Le concept du forum se base directement sur le roman La Guerre des Clans d’Erin Hunter. LGDC Warriors dit « LW » a été fondé en 2007 par Étoile Noire, et il continue aujourd’hui de vivre grâce à ses infatigables membres toujours aussi déjantés ! Incarne un chat sauvage et rejoins l’un des quatre Clans de la forêt de Cerfblanc. À la recherche de nouvelles expériences ? Tu peux également intégrer la mystérieuse Horde dont l’ombre menaçante plane sur les Clans insouciants. Quel que soit ton choix, sois prêt à te battre pour ta tribu, chasse pour elle, rencontre les autres félins et marque de ta patte l’histoire des Clans ! LGDC Warriors est un forum RPG félins qui demande un minimum de 7 lignes par réponse. N’hésite pas à profiter également de la Chatbox et des différentes catégories hors-rp que propose le forum. Rejoins-nous vite, tu ne le regretteras pas !
LGDC Warriors
s'inscrirese connecter

Top Site
Votez toutes les 2 heures !
Nouvel évent sur LW
Suivez le fil d'actualité ICI.

Je sens que je vais tomber de haut... .____. Mist > Guerrière
Invité
Invité
Ven 6 Juin 2014 - 21:51


Demande de
Demy


° PUF : Demy
° Age :... (a)
° EEF n°: 2, le 1er j'étais inactive :v
° As-tu déjà un rang EEF ? Si oui, lequel ? Nope.
° As-tu d'autres comptes ? Pas d'autres comptes, mais d'autres personnages. Prédiction Lunaire, Petit Paon et Nuage Pastel.
° Depuis combien de temps es-tu sur le forum ? Décembre 2012
° Autre : Je stresse D8

avatar
Invité
Invité
Sam 7 Juin 2014 - 8:48
Hello, je te prends si cela te convient !

Je te donne ton thème au plus vite :3
avatar
Invité
Invité
Sam 7 Juin 2014 - 16:15
Pas de problème, prends ton temps pour le thème :3
avatar
Invité
Invité
Mar 10 Juin 2014 - 10:19
Phobie



- Ton personnage sera atteint d’une phobie.
- Ton personnage sera un homme d’âge mûr.
- Ton personnage sera confronté à sa phobie dans ton texte ( ça me paraît logique )
- Tu écriras au présent.


Le thème de ton thème sera la phobie, c'est-à-dire une peur panique de quelque chose. J’aimerais comprendre dans ton texte de quelle phobie il s’agit. Ton personnage peut avoir cette phobie depuis l’enfance où il peut l’avoir développée après un choc psycologique. Je veux que ton texte raconte une confrontation de ton personnage avec sa phobie. ( par exemple dans un situation où il ne s’attendait pas à la rencontrer. ) Je veux que tu montre à quel point cela l’handicape. Le fin sera neutre, ni heureuse, ni vraiment triste. Voilà, je te laisse libre d’imaginer les réactions que ton personnage peut avoir. N’hésite pas à chercher des renseignements avant de te lancer dans ton texte.
Tu as 3 semaines jusqu'au 1 juillet.

Enjoy
avatar
Invité
Invité
Dim 22 Juin 2014 - 20:27
Coucou ! Alors, je pense que je vais avoir besoin d'un délai supplémentaire, sachant que mes grandes vacances commence le 1er juillet, je serais plus active à partir de ce jour-là. Aussi, c'est pour savoir si je peut écrire le texte à la personne que je veux ou pas ? Parce que j'ai l'habitude d'écrire à la 1ère personne, et ce n'est pas précisé... :v
avatar
Invité
Invité
Dim 22 Juin 2014 - 22:33
Je te met 2 semaines de plus ^^

Si la personne est pas précisée, c'est toi qui décide, perso je conseillerais une 1 ère personne mais c'est au choix :3
avatar
Invité
Invité
Mar 15 Juil 2014 - 14:41
Phobie
Certains disent qu'être seul apaise, aide à réfléchir sur soi. Mais moi, ce n'est pas pareil. La solitude me stresse, m'oppresse, me fait peur. Je ne sais pas vraiment comment j'ai pu avoir cette phobie, je ne m'en souviens plus trop, mais je sais que je ne l'avais pas avant. Peut-être que c'est après la mort de ma mère. Elle avait divorcé avec mon père depuis longtemps et je me suis retrouvé seul. Je ne sais pas exactement d'où elle vient. Mais bref, j'ai 30 ans, je vis en colocation avec mon meilleur ami dans un minuscule appartement. On y passe pas tout notre temps, après tout. Mais je ne sors jamais seul. Certes, lorsque je me promène dans la rue, il y a des personnes, mais je ne les connais pas. Donc, ça ne m'apaise pas entièrement. Je préfère largement sortir avec des amis. Mais bref, passons. Parlons de moi. Je n'ai pas vraiment de vrais boulots. Je vais de boulot en boulot, on peut dire. Mais c'est juste un petit travail où j'y reste minimum un mois. Dans le petit appartement où je vis, je peux tout faire ; la cuisine, le ménage, tout. Je peux bien me débrouiller tout seul. Mais j'ai peur. Cette phobie gâche ma vie, m'écrase, tout. Tout ce que je souhaite c'est de ne plus l'avoir. Là, je serais heureux. Je ne douterais plus de rien, je n'aurais plus cette boule au ventre en me levant le matin avec la peur d'être seul dans la journée. Peur d'être seul ne serait-ce qu'une minute. Certains diront que ce n'est rien. Mais ils ne savent pas ce que je ressens.
Mon réveil sonne. Je le frappe à l'aveugle. Je suis crevé et tente de me rendormir. Mais quelques minutes plus tard, c'est mon meilleur ami qui me réveille.
« J'ai quelque chose à te dire. C'est important. »
Je grogne et ouvres les yeux. Il me jette un regard sincère. Je soupire et me lève quelques secondes avant qu'il me prenne la main et m'emmène dans la cuisine. Notre cuisine est plutôt petite, mais assez pour cuisiner. Les murs sont d'une jolie couleur crème. Il y a une table haute avec deux chaises. Je m'assois sur l'une d'entre elle.
« Bon. Qu'est-ce que tu as à me dire ?
-Je dois partir. Pour une semaine. C'est pour le boulot. »
La révélation est comme une grande rafale de vent, un frisson dans le dos.
« Quoi ? Et qu'est-ce que je ferais pendant une semaine ?
-Euh... Tu devras rester seul.
-Et ma phobie ? Tu t'en fiches ?
-Une semaine, ce n'est pas la mort quand même. »
Mon émotion balance entre l'inquiétude et la colère. Je serre les poings et les dents en toisant le regard de mon meilleur ami. Je suis inquiet à cause de ma phobie et en colère parce que j'ai l'impression qu'il s'en fout complètement. Il vient de dire que ce n'est pas la mort, mais il ne comprend rien. Personne ne comprends ce que je peux ressentir. Pour eux ce n'est rien, pour moi c'est tout.
« Bon bah, bonne chance alors... »
Je me retourne et quitte la pièce, les poings toujours serrés.
Premier jour. Mon meilleur ami est parti hier soir. La nuit était horrible. Je me lève et prend le petit-déjeuner malgré la boule que j'ai au ventre. J'appelle des amis pour voir s'ils peuvent venir, seulement pour me sentir moins seul. Ils me disent qu'ils ont déjà prévu quelque chose. Les autres, je suis avec leur répondeur. Un seul peut venir et encore, pas pour longtemps. Mais c'est déjà ça. Il arrive vers midi. On mange ensemble, un petit plat que j'ai préparé. On parle de temps en temps, ça me rassure. Il est vraiment sympa de me consacrer sa courte pause du midi pour venir me voir, mais il doit travailler et part vers treize heures. Les jours se déroulent comme ça. Enfin, la plupart du temps. D'autres amis viennent, pas plus longtemps que deux heures, mais ça me rassure tout de même. D'autres jours, ils sont occupés ou malades. Ou alors, ils ne répondent pas, à voir s'ils font exprès ou pas. Souvent, je fais nuit blanche à cause de mon inquiétude. Aujourd'hui, nous sommes vendredi. Un ami va venir dormir chez moi cette nuit. Je vais enfin pouvoir dormir une nuit entière et me reposer.
Dimanche matin, mon meilleur ami revient. Enfin. Cette semaine semblait durer une éternité pour moi. Mais il revient. Après ces sept jours d'inquiétude, ces six nuits terrifiante. Tout aurait pu bien finir, comme les fins heureuses des contes, mais non. Puisque j'ai toujours ma phobie et je l'aurais peut-être même toujours. La fin de mon expérience est neutre si on peut le dire. Elle aurait pu être heureuse si ma phobie aurait disparu pendant la semaine. Et elle n'est pas triste non plus ; je n'ai plus à m'inquiéter pour le moment. Sauf s'il repart. Une nouvelle fois.

avatar
Invité
Invité
Jeu 24 Juil 2014 - 19:27
(Pardon, je n'avais pas vu ton poste TT)

Je déplace et te corrige au plus vite.
avatar
Invité
Invité
Dim 27 Juil 2014 - 17:54
Correction de Demy :


Respect des consignes :


Toutes respectées, un homme d’âge mur confronté à sa phobie au présent.

Mise en page :

Le codage est simple mais suffisant, et tu l’as apparemment fait toi-même, ce qui est un bon effort. Le titre n’est pas assez mit en avant à mon gout, mais cela va. Les photos sont belles et me font en effet bien penser à la solitude (même si la pensée en couleur semble symbole d’un espoir non présent à la fin du texte.) Ensuite je dois te féliciter pour avoir mis une musique ce qui est assez rare pour être remarqué, même si elle n’évoque pas vraiment la peur ou la solitude.

Cohérence et contenu :


Très bonne cohérence tout au long du texte rien à dire. Passons au contenu, l’idée de l’autophobie (oui c’est nul mais c’est son nom) était très bonne. Je trouve par contre extrêmement dommage que tu passes si peu de temps à exprimer les sentiments du personnage, ce qui était le plus intéressant à mon goût. La réaction de l’entourage, notamment le colocataire est aussi très bien menée et réaliste. A la fin, j’ai aussi beaucoup aimé l’idée d’éternel recommencement de la phobie, même si c’était un peu maladroit dans les faits : « La fin de mon expérience est neutre si on peut le dire. Elle aurait pu être heureuse si ma phobie aurait disparu pendant la semaine. » On ne voit pas pourquoi elle aurait disparue puisque tu n’évoques pas l’idée avant dans le texte.

Langue :

« un petit travail où j'y reste minimum un mois. » Je trouverais plus cohérent de mettre « petit, au maximum un mois. »

« Cette phobie gâche ma vie, m'écrase, tout. » Pas très logique non plus, puisque c’est le personnage qui est écrasé que vient ici faire ‘tout’ ?

« je souhaite c'est de ne plus l'avoir. » On dit souhaiter avoir. Pas souhaiter d’avoir.
« Je grogne et ouvres les yeux. » On dit j’ouvre sans S.

« Notre cuisine est plutôt petite, mais assez pour cuisiner » Assez se rapporte dans cette phrase à « petite », assez petite n’est pas cohérent. Il vaudrait mieux dire : « Notre cuisine n’est pas grande mais assez pour cuisiner »

« Je m'assois sur l'une d'entre elle. » Oublie du ‘s’ à elle.

« La révélation est comme une grande rafale de vent, un frisson dans le dos. ». Une rafale de vent se transforme en frisson c’est assez bizarre.

Verdict :


De bonnes idées, malheureusement pas toujours très bien mises en place et des tournures de phrases parfois étranges. Je décide donc de te donner le titre de Guerrière. Si tu as des questions n’hésite pas. Et tu peux repasser ton EEF dans un mois.
avatar
Contenu sponsorisé
Je sens que je vais tomber de haut... .____. Mist > Guerrière
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum

Sauter vers: