Le concept du forum se base directement sur le roman La Guerre des Clans d’Erin Hunter. LGDC Warriors dit « LW » a été fondé en 2007 par Étoile Noire, et il continue aujourd’hui de vivre grâce à ses infatigables membres toujours aussi déjantés ! Incarne un chat sauvage et rejoins l’un des quatre Clans de la forêt de Cerfblanc. À la recherche de nouvelles expériences ? Tu peux également intégrer la mystérieuse Horde dont l’ombre menaçante plane sur les Clans insouciants. Quel que soit ton choix, sois prêt à te battre pour ta tribu, chasse pour elle, rencontre les autres félins et marque de ta patte l’histoire des Clans ! LGDC Warriors est un forum RPG félins qui demande un minimum de 7 lignes par réponse. N’hésite pas à profiter également de la Chatbox et des différentes catégories hors-rp que propose le forum. Rejoins-nous vite, tu ne le regretteras pas !
LGDC Warriors
s'inscrirese connecter

Top Site
Votez toutes les 2 heures !
Nouvel évent sur LW
Suivez le fil d'actualité ICI.

Si tu le souhaites, je pourrais devenir quelqu'un d'important à tes yeux ~ Petite Lune & Pluie Torrentielle [END]
Félin Légendaire
Félin LégendaireVoir le profil de l'utilisateur
Mer 27 Aoû 2014 - 14:39

















 ❝ Si tu le souhaites, je pourrais devenir quelqu'un d'important à tes yeux ❞

~ Petite Lune & Pluie Torrentielle ~




     Lorsque le soleil commença à pointer le bout de son nez, j'étais levée depuis longtemps. Je n'avait pas réussi à trouver le sommeil malgré ma fatigue et mes efforts. Puisque que Morphée n'avait pas voulu de moi, j'avais décidé de rester à l'extérieur de la grotte des guerriers et de contempler les étoiles. Et pendant cette nuit blanche, mes pensées étaient pour mes deux frères disparus.

     Nuage de Roc et Nuage de Lotus n'auront jamais la chance de devenir des guerriers. Leur mort m'avait vraiment fait beaucoup de peine et je m'en étais difficilement remise. C'est d'ailleurs depuis ce jour-là, que je me suis trouvé un but : devenir la meilleure guerrière du Clan de la Rivière et pourvoir enfin venger mes frères.

     Quand j'y pense, la vie avec Nuage de Roc et Nuage de Lotus me manque. Comme j'étais la première née des trois, c'était à moi que revenait le rôle de grande sœur. J'aimais bien veiller sur eux et savoir qu'ils étaient un peu sous ma responsabilité ne me faisait pas peur. C'est le jour de leur mort que je me suis rendu compte que je n'avais pas pu les protéger. Un sentiment de culpabilité mêlé à la souffrance s'est emparé de moi depuis cet événement.

     Après cet épisode nostalgique, la toison argentée avait laisser sa place au soleil, et je n'avais toujours pas fermé l’œil. La patrouille de l'aube venait de partir lorsque je me décida à aller chercher une part de gibier sur le tas. Je pris une petite truite entre mes crocs et alla m'allonger un peu plus loin, à l'écart de mes camarades de tanière. J'avais envie de rester seule, et non de discuter.

     Une fois mon repas fini, je me fis un brin de toilette. A présent, le camp était rempli d'agitation. On pouvait entendre les miaulements des chatons venant de la pouponnière, les grognements des anciens et également les ordres que donnait le lieutenant aux guerriers. Je n'entendis pas mon nom pour les patrouilles de chasse ou de frontière. De toute manière, je n'étais pas d'humeur à chasser.

     A la place, mes pattes m'emmenèrent en direction de la pouponnière. J'avais été dans cette grotte un jour. Je n'étais qu'une petite boule de poil à patte, essayant par tout les moyens d'attraper ma queue ou de jouer avec celle de ma mère. Je n'avais aucune idée de ce qui allait m'arriver. Décidément, l'innocence et l'ignorance des chatons me font parfois très envie. Lorsque je sortis de mes pensées, je me tenais devant la berge, couvert de roseaux : la roselière. Je trempe le bout de mes pattes avant dans l'eau. Le froid de la rivière me donne d'agréables frissons.

     Soudain, j'entends un froissement d'herbe, venant de ma gauche, puis je vois apparaître une boule de poil gris clair parsemées de rayures plus foncées aux yeux bleus. Une chatonne ! Apparemment, elle est seule. En la regardant de plus près, je le reconnais, c'est Petite Lune, celle qui est arrivée dans notre Clan, sans savoir d'où est-ce qu'elle venait. Je m'adresse à elle :

" Bonjour, tu es Petite Lune, c'est ça ? Dis-moi, que fais-tu ici toute seule ? Tu as la permission de sortir de la pouponnière ? "




© Code de Kiwi119
avatar
Date d’inscription : 30/06/2014
Messages : 1859
Féminin
Puf : Drop
Âge : 19
Invité
Invité
Mer 27 Aoû 2014 - 15:49
Je me réveillais en sursaut, sortis brutalement de mon profond sommeil par le bruit de l’herbe qui frémit. Je sautais sur mes pattes en dressant instinctivement les oreilles. Un dernier tremblement m’apprit que le crissement venait de derrière moi. En un bond, je me retrouvais à quelques longueurs de que de souris d’un campagnol. Comment ce rongeur a-t-il put se retrouver dans la pouponnière ? La petite touffe de poil marron, qui grignotait une graine, ne semblait pas apeurée de se retrouver dans un endroit emplit d’odeurs de chats. Elle continuait son repas sans se soucier de ce qui l’entourait.
En fixant le rongeur, une idée me traversa l’esprit : Et si je l’attrapais ? C’était une proie facile, et puis, un peu de gibier en plus ne ferait pas de mal pour le Clan ! Peut être qu’après ça, les autres me regarderont différemment que juste un chaton abandonné par ses parents ne venant d’aucun clan…
Je pris donc la position du chasseur, déterminée à attraper ma proie. Les yeux posés sur le campagnol, je me préparais à bondir. Quelques instant après, je poussais sur mes petites pattes arrières pour me projeter en avant. Mais malheureusement, dans mon élan, j’avais marché sur une tige de roseau sèche qui se brisa en émettant un craquement qui alerta ma proie. Je atterris maladroitement sur mes pattes avant qui dérapèrent et me fis foncer dans le dôme de plantes qui protégeait la pouponnière. Les yeux fermés, je poussais un petit cri de douleur qui fit fuir le rongeur plus loin encore. Je regardais ma proie se faufiler entre les tiges et détaler à toute allure, laissant derrière elle la petite graine à moitié grignotée. Ne voulant pas laisser passer cette occasion, je réussis à trouver un passage qui me permettait, grâce à ma petite taille, de sortir de la pouponnière et de suivre le campagnol pour essayer une nouvelle fois de l’attraper.

Courant à toute allure, je ne faisais pas attention où je posais les pattes. Après avoir trébuché sur des pierres ou des racines mainte et mainte fois, mes coussinets étaient à vifs. Trop épuisée pour continuer à pourchasser ma proie, je ralentis l’allure avant de me stopper entièrement. Avant de pouvoir regarder ce qui m’entourait, j’entendis une voix s’adresser à moi.

« Bonjour, tu es Petite Lune, c'est ça ? Dis-moi, que fais-tu ici toute seule ? Tu as la permission de sortir de la pouponnière ? »

Je relevais la tête pour examiner les lieux. Avec surprise, je constatais que je me trouvais à la roselière, juste à côté de Pluie Torrentielle, une belle chatte au pelage gris. Honteuse, je grattais la terre humide de mes petites pattes blanche, maintenant tachetées d’herbe, de boue et quelques tâches de sang provenant de mes coussinets.
Essayant de ne pas montrer ma souffrance, je regardais timidement la guerrière qui me fixait.

« Oui, c’est moi… Ai-je commencé. Je… Je suis désolée Pluie Torrentielle, mais je pourchassais un campagnol et je n’ai pas remarqué que je m’étais éloignée de la pouponnière. Mais tu as raison, je devrais y retourner… »

La tête basse, je plongeais mon regard bleuté dans le sien en essayant d’oublier mes coussinets.
avatar
Félin Légendaire
Félin LégendaireVoir le profil de l'utilisateur
Sam 30 Aoû 2014 - 14:10

















 ❝ Si tu le souhaites, je pourrais devenir quelqu'un d'important à tes yeux ❞

~ Petite Lune & Pluie Torrentielle ~




     En la regardant de plus près, je m'aperçois que ses pattes, à l'origine blanches, sont tachées de boues, de brins d'herbes et mêmes de quelques gouttes de sang. Elle a du s'entailler les coussinets. Lorsque son regard se ose sur moi, je remarque tout de suite qu'elle serre la mâchoire pour ne pas dévoiler sa souffrance, et d'une petite voix elle me répond :

« Oui, c’est moi… Je… Je suis désolée Pluie Torrentielle, mais je pourchassais un campagnol et je n’ai pas remarqué que je m’étais éloignée de la pouponnière. Mais tu as raison, je devrais y retourner… »

     La pauvre petite était submergée pas la honte. Je m’apprêtai à la consoler mais au dernier instant, je m’abstiens : Petite Lune n'est pas du genre à accepter la pitié. Alors je m'adresse à elle d'une autre manière :

" Tu sais, tu n'as pas à t'excuser. Ton instinct de chasseur à simplement pris le dessus. A ton âge, moi aussi je rêvais de courir après le gibier et d'en attraper. "

     Je fis une courte pose puis reprit de plus belle :

" Tu sais quoi ? Et si on le cherchait ensemble ce campagnol ? Si les reines de la pouponnière te cherche, je leur dirai que c'est moi qui suis venue te voir et t'emmener te balader, qu'en dit tu ? "

     A sa tête, je ne pouvais pas savoir si elle serait d'accord. C'est vrai que faire confiance à une guerrière qu'elle n'a fait que croiser dans le camp, sans jamais lui adresser la parole n'est pas une chose aisée. Mais en la voyant avec cet air honteux, je me suis dit qu'il fallait que je fasse quelques chose. Passer du temps avec elle ne me ferait que du bien. Et si je pouvais l'aider dans son intégration avec le Clan, je n'en serais que plus heureuse.

" Tu peux avoir confiance en moi. Suis-moi, je pense que ton campagnol s'est réfugier dans des buissons."

     J'espérais que ces mots la mettrais un peu plus à l'aise.



© Code de Kiwi119
avatar
Date d’inscription : 30/06/2014
Messages : 1859
Féminin
Puf : Drop
Âge : 19
Invité
Invité
Lun 1 Sep 2014 - 16:44
Par ma plus grande surprise, Pluie Torrentielle n’essaya pas de me ramener à la pouponnière comme l’aurait fait un guerrier du Clan. Au lieu de cela, elle se contenta de me sourire en s’adressant à moi :

« Tu sais, tu n'as pas à t'excuser. Ton instinct de chasseur à simplement pris le dessus. A ton âge, moi aussi je rêvais de courir après le gibier et d'en attraper. »

J’étais soulagée qu’elle ne m’en veuille pas. Je repris peu à peu confiance en moi en me redressant.

« Tu sais quoi ? Et si on le cherchait ensemble ce campagnol ? Si les reines de la pouponnière te cherchent, je leur dirai que c'est moi qui suis venue te voir et t'emmener te balader, qu'en dis tu ? »

Les yeux brillants de joie, je sentis mon cœur s’emballer dans ma poitrine. Se sera la première fois que je sortirais du camp accompagnée par un guerrier ! Et en plus, je partais chasser ! Excitée, je me retenais de sauter sur place.
Mais étais-ce vraiment une bonne idée ? Peut être que nous allions croiser un blaireau en cour de route ! J’avais souvent entendus parler de ces immenses créatures noir et blanche aux yeux luisants. Les récits que racontaient les anciens aux chatons étaient toujours de grandes histoires qu’ils avaient vécues dans leur jeunesse. Ces comptes me laissaient toujours intimidée par leur courage et à la fois effrayée par les animaux que l’ont peut rencontrer dans la forêt.
Instinctivement, je dressais les oreilles en tournant sur moi-même pour voir et me rassurer à la fois qu’aucune créature ne nous espionnait, tapit dans l’ombre, prête à fondre sur nous.

Je sentis le regard étonné de Pluie Torrentielle me bruler la fourrure. Je pris une profonde inspiration avant de me retrouver face à la belle chatte grise.

« Tu peux avoir confiance en moi. Suis-moi, je pense que ton campagnol s'est réfugier dans des buissons. »

Elle avait raison ! Pluie Torrentielle était une guerrière, elle savait donc comment se défendre si un animal sauvage nous tombait dessus.
La chatte se dirigeait déjà vers de grosse touffe de feuilles un peu plus loin. Elle me fit un signe de la tête pour que je la suive. Chose que je m’empressais de faire. J’accourus vers elle et en quelques bonds maladroits, je me retrouvais à ses côtés.
La queue droite et les oreilles dressées, je contemplais la verdure cherchant quelque chose de suspect du regard. Je levais timidement la tête vers Pluie Torrentielle qui avançait élégamment vers les buissons. Je me rapprochais un peu plus d’elle, collant les poils de mon flanc contre sa patte avant qui continuait de se soulever en rythme. Je fouillais des yeux le paysage entre les pattes de la chatte grise. Je fus surprise de voir que sa deuxième patte avant boitait. Elle n’avait pourtant aucune trace de griffure, ni de morsure. Je n’étais pas guérisseuse, je ne pouvais pas savoir ce qui lui était arrivée. Nous avons donc continués à marcher jusqu’à atteindre l’endroit en question.
Tourmentée par ma découverte, je ne savais pas si en parler à Pluie Torrentielle la mettrait mal à l’aise.
Hésitante, je finis par inspirer profondément avant de me lancer.

« Hum… Pluie Torrentielle ? La chatte grise de tourna vers moi, un sourire rassurant sur le visage. Qu’est-ce… Qu’est-ce qui est arrivé à ta patte avant ? » Demandais-je timidement.
avatar
Félin Légendaire
Félin LégendaireVoir le profil de l'utilisateur
Lun 22 Sep 2014 - 20:53

















 ❝ Si tu le souhaites, je pourrais devenir quelqu'un d'important à tes yeux ❞

~ Petite Lune & Pluie Torrentielle ~




     Je me dirigeai vers les grosses touffes d'herbe où le fameux campagnol s'était caché tout en invitant la chatonne à me rejoindre d'un signe de la tête. Elle me rejoignit en quelques bonds peu maitrisés et arriva à mes côtés. Je me mettais donc à humer les environs en quête d'une odeur récente. Amusée, je me rendis compte que Petite Lune restait quasiment collée à mes pattes. Son poil doux me chatouille et permet à mes muscles de se décontracter. Même ma patte blessée semble se réjouir de cette douceur infinie. Tandis que mes pensées divaguent, je ne me rends presque pas compte que Petite Lune est en train de s'adresser à moi :

" Hum… Pluie Torrentielle ? "

     Sortant de mes rêveries, je tourne la tête et lui offre un sourire pour l'inviter à poursuivre :

" Qu’est-ce… Qu’est-ce qui est arrivé à ta patte avant ? "

     Son ton mal assuré me fit comprendre qu'elle n'étais pas à l'aise. Mais je comprenais tout à fait cette curiosité, je me posais aussi toute sorte de question étant chatonne, aussi peu insignifiante soit-elle pour les autres. Cette petite était très observatrice. L'histoire de cette blessure n'était sue que par très peu de mes camarades et je n'avais jamais cherché à tout raconter à tort et à travers. Néanmoins, je voyais le courage qu'elle avait eu de poser cette question. Et puis, on dit que parler de nos soucis aux autres nous aide à oublier notre chagrin. Sachant que cette explication allait peut-être demander un peu de temps, je m'assis et Petite Lune fit de même.

" Alors vois-tu, cette histoire, je ne l'ai presque pas dite, alors il faut que tu me promettes de ne jamais le répéter. Ce sera notre secret rien qu'à toutes les deux, d'accord ? "

     Sans aucune hésitation cette fois, Petite Lune promis de tout garder pour elle seule.

" Eh bien voilà, cette blessure date de mon baptême d'apprentie. Ce jour-là, je n'était pas la seule à devenir apprentie. Il y a avait également mes deux frères, Nuage de Roc et Nuage de Lotus. Malheureusement, tu ne les connaîtras jamais. Bref, quelques jours après la cérémonie, le lieutenant nous avait emmené faire le tour de notre territoire pour la première fois. Hélas, un groupe de chats nous prit par surprise sans que le lieutenant ne puisse prévoir cette embuscade. Et malgré les contre-attaques du lieutenant, mes deux frères n'ont pas survécus à leur blessures trop profondes. De mon côté, je m'en suis tiré avec la patte avant cassée, puis fragilisée à vie. "

     Après cette importante confession, je repris mon souffle et rajouta :

" Tu vois, quelques fois, je me demande pourquoi mes frères n'ont pas pu rester en vie ? Pourquoi ont-il été appelés par le Clan des Étoiles aussi tôt ? Et pourquoi est-ce que moi, je suis encore là ? Je sais que ça peut paraître vraiment égoïste de ma part, mais des fois, je me demande si mon destin est de faire quelque chose d'important pour le Clan... Enfin, je commence à un peu trop parler moi non ? Mais je peux te dire que ça ma fait du bien de partager mes pensées avec toi. "

     Je me relève et reviens sur le sujet principal de notre rencontre :

" Bon, on le cherche ce campagnol ? "

[HRP]:
 





© Code de Kiwi119
avatar
Date d’inscription : 30/06/2014
Messages : 1859
Féminin
Puf : Drop
Âge : 19
Invité
Invité
Mer 1 Oct 2014 - 16:37
Quand Pluie Torrentielle se stoppa net, je fus surprise. Son visage ne montrait aucunes expressions. Je ne savais pas comment la guerrière avait réagis suite à ma question délicate. Honteuse, je sentis le bout de mes oreilles chauffer. Quand la chatte grise s’assit, je compris que son histoire allait être longue et pleine d’émotions. Je me suis donc installée en face et repliai ma queue autour de mes pattes. Je levai le menton vers elle, aussi impatiente que stresser de découvrir ce qui lui était arrivée.

« Alors vois-tu, cette histoire, je ne l'ai presque pas dite, alors il faut que tu me promettes de ne jamais le répéter. Ce sera notre secret rien qu'à toutes les deux, d'accord ? »

Je secouai avidement la tête, les yeux brillants. Je promettais à Pluie Torrentielle de ne jamais répéter son passé à n’importe qui ! Si elle me le demandait, se n’était surement pas pour rien.

« Eh bien voilà, cette blessure date de mon baptême d'apprentie. Ce jour-là, je n'étais pas la seule à devenir apprentie. Il y a avait également mes deux frères, Nuage de Roc et Nuage de Lotus. Malheureusement, tu ne les connaîtras jamais. Bref, quelques jours après la cérémonie, le lieutenant nous avait emmenés faire le tour de notre territoire pour la première fois. Hélas, un groupe de chats nous prit par surprise sans que le lieutenant ne puisse prévoir cette embuscade. Et malgré les contre-attaques du lieutenant, mes deux frères n'ont pas survécus à leurs blessures trop profondes. De mon côté, je m'en suis tiré avec la patte avant cassée, puis fragilisée à vie. »

Elle s’arrêta un instant, le regard vide au loin. Je ne savais qu’il serait aussi douloureux pour elle de m’en parler… Je ne m’attendais pas à ce que sont histoire soit si triste ! Mon museau me picota de chagrin. Les yeux mouillés, je regardais Pluie Torrentielle avec compassion.

« Tu vois, quelques fois, je me demande pourquoi mes frères n'ont pas pu rester en vie ? Pourquoi ont-ils été appelés par le Clan des Étoiles aussi tôt ? Et pourquoi est-ce que moi, je suis encore là ? Je sais que ça peut paraître vraiment égoïste de ma part, mais des fois, je me demande si mon destin est de faire quelque chose d'important pour le Clan... Enfin, je commence à un peu trop parler moi non ? Mais je peux te dire que ça ma fait du bien de partager mes pensées avec toi. »

Quand son regard s’illumina à nouveau, mon cœur se serra. Pluie Torrentielle était une chatte extrêmement courageuse. Malgré sa douleur et l’absence de ses frères elle restait une des meilleures guerrières du Clan tout en gardant pour elle tout ce qui l’attristait. Je ne pouvais que prendre exemple sur elle.
Emue par ses confidences, je pris la parole, encore sous le choc.

« Pluie Torrentielle… Je suis désolée. Je ne savais pas que… » Je laissai ma phrase en suspens, incapable de la terminer. A la place, je montrai du museau sa patte fragilisée. J’enfouis mon museau dans son doux pelage sur la pointe des pattes pour réussir à atteindre son poitrail.

La chatte grise me répondit d’un sourire réconfortent et se leva.

« Bon, on le cherche ce campagnol ? »

Le campagnol ! Je l’avais presque l’oublié ! Le regard pétillant, je sautai d’un bond sur mes pattes pour suivre Pluie Torrentielle.
Spoiler:
 
avatar
Félin Légendaire
Félin LégendaireVoir le profil de l'utilisateur
Jeu 23 Oct 2014 - 15:15

















 ❝ Si tu le souhaites, je pourrais devenir quelqu'un d'important à tes yeux ❞

~ Petite Lune & Pluie Torrentielle ~



     Je m’engouffrais dans les broussailles et suivais à l'odeur le fameux campagnol. Petite Lune me suivait de près et faisait en sorte de ne pas s'éloigner de moi. Un léger sourire se dessina sur mes lèvres lorsque, au pied d'un jeune érable, je vis enfin la petite silhouette du rongeur, en train de se nettoyer les moustaches. Je me décala sur la droite, à l'abri d'un buisson. Petite Lune me suivit en toute hâte : elle aussi avait repéré l'animal. Je lui chuchotais à l'oreille :  

- Voilà ta proie. Tu veux essayer de l'attraper ? Regarde, je te montre la position du chasseur.

     Aussitôt mes paroles prononcées, je me mis dans la position du chasseur.

- Tu vois ? Je suis couchée, et je me déplace tout doucement, le corps collé au sol, sans faire le moindre bruit. Une fois que je suis suffisamment proche, je bande mes muscles et je lui saute dessus avant de le mordre à la gorge. Et pour ne pas se faire repérer, toujours se mettre face au vent afin que ta proie ne sente pas ton odeur, et nous sommes très bien placé. Tu veux essayer ? Tu en es capable, tu as l'air agile, souple et vive. Tu possèdes tout les atouts pour faire de toi une excellente chasseuse. Il ne te manque plus que la pratique.


     A ces mots, je me rendis compte que je lui parlait comme à une apprentie. Elle n'était encore qu'une chatonne et ne pouvais pas, normalement, sortir du camp avant son baptême d'apprentie. Néanmoins, je sentais émaner d'elle une énergie qu'elle avait besoin d'utiliser. Je lui faisais confiance et lui donnait une chance de capturer sa première proie avant l'heure. Je ressentais l'envie de l'aider à progresser.

     J'attendis la réponse de ma "protégée".



© Code de Kiwi119
avatar
Date d’inscription : 30/06/2014
Messages : 1859
Féminin
Puf : Drop
Âge : 19
Invité
Invité
Mer 29 Oct 2014 - 11:18
C’était avec légèreté et vigilance que j’avançais aux côtés de Pluie Torrentielle. Si le campagnol était là, près de nous, il ne fallait pas faire de bruit. Pour ma première chasse, je voulais que tout soit parfait. Je voulais montrer à Pluie Torrentielle que j’étais capable d’attraper ma première prise. Je voulais devenir comme elle… Une chatte agile et talentueuse qui avait réussis à prouver ses capacités malgré sa patte blaisée. Elle était en quelque sorte un model pour moi. Elle était appréciée par tout le camp et était un atout pour lui.
Perdue dans mes pensées, je fus presque surprise lorsque la délicieuse odeur du campagnol vint me titiller le museau. Je dressai immédiatement les oreilles et relevai la tête pour apercevoir le rongeur à quelques longueurs de queues de nous. Quand je sentis les poils de Pluie Torrentielle s’éloignés de mon pelage, je me hâtai de la suivre. Elle était déjà cachée sous le feuillage d’un buisson lorsque j’arrivai près d’elle.

« Voilà ta proie. Tu veux essayer de l'attraper ? Regarde, je te montre la position du chasseur » Me dit-elle d’un ton rassurant.

Aussitôt, elle prit la position nécessaire pour la chasse. Accroupis comme elle l’était, elle faisait presque ma taille, ce qui me fit sourire. Si le gibier ne la voyait pas à cette hauteur, qu’en sera-t-il de moi ? Mon handicape serait-il un atout pour la chasse ?

« Tu vois ? Je suis couchée, et je me déplace tout doucement, le corps collé au sol, sans faire le moindre bruit. Une fois que je suis suffisamment proche, je bande mes muscles et je lui saute dessus avant de le mordre à la gorge. Et pour ne pas se faire repérer, toujours se mettre face au vent afin que ta proie ne sente pas ton odeur, et nous sommes très bien placé. Tu veux essayer ? Tu en es capable, tu as l'air agile, souple et vive. Tu possèdes tout les atouts pour faire de toi une excellente chasseuse. Il ne te manque plus que la pratique. » Me dit-elle avec détermination, le regard enflammé.

Je rougis devant autant de compliments de la par d’un guerrier. Je voulais la croire, mais quelque chose au fond de moi me disait le contraire. Elle me disait que jamais je n’arriverai à un aussi bon résultat, que je n’étais qu’une chatonne frêle et fragile.
Je secouai la tête pour chasser ces mauvaises pensées et me concentrer sur ce que m’avait montré Pluie Torrentielle. Je l’imitai maladroitement et après quelques corrections de sa pare, j’étais finalement prête. Je regardais la chatte grise du haut de mes quatre pattes, le regard plein d’excitation et de doute. Mais quand elle me sourit, un doux sentiment de réconfort vint me chauffer le cœur. Je fermai les yeux et pris une profonde inspiration avant de relever la tête, le regard de braises.

« J’y vais ! » Dis-je à voix basse pour ne pas effrayer le campagnol.

Je marchais maintenant le ventre à terre, sans faire frémir l’herbe, la queue immobile, sans attirer l’attention sur moi et la tête basse. Les yeux rivés sur le rongeur, je continuais d’avancer jusqu’à se qu’il dresse les oreilles. M’a-t-il entendu ? Effrayer à l’idée de perdre une nouvelle fois ma proie, je coupai ma respiration et m’enfonçai un peu plus dans l’herbe. Mon cœur battait de plus belle dans ma poitrine. Je me demandais même si le campagnol ne pouvait pas l’entendre. Quand il se retourna pour fouiller le sol à la recherche d’une graine, je jetai un coup d’œil par-dessus mon épaule, cherchant du réconfort et de l’énergie dans les yeux de Pluie Torrentielle. La chatte hocha la tête et je compris qu’il était temps d’attraper ma proie.
Pleine de détermination, j’avançai un peu plus vers le rongeur avant de bander mes muscles comme on me l’avait montré plus tôt. Je repassai à toute vitesse les mouvements que la chatte grise avait exécutés. Je lui saute dessus avant de le mordre à la gorge. Aussitôt, je bondis en avant et fonçai sur lui, mes petites griffes sortis. Quand je sentis ses poils sous mes coussinets, je le mordis à la sous sa mâchoire. Un dernier couinement m’appris que j’avais réussis. J’avais réussis ! Ma première prise !
J’attrapai le petit corps encore chaud par la nuque et le soulevai difficilement. Je devais lever la tête le plus haut possible pour que ses pattes ne traînent pas parterre. Je me dirigeai vers Pluie Torrentielle en lui montrant ce que je tenais dans la gueule avant de marcher sur la queue du campagnol et de tomber lourdement au sol. Je m’ébrouai rapidement et repris à toute vitesse le rongeur pour courir vers la chatte grise.

« Gai Réuchis ! Ai-je dis la gueule pleine. Je posai doucement ma prise au sol en m’apercevant de ma situation. Merci, c’est grâce à toi ! »

Sur ces mots, je fonçai vers Pluie Torrentielle pour me couler à elle et enfouir mon museau dans son doux pelage.
avatar
Félin Légendaire
Félin LégendaireVoir le profil de l'utilisateur
Mer 29 Oct 2014 - 15:51

















 ❝ Si tu le souhaites, je pourrais devenir quelqu'un d'important à tes yeux ❞

~ Petite Lune & Pluie Torrentielle ~



    Apparemment, Petite Lune se sentit gênée et embarrassé face à mes paroles. Néanmoins, elle voulait tenter le coup et imita la position que je lui avait montré. Je lui donna quelques conseils pour améliorer sa position. Ses yeux bleus me fixait avec un air remplit de doute et d’excitation. Il ne lui manquait plus que la confiance ! Afin de la rassurer, je lui adressa un sourire calme et posé : "Tu peux le faire" disait mon regard. Après une grande respiration, Petite Lune releva la tête et son regard n'était plus le même : elle était prête.

- J’y vais ! chuchota-t-elle.

     Elle se dirigeai à pas de loup vers sa proie, le ventre frôlant le sol. Sa queue immobile, son regard fixé sur le campagnol, elle s'en approchai petit à petit. Là ! Elle était à la bonne distance pour essayer de lui sauter à la gorge. Comme si elle m'avait entendue, elle tourna la tête vers moi. Mon hochement de tête fini de lui faire comprendre que c'était le moment d'attaquer. Elle se concentra de plus belle sur le rongeur, banda ses muscles, et réalisa un saut prodigieux pour une chatte de son âge, griffes sorties. Le petit animal n'eut pas le temps de comprendre ce qu'il lui arrivai. Petite Lune venait de lui mordre à pleine dans le cou. Le regard remplit d'étoiles, elle se rapprocha de moi, son trophée entre les crocs. Un léger rire m'échappa lorsque je la vis s'écrouler au sol : elle avait marché sur la queue du campagnol. Mais elle se releva immédiatement, le regard chargé de fierté.

- Gai Réuchis ! parvint-elle à dire, son butin dans la gueule. Merci, c’est grâce à toi !

     A peine avait-elle déposé sa prise au sol, qu'elle se précipita à ma rencontre et enfouit son petit visage contre mon pelage, son petit corps collé au mien. D'abord surprise face à cette réaction de sa part, je lui rendis son étreinte en me pressant encore plus contre elle. Je lui donnai quelques coups de langue affectueux sur le front. J'étais tellement fière d'elle ! Elle avait attrapé une proie avant même son baptême d'apprentie ! A présent je le savais : Petite Lune était destinée à être une excellente chasseuse. Malgré son impression de fragilité, son esprit était fort et solide. Bizarrement, elle me faisait penser à mes deux frères : aussi petits et frêles que Petite Lune, mais avec un mental hors du commun. Une bouffée de nostalgie m'envahit. Mais ce n'était malheureusement pas Nuage de Roc ou bien Nuage de Lotus qui se tenait serré contre moi, c'était Petite Lune. Sans que je ne m'en rende compte, je sentais qu'il était de mon devoir de l'aider à évoluer, à grandir dans ce monde. Même si je ne serais pas son mentor lors de son apprentissage, je ne cesserai d'observer ses progrès. Je crois qu'on peut parler de "grande sœur". Oui, je voulais prendre le rôle de sa "grande sœur" et veiller sur elle comme si elle était de ma propre famille.

HRP:
 



© Code de Kiwi119
avatar
Date d’inscription : 30/06/2014
Messages : 1859
Féminin
Puf : Drop
Âge : 19
Contenu sponsorisé
Si tu le souhaites, je pourrais devenir quelqu'un d'important à tes yeux ~ Petite Lune & Pluie Torrentielle [END]
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum

Sauter vers: