Nous avons un nouveau guérisseur du clan de l'Ombre. Viens l'acclamer ici!

BON ANNIVERSAIRE LW Viens là.
Nos nouveaux modérateurs pour l'été par là.

Recrutement de juges EÉF en cours ici.

Partagez | 
 

 EVENT - Il est peut-être temps de partir. [Libre au Clan]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2  Suivant
AuteurMessage
Lyrisme Astral

avatar

Juge EÉF
Juge EÉF

Date d’inscription : 23/08/2011
Messages : 3112
Féminin
Puf : Ebène || Mamie Bébène || Bébène 8D
Âge : 18
Multi-comptes : Patte Céleste & Petite Crécerelle (Tonnerre), Philza (Solitaire)

MessageSujet: EVENT - Il est peut-être temps de partir. [Libre au Clan]   Sam 22 Mar 2014 - 11:42

IL FAUT PARTIR, UN JOUR OU L'AUTRE, D'UNE MANIERE OU D'UNE AUTRE.

Depuis quelques jours je suis malade et Aile d'Aigle n'arrive pas à découvrir la cause de tous mes maux. Je vois bien qu'il se creuse la tête mais sans grand succès. Les membres du Clan ne sont pas au courant que je suis si mal en point, je ne crois pas du moins. Déréliction de la Louve passe presque tout son temps libre à mon chevet et j'apprécie son geste. Elle me distrait. Moi aussi j'essaye de les rassurer mais je ne suis pas sûre de bien y parvenir. Je souffre chaque instant un peu plus. Les douleurs ont commencé il y a quatre jours. Au début c'était un simple mal de ventre. J'avais quand même demandé à Aile d'aigle de me donner un remède. Il n'y en avait plus d'en sa réserve. Ma lieutenante s'était proposée pour aller en chercher et en avait ramené peu de temps après. L'après-midi se déroula sans encombres mais, la nuit suivante, de vives douleurs me réveillèrent. Après quelques heures ça ne passait toujours pas, j'ai donc regagné comme j'ai pu la tanière d'Aile d'Aigle qui m'allongea confortablement. N'ayant pas de remède sous la main il choisit de m'endormir pour calmer pour un moment mon mal.

A présent j'ai du mal à me nourrir et je suis de plus en plus secouée de spasmes. Mon sommeil est rempli de cauchemars et je redoute tout le temps le moment où je vais m'endormir. Chaque jour je sens que l'engourdissement gagne mes membres l'un après l'autre.

Je ne peux rien faire alors je réfléchis. Je pense à tout ce que j'ai vécu, à toutes les personnes que je connais, à celles que j'ai rencontré. Je pense aussi à la mort qui se rapproche de plus en plus de moi. Je me demande aussi comment ça sera après la mort. Peut-être viendrais-je rencontrer les membres dans leur sommeil.

Tiens, je crois que Déréliction de la Louve arrive, elle peut ainsi stopper le fil de mes pensées durant un temps.

_________________

Canadaa ♥ Merci beaucoup d'avoir pensé à moi pour mon anniv', ça m'a vraiment fait très plaisir ♥

Merci ♥:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Œil de Serpent

avatar

Caspian • Notre prince charmant <3

Date d’inscription : 09/11/2013
Messages : 4874
Féminin
Puf : caspian
Rang EÉF : Légende
Âge : 19
Multi-comptes : nuage de léopard

MessageSujet: Re: EVENT - Il est peut-être temps de partir. [Libre au Clan]   Dim 23 Mar 2014 - 11:25


Le baldaquin d’ébène s’étendait sur le monde entier et distendait ses voiles assombris jusqu’à ce que plus aucune lumière ne pénètre par-delà l’empyrée. Les étoiles parsemaient la voûte céleste tandis que la lune, à son apogée, nimbait les paysages de sa couronne sélénite. Tout était recouvert de givre. Les herbes se repliaient sur elles-mêmes et se rompaient dans un fruste bruissement à chaque pas que faisait la féline bicolore. Elles semblaient s’opposer à l’avancée de la lieutenante qui continuait de frôler la tenture de la forêt de ses membres vigoureux. L’accablement ne tarda pas à s’emparer de son être à ces fuligineuses pensées, et ce fut avec abnégation qu’elle se détacha de cette futile exhibition qu’était le paysage. S’ébaucha alors l’estampe d’une forêt ténébreuse et sibylline au sein de laquelle semblait receler bien des secrets ; c’était là qu’elle vagabondait à présent, recluse comme toujours, esseulée comme elle ne l’avait jamais été. Personne n’était là pour veiller sur elle, personne n’était là pour l’apaiser et la sommer de mots doux, de mots d’amour. Ou du moins si, il y avait bien son soupirant pour qui son cœur battait à tout rompre mais leurs clans prohibaient leur relation et ils se voyaient dans l’obligation  de se coudoyer à l’abri des regards. Aujourd’hui étant encore un de ces jours insipides durant lesquels elle ne ressentait pas la moindre allégresse, la guerrière aurait souhaité le revoir sous l’orée des foliations  pour qu’il l’accable de dilection. Mais le clan des Etoiles seul savait où errait ce conquérant indocile qui  était parvenu à acquérir son cœur et à assujettir son âme par des discours langoureux et des étreintes divines. Elle préférait ne plus penser à lui et chasser de ses pensées, un court instant soit-il, l’image miroitante de son amant déluré. Elle ne possédait plus cette allure méprisante et orgueilleuse qu’elle se plaisait à affecter en tous temps, ni ce vissage vindicatif et cynique qui ne la quittait jamais. Son regard lui-même semblait empreint d’un désespoir incommensurable et la lueur de vivacité qui y flambait autrefois n’était plus. Fiévreuse, tourmentée, la féline errait comme une âme en peine, comme elle le faisait depuis des jours, cavalant incessamment à travers les terres boisées de son clan. Elle avait besoin de se libérer de cette emprise mystique. Elle avait besoin d’oublier. De tout oublier. Elle avait besoin d’effacer des méandres de son esprit l’estampe mortifiante de sa meneuse qui s’apprêtait à trépasser par sa faute. Seule dans un renfoncement sinistre de la forêt, la lieutenante avait longuement pleuré son crime. La faiblesse l’avait gagnée, et des esprits vipérins en avaient profité pour s’arranger son être, la conduisant à annihiler Etoile Lyrique. Sa meneuse. Sa camarade. Son amie. A cette seule et unique pensée, des larmes coruscantes dévalèrent, encore une fois,  le long de son visage pour se désagréger, inéluctablement, sur le sol dur et froid. Comment pourrait-elle vivre avec cette infamie sur la conscience ? Comment pourrait-elle vivre en sachant qu’elle avait annihilé celle qui était sa seule et unique amie sur ces terres hostiles ? Abattue, éreintée et vide, la féline s’effondra pesamment sur le sol. Ce soir, elle ne rentrerait pas au camp.  

Pendant des heures durant, elle resta inanimée. Immuablement, le jour succédait à la nuit qui resserrait les pans de son litham d’ébène pour laisser place au voile flamboyant de l’aube. Comme absorbées par un souffle térébrant, les étoiles qui parsemaient la voûte céleste s’étaient volatilisées. Il n’en  restait plus rien, pas même une ombre fugace. C’était comme si cette nuit-là n’avait jamais existé, comme si cette nuit-là ne s’était jamais déployée sur le monde entier. Comme si l’attente de la féline n’avait été qu’un simulacre chimérique forgé par son imagination. Comme si, somme toute, elle s’était emmurée dans un monde qui n’appartenait qu’à elle et qu’elle avait construit de part en part, en y joignant chaque jour des fragments influents de sa vie. Exténuée, meurtrie, la lieutenante se releva péniblement et se traina jusqu’au camp. Il lui fallait voir Etoile Lyrique. Il fallait qu’elle reste à son chevet jusqu’à la toute fin. Elle la regarderait s’éteindre dans la douleur et l’affliction, rongée par le chagrin et l’anéantissement. Elle resterait à ses côtés jusqu’à ce qu’elle exhale son dernier souffle, jusqu’à ce que ses yeux se ferment pour l’éternité. Elle le savait : même si Aile d’Aigle poursuivait ses recherches avec acharnement, il ne parviendrait pas à sauver la meneuse. C’était la fin.
Le soleil illuminait déjà le camp de ses rayons mordorés lorsque la féline bicolore se hissa périlleusement jusqu’à la tanière d’Etoile Lyrique. Elle était là, comme la veille et les jours qui avaient précédés. Elle était là, figée dans la douleur la plus prégnante,   au bord du gouffre morbide qui s’offrait un peu plus à elle chaque jour qui passait. Elle était là son amie, sa seule amie. La lieutenante tenta coûte de coûte de garder un visage impassible mais ce fut en vain. Les sévices de l’affliction s’y lisaient ouvertement.

    « Je mériterais d’être à ta place…. Je suis désolée, je… »


Sa voix, étrangement ténue, se brisa brusquement : aucun mot n’était assez fort pour exprimer ce qu’elle ressentait. Mais déjà le clan s’éveillait et elle put entendre les membres qui s’amassaient dehors en murmurant  des paroles empreintes d’une angoisse non contenue.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité

avatar

Invité


MessageSujet: Re: EVENT - Il est peut-être temps de partir. [Libre au Clan]   Dim 23 Mar 2014 - 12:06

La douleur, la peur et le stress. C'est tout ce que ressentait Aile d'Aigle depuis ces derniers jours. Étoile Lyrique était dans sa tanière, souffrante, et il ne pouvait qu'être là, impuissant, à chercher désespérément comment la sauver, même s'il savait qu'il n'y parviendrait probablement pas... Il s'était, un soir, promené dans la forêt, affrontant le froid, pour ensuite grimper dans un arbre et questionner les astres. Mais ils restaient muets. À croire qu'il s'agissait du destin de la meneuse et qu'ils la voulait auprès d'eux.

Tout avait commencé par de simples maux de ventre, facilement soignable, naturellement, si seulement l'ancienne guérisseuse avait laissé de quoi faire! Il n'y avait plus ni de racine de cerfeuil, ni de graines de pavot, ni de baies de genièvre, bref, la pénurie... Mais bon, heureusement que la lieutenante, qui venait tout le temps auprès de sa cheffe, s'était proposée pour aller chercher de ces herbes. Mais bon, la douleur avait beau s'être calmée quelque temps, après ce remède de dernière minute, mais le jour d'après, ce fut bien pire...

De ce point là commença une dégradation des plus affolantes, empêchant le guérisseur de trouver le sommeil le soir, puisqu'il les passait à se remuer l'esprit à la recherche d'une quelconque explication, d'une solution. Mais en vain, naturellement. Mais un jour enfin, il eut une idée qui lui glaça le sang, mais qui, malheureusement, lui sembla être la seule solution à son problème...

Il se tenait dans sa tanière, assis face à un coin, en grattouillant le sol de ses griffes, tandis qu'il écoutait, derrière lui, la lieutenant tenter de rassurer la meneuse.

« Je mériterais d’être à ta place…. Je suis désolée, je… »

« Personne ne mériterait d'être à sa place., dit-il en se retournant, Il faut que je te parle, j'ai peut-être trouvé une piste. »

Ce n'était probablement pas la meilleure manière de l'annoncer, mais il ne voulait pas que le remord s'attaque à elle, puisque le clan devrait probablement bientôt compter sur elle. Il resta dans son coin et patienta de voir si elle viendrait ou si elle préférerait ignorer sa requête pour continuer à se lamenter.
Revenir en haut Aller en bas
Invité

avatar

Invité


MessageSujet: Re: EVENT - Il est peut-être temps de partir. [Libre au Clan]   Dim 23 Mar 2014 - 17:12

Précision aux gens:
 



Malade. L’espace céruléen est voilé par des nuages si sombres que l’on ne distingue plus le bleu de la nuit du gris des nuages. Malades. Les arbres qui devaient offrir, il y a un quart de lune au moins, une nouvelle vie à leurs occupants ne bourgeonnent pas. Ils n’offrent rien. Malade. Une souris à la silhouette famélique se faufile dans un coin. Rien d’autre. Pas un bruit. Pas un souffle. Malade. Furtive Ombre se faufilant dans la nuit, s’arrêtant, chancelant sur un simple rocher, un simple perchoir d’où  l’on pouvait tout dominer, tout observer. Malade. L’Ectoplasme titube mais reste debout. Il semble vouloir s’effondrer, mais son corps refuse. Alors il reste debout. Il parait posséder par l’âme d’un autre. Malade. Une âme souffrante. Une âme qui crie au désespoir, au grand malheur.
Un pâle filet de lune passe alors à travers l’épaisse nébuleuse qui dissimule le ciel. Si pâle qu’il pourrait lui aussi être valétudinaire. Si pâle. Si pâle. Si présent et si absent à la fois. Il illumine du mieux qu’il peut l’ombre qui s’avère être féline. Tigré. Un poil semblable à l’herbe tendre si propice à l’été. Monstrueuse douleur pénètre nos cœurs en voyant l’expression asthénique de l’animal. Ce bel animal aux yeux d’un jaune teinté de vert translucide. Ce bel animal recourbé sur lui-même. Malade. L’âme qui contrôlait cette enveloppe corporelle semblait quant à elle plus souffrante encore, plus asservie par la douleur et la peine. Et cette âme qui le contrôle, c’est un morceau de sa propre âme. Rien ne pourrait les séparer. Seule peut-être la mort désunirait ces deux moitiés. Et tandis que ce morceau malade perdait le dessus sur l’enveloppe charnelle, l’autre récupérait sa place d’âme originelle.
A peine l’âme s’était-elle endormie que le félin tigré se redresse. Droit, noble, il semble pourtant toujours aussi triste, toujours aussi malade. Une seule explication est plausible. Sa sœur. C’était sa sœur qui n’allait pas bien. Sa moitié. Celle qui était blessée, celle qui était malade. Démunie d’amour et de joie. Démunie de tout. Il la sent respirer. Il la sent s’agiter, bouger, remuer. Il la sent pleurer. Non. Il sent son cœur verser des larmes. Des larmes ensanglantées. Le cœur de sa sœur saigne. Réciproquement, le sien l’imite. Et il ressent le stress et la peur s’immiscer dans ces cœurs pleurant à l’unisson.
Le mâle rentre chez lui, le pas raide et lent. Il rentre chez lui, désespéré. Il veut la voir. Il veut l’entendre. Il veut la consoler. Il passe par le tunnel étroit et sombre et pénètre la Grande Place. Mais il ne la perçoit pas. Elle n’est pas là. Elle n’est pas dans cette clairière. Il ne sait pas où elle se trouve, et ne pas savoir où est sa sœur lui glace le sang. Il s’assit au centre de la clairière, préférant pour une fois guetter l’action de la terre que celle du ciel. Et la nuit s’éternise pendant que son cœur se retient d’exploser.
Le ciel est dégagé. Les nuages se sont enfuis. Ils ont disparu. Peu de personne n’ose quitter sa tanière. Il fait plutôt beau, mais tous sont apeurés, meurtris. Et la faim ne les gêne pas. Le diagnostic final se fait attendre et savoir leur chef bien-aimée malade les blesse.
Furtive Ombre apparaît alors à l’entrée du tunnel. Déréliction de la Louve. Elle rentre enfin. Envol de l’Aigle se leva, les membres ankylosés par sa longue nuit d’attente. Mais la femelle, sa sœur, ne lui prête pas attention. Elle se hâte vers la tanière d’Etoile Lyrique. Tanière qu’elle pénétra rapidement, dans laquelle il y avait la souffrante et le soigneur. Envol de l’Aigle se hissa jusqu’à la tanière de leur meneuse et, contre son gré, entendit ces paroles, prononcées par sa sœur :

« Je mériterais d’être à ta place…. Je suis désolée, je… »

Le jeune guerrier attendit un instant une réponse quelconque de la chef, mais rien. Rien, à part la voix caverneuse d’Aile d’Aigle :

« Personne ne mériterait d'être à sa place. Il faut que je te parle, j'ai peut-être trouvé une piste. »

A ce dernier mot, Envol de l’Aigle gratta le sol pierreux de l’entrée et sans attendre une autorisation, pénétra le repère. Malade. L’odeur de la maladie empestait le lieu. La meneuse était allongée par terre, arborant de temps à autre des grimaces qui voulait tout dire sur sa souffrance. Déréliction de la Louve était allongée près d’elle. Le guérisseur, dans son coin, fixait les deux chattes, attendant un signe du lieutenant vis-à-vis de l’aveu qu’il venait de faire.

« Ne puis-je pas être utile ? S’il te plaît, Aile d’Aigle, je t’ai entendu, dis-moi tout. Donne-moi tes indices ! Je veux savoir. J’ai besoin… »

Comme sa sœur quelques secondes plus tôt, sa voix rauque se brisa. Il ne savait quoi faire. Il ne savait comment rassurer sa sœur. S’il le fallait, il irait chercher les pistes lui-même.

Revenir en haut Aller en bas
Nuage Mortuaire

avatar

Félin Légendaire

Date d’inscription : 03/11/2013
Messages : 1834
Féminin
Puf : youtoupe / le haricot tartiné
Rang EÉF : Guerrier
Âge : 15
Multi-comptes : nuage spectral - ombre fugace - pendaison du traître - nuage mortuaire - le promeneur - crépuscule gris

MessageSujet: Re: EVENT - Il est peut-être temps de partir. [Libre au Clan]   Dim 23 Mar 2014 - 21:10

Folie Noire était allongé dans la tanière des guerriers. Il ne savait pas où se mettre. Patienter. Toujours patienter, dans cette vie. Attendre que le temps passe lentement. Folie Noire pouvait discerner rapidement des masses qui passaient en dehors de la tanière. Des apprentis jouaient à la guerre et des chatons jouaient avec une boule de mousse. Le soleil était à son zénith. Le mâle noir bailla avant de se lever et de s'ébrouer pour enlever les brins de mousse coller à son pelage. Le chat Sphinx sortit le bout de son museau de la tanière et huma l'air. Une odeur pestilentielle envahit ses narines. Il ne savait pas d'où ça venait et à vrai dire, il s'en fiche. Il passa devant la tanière des guérisseurs pour aller prendre un mulot ou une grive sur le tas de gibier. L'air était froid et terne. L'air froid se glissa dans sa peau et lui donnait des frissons. Le chat sphinx n'avait pas de poils, et sa couleur de peau était noir. Raison de plus pour qu'il gèle sur place. Ses griffes étaient rentrées, mais pourtant tout le monde pouvait discerner qu'il voudrait grimacer par le froid. Le sol était dur comme Pierre et ses coussinets, déjà éraflé par une ronce qui s'était enfoncée dans un de ses coussinets, commençait à ravoir des égratignures voir même saigner.

En passant devant la tanière de sa chef, prêt de la corniche, il sentit la présence de trois quatre félins. Il décida d'y entrer pour voir ce qui se passait et pût y voir... Déréliction de la Louve.. Satanée lieutenante..

Je le retins de ne pas montrer mes crocs aiguisés à cette femelle qui ne méritait pas d'exister. Je ne l'ai jamais aimé. Son caractère, ses manies.. Je grommelais intérieurement et je regardais ses yeux et je lui lançais des éclairs. Je vis aussi Envol de l'Aigle. J'ai jamais vraiment sympathiser avec lui. Je le connais pas. Sûrement un simple guerrier inutile du clan. Je suis inutile. Nous sommes inutiles. Allongés au sol, je vis ma chef. Mon sang ne fit qu'un tour et je regardai Aigle d'Aigle, notre guérisseur. Je le foudroyais du regard et je lui dis d'un ton qui se méritait d'être entendre :

- Incapable ! Pourquoi elle est dans cet état là ?!

Inculte. Oui je suis ingrat. Oui je suis inutile. Oui, je suis moi et j'assume. Crachent au sol, furieux, je regardai la plus inutile des chattes du clan, ma lieutenante, d'un regard coupable. Je savais qu'elle était dans le coup pour notre chef. Je fis un pas vers elle et cracha à son poitrail. Je dévoilais mes crocs tandis que je lui disais :

- T'as fais quoi encore, hein ?! Je sais que t'es dans le coup ! Assume ! dis-je en feulant.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité

avatar

Invité


MessageSujet: Re: EVENT - Il est peut-être temps de partir. [Libre au Clan]   Sam 29 Mar 2014 - 22:05

Petites explications :
 

Froid... Cristal avait froid, seule, assise sur un parterre d'herbe, au fin fond du territoire de l'ombre. La jeune femelle était assise de cette façon depuis à présent plus d'une heure, le regard vide, le souffle lent, et les moustaches frémissant de temps à autre. Les pattes de la petite guerrière étaient à présent complètements engourdies par le froid de la nuit. Méditant en silence, Cristal contemplait le firmament noir constellé d'astres chatoyants. Perdue dans ses pensées les plus sinistres, la femelle affichait un air maussade, presque abattu. La raison de son tourment, par contre, restait inconnu. Cristal ne savait pas du tout pourquoi elle n'avait absolument pas le cœur à rire, cependant, il y avait une chose sure, c'est qu'il se passait quelque chose de mauvais en ce moment même. En revanche, ce quelque chose était tout aussi inconnu que la raison du tourment de Cristal. Intuition peut-être. C'était étrange tout de même, cette profonde mélancolie qui hantait son cœur. Comme si... Comme si la jeune guerrière était en train de passer à coté de quelque chose d'important, quelque chose qu'elle ne devrait pourtant pas ignorer. Mais son esprit faisait encore des siennes, l'empêchant de réfléchir correctement, l'empêchant d'être à peu près lucide. L'obligeant à rester les pensées fixées sur de stupides souvenirs. Pas si souvenirs que ça, puisque Cristal se demandait toujours à qui appartenait la voix qui traînait au fond de son esprit. Au bout d'un moment, la féline se demandait même si elle n'était pas un peu folle sur les bords. Cependant, elle se doutait bien qu'elle était parfaitement lucide et que son cerveau marchait pour le mieux. Du moins, c'est ce dont elle était persuadée et faute de preuve, Cristal s'était rassurée comme elle le pouvait en se disant que tout allait pour le mieux. Mais c'était faux. Ce bonheur illusoire qu'elle s'était elle-même forgé s’effritait au fil du temps, ce sourire factice qu'elle arborait en public, même avec ses amis les plus proche, et même avec la personne qu'elle considérait jusque là comme la personne la plus importante à ses yeux. L’honnêteté ? La femelle s'était elle même persuadée que ses rires étaient authentiques.

Décidant alors de bouger, faute de trouver des réponses à ses questions, Cristal commençait à avoir faim. Elle n'avait rien engloutit depuis la petit matin, un mulot qui n'avait que la peau sur les os, et à présent que la nuit était tombée, Cristal dû céder aux plaintes de son estomac. Il n'y avait plus aucun bruit, la plupart des êtres vivants dormant à une heure aussi tardive, sans compter les hiboux et autres créatures nocturnes. Avec soupir bruyant, la petite femelle bicolore se fraya un chemin entre les épines d'un buisson, écorchant au passage son pelage de toute part, créant de nombreuses taches pourpres, ou vermeils, Cristal avait du mal à voir si la couleur était claire ou foncée. Pestant contre les buissons, contre les plantes,  et les arbres, contre les clans, contre les bipèdes, contre elle-même aussi, Cristal finit par réussir à s'extirper des épines et reprit son chemin en bougonnant, effrayant au passage un duo de souris qui s'enfuirent sans demander leur reste. Remarquant quelques minutes plus tard qu'elle s'était enfoncée involontairement une épine dans le coussinet de sa patte droite, Cristal se mit à crier sa rage, de plus en plus de mauvaise humeur. Puis elle reprit son chemin en maudissant le clan des Étoiles pour cette malchance qui la poursuivait à longueur de journée. Une fois arrivée au camps, non sans mal, Cristal s’arrêta d'abord au tas de gibier pour dévorer un lapin plus ou moins mérité après tant d'émotions. Ce dernier aussi n'avait que la peau sur les os, mais cela suffit largement à Cristal, qui l'engloutit en moins de trente secondes, ce qui n'était certes pas un record pour mademoiselle, mais qui était cependant rapide. Fatigué après avoir parcouru un si long chemin, la jeune femelle alla se coucher dans la tanière des guerrier, se promettant de retourner réfléchir le lendemain au même endroit, là où on avait une vue imprenable sur le ciel et ses nuages.

Malheureusement pour elle, Cristal fut réveillée par une douleur lancinante à la patte, celle où était plantée l'épine. Quelle idiote elle avait été de ne pas l'avoir enlevé quand elle en avait eu l'occasion. Maintenant, la petite femelle craignait que sa patte ne s'infecte, et dans un élan de panique, fila en vitesse à la tanière du guérisseur, en boitant légèrement. Sa patte lui faisait à présent un mal de chien, et, dans l'apologie de sa mauvaise humeur, mademoiselle se mit à râler. Elle s’arrêta alors devant la tanière d'Ailes d'Aigles, surprise de voir Envol de l'Aigle attendre devant celle de sa chef, comme s'il épiait une conversation, ce qui était d'ailleurs le cas, mais ça, Cristal ne le savait pas. C'est en s'approchant un peu plus de la scène qu'elle entendit une conversation entre sa lieutenante et la guérisseur. Inquiète, la guerrière se mit à écouter aux portes, ce qui en sommes, n'était pas bien, et Cristal le savait bien, mais les exceptions ne faisaient de mal à personne, non ?

« Je mériterais d’être à ta place…. Je suis désolée, je… »

Pourquoi Déréliction de la Louve mériterait d'être à la place de... De qui d'ailleurs ? La femelle bicolore se pencha pour apercevoir une partie du corps de sa chef, Étoile Lyrique. Cristal écarquilla alors les yeux, surprise. Que se passait-il ? Pourquoi Étoile Lyrique était-elle là ? La féline sentit sa gorge se serrer, la peur peut-être, et sa queue se mit à battre l'air comme un fouet. Si la chef était mal en point, pourquoi donc le clan n'avait-il pas été prévenu ? Allait-elle mourir ? Cristal fronça les sourcils, inquiète. La jeune femelle n'avait pas de raison particulière d'apprécier sa chef, pourtant, elle lui était infiniment reconnaissante de l'avoir accueillit dans son clan lorsque Cristal et son frère n'avait nul part où aller. C'était peut-être naturel pour certains, mais cela restait très important aux yeux de Cristal.

« Personne ne mériterait d'être à sa place. Il faut que je te parle, j'ai peut-être trouvé une piste. »

La féline bicolore fronça un peu plus les sourcils, mais cette fois, ce n'était pas pour voir ce qu'il se passait à l'intérieur , mais par inquiétude. Il était rare de voir Cristal s'inquiéter pour quiconque, hormis son frère, ce qui valait un scène un peu étrange. C'est alors qu'Envol de l'Aigle pénétra, sans autorisation, dans l'antre d’Étoile Lyrique. Cristal eu le champs libre et s'approcha, piquant la précédente place D'Envol de l'Aigle. Cristal n'avait certainement pas envie de se faire virer, et jugeait alors bon d'écouter sans se faire remarquer plutôt que d'avoir l'air cruche à débarquer sans rien savoir.

« Ne puis-je pas être utile ? S’il te plaît, Aile d’Aigle, je t’ai entendu, dis-moi tout. Donne-moi tes indices ! Je veux savoir. J’ai besoin… »

Être utile ? Utile en quoi ? La mauvaise humeur de Cristal retomba, mais l'inquiétude prit place presque aussitôt, étouffant presque la petite bicolore, qui commençait à craindre qu'il ne soit arrivé quelque chose de très grave à Étoile Lyrique. Surtout que la voix d'Envol de l'Aigle s'était brisée, et Cristal était presque sure que c'était dû à l'inquiétude de ce dernier. Un félin passa alors devant elle, ne le remarquant même pas. Cristal se remercia alors d'avoir aussi peu de présence, d'être aussi effacée. Cependant, le ton qu'il employa envers les autres présent dans la tanière ne plût pas vraiment à la demoiselle, et celle-ce dévoila ses crocs, mécontente.

-Incapable ! Pourquoi elle est dans cet état là ?!

Cristal s'approcha un peu plus pour observer ce qu'il se passait à présent. Folie Noire. Il foudroyait le guérisseur du regard, d'ailleurs, la femelle se doutait que c'était lui que Folie Noire venait de traiter d'incapable. Il foudroyait également la lieutenante du regard, mais ne s’arrêta pas là, il s’avança, l'air menaçant, et lui cracha en dévoilant lui aussi ses crocs :

-T'as fais quoi encore, hein ?! Je sais que t'es dans le coup ! Assume !

Cette fois, Cristal n'était pas d'accord avec sa façon de penser, de parler, d'accuser, même. La féline au pelage bicolore l'élança entre lui et Déréliction de la Louve, et lança un regard glacial à Folie Noire en guise d’avertissement.

-Déjà, je te pris de te calmer, c'est inutile d'agresser le guérisseur et la lieutenante de cette manière, je suis sure qu'ils font tout son possible pour soigner Étoile Lyrique. Et puis, franchement, c'est puéril de ta part d'accuser Déréliction de la Louve sans même connaître l'histoire.

Cristal venait de prendre parti pour quelqu'un pour la première fois de sa vie. Pas que cela la dérangeait spécialement, mais la guerrière n'aimait pas les injustices. Ignorant soudain Folie Noire, la femelle se tourna vers sa lieutenante, et lui lança, la voie moins agressive.

-Sans vouloir être indiscrète, pourrais-je savoir ce qu'il s'est passé ?

Cristal, ou celle qui manquait de tact. Elle venait de défendre Déréliction sans même savoir vraiment ce qu'il se passait. Bah, il devait y avoir une explication à tout ça, non ?
Revenir en haut Aller en bas
Source aux Fées

avatar

Félin Mythique

Date d’inscription : 20/07/2013
Messages : 5286
Masculin
Puf : PillsNPotions (arno)
Rang EÉF : Guerrier
Âge : 17
Multi-comptes : Source aux Fées (O)

MessageSujet: Re: EVENT - Il est peut-être temps de partir. [Libre au Clan]   Dim 30 Mar 2014 - 11:53



Le vent frais fit trembler Sombre Destin, son pelage blanc fantomatique en bataille. Le guerrier marchait doucement dans la forêt. Il faisait parti de la patrouille de l'aube, il la dirigeait même. N'aimant pas parler, voulant être invisible, il avait laissé ses camarades qui voulaient venir pour l'accompagner. Deux apprentis et un guerrier étaient avec lui. Les deux jeunes félins parlaient avec enthousiasme disant qu'ils seraient les meilleurs guerriers du Clan de l'Ombre, se qui fatiguait Sombre Destin, qui aimait le silence. Par contre, l'autre guerrier était silencieux, plaçait une remarque de temps à autre mais ne voulait pas parler à Sombre Destin. De toute façon, qui voulait le lui parler ? Personne ne l'aimait, et il n'aimait personne. Les patrouilleurs longeaient le chemin du Tonnerre, près de la frontière avec le Clan du Tonnerre, un Clan que le félin fantomatique détestait plus que les autres car là bas, la paix et la sérénité régnait. Soudain, un monstre passa près d'eux à toute allure, faisant sursauter les trois félins, sauf le guerrier au long poil blanc, qui continua son chemin. Il entendit une apprentie le critiquer, disant qu'il était bizarre et inutile au clan. Le matou fit volte face et lui feula dessus. Il tourna les talons et se dirigea vers le camp. L'autre guerrier dit aux apprentis qu'il était temps de rentrer au camp, car Etoile Lyrique avait besoin de nombreux guerriers pour la soutenir. En effet, elle était malade. Aile d'Aigle passait ses nuits entières à veiller sur elle, le rendait faible. Il n'était pas seul, la lieutenante Déréliction de la Louve restait avec eux deux. Visiblement, elle avait quelque chose à se reprocher, mais Sombre Destin s'enfichait. Il aimait voir les autres souffrir, se sentir mal comme il se sent tout les jours. Cela est sadique, mais le matou aux airs fantomatique est quand même un guerrier loyal.

La patrouille est arrivée au camp. Les deux apprentis filèrent voir ses camarades et se mirent à parler avec enthousiasmes, l'autre guerrier jeta un regard oblique à Sombre Destin et s'éloigna de lui en vitesse. Il avait honte d'être avec lui. Peu importe, il aimait être seul. Le vent frais et le ciel sombre avait laissé place à une brise fraîche et un ciel azur. Le matou détestait ce temps là, il aimait l'obscurité, la pluie, et l'orage, qui effrayait souvent ses camarades. Sombre Destin se dirigea vers la pile de gibier et mangea un petit mulot. Soudain, le guerrier blanc vit la lieutenante rentrer au camp. Elle le fixa puis alla voir la meneuse, comme à son habitude. Même si Sombre Destin ne lui avait jamais adressé la parole, le guerrier l'aimait bien. Faisant son curieux, il s'allongea sous le Promontoire, faisant style qu'il faisait sa toilette et entendit Déréliction de la Louve dire à Etoile Lyrique, à ce qu'il comprit :

« Je mériterais d’être à ta place…. Je suis désolée, je… »

La lieutenante voulait dire que la meneuse allait ... Mourir ? Sombre Destin resta bouche bée. Même si il n'aimait personne, la mort de quelqu'un de son clan l'attristait toujours. De nombreux félins se regroupèrent autour de l'antre d'Etoile Lyrique. Comme si elle avait besoin de ça ! Il vit Envol de l'Aigle entrer dans l'antre de la malade, suivit de Folie Noire et de Larmes de Cristal. Il eut du mal à entendre ce que dit le guérisseur. Le frère de la lieutenante dit, d'un ton triste, qu'il n'avait jamais entendu chez lui :

« Ne puis-je pas être utile ? S’il te plaît, Aile d’Aigle, je t’ai entendu, dis-moi tout. Donne-moi tes indices ! Je veux savoir. J’ai besoin… »

En quoi cela lui servirait de savoir ? Elle va mourir, point ! Il n'y a rien d'autre à ajouter ! La colère de Sombre Destin monta en lui. Il se leva, et pénétra dans l'antre de la meneuse. Il faisait sombre, et l'odeur de la maladie lui fit tourner la tête. La lieutenante était allongée près d'Etoile Lyrique. Aile d'Aigle se tenait assit, dans un coin de la tanière. D'un seul coup, Folie Noire bondit vers le guérisseur, les oreilles en arrières. Ses yeux lançaient des éclairs. Sombre Destin ne comprit pas ce qui lui arrivait. Le chat noir au poil ras dit, hors de lui :

- Incapable ! Pourquoi elle est dans cet état là ?! T'as fais quoi encore, hein ?! Je sais que t'es dans le coup ! Assume !

Quel vieux fou ! Même Sombre Destin n'était pas comme ça ! Larmes de Cristal vint se mettre devant le guérisseur comme pour le protéger, et dit, d'un ton calme et ferme à la fois :

- Déjà, je te pris de te calmer, c'est inutile d'agresser le guérisseur et la lieutenante de cette manière, je suis sure qu'ils font tout son possible pour soigner Étoile Lyrique. Et puis, franchement, c'est puéril de ta part d'accuser Déréliction de la Louve sans même connaître l'histoire. Sans vouloir être indiscrète, pourrais-je savoir ce qu'il s'est passé ?

Le matou aux airs fantomatiques se tourna vers la meneuse, attendant une réponse, lui aussi.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Œil de Serpent

avatar

Caspian • Notre prince charmant <3

Date d’inscription : 09/11/2013
Messages : 4874
Féminin
Puf : caspian
Rang EÉF : Légende
Âge : 19
Multi-comptes : nuage de léopard

MessageSujet: Re: EVENT - Il est peut-être temps de partir. [Libre au Clan]   Dim 30 Mar 2014 - 16:37


La douleur était omniprésente, la souffrance incommensurable. Dévastée par les sévices de l’affliction qui la noyait dans les abîmes du désespoir, la féline baissa la tête et exhala un soupir teinté d’une amertume profonde. Elle allait mourir. Etoile Lyrique allait mourir, c’était inéluctable. Même Aile d’Aigle ne saurait pas inhiber cette mort.  Plus aucun espoir n’était permis. Plus aucun. Dans la pénombre de la tanière, elle se permit alors de pleurer, pleurer comme elle ne l’avait jamais fait. Des larmes coruscantes dévalaient sans qu’elle ne puisse les arrêter. C’étaient toute l’angoisse et le trouble de ces derniers jours qui s’évadaient de son corps meurtri. Elle ne releva la tête que quand la voix du guérisseur, grave et puissante, brisa le silence qui s’était installé dans la tanière.

    « Personne ne mériterait d'être à sa place. Il faut que je te parle, j'ai peut-être trouvé une piste. »


Elle ne l’avait pas vu. Une expression d’effarement s’ébaucha sur le visage ravagé par la désolation de la lieutenante. Il était là, assis dans un renfoncement qui lui avait paru indistinct jusque-là. Lui aussi était là pour veiller sur la meneuse, lui aussi lui était dévoué. Lui aussi passait, depuis quelques jours, les moindres secondes de sa vie à chercher un remède. Sans succès. En vain. Etoile Lyrique allait mourir, c’était inéluctable. Déréliction de la Louve ne cesserait jamais de se ressasser cette phrase dans les méandres de son esprit.  Elle tenta de reprendre peu à peu contenance et se dirigea d’une démarche malhabile vers le guérisseur.  

    « Ne puis-je pas être utile? S’il te plaît, Aile d’Aigle, je t’ai entendu, dis-moi tout. Donne-moi tes indices! Je veux savoir. J’ai besoin… »


Comme si un souffle glacial l’avait parcourue et l’avait pétrifiée en une statue de basalte, elle se figea sur-le-champ tandis qu’un frisson d’anxiété dévalait le long de son dos pour ne s’estomper qu’une fois arrivé au creux de ses reins. Envol de l'Aigle. Elle ne voulait pas que son frère assiste au funeste trépas de sa meneuse. Et pourtant, tout comme elle et la foule de félins qui s’amassaient sur la grande place, il faisait partie du clan et s’était dévoué, jusque-là, corps et âme à Etoile Lyrique. Bientôt, peut-être au prochain lever du soleil, ce serait à elle que tous devraient allégeance. Ça aussi, elle le savait.
Lentement, elle tourna la tête vers Envol de l’Aigle et le contempla de ses prunelles anthracite. En ce moment, elle avait juste envie de se sceller à lui par les liens fraternels qui les unissaient et d’échanger milles effleurements qui auraient tôt fait d’étancher son désarroi et son agitation. Mais la situation l’en empêchait.

    « Je t’en prie, laisse-moi d’abord m’entretenir avec Aile d’Aigle… L’affaire est bien plus importante que tu ne sembles le croire. »


Souffla la lieutenante d’une voix pratiquement imperceptible, qui sonna comme un murmure éthéré au cœur de la tanière. Elle allait, ainsi, s’extirper de ce lieu qui empestait la maladie et la souffrance pour s’entretenir avec le guérisseur mais ce fut ce moment que choisit un félin revêche et hargneux pour  se planter face à elle et lui barrer, ostensiblement, le passage. En plus de l’accabler d’infâmes blasphèmes. Déréliction de la Louve sentit ses poils s’hérisser et poussa un feulement d’admonestation. Ose me toucher, ose t’adresser à moi de la sorte, ou même à chacun des membres de ce clan, et tu comprendras ta douleur.  Mais elle n’eut pas le temps de prononcer sa sentence que déjà des félins étaient venus s’interposer entre le guerrier et elle-même. Il y eut des éclats de voix. Certains prirent parti. Mais ses oreilles  bourdonnaient, sa tête lui lancinait. Elle réprima un soupir de douleur qui sembla passer inaperçu parmi le vacarme ambiant. L’air était saturé. Elle avait besoin d’oxygène. Il fallait qu’elle se dégage de l’emprise que tous exerçaient sur elle, dans cette tanière.

    « Laissez-moi sortir. Je dois m’entretenir avec Aile d’Aigle. Vous en saurez plus en temps et en heure. Je vous le promets. »


Tonna t-elle d’une voix puissante, ayant retrouvé, ne serait-ce que le temps d’infimes secondes, sa vigueur coutumière. Avant de retomber de nouveau dans les limbes de la torture. Ainsi, tout en se frayant un chemin parmi les quelques félins qui s’étaient invités dans la tanière, elle invita du regard Aile d’Aigle à la suivre. Ils avaient à parler. A parler sérieusement.  Au passage, elle s’arrêta un futile instant devant le guerrier qui l’avait si durement blâmé et lui adressa un de ces regards capables de vous glacer le sang. Si elle ne se faisait pas respecter maintenant, c’en serait fini. Il lui fallait d’ores et déjà imposer sa domination sur ceux qui rechignaient à ployer l’échine.
Une fois parvenue au dehors de la tanière, elle se tourna instantanément vers Aile d’Aigle et pria intimement pour que la nouvelle qu’il s’apprêtait à lui annoncer ne soit pas trop mauvaise. Mais elle se mordit les babines en pensant que tout ce qui s’était déroulé ces derniers jours n’avait eu absolument rien d’allègre. Il y avait peu de chance pour qu’aujourd’hui soit une exception à la fatalité qui s’était abattu sur le clan. Malgré tout, la lieutenante ne pouvait rester dans l’attente interminable de cette funeste annonce.

    «  Dis-moi tout, le temps presse ! »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité

avatar

Invité


MessageSujet: Re: EVENT - Il est peut-être temps de partir. [Libre au Clan]   Dim 30 Mar 2014 - 17:05

La nouvelle se répandait, plus rapidement qu'il ne l'aurait imaginé, et plusieurs guerriers se questionnaient sur la situation, ils en devenaient fous, avides de savoir, les yeux vides et désireux de connaître ce qu'il arriverait à leur clan, qu'est-ce qu'il advenait de leur meneuse. Une question qui trottait également dans l'esprit d'Aile d'Aigle, car, même s'il semblait juste légèrement inquiet d'apparence, il était torturé à l'intérieur, et savait que le destin de ces guerriers, de ces reines, de ces apprentis et chatons, reposait entre ses pattes. Nombreux furent les chats trop curieux, qui commencèrent à s'inviter dans la tanière sans qu'ils n'en aient le droit, mais comment pouvait-il leur en vouloir? Ils avaient peur, et voulaient soutenir leur cheffe, c'était compréhensible... Mais le moindre écart le forcerait à sévir. Ce fut le frère de la lieutenante qui força d'abord le passage.

« Ne puis-je pas être utile? S’il te plaît, Aile d’Aigle, je t’ai entendu, dis-moi tout. Donne-moi tes indices! Je veux savoir. J’ai besoin… »

Son coeur était rempli de bonnes intentions, et le guérisseur le savait. Mais il ne pouvait révéler ces informations-là à un simple guerrier, il préférait de loin confier ses terreurs à une personne que la meneuse avait jugée digne de confiance et surtout, à une personne qui risquait bien de prendre la tête de leur clan. Après Envol de l'Aigle entra Folie Noire qui, comme son nom l'indique, était fou de rage.

« Incapable ! Pourquoi elle est dans cet état là ?! »

Une mine proscrite se dessina sur les traits du guérisseur. Comment pouvait-il se permettre de le juger, alors qu'il ne connaissait strictement rien de l'histoire, si ce n'était que leur meneuse était mourante? Et puis, comme si ce n'était pas suffisant, il en rajouta une couche, en visant cette fois la lieutenante.

« T'as fais quoi encore, hein ?! Je sais que t'es dans le coup ! Assume ! »

Cette fois, Aile d'Aigle voulait vraiment le mettre dehors. Étoile Lyrique avait vraiment besoin de repos, et il fallait que celui-là vienne et rejette la faute sur toutes les personnes présentes, comme s'il voulait se rassurer et se dire qu'il y avait bel et bien des fautifs, et que ce n'était pas lui. Mais encore une fois, le guérisseur n'eut pas le temps d'ouvrir sa gueule que Larmes de Cristal intervint et tenta de calmer le jeu, ce qui sembla, en soit, plutôt bien marcher.

« Déjà, je te pris de te calmer, c'est inutile d'agresser le guérisseur et la lieutenante de cette manière, je suis sure qu'ils font tout son possible pour soigner Étoile Lyrique. Et puis, franchement, c'est puéril de ta part d'accuser Déréliction de la Louve sans même connaître l'histoire. »

Le mâle souffla devant toute cette agitation et jeta un coup d'oeil à la lieutenante, qui semblait suivre avec abstraction toute la scène... Il tenta de faire le vide un instant dans sa tête, mais il fut vite interrompu par Déréliction de la Louve qui lui faisait signe de sortir. Il la suivit, dans un silence morbide et fatigué et, une fois dehors, elle se tourna vivement et l'interrogea.

« Dis-moi tout, le temps presse ! »

Le temps pressait, ça oui. C'était bien le cas de le dire. Et pourtant, il prit tout de même le temps de regrouper les informations qu'il avait pour être sûr de ne pas raconter n'importe quoi, pour être sûr que ce qu'il dirait serait plus ou moins fondé... Il avait peur, peur que cela ne crée encore plus de tensions qu'il n'y en avait déjà, qu'on tente de mettre la faute sur quelqu'un, que tout cela ne finisse qu'en guerre dans un propre clan mais... Il fallait qu'il lui fasse part de ses soupçons.

« Les plantes que je t'ai demandées de cueillir, tu t'en souviens? »

Pour le dire, il prit le ton le plus bas qu'il pouvait, pour être sûr que personne d'autre que la lieutenante ne l'entendrait, avant de marquer un temps de silence, histoire de lui laisser assimiler chacun de ses mots, et surtout pour que lui se prépare mentalement à annoncer la nouvelle sans se faire agresser par la suite.

« Elles étaient... Empoisonnées... Je ne sais pas qui, ou quoi, en est le coupable, et sache que je ne t'accuse pas, mais alors pas du tout. Mais elles étaient empoisonnées, et c'est un fait qu'il ne faut pas nier. »

Le vent souffla dans les branches, comme pour meubler le silence qui s'était installé. Il grattait de ses griffes le sol gelé, attendant la réaction de la lieutenante.
Revenir en haut Aller en bas
Invité

avatar

Invité


MessageSujet: Re: EVENT - Il est peut-être temps de partir. [Libre au Clan]   Dim 30 Mar 2014 - 17:24


Envol de l’Aigle observa sa sœur se relever. Il ressentait son besoin. Il avait la même envie qu’elle. Se blottir contre elle et tout oublier. Enfouir sa truffe dans son cou pour pouvoir se relaxer. Mais il ne pouvait le faire. Le guerrier ne put que fixer les prunelles anthracites de son âme, avec un sentiment de cœur brisé présent dans sa poitrine.

« Je t’en prie, laisse-moi d’abord m’entretenir avec Aile d’Aigle… L’affaire est bien plus importante que tu ne sembles le croire. »

Que voulait-elle dire par « plus importante » ? Il n’en avait pas la moindre idée. Mais ce qui lui faisait peur, c’était ce ton employé. Un murmure doux. Un souffle à peine audible. Il ne la quitta pas des yeux. S’en suivie une vague déferlante de guerriers. Il y eut d’abord Folie Noire. Le sphinx au pelage sombre était apparu peu de temps après que Déréliction de la Louve se soit relevée. Il s’était férocement adressé au guérisseur, mais à la lieutenante encore plus. Envol de l’Aigle fut pris par l’envie de lui sauter dessus. Mais il n’en eut pas le temps. Larme de Cristal s’était opposée à lui, postée entre l’agresseur et l’agressée. Ses paroles, pleines de tact, calmèrent un instant le jeune guerrier. Mais, seulement un instant. Voir cette crotte de renard lui donnait la folle envie de l’égorger vif. Mais – encore un mais, toujours un mais – la voix de sa sœur retentit dans l’antre.

« Laissez-moi sortir. Je dois m’entretenir avec Aile d’Aigle. Vous en saurez plus en temps et en heure. Je vous le promets. »

Et elle sortit, accompagnée du guérisseur. Il ne restait maintenant plus que les trois guerriers dans l’antre de la meneuse. Non. Ils étaient quatre. Car l’envie d’égorger Folie Noire était si grande qu’elle aurait pu se matérialiser. Envol de l’Aigle bouscula le félin noir vers la sortie. Il le bouscula férocement jusqu’à le faire ployer. Ses muscles tendus à bloc, il se pencha sur l’autre, l’air dur. Il était si grand, il faisait si peur. On aurait pu douter sur le fait que cela soit Envol de l’Aigle. Sa queue avait triplé de volume. Les poils de son échine étaient dressés, et ses oreilles rabattues. Même sans voir son regard, il faisait peur. Mais, si on s’attarde sur ses yeux, on pourrait en mourir d’effroi. Translucides. Ils semblent transpercer le corps du guerrier jais. Le guerrier tigré dominait son aîné. Pourtant, le choc qu’il ressentit dans son cœur l’apaisa instantanément. Il regarda ce qu’il faisait. Reculant, il cherchait maintenant sa sœur du regard. Où était-elle ? Que se passait-il donc pour qu’elle soit aussi choquée ? Il le savait, ça concernait Etoile Lyrique. Mais où était donc Déréliction de la Louve ? Envol de l’Aigle resta là, incapable de faire un mouvement.



[POURRI JE SAIS.]
Revenir en haut Aller en bas
Invité

avatar

Invité


MessageSujet: Re: EVENT - Il est peut-être temps de partir. [Libre au Clan]   Dim 30 Mar 2014 - 18:13


Cristal se sentait mal. Le malaise qui régnait dans l'antre de sa chef était plus que pesant, étouffant même. La guerrière était mal à l'aise. Oui, elle ne se sentait pas à sa place. Elle n'aimait pas ce genre de sensations funèbres, agaçante, tristes. Cristal se sentait mal et elle n'avait à présent qu'une envie : partir, loin, très loin, là où le bourdonnement à l'intérieur de son crane pourrait s’arrêter. Malaise. Le silence ne revenait pas, des voix fusaient de toute part. Être intervenue était sûrement la pire chose qu'elle ai faite. Elle aurait du rester dans la tanière des guerriers et dormir. Sa patte aurait attendue et... Et Étoile Lyrique devait souffrir mille fois plus. Cristal se sentait mal. Malgré son agacement, le brouhaha ne cessa pas. Il y a quelques minutes à peine, pourtant, Cristal était en colère, et non pas nauséeuse. La colère de Cristal était différente de la colère des autres. La plupart des gens s'énervent, crient, menacent, lancent des éclairs avec leur regard. Cependant, la colère de Cristal était différente. La calme absolu. Rien ne semblait l'affecter de cette manière. Un regard froid, glacial même, avec une haine profonde inscrite à l'intérieur de ses pupilles. N'importe qui dirait que ce genre de colère n'était en rien impressionnante. Peut-être ont-ils raison. Cependant, il y a quelques secondes, lorsque Cristal s'était interposée pour ''protéger'' sa lieutenante, n'importe qui connaissant la connaissant bien, aurait pu dire qu'elle était vraiment en colère. Oh, bien sur qu'elle pouvait l'être encore plus, mais si Folie Noire ne comprenait pas ça, il risquerait de la regretter. Enfin... La jeune femelle lança un regard vers le nouveau venu, la tête lourde, une migraine naissant à l'intérieur de son crane. La jeune femelle se désintéressa de Sombre Destin pour reporter son attention sur Déréliction de la Louve, qui semblait encore plus mal que tout à l'heure, inquiète, Cristal espéra alors que le bruit disparaisse, que  les gens s'en aille, elle comprise et  que le calme revienne.

« Laissez-moi sortir. Je dois m’entretenir avec Aile d’Aigle. Vous en saurez plus en temps et en heure. Je vous le promets. »

La voix de sa lieutenante était si forte que Cristal sursauta, surprise, oubliant un instant ses maux de tête. Puis cette dernière partit, faisant signe au guérisseur de la suivre. Cristal éprouva alors une immense compassion pour Déréliction de la Louve, ce qui ne lui arrivait quasiment jamais. La femelle bicolore baissa la tête confuse d'avoir été une nouvelle fois inutile. Une fois la lieutenante et le guérisseur sortis, Cristal se retrouva avec un taré, le frère inquiet, la meneuse malade et plusieurs autres qu'elle ignora royalement. C'est alors qu'Envol de l'Aigle se mit à pousser violemment Folie Noire vers la sortie, ce qui arracha un soupir agacé à Cristal. Cependant, ce n'était que de la mauvaise humeur, le guerrier tigré était devenu... Effrayant. Cristal n'avait pas spécialement peur, mais en revanche, c'était celui qui subissait sa colère qui devrait s'inquiéter pour sa vie. Enfin, il le méritait amplement, vu son comportement abjecte.

-Tu veux un coup de patte dans ta gueule ou bien ?! 

Cristal vit rouge. Non seulement, il venait accuser injustement Déréliction de la Louve, mais en plus, il se permettait d'être infecte avec les autres. La jeune femelle s'approcha, dû faire un immense effort pour pas le tuer, et se planta devant lui, avec un calme absolu. Son regard était encore plus glacial que le précédant, ses yeux, qui en avaient effrayé plus d'un, se réduisirent à l'état de deux fentes tellement l'aversion que la guerrière éprouvait pour cette vermine était profonde.

-Toi... Non seulement tu accuses ta lieutenante d'une chose dont tu n'es même pas sur qu'elle ai commis, mais en plus, tu te permets de déranger le guérisseur, le traiter d'incapable, mais aussi de déranger Étoile Lyrique en criant comme tu viens de le faire. Je te préviens, tu as intérêt à te faire tout petit si tu tiens tant que ça à aider notre chef. Sinon, je te jure qui si tu la dérange une fois de plus, je te virerai d'ici sans le moindre remords.

L’atmosphère de ce lieu, pensante et brûlante jusqu'à présent, venait de se faire glaciale. La voix de Cristal était sans intonation, ce qui la rendit encore plus effrayante qu'à l'ordinaire. Puis, l'ignorant une seconde fois, Cristal se tourna vers Envol de l'Aigle qui semblait s'inquiéter. Sûrement à cause de sa sœur. La femelle bicolore observa les autres, leur lançant un regard vide, puis reporta une énième fois son attention sur le guerrier tigré.

-C'est ta sœur qui t'inquiète ou l'état d’Étoile Lyrique ? Ou bien les deux...


La demoiselle guetta le moindre mouvement venant de dehors, attendant le retour de Déréliction et d'Ailes d'Aigle. Elle aussi était inquiète. La migraine qui embrumait son esprit se dissipa un instant pour se faire encore plus violente. Cristal avait mal au crane, et en plus de ça, avait la nausée avec cette horrible odeur de maladie. Se demandant bien si Étoile Lyrique allait survivre, Cristal se plaça vers la sortie pour respirer un peur d'air frais qui s’engouffrait à l'intérieur.


Dernière édition par Larmes de Cristal le Dim 30 Mar 2014 - 20:44, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Invité

avatar

Invité


MessageSujet: Re: EVENT - Il est peut-être temps de partir. [Libre au Clan]   Dim 30 Mar 2014 - 19:02

TROUBLE.
Une brise légère soulevait la fourrure de Banshee. Les yeux fermés, on aurait pu assimiler la bête à un monstre endormi, avec son sourire déstabilisant et totalement persécuté par la pression. À l'ombre, sous le promontoire, elle se contente de laisser ses oreilles à ce qu'elles pouvaient entendre. Les yeux semblables à deux flambeaux, la lueur qui les animait lorsqu'elle ouvrait les yeux était alimentée par les paroles qu'elle pouvait trouver de-ça et là. Quand l'une se démarqua, cette même lueur indiquait un tout autre état d'esprit. Autrefois aux moqueries, à l'indifférence ou quand bien même à la mauvaise foi, elle servait désormais de bouffon à la compassion et à la tristesse. Plus profondément encore s'y touchait la mort et les songes du passé qui hantaient profondément les pensées de Banshee. Aussi, les paroles qui filaient sur elle dans son enfance remontaient à la surface dans des murmures à peine perceptibles, amusés par les rires enfantins plus blessants que n'importe quelle hypocrisie de ce monde.
« Je mériterais d’être à ta place…. Je suis désolée, je… »
La voix familière du lieutenant du clan et un ton tremblant résonnaient sensiblement au creux des oreilles de la chatte noire. Le regard de Banshee semblait figé, sa tête relevée et ses muscles tendus indiquaient clairement son implication. Une précipitation de sensations se mélangeaient en elle. Libre aux inconscients de venir servir de pantin à la bête. Les sentiments négatifs avaient don de se transformer en rage et en colère, parfois même en pleurs pour la femelle. Rapidement, elle avait pu voir une foule se réunir autour de l'antre d'Aile d'Aigle. Le pas lourd, elle se sentait comme un zombie, à avancer la queue basse avec un regard vide.

Le brouhaha semblait énorme, combiné aux voix enfantines que Banshee entendait. « Je joue pas avec toi, je veux pas mourir, moi ! » Mais là n'étaient pas les pires chansons de souffrance. On pourrait la croire bercer par ces mots, à cause de son geste continuel de balancement, presque nerveux. La seule remarque de sa présence qu'elle avait osé exprimer se manifestait par une parole simple, toujours prononcée d'un ton sec et presque provocant.
« Dîtes, au lieu de vous accuser, ça vous tuerait de vous calmer et d'essayer de trouver des solutions ? »

(désolée de la qualité, mais ça fait un p'tit temps que j'ai pas rp, et comme j'avais pas tant d'inspiration, c'est venu en cours d'écriture, mais pas tant que ça finalement. o/)
Revenir en haut Aller en bas
Nuage Mortuaire

avatar

Félin Légendaire

Date d’inscription : 03/11/2013
Messages : 1834
Féminin
Puf : youtoupe / le haricot tartiné
Rang EÉF : Guerrier
Âge : 15
Multi-comptes : nuage spectral - ombre fugace - pendaison du traître - nuage mortuaire - le promeneur - crépuscule gris

MessageSujet: Re: EVENT - Il est peut-être temps de partir. [Libre au Clan]   Dim 30 Mar 2014 - 19:54

MUSIC THEME :
 





« Une telle folie envahit mon esprit, telle une valse fantôme »



Cherchez moi coucou coucou, je suis cacher sous un choux....

Pourquoi on est tous contre moi ? Je suis gentil moi... pas vraie ? Mais oui je suis gentil, Folie Noire arrête de t'embrouiller, sinon papa sera pas content. Papa. Je l'ai plus vu depuis longtemps. Il m'a abandonné, méchant papa. Vilain.

Je sortais de la tanière du guérisseur car ce fichu chat têtu me bousculait à coup d'épaules. Je lui crachait alors au visage :

- Tu veux un coup de patte dans ta gueule ou bien ?! feulais-je.

Je fis volte face, et j'eus des frissons jusqu'au bout de la queue. Le chat s'était complètement metamorphosé, surpris par l'ampleur du phénomène. Il ressemblait maintenant à papa. Papa. Un regard illuminé m'envahit.

- Papa...

Un air de gamin pénétra en moi et poussa le Satan qui m'obssedait, je me mis à toucher bêtement le poitrail du mâle, bouche bée.

"*"

On sait tous que le coupable de la future mort de notre valeureuse chef est la lieutenante, alors pourquoi s'attarder ? Je peux faire le travail 50/50. Je manipule la chef et je lui fais croire que la lieutenante est la victime de ce cas là, elle me croit et elle m'ordonne de l'exiler, une fois exiler, je la tuerait, et je serais le nouveau lieutenant, à ce moment là, j'achèverais la chef discrètement et j'accuserais un autre chat. Tout le monde devra me croire au risque de se faire diaboliquement tuer. Mon plan est magnifique et diabolique, je serai le futur chef de la forêt, tous ses chats inutiles qui envahissent mes narines... ça me rends encore plus fort... Je fis de gros yeux en voyant peu à peu s'affoler le plus inutile des guerriers face à moi. Il a des puces ou bien ? Je rigolais silencieusement. Il ne faisait plus aucun geste. Qu'est-ce qui lui prends ? Son incompétence à tous faire montrait bien que je suis beaucoup plus sérieux que lui. Je sortais mes griffes malicieusement, et je me relevai, telle une ombre inexistante..



C O D A G E  P A R  @G A K I.  S U R  E P IC O D E


Dernière édition par Folie Noire le Dim 30 Mar 2014 - 21:52, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité

avatar

Invité


MessageSujet: Re: EVENT - Il est peut-être temps de partir. [Libre au Clan]   Dim 30 Mar 2014 - 19:59

Elfie & Clan
Bande d'incapable.
Le regard d'Elfie était rivée sur un mulot. Elle aurait voulu ce prélasser aujourd'hui, mais nan ils l'avaient tous envoyés chasser. Et comme elle ne pouvait pas contester les ordres d'au dessus, elle fut forcée d'y aller. On lui avait proposer de l'aide, mais Reine Elfique avait refusée, parce qu'elle était énervée. Pis elle n'avait besoin de personne, elle n'avait jamais eu besoin de qui que se soit de toute façon. Quand sa avait été le cas, personne n'avait été la. Donc maintenant elle faisait en solo et puis voilà. La jeune chatte observait le rongeur, qui ne l'avais même pas vue. Qu'elle pitoyable vie n'empêche, d'être aussi petit et de ce faire bouffer par les plus grands. La souris sentit son odeur, alertée elle se mit à courir dans les fourrés. Et voilà, Elfie avait raté son gibier ! Mais elle ne ce laisserais pas faire pour autant, car elle bondit à sa poursuite. Les arbres défilaient à une vitesse grand V, mais elle était trop occupée à repérer la longue queue de l'animal défiler devant elle. La chatte gagna du terrain peu à peu, elle pouvait presque le toucher à présent. Les nuages continuait leur défiler et bientôt la pluie allait saccader tout le térritoire. Reine Elfique détestait être trempée, du coup elle devait faire vite. Elle aurait au moins une excuse si ils l'engueule parce qu'elle ne ramène qu'un seule repas. Quand elle fut assez prêt, la chasseuse donna un coup de patte qui fit trébucher le mulot, avant de ce tapir sur lui même. Elfie s'arrêta et planta ces crocs dans la gorge de l'animal. Son cris strident lui perça les tympans. La chatte râla, et appuya jusqu'à sentir le sang couler dans sa gueule. Elle recracha l'animal, pour éjecter le goût infâme du sang. Puis, elle reprit entre ces crocs pour ce diriger vers le chemin du camp. Reine Elfique était silencieuse, seule ces pensées vagabondait avec le vent. Elle regardait les sapins défiler, les énormes chêne presque feuillus bouger grâce au vent. Que des choses banals qu'elle avait l'habitude de voir. Quand elle fut assez prêt du camp, elle perçus des cris et des miaulements. Elle dressa les oreilles, intriguer. Qu'es ce qu'ils avaient encore ces imbéciles ? La chatte soupira, pourquoi ils s'amusaient tous toujours quand elle était pas là ? Elle finissait par croire qu'ils avaient fait exprès de l'envoyer chasser pour qu'ils puissent s'amuser. Quand elle passa les larges barrières de ronces, le camp était totalement remplis de matous. Sa hurlait de tout les cotés, et Elfie sentit un mal de tête bientôt gagner sa boite crânienne. Elle passa lentement devant les guerriers, qui s'était rassembler devant la tanière du chef. Elfie alla au tas de gibier pour y mettre le mulot. Vue la grosse foule qu'il y avait, personne n'irait inspecter son travail. La chatte ce fraya un chemin pour ce qu'il ce passait. Elle écouta alors les dires. Étoile Lyrique était malade, il c'était passer quelque chose et Délérection  de la Louve et Aile d'Aigle était avec elle dans la tanière. Puis, des hurlements s’élevèrent dans la foule, Folie Noir cracha en disant que tout était de la faute de Louve. Elfie grogna intérieurement, cette imbécile était tellement idiot qu'il allait jusqu'à  remettre la faute sur la lieutenante.

« Bande de vermine. Vous êtes tellement stupide que vous allez jusqu'à remettre la faute sur notre lieutenante.» Crâcha Reine Elfique. Elle allait s'attirer des ennuis ? Temps mieux elle les acceuilles bras ouverts. Elle pensait ce qu'elle disait, parce que c'était juste des gros idiots qui rejetais la faute sur quelqu'un. Comme ils étaient bête. Dieu sois loué, Elfie à hérité d'un cerveau. La chef allait mourir ? Beh tanpis, Louve prendra sa place puis voilà. Qu'es ce que sa peut faire ? C'est la vie et c'est pas en la rejetant sur quelqu'un que sa allait changer quoi que se soit. Reine Elfique aperçus Envol de L'Aigle pousser Folie Noire, ce qui arracha un ricanement moqueur à Elfie. Louve et le guérisseurs quittèrent la tanière, mais stopper bien vite par la cohues. Personne ne la laissais passer et sa exaspérait Elfie. Ils étaient tellement stupide … Puis elle finit par réussir à passer, en les priants de s'écarter. Mais non, ne prie pas, au pire engueule les. Après être partis, tout le monde prie la parole au hazar. Elfie soupira et quitta la cohue, parce qu'ils lui cassaient vraiment les oreilles. Elle repéra Envol de l'Aigle qui cherchait sa sœur. Oui parce qu'eux ces deux là avait un lien qu'Elfie n'avait jamais vraiment compris. Elle le rejoignit en quelque enjambée. Elle le salua, il était vraiment paniquée. Reine Elfique ne faisait pas preuve de compassion d'habitude, elle ce rendait au cœur des engueulades et les accentuait en les faisant devenirs plus importante. Pour une fois qu'elle n'avait rien déclencher elle même. Le matou grisâtre cherchait encore sa sœur, puis Reine Elfique décida de l'aider à chercher aussi. Après tout elle n'avait parler qu'une ou deux fois à la chatte et il ce révélait qu'elles avait beaucoup de point en commun tout compte fait. Elle se ressemblait beaucoup mentalement et physiquement, ce qui perturbait Elfie. Quand elles parlaient ensemble, elles avaient tendance à avoir les mêmes idées et les mêmes paroles. Trop bizarre parce que Reine Elfique n'avait jamais eu sa avec personne d'autre. C'est une chatte seule qui cause des tords au autres, alors la compagnie de quelqu'un était loin d'être son fort. Pourtant Louve ne la dérangeait pas pour autant.

« Je peu t'aider à la chercher si tu veux. Ce sont tous des imbéciles qui n'ont pas de cervelles, ils savent pas ce qu'ils disent. »Déclarat-elle malicieuse. Elle fut surprise de proposer de l'aide à quelqu'un. Qu'es ce qui lui arrivait donc ? Elfie, faudra que tu te reprenne.
code by Silver Lungs
Revenir en haut Aller en bas
Étoile Constellée

avatar

Administratrice ★ Journaliste CM  Chef du Clan du Vent
Administratrice ★ Journaliste CM
Chef du Clan du Vent

Date d’inscription : 04/06/2013
Messages : 1907
Féminin
Puf : Hossy
Âge : 18
Multi-comptes : Étoile Constellée (♂) - Bravoure du Lion (♂) - Etherium (♂) - Nuage Libre (♂) - Petite Épine (♀) - Renard Errant (♂) - Decem (♂) - Valar () - Petit Crapaud ()

MessageSujet: Re: EVENT - Il est peut-être temps de partir. [Libre au Clan]   Lun 31 Mar 2014 - 0:16

Vermin, best friend and betrayer warrior.
Clan de l'O M B R E & Nuage du L I O N

Les cris fusaient de partout, des cris effrayant, de terreur. Des feulements, des cris de rages, des coups de griffes et des crocs dévoilés. Des guerriers se menaient la guerre dans la grande clairière que je regardais de haut. Je voyais les touffes de fourrures volter comme de vulgaires feuilles mortes et le sang couler comme de la misérable pluie. Sur mon visage, je n'y voyais que froideur devant ce spectacle effroyable. Je donna un puissant coup de patte sur le rocher où j'étais assis.

« ASSEZ. » vociférais-je.

Sur mes ordres, tous les guerriers stoppèrent et se retournèrent vers moi, la tête inclinée. Un large sourire se dessina sur mes babines. Un des matous s'avança vers le rocher, et j'en descendis d'un bond agile.

« Pardonnez nous, Étoile du Lion. »

Étoile du Lion. Étoile du Lion. Étoile du Lion.
Je ne faisais que répéter ce nom dans ma tête, ce nom qui me faisait jouir de bonheur. Un seul mot, je n'avais qu'à dire un seul mot et tout ces chats m'écoutait. Je frémis.

« Incapable ! Pourquoi elle est dans cet état là ?! » Les nouvelles paroles du chat me troublèrent. De quoi parlait-il? À moins que...


▲○▲

Je me réveilla en sursaut.
Ce n'était qu'un rêve. J'étais toujours Nuage du Lion, le simple apprenti, et non Étoile du Lion le grand meneur. Je rêvais de plus en plus au pouvoir, de plus en plus souvent et de plus en plus intensément. Ça en était autant excitant qu'inquiétant.
Attendez une minute. J'entendais les cris dehors. Dans un bond, je sortis de la tanière des apprentis, alerté par tout ce brouhaha. Que ce passait-il?

Les autres s'étaient agglutinés devant la tanière du guérisseur. Je joua des épaules dans toute cette cohue pour pouvoir accéder à l'entrée moi aussi. La puanteur de la maladie me persécuta comme un coup. C'était atroce! Lorsque je tendis le cou pour apercevoir de qui il s'agissait, la victime en question me fit paniquer. Étoile Lyrique! Folie Noire, Déréliction de la Louve, Aile d'Aigle, Envol de l'Aigle... Ils se passaient quelque chose.
Déréliction de la Louve aurait empoisonnée notre meneuse pour prendre le pouvoir?! Ça ne m'étonne pas d'elle. J'ai toujours eu un sale pressentiment sur cette chatte. Elle avait beau être la sœur de mon meilleur ami et soit disant psychiquement liée avec lui, je m'en foutais.


« Bande de vermine. Vous êtes tellement stupide que vous allez jusqu'à remettre la faute sur notre lieutenante.»
C'était Reine Elfique. Sale vermine toi-même. Ce qui est stupide c'est que tu ne vois pas à quel point les preuves te saute aux yeux! D'ailleurs, pourquoi devrais-je être ébranlé par des insultes de celle qui m'avait forcé à toucher une abeille pour voir si ça piquait? Non mais qu'elle idiote.
Je fus submergé par les curieux qui me poussèrent et me marchèrent sur les pattes. Après quelques coups donnés aux autres impolis, je sortis péniblement du groupe. J’aperçus Envol de l'Aigle, non loin, l'air paniqué. Alors que j'allais le rejoindre pour le rassurer, Reine Elfique se planta dans mon chemin et alla battre de ses petites ailes autour de mon ami. Des ailes de corneille oui! Je ne pu retenir un grognement. Je commençais à en avoir marre de celle-là! Je décida de tout de même rejoindre mon pote, malgré cette chatte.

« Je peu t'aider à la chercher si tu veux. Ce sont tous des imbéciles qui n'ont pas de cervelles, ils savent pas ce qu'ils disent. »
Je serra la mâchoire. Je n'avais beau avoir rien dit pour ce qui était de mon opinion, elle n'avait aucun droit de tenir de tels propos. Je me planta devant mon ami à mon tour. Apprenti, peut-être, mais ma grandeur importante me permettait d'être quasiment à leur hauteur. Quasiment.

« Je t’aiderai aussi. Elle ne doit pas être bien loin. » dis-je amicalement à l'égard de mon ami. Je lui souris, espérant le rassurer un peu. Puis, je tourna brièvement la tête, toisant froidement la ''sale vermine''.

|Mauvais mauvais, désolé D: |

_________________



♥:
 

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Lyrisme Astral

avatar

Juge EÉF
Juge EÉF

Date d’inscription : 23/08/2011
Messages : 3112
Féminin
Puf : Ebène || Mamie Bébène || Bébène 8D
Âge : 18
Multi-comptes : Patte Céleste & Petite Crécerelle (Tonnerre), Philza (Solitaire)

MessageSujet: Re: EVENT - Il est peut-être temps de partir. [Libre au Clan]   Dim 6 Avr 2014 - 11:06

Effectivement, c'est bien elle qui arrive. Elle vient à côté de moi, j'essaye de lui sourire.

« Je mériterais d’être à ta place…. Je suis désolée, je… »

Sa voix s'éteint, elle ne peut en dire plus. Je voudrais la serrer contre moi, lui dire que ce n'est pas grave ni de sa faute et que de tout manière je serais morte un jour ou l'autre.

« Personne ne mériterait d'être à sa place., dit-il en se retournant, Il faut que je te parle, j'ai peut-être trouvé une piste. »

Là, c'est la voix d'Aile d'Aigle. Il a visiblement envie de parler en tête à tête avec Déréliction de la Louve. Je veux protester, lui dire que je veux entendre ses mots. Subitement une vague de douleur me submerge, coupant court à mes pensées, me laissant dans une torpeur étrange et désagréable, j'entend ce qu'il se passe autour de moi sans en comprendre les mots, je ne sais plus qui parler ni pourquoi.

« Ne puis-je pas être utile ? S’il te plaît, Aile d’Aigle, je t’ai entendu, dis-moi tout. Donne-moi tes indices ! Je veux savoir. J’ai besoin… »

«  Incapable ! Pourquoi elle est dans cet état là ?! T'as fais quoi encore, hein ?! Je sais que t'es dans le coup ! Assume ! »

« Déjà, je te pris de te calmer, c'est inutile d'agresser le guérisseur et la lieutenante de cette manière, je suis sure qu'ils font tout son possible pour soigner Étoile Lyrique. Et puis, franchement, c'est puéril de ta part d'accuser Déréliction de la Louve sans même connaître l'histoire. Sans vouloir être indiscrète, pourrais-je savoir ce qu'il s'est passé ? »

« Laissez-moi sortir. Je dois m’entretenir avec Aile d’Aigle. Vous en saurez plus en temps et en heure. Je vous le promets. »


Puis la dispute reprend et finalement personne ne fait attention à moi et Déréliction de la Louve est partie. Pourquoi est-ce-que tout se passe de cette manière ? Pourquoi ne suis-je pas morte comme les autres chefs : au combat ou de vieillesse ? Pourquoi toutes ces disputes alors que l'heure de ma mort approche ? Pourquoi ?

A présent plus personne n'est autour de moi, mais le reste du camp est rempli d'autres conversations on dirait.

_________________

Canadaa ♥ Merci beaucoup d'avoir pensé à moi pour mon anniv', ça m'a vraiment fait très plaisir ♥

Merci ♥:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Nuage Mortuaire

avatar

Félin Légendaire

Date d’inscription : 03/11/2013
Messages : 1834
Féminin
Puf : youtoupe / le haricot tartiné
Rang EÉF : Guerrier
Âge : 15
Multi-comptes : nuage spectral - ombre fugace - pendaison du traître - nuage mortuaire - le promeneur - crépuscule gris

MessageSujet: Re: EVENT - Il est peut-être temps de partir. [Libre au Clan]   Dim 6 Avr 2014 - 12:59





« Une telle folie envahit mon esprit, telle une valse fantôme »



- Laisse moi te donner l'âme. Tu n'es qu'une chatte inutile parmi tant d'autres, tu ne te rends pas compte ? Mes griffes longues et tranchantes pourraient se submerger dans ton corps si facilement ! Veux-tu souffrir où rejoindre l'enfer ? L'enfer, c'est un beau pays, non ? Mon Papa y vit. Il y vit car il a été tué. Tuer. Simple mot que je peux utiliser. Donne moi ton âme, tu m'en seras reconnaissant. Tu le sauras, ne t'inquiète pas. Donne moi ton âme.

D'un seul coup, je sortis mes griffes, lui tapa la tempe avant de lui mordre la nuque sauvagement. La chatte couchée grimaçait de douleur tandis que mon pelage noir se maquillait maintenant de pourpre. J'haussai les sourcils en pensant que je devrais me laver. Je continuais à attaquer la chatte en lui labourant le ventre de mes deux pattes avants.

"*"

J'étais toujours poster face à Envol de l'Aigle. J'étais en sueur, comme sortant d'un doux cauchemar valsant mes nuits. A bout de souffle, je secouais ma tête. Papa avait pris contrôle de mon esprit. Pourquoi Papa m'envois-tu ce message ? Il faut que je l'achève ? Mais papa, voyons. On va me tuer moi après ! Oh.. Mais c'est vraie, tu m'aideras, hein ! Un sourire narcissique s'élevait sur mes lèvres, avant que mes pupilles ne deviennent plus fine. Je rentrais dans la tanière de la chatte malade avant que je ne m'assied à ses pattes.

- Pauvre pauvre Etoile Lyrique. Tu dois être épuisée. Epuisée. C'est le mot, n'est-ce pas ? T'es pupilles vitreuses n'en savent que dire. Ton pouls est irrégulier.. pauvre pauvre Etoile Lyrique.

Je posais ma patte sur son épaule, griffes sorties. Je regardais son regard, pupille contre pupille. Papa, laisse moi, j'aimerais bien la tuer, oui. Mais tous le monde va être contre gentille petit Folie Noire. Folie Noire est gentille, très gentille.. ?



C O D A G E  P A R  @G A K I.  S U R  E P IC O D E
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Œil de Serpent

avatar

Caspian • Notre prince charmant <3

Date d’inscription : 09/11/2013
Messages : 4874
Féminin
Puf : caspian
Rang EÉF : Légende
Âge : 19
Multi-comptes : nuage de léopard

MessageSujet: Re: EVENT - Il est peut-être temps de partir. [Libre au Clan]   Dim 6 Avr 2014 - 18:45


Il fallait qu’il lui dise. Il fallait qu’il lui dise que les nouvelles étaient mauvaises, au lieu de la faire languir, au lieu de la faire mourir d’impatience et d’anxiété. Plus que de l’anxiété, même, c’était la peur qu’elle ressentait. Une peur qu’elle ne pouvait réprimer et qui se lisait sur les moindres traits de son visage. Il suffisait de la regarder droit dans les yeux pour voir qu’elle souffrait et que l’agonie de son amie lui était intolérable. Elle aurait voulu la sauver d’une quelconque façon. Elle aurait voulu. Elle aurait bien voulu. Mais le clan des Etoiles semblait ostensiblement défavorable à la guérison de la meneuse. Il n’y avait plus aucune issue. Il n’y avait plus aucune chance de survie pour cette féline que la lieutenante avait si bien connue. Pour son amie. Voilà bien des jours qu’elle ne cessait de se ressasser cette phrase. Il n’y avait plus aucune issue. Seule la mort l’attendait au bout du souterrain glacial de son trépas. Meneuse pleine de verve, Etoile Lyrique aurait dû mourir avec la renommée et le triomphe qui lui étaient dus, et non tassée dans un coin de sa tanière, refoulant tant bien que mal les térébrantes douleurs qui l’assaillaient.

    « Les plantes que je t'ai demandées de cueillir, tu t'en souviens? »


S’enquit soudain le guérisseur de sa voix la plus basse, pour éviter que le reste du clan ne l'entende. Plus anxieuse que jamais, la lieutenante opina du chef. Un lourd silence s’était installé entre les deux félins qui se faisaient face, que rien ne venait perturber hormis les voix que l’on percevait encore, au cœur de la tanière. A mesure que le temps passait, le faciès de Déréliction de la Louve se décomposa de sorte qu’elle fut presque au bord des larmes lorsque le guérisseur reprit la parole. Toute l’anxiété qu’elle avait ressentie ces derniers jours semblait prête à se déverser, à nouveau.

    « Elles étaient... Empoisonnées... Je ne sais pas qui ou quoi en est le coupable, et sache que je ne t'accuse pas, mais alors pas du tout. Mais elles étaient empoisonnées, et c'est un fait qu'il ne faut pas nier. »


Et ce fut comme si le ciel lui tombait sur la tête. Le souffle coupé, elle vacilla quelques instants et dut s’appuyer sur le rocher le plus proche pour ne pas s’unir avec le sol dur et froid qui s’offrait à elle. Autour d’elle, le monde tournait. Pour y échapper, elle ferma les yeux et se mit à respirer profondément. Une respiration lente et profonde, entremêlée de sanglots imperceptibles. Plus que jamais, tout était de sa faute. Elle était l’instigatrice de la mort de sa meneuse. Rien ne serait plus comme avant. Elle avait tué son amie, son chef. Celle qui lui avait accordée toute sa confiance. D’une voix étranglée, ponctuée par des pleurs qu’elle tentait toutefois de réprimer devant Aile d’Aigle, elle souffla :

    « Quand je disais que tout était de ma faute, que je méritais de mourir à sa place. Elle n’avait… rien demandé. »


L’idée qu’Aigle d’Aigle ait pu façonner cette histoire de toutes pièces ne lui effleura même pas l’esprit. Elle lui faisait aveuglément confiance. Sûrement parce qu’Etoile Lyrique l’avait elle-même fait en lui attribuant le poste de guérisseur, et qu’elle savait que les choix de sa meneuse étaient toujours les bons. Un douloureux soupir s’échappa alors de sa gueule entrouverte, tandis que son regard se plantait de nouveau dans celui d’Aile d’Aigle. Elle semblait bien fébrile. Bien faible. Bien chétive. Loin de l’image irascible et indomptée qu’elle donnait à l’accoutumée. Loin de la féline vive et farouche qui arpentait habituellement les territoires de l’Ombre. Aujourd’hui était un autre jour. Un jour qu’elle signait d’une croix d’un rouge sanglant, un jour marquée par le chagrin et l’affliction. L’agonie d’une des quatre. Elle ne s’imaginait que trop bien à quelle vitesse la nouvelle se répandrait entre les clans. Lasse, abattue, la lieutenante se releva alors d’une façon malhabile sans plus prêter attention au guérisseur, et pénétra à nouveau dans la tanière. Les mêmes y étaient encore. Mais ce qu’elle vit et entendit en premier lieu lui glaça le sang.

    « Pauvre, pauvre Etoile Lyrique. Tu dois être épuisée. Epuisée. C'est le mot, n'est-ce pas ? Tes pupilles vitreuses n'en savent que dire. Ton pouls est irrégulier. Pauvre, pauvre Etoile Lyrique. »


Folie Noire était penché sur le corps malingre de la meneuse et l’effleurait de ses griffes recourbées. La lieutenante ne réfléchit pas plus et poussa un feulement revêche avant de bondir sur le félin. Elle l’enserra entre ses pattes et le tira loin d’Etoile Lyrique. Il ne lui serait pas permis de lui faire du mal. Glacée d’effroi parce qu’elle venait de voir mais également habitée par une rage incommensurable, Déréliction de la Louve finit par acculer le guerrier contre le sol et dévoila ses crocs d’un blanc d’ivoire.

    « Je ne tolérerai pas que les griffes d’un félon se pose sur Etoile Lyrique. Je veillerai personnellement à ce que tu ne t’approches plus d’elle. »

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Nuage Mortuaire

avatar

Félin Légendaire

Date d’inscription : 03/11/2013
Messages : 1834
Féminin
Puf : youtoupe / le haricot tartiné
Rang EÉF : Guerrier
Âge : 15
Multi-comptes : nuage spectral - ombre fugace - pendaison du traître - nuage mortuaire - le promeneur - crépuscule gris

MessageSujet: Re: EVENT - Il est peut-être temps de partir. [Libre au Clan]   Dim 6 Avr 2014 - 19:24





« Une telle folie envahit mon esprit, telle une valse fantôme »



Une masse s’abattit sur moi en une fraction de seconde. Je me retrouvais, plaqué au sol. La lieutenante était face à moi, me maintenant fermement, les deux pattes avants posés sur mes épaules. Mon premier réflexe de guerrier fut de lui planter mes griffes dans son épaule et de se débattre.  

« Je ne tolérerai pas que les griffes d’un félon se pose sur Etoile Lyrique. Je veillerai personnellement à ce que tu ne t’approches plus d’elle. »

Je retirais mes griffes de son épaule et je maintenais son regard imposé sur le mien. Je rétractai mes griffes. Ses crocs aiguisés d'un blanc ivoire ne me faisait pas peur. D'un coup de pattes arrières dans le ventre de ma bien-aimée, je l'éjecta hors de mon plaquage, et je me relevai, les crocs dévoilés. Mon regard lui lançait des éclairs. Je cracha au sol et mes quelques rares poils s'hérissaient. Mes pupilles fines regardait toujours la lieutenante avant que je ne puisse cracher une parole :

- Tu ne le tolères pas que je m'approche d'une pauvre chatte qui va bientôt mourir ? J'ai une proposition à te faire...

Un sourire apparaissait sur ma mine affreuse. Mes crocs luisaient et reflétaient l'envie de pouvoir les plonger dans la nuque de quelqu'un. Je m'approchais de la chef, toujours les griffes rentrées. Je paraissais normal, mais au fond de moi brûlait l'ardeur de venger mon Papa. Papa.

"*"

Je me retrouvais dans une forêt giboyeuse, parsemés de jonquilles et de roses. La terre meuble et fertile était dur sous mes coussinets. Le soleil tapait sur mon dos tandis que les oiseaux chantonnaient. Les montagnes en arrière plan me donnait des frissons. Je ne savais pas où j'étais, mais je me mis à marcher. J'arrivais dans une clairière, plein soleil. Une souche était placée au milieu. Une ombre fantomatique commençait à apparaître sur celle-ci. Je plissais les yeux pour pouvoir mieux discerner le chat en question. Je m'approchais, griffes sorties, avant que je ne puisse enfin reconnaître le chat.

- Pa-pa. P-P-P-Papa ?


*"*


Papa se dressait devant Folie Noire. Le chat sphinx noir courut vers Papa qu'il n'avait plus vue depuis sa mort. Il pleurait de joie. Papa quant à lui, lui asséna un violent coup de patte dans sa gueule. Folie Noire recula, frustré. Il se demandait pourquoi il lui avait fait ça.

- Tu es mon fils ? Il paraît ? J'en ai honte.

Folie Noire baissa les yeux, et se contenta de tourner la patte sur la terre.

- Tu n'es même pas capable de tuer une pauvre chatte sans qu'une autre chatte s'en mêle. J'en ai honte, je te dis. Tu as une très grosse force en toi, exploite là, imbécile.


*"*
 
De nouveau en sueur, j'étais de nouveau dans la tanière de la chef. Il ne s'était passer que quelques secondes tandis que je rêvais. .. ah oui.

- Oui, euh.., j'ai une proposition à te faire. J'achève ses souffrances et tu pourras enfin régner. De toute façon, elle mourra quoi qu'on en face. Donc, autant que je l'achève, non ?  

J'affichai un sourire normal, tandis que je posais ma patte sur sa nuque.


C O D A G E  P A R  @G A K I.  S U R  E P IC O D E
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité

avatar

Invité


MessageSujet: Re: EVENT - Il est peut-être temps de partir. [Libre au Clan]   Jeu 10 Avr 2014 - 20:08

Trop de vacarme en ce lieu. Cristal se dit que finalement, elle n'aurait pas du intervenir, laisser tous ces problèmes à leur place et s'en aller. En plus de sa patte infectée, sa tête la faisait énormément souffrir, due aux nombreux cris et jérémiades, à l’odeur de maladie, à toutes ces choses angoissantes qui envahissaient peu à peu les lieux. Trop de douleur au cœur aussi. Qu'allait devenir Étoile Lyrique ? Qu'allait-il se passer ? Pourquoi tant de gens qui s'opposent et qui s'accusent les uns des autres ? La paix n’était donc pas possible pour a mourante ? Pourquoi n'avait-elle donc pas le droit de se reposer dans le calme. Trop de pourquoi aussi. Tant de gens qui crient, Cristal voulait les faire taire, les faire partir et partir à son tour quand tout serait calme. Seul la lieutenante et le guérisseur devrait être ici. Pourquoi de gens s'amassaient ici comme si la scène qui s'y déroulait était un spectacle. Rien de comique. Seulement quelque chose d'affligeant. De triste. Une aura sombre flottait dans l'air, créant une atmosphère pesante, étouffante, noire. La mort n'était pas loin guettant la scène, prête à fondre sur sa proie au bon moment, comme un rapace affamé.

-Pauvre pauvre Étoile Lyrique. Tu dois être épuisée. Épuisée. C'est le mot, n'est-ce pas ? T'es pupilles vitreuses n'en savent que dire. Ton pouls est irrégulier.. pauvre pauvre Étoile Lyrique.

Ce fut comme si Cristal venait de se faire piquer par une abeille, la même douleur au niveau du cœur, la même souffrance, la même haine envers le petit insecte arrogant qui avait osé la déranger. Folie Noire n'attendait rien pour attendre. Sa voix ne plaisait pas du tout à la jeune guerrière, qui frissonna de dégoût et le fixa avec horreur lorsqu'il se mit à toucher le corps faible d’Étoile Lyrique de ses griffes. Les pupilles de Cristal se dilatèrent, réduites à l'état de deux traits fins, noir comme la nuit, empli de colère et de d'animosité. Ce regard-là était terrifiant. S'approchant pour séparer ce fou de sa chef mourante, Cristal s'approcha et feula. Le tuer ? Cristal ne voulait pas d'ennuis, tels qu'ils soient, même si s'était pour arrêter un timbré dérangé. De quel droit se permettait-il de la toucher ? Alors que la bicolore allait intervenir, excédée par le comportement abject de Folie Noire, elle fut devancée par déréliction de la Louve, qui tira en arrière la... Chose, et le plaqua au sol avec une expression de fureur, et d'effroi. Mais c'était son regard qui était effrayant en cet instant. Les crocs dévoilées, elle lui cracha alors à la figure des mots empli de colère et de menaces.

« Je ne tolérerai pas que les griffes d’un félon se pose sur Etoile Lyrique. Je veillerai personnellement à ce que tu ne t’approches plus d’elle. »

Bien dit. Cristal était entièrement d'accord avec elle. Il ne fallait plus que ce chat approche leur chef, il ne fallait plus qu'il la touche. Plus jamais il ne le referait, Cristal s'en fit la promesse. Haine. Colère. Dégoût. Qui était-il pour lui parler de cette manière ? Oui, qui était-il ? De quel droit ? Folie Noire repoussa violemment déréliction et se releva, une expression terrible collé au visage. Cristal frissonna une seconde fois, mais cette fois de rage, elle était hors d'elle.

- Tu ne le tolères pas que je m'approche d'une pauvre chatte qui va bientôt mourir ? J'ai une proposition à te faire...

Cristal hésita entre lui sauter à la gorge et l'égorger ou le virer de la tanière une bonne fois pour toute. Le souffle court, elle écouta la suite. Mais il y eu un moment de blanc, un silence pesant. Inquiète, Cristal sentait ses poils s'hérisser sur son dos. La colère bouillonnait en elle. Qu'il fasse sa proposition, mais qu'il se dépêche.

-Oui, euh.., j'ai une proposition à te faire. J'achève ses souffrances et tu pourras enfin régner. De toute façon, elle mourra quoi qu'on en face. Donc, autant que je l'achève, non ?

Un poid lourd s'abattit sur Cristal, qui eu l'impression de se noyer dans de l'eau glacée. Comme pouvait-il proférer de telles choses ? Comment pouvait-il vouloir la mort de sa chef ? Comment pouvait-il dire ça ? C'en fut trop, Cristal se jeta sur Folie Noire, le bloquant de tout son poids, le dominant, ses pattes empêchant les siennes de faire un quelconque mouvement. Une expression terrifiante était affichée sur son visage. Et, d'un coup, relâchant toute sa haine sur l'autre, lui colla un violent coup de patte au visage, toutes griffes sorties.

-Comment ?! Qu'as-tu osé dire ? Achever Étoile Lyrique ? Et depuis quand as tu un droit de vie et de mort sur les autres ? Comment as-tu pu proférer des telles infamies ? Sale...

D'une voix élevé par la fureur, elle continuait de le fixer de ses yeux froids, glaciales à présent. Elle tremblait. De peur, de colère, de tristesse. Puis, après un moment de silence, et de vide, elle se détacha de lui et alla auprès d’Étoile Lyrique, se recroquevilla auprès d'elle et ferma les yeux. Cristal espérait qu'elle n'ai rien entendu, qu'elle soit juste inconsciente. Qu'elle n'ai pas eu à entendre de pareilles choses à son sujet. Puis, toujours tremblante, ce qui se refléta dans sa voix, la femelle bicolore murmura ses pensées sans le vouloir.

-Tout va bien aller. Tu vas guérir, j'en suis persuadée, Étoile Lyrique. Tout va rentrer dans l'ordre...

Ce n'était pas sa chef qu'elle essayait de persuader, mais elle-même. Elle ne pouvait pas imaginer sa chef mourir. C'en était hors de question.

[édité. Ça a pris plus de temps que prévu...]
Revenir en haut Aller en bas
Nuage Mortuaire

avatar

Félin Légendaire

Date d’inscription : 03/11/2013
Messages : 1834
Féminin
Puf : youtoupe / le haricot tartiné
Rang EÉF : Guerrier
Âge : 15
Multi-comptes : nuage spectral - ombre fugace - pendaison du traître - nuage mortuaire - le promeneur - crépuscule gris

MessageSujet: Re: EVENT - Il est peut-être temps de partir. [Libre au Clan]   Dim 13 Avr 2014 - 18:21





« Le meurtre est un puzzle. Je suis la pièce manquante. »



Je me relevais, une griffure à ma joue droite. Je regardais mes griffes tel un chaton, bouche bée. Elles me chatouillaient. Papa ? Je voudrais pouvoir tuer. Mais le petit règlement de je sais plus quoi des minous là, ils me l’interdisent. Pourquoi c'est pas accepter ? Je voudrais tuer des minous, c'est dans mon devoir, comme le cycle de la vie. Mes membres se crispèrent tandis que je voyais la jeune chatte blanche s'asseoir au pied de la chatte mourante.

- Comme c'est attendrissant.. c'est .. mignon.

Ma queue balayant l'air, j'avançais d'un air claudiquant vers la lieutenante. Je m'asseyais au près d'elle, tandis que je remarquais des gouttes de sang qui perlaient le sol. Mon sang. Pourquoi m'avoir asséner un violent coup de patte dans la figure ? Je suis donc tous mignon tous gentille moi. Je n'ai même pas fais de mal à une mouche ! Mes griffes s'enfonçaient dans le sol meuble. Mes pupilles étaient fines. Mes membres se tendaient et se détendaient. Papa essaye de me dire quelques choses. Quoi Papa ? Qu'est-ce que tu dis ? Je suis un Incapable ? Moi ? Vraiment ? ... Très bien Papa, tu vas voir ce que je sais faire je vais retourner la situation à mon escient..

Je regardais la lieutenante, je m'étais assis à côté d'elle, et j'entourais ma queue autour de son corps.

- Pourquoi Etoile Lyrique est-elle mourante ? Elle n'est donc pas si vieille, n'est-ce pas ?

Je trottai vers l'inutile guerrière intitulée Larmes de Cristal et je la poussais d'un coup de patte à l'épaule, plantant mes griffes dans celle-ci au passage.

- Dégage, idiote.

Je mis ma patte autour du coup de la chatte mourante et je la redressait, montrant sa face à la lieutenante.

- Elle n'a aucun poils blancs sur sa face, c'est bizarre, n'est-ce pas ?




C O D A G E  P A R  @G A K I.  S U R  E P IC O D E
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Lyrisme Astral

avatar

Juge EÉF
Juge EÉF

Date d’inscription : 23/08/2011
Messages : 3112
Féminin
Puf : Ebène || Mamie Bébène || Bébène 8D
Âge : 18
Multi-comptes : Patte Céleste & Petite Crécerelle (Tonnerre), Philza (Solitaire)

MessageSujet: Re: EVENT - Il est peut-être temps de partir. [Libre au Clan]   Sam 26 Avr 2014 - 21:22

« Pauvre pauvre Etoile Lyrique. Tu dois être épuisée. Epuisée. C'est le mot, n'est-ce pas ? T'es pupilles vitreuses n'en savent que dire. Ton pouls est irrégulier.. pauvre pauvre Etoile Lyrique. »


C'est Folie Noire qui parle, je reconnais sa voie. Ces paroles sont suivies d'autres qui me surprennent : il a une voix totalement  différente, une voix de demeuré :


« Papa, laisse moi, j'aimerais bien la tuer, oui. Mais tous le monde va être contre gentille petit Folie Noire. Folie Noire est gentille, très gentille.. ? »


Mo cerveau n'arrive pas à analyser ces paroles, je les entend mais sans les comprendre. Un grand vacarme se fait entendre. Je n'arrive pas à tourner la tête, ni à ouvrir les yeux pour voir ce qu'il se passe.  


« Je ne tolérerai pas que les griffes d’un félon se pose sur Etoile Lyrique. Je veillerai personnellement à ce que tu ne t’approches plus d’elle. »


C'était la voix de Déréliction de la Louve. Que s'est-il passé ? Je ne comprend plus rien. Je veux que tout ça s'arrête, tout !

Une dispute éclate entre Folie Noire, Déréliction de la Louve et une autre personne. C'est tellement difficile.

A présent je ne sens plus aucune partie de mon corps, pourquoi continuer à vivre alors ? Je ne sais pas si j'ai chaud ou si j'ai froid, je ne sais pas si j'ai faim, je ne sais rien. Je veux juste mourir. J'essaye de me racler la gorge, je vais peut-être arriver à parler.


« Déréliction de la Louve ! Déréliction de la Louve ! Viens ! »


Ma voix, malgré tous mes efforts, reste faible mais je pense qu'elle m'a entendu. Je sens quelqu'un approcher, je reconnais son pas, c'est bien elle. Elle se colle contre moi, j'ai l'impression qu'elle tremble : a t-elle froid ? Pleure t-elle ?
Je chuchote, à présent je souhaite qu'elle soit la seule à m'entendre :


« Je vais partir. C'est certain. Je t'en prie, amène moi pour la dernière fois sur la Grande Place. Je veux faire une dernière annonce, sentir l'herbe tendre caresser mon ventre une dernière fois avant de m'en aller. Peux-tu me rendre ce service ? »


Cette longue phrase me coûte beaucoup d'efforts, je ne sais même pas si elle m'a comprise tellement j'ai le souffle court. Mais j'espère.

_________________

Canadaa ♥ Merci beaucoup d'avoir pensé à moi pour mon anniv', ça m'a vraiment fait très plaisir ♥

Merci ♥:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Œil de Serpent

avatar

Caspian • Notre prince charmant <3

Date d’inscription : 09/11/2013
Messages : 4874
Féminin
Puf : caspian
Rang EÉF : Légende
Âge : 19
Multi-comptes : nuage de léopard

MessageSujet: Re: EVENT - Il est peut-être temps de partir. [Libre au Clan]   Lun 28 Avr 2014 - 13:17


Tout était nébuleux. Incertain. Déréliction de la Louve ne savait plus où donner de la tête. Des vociférations pour le moins acerbes s’entrechoquaient au cœur d’une joute satanique. Des pleurs. Des complaintes. Des soupirs. Elle voyait leurs visages baignés de larmes coruscantes, leurs yeux emplis d’un chagrin incommensurable ou d’une hargne inextinguible. Elle voyait tous les guerriers présents. Les mots valsaient jusqu’à n’en plus finir, se répercutaient en échos imprécis au sein de la tanière pour enfin déflagrer dans un concert détonant. La tête lui tournait encore, comme quelques minutes auparavant, lorsqu’elle s’était précipitée au dehors du repaire, suivie de l’inestimable guérisseur du clan. Elle se sentait toujours bercée par cette odieuse sensation qui semblait ne jamais vouloir s’estomper, à tel point qu’elle ne remarqua même pas que Folie Noire venait de lui labourer l’épaule de ses griffes dirimantes. Elle se sentit simplement repoussée en arrière tandis que sa tête venait heurter le sol meuble de la tanière. Un douloureux soupir s’échappa de sa gueule entrouverte lorsqu’elle ressentit le choc, cette secousse qui la fit vibrer de tout son être, et qu’elle se rendit compte de l’état de son épaule meurtrie. Un lambeau de peau arraché, une plaie béante et du sang. Elle percevait le liquide encore chaud qui s’écoulait de sa blessure et venait rendre son pelage bicolore poisseux et répulsif. Des macules sanguinolentes ternissaient ses poils d’un blanc d’ivoire. Mais personne ne semblait s’en soucier, comme personne ne semblait plus se soucier de la meneuse qui agonisait tout près d’elle. Déréliction de la Louve n’entendait plus rien. Elle regardait fixement Folie Noire qui se dressait devant elle, s’attardait sur ses lèvres qui remuaient sans que, pourtant, aucun son ne s’en échappe. C’était comme si elle était devenue sourde, par cette absence de tonalité. Et avant qu’elle n’ait pu comprendre ce qu’il se passait, elle vit Larmes de Cristal se jeter sur le sombre félin pour le plaquer au sol. Comme elle-même l’avait fait quelques instants plus tôt. Impuissante, elle observait la scène qui se déroulait sous son regard anthracite. Mais ce ne fut que quand elle vit que Folie Noire n’était plus dominé par le joug de Larmes de Cristal et qu’il avait de nouveau osé poser sa patte sur la meneuse, qu’elle sembla retrouver un simulacre de vigueur. Galvanisée par un courroux inapaisable, elle se redressa en toute hâte et se prit à labourer le faciès déshonorant du félon. Les coups partaient qu’elle ne puisse les retenir. Tout s’enchaînait à une allure fulgurante. Ses griffes destructrices cinglaient l’air pour venir s’abattre sur le guerrier, sans la moindre commisération. Elle l’avait prévenu. Maintenant, il se devait de payer pour son infamie. La lieutenante ne s’arrêta ainsi que lorsque son épaule meurtrie lui arracha un gémissement de douleur. Dans un dernier accès de hargne, elle bouscula Folie Noire puis se tourna vers la meneuse qui l’interpellait d’une voix ténue.

    « Déréliction de la Louve ! Déréliction de la Louve ! Viens ! Je vais partir. C'est certain. Je t'en prie, amène moi pour la dernière fois sur la Grande Place. Je veux faire une dernière annonce, sentir l'herbe tendre caresser mon ventre une dernière fois avant de m'en aller. Peux-tu me rendre ce service ? »


Elle seule avait pu l’entendre. Elle seule avait pu entendre ces douloureuses paroles qui ne la laissèrent pas de marbre. Encore une fois, elle se mit à sangloter, silencieusement, tandis que les larmes dévalaient sur ses joues et venaient s’écraser sans ménagement sur le corps maladif d’Etoile Lyrique. C’était la fin. La toute fin. Une fin odieuse, bercée d'hurlements ravageurs, de vociférations acharnées et de complaintes désespérées. Une fin odieuse, baignée de larmes, de sang et de de chaos. L’étoile du clan s’éteignait et semblait emporter avec elle l’équilibre qu’elle avait établi, faisant désormais régner une anarchie nuisible et ravageuse. Dans un soupir éthéré qui balaya le visage de son amie, la lieutenante vint effleurer une dernière fois son museau. Ultime étreinte.

    « Je ferai tout ce que tu voudras. Je resterai à tes côtés jusqu’à la toute fin, si tu le veux bien. »


Souffla t-elle vaillamment, malgré les larmes qui ne cessaient de couler le long de ses joues. Elle tenta de hisser la meneuse sur son épaule intacte, mais en vain. Un guerrier du clan lui vint alors en aide. Elle n’aurait su dire qui. Rien n’avait plus d’importance à ses yeux, de toute façon, hormis le fait qu’elle se devait de respecter les dernières volontés d’Etoile Lyrique. A deux, ils parvinrent à mener le corps malingre de l’étoile jusqu’à la Grande Place tandis que, sur leur passage, tout un chacun se taisait et se mettait à suivre silencieusement le cortège. Deuil. Colère. Amertume. Chagrin. Hargne. Désespoir. La lieutenante vibrait d’émotions tandis qu’elle déposait Etoile Lyrique là où elle l’avait souhaité. Elle ne pouvait détacher son regard anthracite de son amie, en se disant que c’était la dernière fois qu’elle la verrait se tenir là, souveraine de ces lieux. Une faiblesse grandissante l'assaillait, une faiblesse qui la poussait à s'écrouler sur le sol et à ne plus se relever. Mais elle trouva quand même la force de prononcer quelques mots à l'égard de son amie.

    « Regarde, ils sont tous là. Pour toi. »


Lui murmura-t-elle en désignant l’assemblée qui s’ébauchait face à elles deux. Mais les membres du clan ignoraient, pour la plupart, la raison de cette mobilisation. Nul doute que la vérité laisserait un murmure sépulcral planer au-dessus de leurs têtes. Un souffle glacial. Un râle d'agonie.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité

avatar

Invité


MessageSujet: Re: EVENT - Il est peut-être temps de partir. [Libre au Clan]   Lun 28 Avr 2014 - 15:11

Le bruit résonnait. Un brouhaha infernal fusant de chaque coins de la tanière d’Étoile Lyrique. Les murmures s'entrechoquaient sur les parois de l'endroit, créant des échos et des résonances. Des cris, des pleurs. Les lamentations des vivants est un chant pour les morts. Pourtant, Étoile Lyrique était encore vivante, même si elle ne l'était qu'à moitié, malheureusement. Des chats se regroupaient petit à petit en cet endroit sombre, comme si l'agonie de leur chef était un spectacle amusant et qu'il fallait à tout prix le regarder pour s'amuser. Cela dégouttait Cristal. Elle voulait qu'on foute la paix à la mourante, et qu'elle puisse recouvrer ses forces dans le calme, avec son amie et lieutenante, ainsi qu'avec le guérisseur pour qu'il la soigne. Il ne lui fallait sûrement que ça, qu'importe ce qu'elle avait comme sorte de maladie funeste, il fallait qu'elle aille mieux. Le pelage de la jeune guerrière se soulevait lentement au rythme de sa respiration sifflante, comme si elle était endormie soudainement, et que les battements de son cœur meurtri s'étaient apaisés d'un coup, lui laissant une maîtrise entière sur ses émotions illusoires. Cristal n'était pas triste, elle était affolée, épouvantée à l'idée que Étoile Lyrique, celle qui lui avait offert une place à elle et son frère au sein du clan de l'ombre, lui offrant alors une perspective d'avenir, une nouvelle raison de vivre. Cependant, son cœur souffrait toujours, comme si une faille était venue s'immiscer dans ses plus profondes méandres. La femelle bicolore savait aussi que sa tête menaçait d'exploser tant elle lui faisait mal, comme si un lourd étau lui enserrerait le crane de manière étouffante. La nausée de Cristal se fit de plus en plus forte, peut-être était-ce à cause du bruit, où à cause de ce qu'on proposait comme destin à Étoile Lyrique. Cela était faux, complètement faux. Ils se faisaient des illusions, elle n'allait pas rejoindre le clan des Étoiles. Elle était bien trop jeune.

C'est alors que Cristal sentit une présence dans son dos, mais, encore sous le choc, ne daigna pas bouger d'un poil et ne se retourna même pas pour voir qui osait venir la déranger dans un moment pareil. Cependant, c'est lorsqu'elle se sentit soulevée de terre et atterrir violemment au sol, quelques mètres plus loin, l'épaule meurtrie, qu'elle prit conscience de la situation. La guerrière leva faiblement la tête pour voir qui avait eu l'audace de lui porter un coup, et découvrit avec horreur une nouvelle fois Folie Noire penché sur Étoile Lyrique. Alors qu'elle essayait vainement de se relever, mais n'y arrivant pas, elle vit le félon attraper la malade pour la traîner devant Déréliction de la Louve. Des mots sortirent se de son horrible bouche, mais, sous le coup de la terreur, de son effroi, de son épouvante même, elle n'entendit rien, comme si elle était devenue entièrement sourde. Seul un bourdonnement menaçant semblait habiter ses oreilles. Lorsque la féline se releva, elle vit des gouttes de sang s’égoutter sur le sol froid et poussiéreux. Inquiète, elle releva la tête vers son épaule qui la faisait tant souffrir. En effet, des marques de griffures la recouvraient par  endroit, en certaines étaient plus profondes qu'une griffure normale. Cependant, Cristal préféra ignorer la douleur que ces blessures lui procurait, et préféra aller aider Étoile lyrique. Mais la lieutenante fut plus rapide et écarta Étoile Lyrique de Folie Noire sauvagement. Cristal fut soulagée de savoir Étoile Lyrique écartée du danger. Mais elle n'entendait toujours rien, chose qu'elle remarqua entre autre lorsque les deux amies s'échangèrent quelques mots que Cristal n'entendit pas alors qu'elle était tout près. Les bruits s'étaient éteins. Il n'y avait plus aucun son qui parvenaient à l'oreille de Cristal.

Ce ne fut que lorsque Déréliction tenta en vain d'aider Étoile Lyrique à se relever que l'esprit de Cristal revint, apportant avec lui les bruits. Des hurlements, des pleurs, des gémissements, des soupirs. Cristal marcha quelques pas vers sa lieutenante et sa chef, pour aider Déréliction un tant soit peu, même si son aide était minime par rapport à ce qu'avait pu faire les autres pur aider. Cristal attrapa délicatement l'autre épaule de sa chef, et attendit que Déréliction bouge pour commencer à marcher. La guerrière bicolore foudroya du regard ceux qui observait la scène comme on admire un spectacle. Qu'y avait-il de si amusant à voir son chef mourir sous ses yeux ? Puis Déréliction s’arrêta, et Cristal fit de même et lâcha doucement Étoile Lyrique pour qu'elle puisse atterrir au sol en douceur. Puis elle s'éloigna un peu. Cristal savait qu'elle faisait tache dans cette histoire, puisqu'elle ne serait strictement à rien, sauf à créer des ennui quand il n'en faut pas. Puis elle leva les yeux au ciel, et regarda les étoiles danser sous ses yeux écarquillés, empli de larmes glacées. Des larmes de cristal.

« Regarde, ils sont tous là. Pour toi. »

Cristal détacha alors son regard brouillé par le chagrin du firmament noir pour le poser, troublée, sur sa lieutenante qui venait de prononcer ces quelques mots. La féline sentit ses pattes se dérober sous son poids et elle s’affaissa au sol, des larmes coulantes les unes après les autre sur son visage fermé par le désespoir. Plus aucunes émotions n'y passèrent, hormis la douleur de perdre un être cher. Le vent souffla, ébourrifant au passage le pelage terne de Cristal. Puis, dans un souffle qui créa un nuage de vapeur autour de son museau, elle chuchota pour elle même, sans se soucier que quelqu'un l'entendrait.

-Et va mourir, n'est-ce pas ?

Cristal se fichait qu'on lui réponde ou non, ce qu'elle voulait, c'est que tout ceci ne soit qu'un mauvais rêve et qu'elle se réveille en sursaut dans sa tanière, et que Étoile Lyrique aille bien. C'était tout ce qui comptait.
Revenir en haut Aller en bas
Nuage Mortuaire

avatar

Félin Légendaire

Date d’inscription : 03/11/2013
Messages : 1834
Féminin
Puf : youtoupe / le haricot tartiné
Rang EÉF : Guerrier
Âge : 15
Multi-comptes : nuage spectral - ombre fugace - pendaison du traître - nuage mortuaire - le promeneur - crépuscule gris

MessageSujet: Re: EVENT - Il est peut-être temps de partir. [Libre au Clan]   Lun 28 Avr 2014 - 19:05





« Le meurtre est un puzzle. Je suis la pièce manquante. »



Je me fis bouculer de la chatte mourante d'un coup d'épaule. Je roula au sol et je me relevais, un regard de vengeance et de haine arborant ma face. Mes narines ne cessaient de bouger sous la colère. Je plaquai mes oreilles en arrière, maugréant. Je retroussais une de mes babines, laissant paraître mes crocs ne demandant qu'à être planté dans une chair meuble. J'avais envie d'user de ma force. J'ai trop d'énergie et de haine en moi. Il me faut la consommer sur quelqu'un.

Le stupide lieutenante était dressé face à la future guerrière du Clan des Etoiles. Clan des Etoiles. Pourquoi tous le monde y croit ? Ce ne sont que des légendes. Tous le monde va en enfer. Personne n'est plus gentille qu'une autre personne. Tous le monde est vilain, dans ce monde. Tous le monde est meurtrier. Mes griffes sortaient et rentraient. J'étais stressé et pas tranquille. Des démangeaisons parcouraient tous mon corps sans que je ne puisse en savoir la cause.

Une autre chatte stupide que j'avais blessée au par avant rejoignis ma lieutenante pour une quelconque raison. Elles se mirent d'un seul coup à porter la chatte mourante et à la déposer au promontoire. Je sortis de la tanière de la chef et dehors, la pluie tombait. Les grosses gouttelettes me firent repenser à une de mes blessures, proche de la nuque. Du sang se remirent à couler tous le long de mon épaule avant de venir s'écrouler au sol. Mes yeux verts ne savaient pas où donner de la tête. Chaque chat avaient un visage triste, malmené. Moi, j'étais normal, comme d'habitude. J'avais toujours mon sourire bête et sadique, comme d'habitude.

Je m'allongea au seuil du promontoire et je bailla. Je ne savais pas quoi faire. Juste peut-être attendre que la chatte rejoigne mon Papa, aux portes de l'enfer.




C O D A G E  P A R  @G A K I.  S U R  E P IC O D E
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: EVENT - Il est peut-être temps de partir. [Libre au Clan]   

Revenir en haut Aller en bas
 

EVENT - Il est peut-être temps de partir. [Libre au Clan]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant

 Sujets similaires

-
» EVENT - Il est peut-être temps de partir. [Libre au Clan]
» Du temps a perdre(libre)
» Oneida ? Quand viennent les peines, les mauvais temps, les peurs me reprennent et au loin j'entends le chant des sirènes, les chagrins d'antan et seule la lumière peut tromper le temps.
» [CLOS] [Mini Event] Quand on te tend un piège bien venimeux... (libre)
» Event 1, sujet 1: Une nuit aux Eyriés (libre)

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
La Guerre Des Clans :: Archives :: Les chroniques :: L’univers RPG :: Recueil des RP-