-RIVIÈRE] - Retour au camp, soin des blessés et veillée des morts.    Lun 8 Sep - 23:30

This is War .
feat. Tonnerre & Petit Glaïeul
« Les morts sont des invisibles, mais non des absents. Victor Hugo».

Petit Glaïeul n'avait pas dormi. Elle s'était levée à l'aube pour regarder Soir d’Orage partir et était restée là longtemps après son départ, assise, le regard dans le vague et le poil hérissé d'angoisse. A force d'insistance elle avait fini par rejoindre Petit Nénuphar et Petit Muscari,  consciente que demeurer là, immobile à l'entrée ne changerait rien à la triste réalité  : c'était la guerre. Et à ses yeux c'était bien la pire des choses que de se battre pour de l'eau. Mais elle avait tellement soif…si les choses continuaient à ce rythme, Pureté des Iris n'aurait même plus de lait. A présent la chaleur diminuait. Ce serait bientôt le soir et son soleil rasant, l'ocre et l'orange partout, nimbant les pelages de flammes imaginaires comme autant de petites torches dans les ombres tombantes. On était bien loin de la violence qui se livrait aux rochers du soleil, à deux pas, si près qu'elle aurait pu sortir du camp, se jeter devant son père. 

La petite s'appliquait patiemment à faire la toilette de sa soeur qui ne cessait de gigoter que pour se lancer dans des discours bien trop rapides pour qu'elle puisse en comprendre le sens. Elle commençait à désespérer mais tâchait de n'en rien montrer, il fallait qu'elle soit forte pour sa famille, qu’elle tienne la promesse faite au coeur de la nuit quand elle plongeait encore son museau dans la fourrure de son père. Le reverrait-elle jamais ? 
Le Clan des Étoiles décida de balayer interrogations et doutes en faisant venir vers elle une brise chargée du parfum d'un grand nombre de félins. Les guerriers étaient de retour, mais elle ne savait pas si c'était la joie ou l'inquiétude qui lui éteignait le coeur. C'était une chose insensée que d'essayer de distinguer, parmi  cette foule d'odeurs, celle de Soir d’Orage, mais elle le tenta, toute à sa détresse. Que faire s'il était tombé ? Comment ne pas défaillir ? Elle vit Pureté des Iris s'approcher, venir leur donner un coup de langue à chacun mais Petit Glaïeul se dégagea pour mieux voir la cohorte qui revenait, personne ne devait se mettre en travers de son chemin, pas maintenant.

Étoile de la Biche figurait parmi les premiers arrivants, c'est d'abord le goût métallique du sang qui envahit la gorge de la petite qui sentit ses pattes trembler sous elle. Mais elle ne flanchait pas devant les blessés qui se succédaient pas plus que devant les mines atterrées, pas même lorsqu'elle sentit les larmes inonder son visage. Elle resta de marbre, telle une statue patiente, jusqu'à ce qu'elle voit le premier corps. C'était la même musculature et le sang ne laissait rien voir de la couleur du pelage mais la ressemblance était si frappante de là où elle se trouvait qu'elle laissa échapper malgré elle un cri d'horreur. Elle s'approcha, ignorant les guerriers qui la repoussaient, une enfant de devrait pas voir cela, se rapprocha jusqu'à voir Petit Gingembre, penché sur la dépouille aux côtés de sa mère. Alors elle comprit, c'était Bois de Frêne, et même si cela lui brisait le coeur, le soulagement fit son chemin, elle s'en voulu aussitôt, mais comment déplorer le retour de son père à elle ? Elle aurait voulu aller voir le petit, lui dire qu'elle était désolée pour lui, que son père était un guerrier extraordinaire, mais elle savait que c'était inutile, qu'il lui dirait que non, elle ne pouvait pas comprendre. Elle tourna la tête en tous sens, le cherchant dans la foule, cherchant sa voix dans ce concert de lamentations, dernier chant funèbre pour les deux vies effacées. Il était impossible, même en essayant très fort, de rester sourd aux pleurs, aux cris de détresse, à l'angoisse montante des familles qui avaient attendu comme elle. Tous n'avaient pas sa chance. 

Elle jeta un dernier regard en arrière et se jeta plus avant, c'est alors qu'elle le vit. Les mêmes yeux verts, un peu plus tristes peut être, mais c'était bien lui. Elle faillit sourire mais se rendit compte qu'elle n'en avait pas la force. Alors, ne souhaitant rien de plus qu'il la regarde, elle cria simplement, incapable d'aller à sa rencontre. 

"Papa !" 

Revenir en haut Aller en bas
Enchantement de la Biche

avatar

Bambi
♛ « Those who aren't geniuses only have effort. »

Date d’inscription : 26/01/2012
Messages : 4182
Féminin
Puf : Eden/BamBam/Kjr. de sa Canadou alors CASSEZ VOUS <3<3<3
Rang EÉF : Vétéran
Âge : 20
Multi-comptes : Reflet d'Eden ~ Soir d'Orage ~ Bruine du Matin ~ Secret de Pandore ~ Symphonie des Coquelicots ~ Nuée de Plumes ~ Nuage de Garance ~ Nuage de Neptune ~ Petit Nénuphar

MessageSujet: Re: [EVENT 2014 | BATAILLE TONNERRE-RIVIÈRE] - Retour au camp, soin des blessés et veillée des morts.    Lun 8 Sep - 23:43


.: DOESTAR ; LILYKIT ; STORMDUSK :. STAY, PLEASE, DON'T LET ME


Lentement, le soir tombait sur le camp. La lumière se réchauffait un peu, les ombres s'étiraient, projetant sur le sable encore tiède les silhouettes des félins présents dans la clairière. Le clan entier s'était réuni dans la clairière. Les félins n'ayant pas participé au combat se pressait autour des guerriers, quémandent un récit de la bataille, s'inquiétant de leur état. Pureté des Iris venait se s'introduire en trombe dans la pouponnière. Petit Nénuphar patientait au côté de ses frères et sœurs, guettant le retour des guerriers. Sa soeur s'obstinait à faire sa toilette, tandis qu'elle cherchait désespérément à se défaire de son emprise. Voyant sa nourrice débarquer dans la tanière, les oreilles de la petite se dressèrent. Bondissant sur ses pattes, elle s'apprêtait à courir hors de la pouponnière, mais la reine ne l'entendait pas de cette oreille. Elle vint enserrer un à un ses chatons avec une fébrilité perceptible. Agacée, le chaton se débattit et parvint enfin à s'extirper de son giron. Sans attendre, elle se rua dehors, entrainant Petit Glaïeul et Petit Muscari. Ses pattes tremblait tant de peur que d’excitation. Où était son père ? Allait-il bien ? Le cœur serré, la femelle scruta les corps de ses camarades, cherchant la fourrure sombre de Soir d'Orage. Elle finit enfin par le repérer, assit près d'Etoile de la Biche. La meneuse était tapie près d'un amas de fourrure. Penché au dessus de ce même amas, le guerrier semblait abattu. Poussant un petit cri, Petit Nénuphar se précipita vers lui en appelant son nom. Petit Glaïeul la suivait de près. Le guerrier leva les yeux tandis que la jeune chatte se jetait entre ses pattes en ronronnant bruyamment.

« Papa tu es sain et sauf. » Murmura-t-elle en pressant sa joue contre le poitrail du matou. Le mâle ce contenta d'accueillir ses chatons d'un mouvement de queue et gratifia chacun d'entre eux d'un coup de langue sur le front. Une tristesse immense émanait du guerrier. La jeune chatte n'en compris d'abord pas la raison, jusqu'à ce qu'elle identifie enfin la nature du tas de poil bicolore. Les pattes écarté, le pelage maculé de sang, Bois de Frêne, son grand-père, gisait, inerte dans le sable. Certains félins s'approchait déjà de lui, la mine triste.
« Il est mort ? » Gémit Petit Nénuphar, éberluée en levant les yeux vers son père. Celui-ci acquiesça en silence. Elle ne put s'empêcher de remarquer que son regard luisait d'une lueur inhabituelle. Il pleure, compris le chaton, horrifié. Un instant elle s'imagina à la place du guerrier. Qu'adviendrait-elle si Soir d'Orage venait à mourir. Elle secoua la tête, incapable de le concevoir. Ne trouvant aucun secours à son chagrin grandissant auprès du chasseur  gris, elle se tourna vers Petit Glaïeul et se pressa contre elle, enfouissant son visage dans la fourrure immaculée, dans un élan de détresse.

Etoile de la Biche était blottie près du corps de Bois de Frêne, le museau fourré dans la fourrure du défunt. Son corps était froid. Terriblement froid. Attirant ses chatons contre lui, Soir d'Orage se tapit près de sa mère et pressa sa joue contre la sienne. Petit Gingembre était entre les pattes de la reine. Il fixait le corps de ce père inerte, les yeux écarquillé. Le guerrier gris poussa un long soupir, enviant un instant le chaton. Il aurait aimé se lové contre la meneuse, retrouver ces sensations perdues depuis longtemps. Se laisser aller à pleurer contre le flanc tigré, et chercher dans les caresses de sa mère le réconfort dont il avait besoin. Pourquoi avait-il fallut qu'il grandisse ? Nuage d'Averse, une apprentie ayant participé à la bataille fit soudain irruption près de la petite famille. Elle déposa un proie près de la meneuse, qui ne réagit pas. Le chasseur lui adressa un regard désolé.
« Excuse-la Nuage d'Averse, elle ne va pas bien du tout... Je m'assurerais qu'elle mange, ne t'en fais pas ! » Souffla-t-il à l'attention de la novice.
La chatte brune leva enfin le menton lorsque son petit murmura adieu à son père. Petit Gingembre se redressa en titubant et leva un regard immense vers Etoile de la Biche. Un peu tremblant, il passa sa langue dans sa fourrure, avant de se laisser choir entre ses pattes, pressé entre le poitrail de sa mère et le flanc du défunt. Un gémissement nait dans sa gorge.
« Ne me laisse jamais Maman... »
La chatte baissa des yeux vides et larmoyant vers le chaton. Elle sembla hésiter un instant, puis elle ramena ses pattes autour du petit corps tigré, couvrant son visage de coup de langue pour chasser les larmes. Voir son fils pleurer ne faisait qu'accentuer son chagrin. Inspirant profondément, elle lissa son pelage avec douceur. Soir d'Orage se pressa plus contre sa mère. Etoile de la Biche frotta sa joue à celle de son fils plus âgé. Une larme coulait le long de sa joue. Son cœur était au bord de l'implosion.
« Je ne vous laisserais jamais, je vous le promet... »
Sa voix se brisa. Elle poussa un nouveau râle et posa son menton sur l'épaule de Bois de Frêne, serrant contre son cœur son jeune fils. Un instant elle se demanda où était passé Petite Cannelle, mais elle n'eut pas la force de l'appeler. Priant pour que la petite n'ait pas suivi son frère, elle ferma les yeux, las.

Soir d'Orage laissa sa mère s'étendre sur la dépouille de son père. Il caressa lentement le flanc de son frère avec affection, avant de reporter son attention sur la meneuse. Son pelage était trempé de sang, et des plaies couturait son corps, témoignant de l'acharnement dont elle avait fait preuve. « Etoile de la Biche, tu dois voir un guérisseur. » Souffla le guerrier. La chatte se contenta secouer la tête négativement. Reniflant avec agacement, il fouilla le camp du regard, cherchant Nuage de Lionnes ou Fantaisie Nuageuse. Les avisant toutes les deux près des groupes de blessé, il leur fit signe de la queue.

« Etoile de la Biche aura besoin de soin quand vous aurez fini ! » Lança le guerrier, avant se rouler autour de ses petits, prenant soudain conscience qu'il n'avait pas été très rassurant, alors qu'eux devaient être épouvantés. « On a gagné mes chéris. Et je suis revenu, comme promis. »

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité

avatar

Invité


MessageSujet: Re: [EVENT 2014 | BATAILLE TONNERRE-RIVIÈRE] - Retour au camp, soin des blessés et veillée des morts.    Mar 9 Sep - 2:11



Possession du Nogitsune



Tristesse, désespoir, souffrance. Tant de mots douloureux pour qualifier un tel instant. Malgré la victoire que tous ces guerriers braves et solidaires avaient durement acquit, seule les deux corps gisant au beau milieu de la clairière semblaient retenir leur attention. Un père de famille et une jeune apprentie. Deux âmes pures, trop bien pour rejoindre le Clan des Étoiles. Possession du Nogitsune n'osait même pas poser les yeux sur leur dépouille, préférant laisser leur famille les pleurer. Le matou tigré ne les connaissait pas et pourtant ils faisaient partie de la même tribu. Il avait honte, terriblement honte. Il ne voulait même s'imaginer à la place d'Étoile de la Biche ou bien encore Soir d'Orage. Comment il se sentirait, lui,  s'il devait perdre Pureté des Iris? Ou bien encore Secret des Océans, son demi-frère? Certes le guerrier ne lui accordait guère d'attention, mais il le considérait tout de même comme un membre de sa petite famille.

Du coin de l'oeil, Stiles aperçut Iz s'affairer près de la pouponnière, son doux visage voilé par l'inquiétude. Elle devait chercher ses petits. Ma nièce et mon neveux. Comme il aimait le penser. Mais c'était plutôt ceux de Loufoquerie des Ombres, le frère de Fierté du Lion. D'ailleurs, Où était le matou? Ne devrait-il pas être avec sa compagne et leurs chatons? Possession du Nogitsune trouva le vétéran dans la foule et lui jeta un regard noir, avant de se diriger vers Pureté des Iris. Cette dernière semblait le chercher parmi la mêler. Il se précipita vers la chatte au pelage noir et se frotta contre elle, ses yeux embués de larmes. Cette bataille avait été horrible et le guerrier avait découvert des choses sur lui qu'il aurait préféré garder au plus profond de son être, ne jamais les laisser poindre au grand jour. Il jeta un regard vague sur le corps souillé de sang de son amie. Il sentit la culpabilité l'envahir, il aurait dû être à ses côtés, la protéger. Mais à la place il s'était occupé de Senteur de Menthe, le souvenir de la chatte se débattant dans la rivière refaisant surface dans son esprit.

« Je suis tellement désolé Iz, pardonne moi... »



Revenir en haut Aller en bas
Empereur des Séraphins

avatar

Sunny ☼
« I wanna lie on a bed of clouds to be near the sun. »

Date d’inscription : 22/12/2011
Messages : 4203
Féminin
Puf : Sunny || Failariel
Âge : 19
Multi-comptes : ORYI ( horde ) - NEAREN ( solitaire ) - EMPEREUR DES SERAPHINS ( vent ) - LOI DE LA GRAVITE ( vent ) - MEMOIRE DES OCEANS ( soltaire ) - AROMES D'AGRUMES ( ombre ) - PATTE DE CAIMAN ( ombre )

MessageSujet: Re: [EVENT 2014 | BATAILLE TONNERRE-RIVIÈRE] - Retour au camp, soin des blessés et veillée des morts.    Mar 9 Sep - 22:52



Mémoire des Océans ✩ Senteur de Menthe ✩ Petit Basilic




feat. clan du tonnerre

Et les morts ne se retourneront pas, ils continueront à cheminée comme les vivants. Mais les sentiers sinueux les porteront si loin de ceux que la mort n'a pas encore enlevé. Cruelle et silencieuse, elle n'avait pas étendu l'aube pour les ravir. Les défunts seront pleurés, ils ne seront pas oubliés. Ils seront les sacrifices pour cet acte belliqueux. Car malgré la victoire, le prix à payer fut fort. La Mort cruelle, s'était délectée lors de cette bataille pour ravir ces vies si chères et si précieuses. Mémoire des Océans marchait lentement parmi ses pairs. Il était épuisé, il avait mené durement la bataille. Il s'était acquitté de cette tâche avec honneur. L'ancien meneur s'était battu pour son clan, pour sa famille disloquée, pour sa famille hétéroclite. L'amour n'était pas transcendante il n'était pas visible. Pourtant, il était tout, il était rien. Cet amour était présent dans le cœur atrophié du mâle bicolore. Il aperçut le camp dissimulé parmi les fougères. Il rentra avec les autres. Puis il embrasa du regard les guerriers hagards. Et il pleura. Tant de pertes pour cet accès à l'eau. Il avait pourtant lutté pour ne pas mener bataille, seulement c'était la guerrier qui l'avait emportée. Il avait déjà mené de terribles batailles auparavant. Pourtant celle-ci lui semblait être la plus dure la plus terrible. Peut-être était-ce l'âge ravageur qui le dévorait peu à peu ? Il n'en savait rien. Il se dirigea vers les deux guérisseuses. Puis il regarda sa fille. Il était si fière d'elle. Elle avait tellement grandi. Pourtant sur son visage fleurissait l'indifférence qui lui était parure habituelle. Il miaula doucement : « Je suis sincèrement heureux que tu ailles bien. Puis-je me rendre utile ? »

Petit Basilic était dans la pouponnière au côté de ses cousins. Il ne comprenait pas vraiment l'intérêt de cette guerre mais il avait la certitude que c'était horrible. Acte fallacieux qui puisait son origine dans divers sentiments noirs. Petit Basilic aperçut sa mère blessée. Il hurla d'horreur. Le pourpre qui tâchait sa fourrure, ses membres pendants, sa peau couverte de plaies béantes. Le chaton gris et blanc poussa un autre cri aigu. Il se leva et courut vers sa mère. Mais dans sa précipitation, il tomba sur le sol. Il poussa un gémissement, maudissant ses pattes maladroites. Il se releva et rejoignit Bruine du Matin. Il la regarda, hésitant à la toucher de peur de lui faire mal. Il pleurait. Les larmes coulaient sur son visage. Il murmura : « Maman... Maman, c'est moi, Petit Basilic. Tout va aller bien. Fantaisie Nuageuse va te soigner... Pas vrai maman ? Tu vas guérir très très vite ? Pas vrai ? » Il continua de sangloter, ses paroles étaient étouffées par les pleurs. Il n'y tient plus et enfouit son museau dans le pelage taché de sang de Bruine du Matin. Et il pleurait.



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Petit Océan

avatar

Félin Légendaire

Date d’inscription : 12/10/2013
Messages : 2105
Féminin
Puf : Breeze.
Rang EÉF : Chaton
Âge : 14
Multi-comptes : Deameth — Petite Averse — Princesses des Danses — Nuage d'Été — Nuée de Lucioles — Arc-en-Ciel — Petit Océan

MessageSujet: Re: [EVENT 2014 | BATAILLE TONNERRE-RIVIÈRE] - Retour au camp, soin des blessés et veillée des morts.    Mer 10 Sep - 16:21

Possession du Nogitsune se dirigea vers moi. Je tenta un faible sourire. Je ne réussi qu'à esquisser une grimace. Mes plaies me faisait trop souffrir. Il avait le visage voilé par l'anxieté. Il me dit : « Je suis tellement désolé Iz, pardonne moi... » Je lui jeta un regard surpris. Pourquoi s'excusait-il ? Il n'avait rien à se repprocher. Je fis glisser ma queue le long de son épaule et esquissa un sourire. Je ne lui en voulais pas, quoiqu'il pense qu'il ait fait. Je lui miaula : << De quoi parle tu ? Tu n'as rien fait de mal. Bon, excuse moi, je dois aller voir les enfants. Passe me voir tout à l'heure si tu veux. Et si tu pouvais m'envoyer la guérisseuse pour voir si mes petits vont bien... >> Déclarais-je, soucieuse. Je m'inquiétais pour eux. Oui, j'étais une véritable mère poule. Enfin bon. Puis je déclara, d'un ton que je voulais malicieux : << Mais non, oublie pour la guérisseuse, allez, file rejoindre Senteur de Menthe ! >> Puis je m'éloigna, en lui déposant un bisou sur la joue. Mes plaies me faisait mal, je devais aller voir quelqu'un, mais d'abord, m'occuper de mes petits. Je passerai après eux.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité

avatar

Invité


MessageSujet: Re: [EVENT 2014 | BATAILLE TONNERRE-RIVIÈRE] - Retour au camp, soin des blessés et veillée des morts.    Jeu 11 Sep - 17:12

Petite Cannelle huma l'air à la recherche de l'odeur familière du tonnerre, elle tremblait de froid et de faim, depuis combien de temps errait elle ainsi à la recherche d'un membres de son clan ? Elle était incapable de le dire. Elle avait eut peur pour ses camarades et quand elle avait aperçut Gingembre se glisser hors du camp elle avait essayé de le suivre, cependant ses petites pattes l'avait abandonné au milieu du parcours, elle n'arrivait plus à se repérer et elle avait tourner en rond pendant un bon moment.

La petite frissonna, pensant au combat qui fessait rage en ce moment même, est ce que tous le monde allait bien ? Et si Gingembre était perdu lui aussi ? Elle poussa un miaulement plaintif en continuant à marcher, de ses quelques escapades la petite avait gardé des souvenir du territoire et elle cherchait maintenant en vain des point de repère, un chemin connu. Tout en cherchant son chemin la petite avait avancé et elle entendit bientôt du bruit, elle rassembla ses dernières forces pour se diriger vers ceux ci.

Elle reconnu enfin le chemin menant vers l'entrée du camp, elle pressa le pas, les bruits se fessait plus fort, ils sont rentrés songea t'elle, de nouveau elle accéléras, espérant retrouver son frere sain et sauf. Elle pénétra dans le camp à toute vitesse, et s'arrêta net devant la foule réunie. Elle eut soudain peur, avait il perdu, y'avait il des morts, paniqué elle cherchas du regard sa famille, son cœur s’accélérera puis elle vit Étoile de la Biche, elle se précipita vers elle.

Elle allait se frotter à elle quand elle vit sa tête, que se passait il ? Elle aperçut Petit Gingembre, lui aussi était bizarre, son regard se posa enfin sur son père. Pourquoi ne bougeait il pas ? Qu'est ce qu'il y a ? La petite ne comprend pas immédiatement, elle vas fourrer son nez contre le pelage de Bois de Frêne, aussitôt son sang se glace, son père est froid, elle ne sent plus son sang battre. Alors elle comprend, Bois de Frêne est mort, elle pousse alors un long miaulement déchirant :
- « Nan Papa !! »
Les larmes commencent à couler et la petite chatte tombe sur le sol.
Revenir en haut Aller en bas
Invité

avatar

Invité


MessageSujet: Re: [EVENT 2014 | BATAILLE TONNERRE-RIVIÈRE] - Retour au camp, soin des blessés et veillée des morts.    Jeu 11 Sep - 20:48

On avait gagné. Je ne le croyais pas, je n'étais pas fier. Je n'ai pas combattu comme j'aurais du le faire et voilà que Bruine du Matin est gravement blessée. J'ai peur pour elle. Mes larmes coulaient tandis que je suivais la grande patrouille de combattant près des chats transportant délicatement le corps de Bruine du Matin. « Pardonne-moi. » murmurais-je entre deux sanglots. Je ne détache pas mon regard sur le corps de Bruine du Matin jusqu'à arriver au camp avant que les guerriers déposent délicatement ma dulcinée. Son pelage était tâché de sang. Je pose mon visage près du sien, les larmes coulaient doucement. J'ignore l'odeur poisseux du sang et ferme les yeux. « Tout ira bien ma chérie. Fantaisie Nuageuse va te soigner, tu rouvriras les yeux et tu seras de nouveau heureuse. Les chatons t'attendent. Pense à eux. Et pense à moi. Qu'est-ce que je pourrais faire sans toi ? » Les larmes coulaient de plus en plus vite, de plus en plus nombreuses. « S'il te plaît, réveilles-toi... » J'ouvres les yeux pour les lever au ciel. Je ne veux pas que Bruine du Matin rejoigne les étoiles, pas maintenant. Elle doit encore rester avec moi. Tout est de ma faute. Je ne l'ai pas bien défendue. La perdre serait la pire chose que je pourrais avoir. Je me lève, le regard toujours fixé sur le ciel sans nuages. Je vous en prie clan des Étoiles, ne me la volez pas, c'est une partie de moi-même, j'ai besoin d'elle, les chatons ont besoin d'elle. Elle ne peut pas nous abandonner aussi vite. Je pousse un gémissement. Mes griffes labourent le sol. Je ne veux pas qu'elle parte. Je pousse un long miaulement de douleur. Pourquoi ? Pourquoi maintenant ? Je me tourne vers Petit Basilic qui nous as rejoins Bruine du Matin et moi. « Maman... Maman, c'est moi, Petit Basilic. Tout va aller bien. Fantaisie Nuageuse va te soigner... Pas vrai maman ? Tu vas guérir très très vite ? Pas vrai ? » murmure-t-il, la voix étouffée par les pleurs. Je m'approche de lui, le coeur brisé. Je pose ma queue sur son dos et m'accroupi en fixant le pelage calico à présent tâché de sang de ma compagne. « Je suis désolé, Petit Basilic... » murmurais-je.

Petit Paon.
Je ne sais pas depuis combien de temps dure cette guerre mais elle devient longue. J'ai vu Petite Cannelle partir hors du camp. J'espère qu'elle va bien. Mon frère a peur, je le sens, mais moi aussi j'ai peur. J'ai peur que papa et maman ne reviennent pas en vie. Ils ne nous auraient pas dit adieu une dernière fois. Mon pelage est hérissé. J'ai peur, les larmes coulent à la vision de maman et papa, leur pelage tâché de sang, gravement blessé voir même mort. Je ravale mes larmes. Je ne dois pas paraître faible. Et puis, maman et papa sont forts. Il y a peu de chances qu'ils ne survivent pas. Ils savent combattre et se défendre. J'aimerais tellement devenir fort comme eux !

Je sens l'odeur poisseuse du sang. Ils ont du rentrer. Je sors ma tête de la pouponnière, j'aperçois d'abord le corps de Nuage Dramatique et Bois de Frêne. Leurs yeux sont vitreux, ils doivent être morts. Pauvre Petite Cannelle, elle vient de perdre son père. Puis je regarde les blessés s'écrouler de fatigue. Et entres eux, le corps de maman. Tâché de sang. Petit Basilic hurle de douleur et court vers le corps. Mes larmes commencent à monter. Faites qu'elle ne soit pas morte. Au début, j'avance, hésitant et puis je voit papa et Petit Basilic pleurer et je court vers maman. Elle est gravement blessée, son pelage est tâché de sang. Je tente de dire quelque chose mais mes pleurs m'étouffent. Je regarde Petit Basilic et papa avec de grands yeux. Je n'en revenais pas. Maman, la plus grande guerrière, celle que j'admire, elle est étendue devant moi, inconsciente ? Je ne veux pas croire qu'elle puisse mourir. « MAMAN ! » hurlais-je finalement avant de bondir près du corps. Mes sanglots se font entendre, je m'allonge entre les pattes avants de maman et j'observe son visage. Je pousse de petits gémissements. « Allez, réveille-toi... » je gémis une nouvelle fois. « Arrête de faire la comédie, c'est pas drôle ! » Je tente de me rassurer en disant qu'elle fait semblant, qu'elle s'en sortiras mais il faut me rendre à l'évidence qu'elle a peu de chances de survivre à des blessures pareilles. « Maman... » je murmure avant de plonger mon museau dans le poitrail de maman.

Fantaisie Nuageuse.
UC.
Revenir en haut Aller en bas
Invité

avatar

Invité


MessageSujet: Re: [EVENT 2014 | BATAILLE TONNERRE-RIVIÈRE] - Retour au camp, soin des blessés et veillée des morts.    Sam 13 Sep - 14:06

 Petite Tortue.
ft Thunder

J'aurai aimé poursuivre mon rêve, continuer à courir dans la plaine ensoleillée. Si seulement cette rivalité n'existait pas. Si seulement tu n'aurais pas participé à cette bataille. Je serre les dents en voyant ton corps immobile dans la clairière. Les rayons lunaires le berce et incitent ton âme à rejoindre les étoiles. Est-ce si dur pour toi de rester avec moi ? On dit souvent que l'amour d'une mère pour ses enfants ne peut être brisé. Mais si tu vas rejoindre nos ancêtres, cela veut dire que tu ne nous aimes pas assez pour rester avec nous ? Je t'en prie maman, reste avec moi.

Le corps fragile de Bruine du Matin reposait dans la clairière, elle respirait encore, mais les battements de son coeur se faisaient de plus en plus lents. Petite Tortue n'aurait jamais voulu participer à ce spectacle macabre, mais c'était déjà trop tard. Elle fût réveillée par les cris d'épouvante de ses deux frères, ne comprenant pas trop ce qu'il se passait, elle se leva et sorti le museau de la pouponnière. Elle mit du temps à comprendre que la mare de sang qui s'était rependue provenait du corps de sa mère. Elle se pencha doucement au-dessus de la chatte qui lui avait donné la vie. Les larmes commencèrent à couler sur le joli petit minois du chaton. L'une s'écrasait sur le sol, tandis que trois autres faisaient la course pour savoir qui allait gagner la truffe en premier. La jeune demoiselle se risqua, ouvra la mâchoire délicatement et éclata en sanglots. "Maman ?" La blessée ne répondit pas, ce qui fit pleurer encore plus Petite Tortue."Maman, ne nous laisse pas, tu n'as pas le droit de partir." La petite jeta un coup d'oeil à ses deux frères, marmonnant tous les deux en pleurant. Turtle commença à lécher le pelage de sa mère, espérant que ce geste l'empêcherait de rejoindre les étoiles.
FICHE PAR DITA | EPICODE
Revenir en haut Aller en bas
Invité

avatar

Invité


MessageSujet: Re: [EVENT 2014 | BATAILLE TONNERRE-RIVIÈRE] - Retour au camp, soin des blessés et veillée des morts.    Sam 13 Sep - 15:33

Retour au camp ♪



Eupho' se réveilla et s'étira. Il avait mal dormi et ses pattes étaient toutes ankylosées. Comme tout le monde s'agitait et allait dehors, il fit sa toilette et sortit. Le ciel était rouge sang, quelques étoiles se pointaient déjà dans le ciel, et la voute céleste était une beauté inouï. La nuit n'allait pas tarder à recouvrir le camp de son étreinte glacée, mais ce n'était pas ce qui retenait l'attention de Patte Euphorique, mais plutôt tout les blessés qui s'écroulaient de fatigue. La peur envahit Epho' un instant, quand il vit le corps d’Étoile de la Biche allongée contre celui de Bois de Frêne. Serait-elle morte ? Cette pensée quitta son esprit quand il s'approcha d'elle. Mais son cœur se serra en voyant Bois de Frêne, qui fixait le ciel, de ses yeux vitreux. Il est mort... Cette pensée affecta beaucoup Patte Euphorique, qui ne connaissait pas depuis longtemps le compagnon de sa chef, mais savait que ce corps inanimé ferait toute la différence. Quand il traversa le camp, il trouva d'autres morts, et Epho' ne pus retenir ses larmes. Il aperçut ses compagnons de tanières allongés contre le corps de Bruine du Matin.

Epho' court. Court loin, très loin. Il sort du camp. Il ne parcoure que quelques pas qu'il est assailli par la fatigue et s'écroule par terre. Il ne comprends pas. Où est sa mère, à lui ? Personne n'a voulu lui répondre. Il scrute le ciel sombre et les étoiles. S'est-elle perdue dans les étoiles ? Il lui semblait d'en voir une briller plus que les autres, une qui n'étais pas là avant, il en était sûr. La tête basse et la queue entre les jambes il rentra au camp. Il s'allongea dans la pouponnière, vide, et pleura, pleura et s'endormit. La fourrure emmêlée par les larmes, la queue devant son museau et le ventre ébouriffé, il était vraiment mignon.




Code by Epho'

Revenir en haut Aller en bas
Enchantement de la Biche

avatar

Bambi
♛ « Those who aren't geniuses only have effort. »

Date d’inscription : 26/01/2012
Messages : 4182
Féminin
Puf : Eden/BamBam/Kjr. de sa Canadou alors CASSEZ VOUS <3<3<3
Rang EÉF : Vétéran
Âge : 20
Multi-comptes : Reflet d'Eden ~ Soir d'Orage ~ Bruine du Matin ~ Secret de Pandore ~ Symphonie des Coquelicots ~ Nuée de Plumes ~ Nuage de Garance ~ Nuage de Neptune ~ Petit Nénuphar

MessageSujet: Re: [EVENT 2014 | BATAILLE TONNERRE-RIVIÈRE] - Retour au camp, soin des blessés et veillée des morts.    Mer 24 Sep - 23:06


.: DRIZZLEDAWN :. STAY, PLEASE, DON'T LET ME


Le corps de Bruine de Matin gisait dans le sable chauffé par le couchant. Elle semblait si fragile, étendue ainsi, le pelage trempé d'un liquide pourpre qui masquait ses tâches noires et fauve, et souillait le blanc de son ventre. Sa gueule était entre-ouverte, laissant un petit filet de sang couler entre ses crocs, tandis que ses yeux demeurait clan. Seul son flanc qui s'élevait faiblement de temps à autre indiquait qu'elle vivait toujours. Une mâchoire puissant avait percé sa chair au niveau de sa nuque. Au delà de ce corps malmené, la jeune chatte luttait intérieurement pour se réveiller. Elle était plongée dans l'obscurité, partagée entre la terreur qui lui lacérait le cœur et la douleur qui lui parvenait de chaque parcelle de son corps. Elle avait conscience de nombreuses présences autour d'elle, dont celle de ses chatons et de son compagnon, mais aussi celle plus singulière et étrangement familière d'une chatte dans la pénombre. Pluie d'Anarchie, sa mère, guettait sa fille, prête à la guider si elle venait à s'abandonner tout à fait à la mort. Pourtant, la chatte tricolore se débattait désespérément face à cette vague qui menaçait de l'engloutir. Elle sentait Petit Basilic qui sanglotait près d'elle, elle entendait sa voix. Son petit corps pressé près du sien.

« Maman... Maman, c'est moi, Petit Basilic. Tout va aller bien. Fantaisie Nuageuse va te soigner... Pas vrai maman ? Tu vas guérir très très vite ? Pas vrai ? »

Mais oui, mais oui mon chéri je vais revenir près de toi, je te le jure mon fils. Je voudrais tant lui répondre, le rassurer. Mais la douleur me rend muette, aveugle. Je voudrais être sourde à leur pleurs, à leur souffrance. Y mettre un terme. Prédilection Lunaire, mes chatons qui m'appellent, je n'ai pas le droit de les laisser. Tu m'entends Maman ? Je sais que tu es là, quelque part. Tu nous a toujours observé. Tu as laissé Florilège Pourpre laisser ses petits, suivre tes traces. Je ne peux pas faire de même. Tu ne peux pas m'obliger à partir avec toi. Sors de l'ombre, renvoie moi vers la lumière. Vers eux. N'entend tu pas leurs pleurs ?

« Tout ira bien ma chérie. Fantaisie Nuageuse va te soigner, tu rouvriras les yeux et tu seras de nouveau heureuse. Les chatons t'attendent. Pense à eux. Et pense à moi. Qu'est-ce que je pourrais faire sans toi ? S'il te plaît, réveilles-toi... »

Oh mon amour, ta voix semble si lointaine tout à coup. Parle, parlez encore, guidez-moi. Je ne veux pas être loin de toi Prédiction Lunaire, tu tout ce qu'il me reste, toi et nos enfants. Je t'en supplie vient me chercher, délivre moi de ce corps inerte.

« Allez, réveille-toi... Arrête de faire la comédie, c'est pas drôle ! »

« Maman, ne nous laisse pas, tu n'as pas le droit de partir. »

Petit Paon, Petite Tortue, mes petits. Tu les entends Maman. J'étais comme eux moi, je ne voulais pas que tu partes. Ne leur impose pas de souffrir comme j'ai souffert. Je vois tes yeux Maman. Je ne te suivrais pas. Je refuse. Tu ne peux pas m'y obligé, je veux encore me battre, ma place n'est pas auprès de toi, pas encore.

Une once de lumière vient éblouir la reine. Ses paupières se sont lentement décollée. Des formes floues se dessinent devant elle. Prédiction Lunaire fixe le ciel, son regard trahit sa détresse. Près d'elle, Petite Tortue, Petit Paon et Petit Basilic l'appellent à tue-tête, la voix brisé. Comment a-t-elle pu leur faire tant de mal. Prenant une inspiration saccadée, elle ouvre tout grand les yeux, prenant conscience de la douleur grandissante qui lui déchire le corps. Elle est revenue, Pluie d'Anarchie l'a laissé à son mon finalement. Murmurant un remerciement à sa mère, Bruine du Matin serra les temps et tandis tant bien que mal le cou. N'ayant pas la force d'atteindre le museau de son compagnon, elle se contenta de décaler sa tête pour venir la poser sur les pattes avant du matou, cherchant un peu de sa chaleur. Lentement, elle ramena sa queue sur le dos de ses chatons et vint caresser leur échine avec douceur, tout en fixant son regard brillant sur le visage gris penché au-dessus d'elle.

« Je t'aime. Je ne vous laisserais jamais. » Murmura-t-elle dans un soupir, luttant à nouveau contre la pénombre qui menaçait de l'emporter à nouveau.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Écho du Lendemain

avatar

Félin Connu

Date d’inscription : 04/10/2013
Messages : 348
Féminin
Puf : Crayon | sale moule | laulau | lolotte
Âge : 19

MessageSujet: Re: [EVENT 2014 | BATAILLE TONNERRE-RIVIÈRE] - Retour au camp, soin des blessés et veillée des morts.    Ven 26 Sep - 0:52



Seul. Seul. Seul. Ce mot résonnait comme une litanie sans fin dans mon crâne, refusant d'en sortir. Ça faisait des mois qu'il était là, caché dans un recoin sombre de mon cerveau, s'échappant de mes paroles et de mes gestes, s'infiltrant comme un parasite dans tout mon être. Maintenant je n'étais plus que ça: seul. Avais-je seulement un jour été autre chose? J'avais du mal à y croire. Ça paraissait tellement loin, comme si je l'avais fantasmé un jour sous la chaleur écrasante d'une quelconque canicule, ou bien que j'avais pris une espèce de substance hallucinogène. Ma vie n'était tellement plus rien. Chacun de mes pas résonnait dans le vide intersidéral qui m'occupait tout entier, sonnant creux, comme une coquille vide. J'y pensais le matin en me levant, la journée, pendant mes occupations, quand je parlais aux autres Apprentis, avant de m'endormir. Même mes rêves semblaient s'être livrés à cet abandon destructeur.

Alors autant aller faire un tour, histoire de me dégourdir les membres. Peut-être que la fatigue me permettra enfin de dormir. Peut-être. J'inspirai une goulée de l'air tiède qui régnait dans mon abri de fortune, m'étirai et bondit au dehors. Ce fut l'aube qui m'accueillit, lueur illuminant le ciel dans mille et un dégradés de pourpre et d'orangé. J'observai un instant ce spectacle comme je le faisais tous les matins, d'un œil morne et fatigué. Les rayons filtraient le feuillage des arbres pour se poser sur le tapis moussu de la forêt, encore humide après cette longue nuit. A mes pieds s'étalait une petite flaque d'eau, tout juste assez grande pour que je puisse y boire quelques lampées. Et, tant qu'a faire, chasser ce goût pâteux de ma bouche et réhydrater ce simulacre de gorge qui prenait des allures de désert. Alors je me penchai, et failli faire un infarctus en voyant mon reflet. Un vagabond hirsute et hagard, voilà tout ce qu'il restait de moi. Je me secouai, pour donner un peu de volume à ma fourrure, quelle cache ces os qui saillaient en dessous. Je laissai mes yeux redécouvrir à nouveau cette carcasse que je trimballais, tout en me désaltérant. Mon corps mince était maintenant tout simplement à la limite du squelettique. A quand remontais mon dernier repas, déjà? Je scrutai chacune de mes côtes, que je pouvais compter sans soucis. On pourrait jouer du xylophone dessus. Ma colonne vertébrale qui s'allongeait en une queue touffue, striée de noir qui s'agitait dans l'air matinal. Et puis je redescendis le long de mes membres trop faibles pour être ceux d'un véritable félin du Tonnerre. Sur mes pattes poussiéreuses, qui ont déjà foulées pas mal de chemin depuis tout ce temps quand j'y pensais. Finalement j'arrivai à mon visage aux traits fins, à la limite de l’efféminé. Ces grands yeux ambres si ternes. Et pendant tout ce temps, ce fut le silence complet. Un mutisme oppressant. Écrasant. Même le vent d'habitude d'un froid mordant s'étouffait dans une brise légère. Quelque chose clochait. La foret ne se taisait pas comme ça sans raison, la forêt savait toujours. Il se passait quelque chose. Quelque chose de mauvais, de sombre. Et je n'en étais pas la cause.

Puis je me suis dis que, finalement, non je n'étais pas seul. Il y avait le Tonnerre, non loin, que j'avais délaissé quelques jours plus tôt. Il était là. Juste là. Et même s'il me méprisait, il ne m'en restait pas moins que lui sur qui compter. Silence. Il se passait quelque chose de mauvais, et ce n'étais pas moi. Et si c'était lui? Ce Clan qui me considérait comme incapable, c'était lui et pas moi a qui il arrivait un drame. Alors c'est que, non, je n'étais pas le seul à être faible. Ces bâtards de Guerriers invincibles tout en muscles étaient eux aussi atteignables! Ces Anciens médisants avaient besoin d'aide, cette fois, et il n'auraient pas intérêt à cracher dessus. Un irrépressible sentiment de jouissance me décocha un sourire, illuminant mon visage. Ils n'étaient pas invincibles. Eux aussi ils souffraient, ils mouraient, ils hurlaient à la mort, ils étaient en détresse. Je n'étais qu'à quelques queues de renards de distance du camp. Je pouvais presque percevoir les pleurs désemparés des chatons et le cri persistant des endeuillés, l'odeur de leur peur et la mort qui suintait de partout. J'avais le choix, dorénavant. Je les aidais, ou je les laissais dépérir comme ils l'avaient fait en ignorant ma propre détresse. Le doute persistait pourtant. Devais-je y aller? Ou continuer à me cacher indéfiniment dans les bois, savourant ce sentiment de victoire qui m'envahissait? C'était plutôt malsain, de se réjouir du malheur de son Clan. Et qui dit malsain, dit nocif pour mon moral fragile. Peut-être que j'étais simplement maboule après tout. Est-ce que j'avais le droit de me poser ces questions? J'étais persuadé que n'importe qui d'autre aurait accouru pour les secourir, partager leur douleur et enterrer leurs morts. Mais je n'étais pas de ceux là, je n'étais pas ce héro. Moi j'étais celui à qui tout cela faisait plaisir.

Cependant, cette vie dans les bois ne me mènerait nulle part, je le savais bien. Bientôt, les félins se rétabliront, et moi, je serai de nouveau seul. En ce moment, le camp devait probablement être ébranlé, et personne ne me remarquerait. C'était maintenant ou jamais. Je n'aurais qu'a me faufiler  à travers la foule et vieller toute la nuit, à défaut de dormir, comme je n'étais plus capable de le faire. Je pourrais recommencer ma vie. Prendre un nouveau départ. Ce séjour dans les bois, cette pause de moi-même, de ma vie, cet éloignement m'avait au moins permis de faire le point. Je ne serai jamais un Grand Guerrier, mais je pouvais tout de même tenter de m'entraîner pour au moins prétendre avoir essayé. Je n'avais plus peur de leur jugement, de toute façon, eux aussi étaient faibles. Et puis merde, assez tergiversé.

Je fonçai à travers bois du mieux que je pus, trébuchant sur les racines et m'écorchant sur les épineux. Chacune de ses blessures pourtant semblaient réveiller mon corps endormi de son long sommeil, le rappeler à la vie. Mon sang se mit à bouillonner dans mes veines et mon souffle se fit court, je courais plus vite que l'éclair. Bientôt j'aperçus le camp en effervescence, comme à son habitude. L'atmosphère pesante qui y régnait empreigne l'air qui se faisait plus lourd, et je ralentis soudain pour me faufiler discrètement dans l'entrée. Mon allure famélique et mes récentes écorchures me rendaient finalement invisible parmi les Guerriers, les soldats courbatus et épuisés. La mort était bien présente, elle riait à gorge déployée de tous ces félins qu'elle avait acculé jusqu'à ce qu'ils s'entre tuent. Je fixai un instant les corps qui gisaient sur la cour sablonneuse. Nuage Dramatique. Je lui avais à peine parlé de son vivant, mais cela serra mon cœur douloureusement de la voir si pitoyable. Bon signe, j'étais encore capable d'éprouver quelque chose pour l'un d'eux. Je me recueilli en silence auprès de son cadavre froid, prenant la mine affligée de circonstance.

De retour.
HS:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité

avatar

Invité


MessageSujet: Re: [EVENT 2014 | BATAILLE TONNERRE-RIVIÈRE] - Retour au camp, soin des blessés et veillée des morts.    Dim 28 Sep - 21:44

Prédiction Lunaire

« Je t'aime. Je ne vous laisserais jamais. » Le murmure de ma compagne résonne dans ma tête. Sa tête est posée sur mes pattes avants, je la fixes. De nouvelles larmes tombent. Mais pas des larmes de tristesse cette fois-ci. Un immense sourire trône sur mon visage. Je me penche sur elle, ma langue rappeuse passe délicatement sur son oreille. Des ronronnements résonnent dans ma gorge. Jamais je ne voudrais qu'elle parte. Je m'allonge, plongeant ma truffe dans son pelage, ignorant l'odeur poisseuse du sang qui imbibe son pelage. Je la regarde. Elle a l'air si fragile, sa tête posée sur mes pattes avants. Je pose mon museau contre le sien et me noie dans ses yeux ambrés. Petit Paon est debout, penché sur Bruine du Matin. J'arrive à entendre ses petits cris joyeux. Tout ce qui m'intéresse pour le moment est Bruine du Matin. Je ferme les yeux, savourant sa présence. Elle est bien là. Elle peut survivre. Mon sourire s'étire. Mon coeur est gonflé. Merci Clan des Étoiles. J'approche ma tête de la sienne et lèche sa babine en ronronnant de plus belle. J'ouvre les yeux. Même souffrante elle reste belle.

|| Court :v: ||
Revenir en haut Aller en bas
Invité

avatar

Invité


MessageSujet: Re: [EVENT 2014 | BATAILLE TONNERRE-RIVIÈRE] - Retour au camp, soin des blessés et veillée des morts.    Dim 5 Oct - 0:27

 Petite Tortue.
ft Thunder

Les paupières de la blessée s'écartèrent délicatement pour qu'elle puisse contempler la tristesse qu'elle avait semé sur le visage de ses proches. Tandis que Petite Tortue continuait de la pleurer, elle sentit une chaude masse de poil lui caresser le dos. La petite leva brusquement la tête et aperçut les deux iris ambrés de sa mère. Un sentiment nouveau surgit en elle. Doux. Voilà ce que c'était. La tristesse s'était dissipée pour laisser placer au réconfort. Mais Turtle voyait bien que sa génitrice pouvait retourner dans le néant en un claquement de doigt. Elle l'encouragea donc. "Allez maman, tu peux le faire, tu peux y arriver. On a besoin de toi." Quelques larmes salées vinrent s'écraser sur le pelage multicolore de la guerrière. Le chaton enfuit son museau dans la fourrure de cette dernière, espérant qu'elle comprendrait qu'elle n'avait pas le droit de partir maintenant.
FICHE PAR DITA | EPICODE

[Court, désolé. x.x']
Revenir en haut Aller en bas
Invité

avatar

Invité


MessageSujet: Re: [EVENT 2014 | BATAILLE TONNERRE-RIVIÈRE] - Retour au camp, soin des blessés et veillée des morts.    Sam 8 Nov - 14:34

[ Up ! ]
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: [EVENT 2014 | BATAILLE TONNERRE-RIVIÈRE] - Retour au camp, soin des blessés et veillée des morts.    

Revenir en haut Aller en bas
 

[EVENT 2014 | BATAILLE TONNERRE-RIVIÈRE] - Retour au camp, soin des blessés et veillée des morts.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

+

 Sujets similaires

-
» Bataille Tonnerre VS Ombre - Event 2013 [Ouvert à tous]
» [EVENT 2014] Les Rochers appartiendront au Clan du Tonnerre → LIBRE AU TONNERRE ET A LA RIVIERE
» [Event] La Bataille de Ruven [Achevé]
» Retour au camp aprés une mise bas difficile
» De retour au camp ! ( With Nuage de Plume )

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
La Guerre Des Clans :: Archives :: Les chroniques :: L’univers RPG :: Recueil des RP :: Évent 2014-