Le concept du forum se base directement sur le roman La Guerre des Clans d’Erin Hunter. LGDC Warriors dit « LW » a été fondé en 2007 par Étoile Noire, et il continue aujourd’hui de vivre grâce à ses infatigables membres toujours aussi déjantés ! Incarne un chat sauvage et rejoins l’un des quatre Clans de la forêt de Cerfblanc. À la recherche de nouvelles expériences ? Tu peux également intégrer la mystérieuse Horde dont l’ombre menaçante plane sur les Clans insouciants. Quel que soit ton choix, sois prêt à te battre pour ta tribu, chasse pour elle, rencontre les autres félins et marque de ta patte l’histoire des Clans ! LGDC Warriors est un forum RPG félins qui demande un minimum de 7 lignes par réponse. N’hésite pas à profiter également de la Chatbox et des différentes catégories hors-rp que propose le forum. Rejoins-nous vite, tu ne le regretteras pas !
LGDC Warriors
s'inscrirese connecter

Top Site
Votez toutes les 2 heures !
Nouvel évent sur LW
Suivez le fil d'actualité ICI.

Ecrire c'est lire en soi pour écrire en l'autre...♥
Invité
Invité
Jeu 10 Oct 2013 - 19:01


Petite intro ♥:
J'ai toujours aimé écrire, mais j'ai vraiment commencé à écrire cette année seulement.
J'écris pour me calmer, pour m'évader, pour me sentir libre. J'espère que mes textes vous plairont. Mais je vous préviens, il n'ont rien de très joyeux...
Sur ce, bonne lecture.


Penser, c'est finir par oublier.
Ecrire, c'est s'en souvenir à jamais.



C’était il y a un an. ♦



Un an. Cela fait un an jour pour jour que tu es parti. Sans même prendre le temps de m’avertir, tu m’as abandonnée. Tu l’as préférée à moi, et pour cela je te hais. Je t’ai ouvert mon cœur, tu t’es contenté de le briser. Je t’ai accordé ma confiance, tu m’as simplement déçu. Je ne l’avais pas vu venir celle-là. Elle est arrivée dans notre dos, tu te souviens ? Elle s’est approchée de to, et tu as lâché ma main. Elle t’a chuchoté des mots doux à l’oreille et tu l’as écouté. Enfin, elle est repartie, t’emportant dans son sillage.
Ce jour-là, en la suivant, tu as détruit mes rêves et emporté mes beaux espoirs.  Mon cœur s’est déchiré, mes larmes ont coulées, mon bonheur s’est envolé. Tu étais tout pour moi. C’est grâce à toi que je vivais, sans toi, je n’étais rien.  Comment vivre sans oxygène ni soleil. Sans toutes ces douces senteurs que la nature nous prodigue ni le contact rassurant de ta main de ta main dans la mienne. Je ne ressentais plus rien que le vide de ton absence. J’ai longtemps tenté de te suivre, de te rejoindre. Mais je manquais de force, de courage. Alors je me suis résigné à serrer tes photos sur mon cœur et à me retourner chaque fois que je croyais entendre ta voix.
Ce jour-là, j’ai ouvert les yeux, grâce à toi, mon amour. J’ai ouvert les yeux sur toi, qui n’avait pas résisté, sur elle, si imprévisible te fourbe et sur moi, si naïve et chétive. J’ai aussi vu la vie tout à fait différemment. D’abord comme un lieu obscur et sans pitié, puis comme une corde parfois effilée. Où les chutes sont courantes mais où les pires sont mortelles.
Oui, ce jour-là, quand j’ai accouru dans ta chambre stérile. La peur au ventre et les larmes aux yeux, je t’ai trouvé froid, allongé, les yeux clos à jamais. Je suis arrivé, mais elle était déjà là. Je t’ai pris la main te suppliant de rester, et tu l’as suivie. Et comme chacun sait, ce que la Mort prend, jamais elle ne vous le rend.



Attente. ♦



Papa ? Papa où es-tu ? Papa, j’ai peur. Papa, j’ai froid, je suffoque. Tu m’avais promis que tu serais rentré pour les vendanges. Que nous pourrions ensemble récolter le raisin sous l’éclat chatoyant des feuilles mortes de l’automne. Que tu m’apprendrais à chasser et que nous irions tous les deux, au cœur de la nuit pour observer les étoiles. Mais les vendanges sont passées, mes feuilles sont tombées, les nuages et le ciel gris sont arrivés, mais toi, tu n’es pas rentré.
Tout le monde à la maison se demande ce que tu fais. Maman pleure tous les soirs en attendant de tes nouvelles. Jeanne est trop petite pour comprendre ce qui se passe, mais cela ne l’empêche pas de t’appeler et de te chercher dans toute la maison. Ma gorge se serre. J’essaie de rester forte Papa, mais là, c’est trop Papa, je craque. Pourquoi tu ne nous écris pas ? La voisine, elle, elle a reçu une lettre de son mari. Mes larmes inondent mes joues et je ne peux pas les retenir. Tu nous abandonnes Papa ? Non, s’il te plait Papa ! Je t’aime. Maman t’aime. Et je suis sure que Jeanne, même si elle est trop jeune pour te le dire t’aime aussi.
On sonne à la porte. C’est un officier. Un homme qui comme toi se bat pour la France. Il tient une lettre dans la main. Une lettre de toi ? Je reprends espoir et sèche mes larmes. Maman ouvre. L’officier lui tend la lettre, la mine grave. Maman observe la lettre, lève la tête observe l’officier puis re-regarde la lettre. Ses mains tremblent, je le vois d’ici. L’officier pose une main compatissante sur son épaule puis se détourne et s’en va. Enfin, Maman éclate en sanglot.

Papa es-tu ... ?



Silence. ♦



J’ai toujours voulu être télépathe. Pouvoir communiquer sans avoir à ouvrir la bouche. Pouvoir entrer dans la tête d’un autre, pouvoir connaitre la moindre parcelle de son âme, pouvoir le comprendre, pouvoir l’aimer.
Ce n’est qu’avec toi que j’avais réussi. Il me suffisait d’un regard pour connaître ton humeur. D’un regard  pour éclate de rire. D’un regard pour fondre en larmes. D’un regard pour t’aimer.
Notre relation était basée sur ce silence et ses regards. Ce n’était ni le mien, ni le tien, c’était notre silence, le plus beau des silences, le plus enveloppant, le plus rassurant. Allongés dans l’herbe, main dans la main, nous écoutions ce silence, nous nous comprenions et nous aimions sans même nous interpeller. Je connaissais tout de toi. Tes qualité et tes défauts, tes plus grands désirs et le moindre de tes petits secrets, tes joies et tes déceptions, tes plaisirs et tes problèmes. Tu en connaissais tout autant de moi, ce qui nous rendait indissociables, indispensables.
Nous étions aussi complémentaires. J’avais peur de tout, tu n’avais peur de rien. Tu te plaignais tout le temps, je ne disais jamais rien. Et lorsque tu étais malade, j’étais là pour te soigner. Lorsque j’allais mal, tu étais là pour me protéger. Enfin quand tu broyais du noir, j’éclairais tes journées comme tu te plaisais  à éclairer les miennes. Nous vivions  dans ce silence. Un silence plein de couleurs et plein d’amour. Pas un silence comme celui-là, que j’entends à présent la tête sur ta poitrine immobile. Celui-là est gris. Celui-là est pale. Celui-là je ne pourrais jamais plus le comprendre, jamais plus l’aimer. Celui-là a été frappé par la mort.  


Il y a. ♦

Il y a cette pluie qui s’abat sur mon passage.
Il y a ce sentiment qui m’oppresse la poitrine.
Il y a ces sourires qui éclairaient ton visage.
Il y a ce silence qui m’entoure et m’opprime.

Il y a ces larmes qui tracent des sillons sur mes joues.
Il y a cette horloge qui semble vouloir accélérer le temps.
Il y a cette expression concentrée dans vos yeux.
Il y a ces flashs de toi pale et malade.
Il y a ce grattement de stylo sur le papier.
Il y a ton dernier sourire qui ressurgit dans ma mémoire.
Il y a  ces rires provenant de la forêt.
Il y a moi seule et perdue sans toi.
Il y a cette brise, si froide.
Il y a cet amour que je t’ai tant porté.


Inspiré du poème de Guillaume Apollinaire.



Je voudrais juste. ♦



Je voudrais que ce soit réel, que ce soit plus que des mots en l’air. Je voudrais que tu m’aimes comme je t’aime. Que tu me respectes et m’admires. J’aimerais seulement que tu m’embrasses, que tu me prennes dans tes bras. Que tu me serres quand je vais mal, que tu me réchauffe quand j’ai froid, que tu m’éclaire quand il fait noir et me protège quand j’ai peur. J’aimerais t’entendre dire que je suis belle et que tu me préfères à elle. Je ne te demande pourtant pas la lune, je te demande juste un « Je t’aime ».
Comme tu le lui dis à elle et me le disais avant. Mais maintenant, c’est différent, tu me regardes avec dédain, comme si je n’étais plus rien. Tu n’as d’yeux que pour elle, elle qui est belle elle que tu aimes. Comme tu m’as tant aimé avant.
J’espère enfin, qu’un jour tu regretteras et t’excuseras. Que tu la délaisseras et reviendras. Je ne pourrais que te pardonner et tout recommenceras.  



Je m'en vais.♦

Je m’en vais. J’ai mis longtemps à me décider à vous l’annoncer. C’est compliquer à expliquer et surement très dur à entendre mais je ne donnerais plus de nouvelles. Je pars seule, sans laisser d’adresse. Je ne veux pas que vous me suiviez ou que vous tentiez de me rejoindre. C’est mon choix. Le mien. Pas le vôtre.
Si j’en ai décidé ainsi ce n’est pas à cause de vous. Mais à cause de cette vie. Cette vie horrible pleine de cruauté, d’indifférence. Je pars. Dans un lieu bien mieux que celui-ci, plus calme, plus accueillant.
Ce lieu je n’ai aucun mal à l’imaginer. Vous le verrez surement autrement mais pour moi il est blanc, d’un blanc pacifique, reposant, plein de douceur et d’amour. Il est magnifique. Tout simplement parfait.
D’ici, je ne regretterais que vous. Mais soyez sans craintes, je ne serais jamais bien loin. Je veillerais sur vous autant que vous avez veillés sur moi. Adieu. Je vous aime sachez-le.
Pour finir je vous remercie pour tout ce que vous m’avez apporté. A présent, il est temps. Je quitte ce monde vers un autre meilleur. Je me noie dans cette eau, si pur, si silencieuse sans esquisser un seul geste. Il me suffit à présent d’attendre que la mort vienne me chercher et m’emporte vers ce monde où je serais heureuse.


Merci de ne pas plagier.
avatar
Invité
Invité
Jeu 10 Oct 2013 - 19:25
J'aime beaucoup, vraiment. Je sais, je te l'ai déjà dit. Peut être que tu devrais juste plus soigner la mise en page ♥ Ah, oui, et j'aime pas quand y'a un signe de chaque coté des titres, 1 d'un coté, ça suffit xD

• Il est beau. Ce doit être mon préféré. Mais relis toi --"

• Je l'aime aussi, mais il y a trop de répétitions sur le mot "Papa". Et à la fin, à la place de "Papa, es-tu..." j'aurais mis : "Papa, où es-tu ?" même si on comprend que tu as deviné.

• Le dernier, je l'aime moins. Mais il est beau quand même.

Tu devrais mettre ton poème, l'est beau. *w*
avatar
Invité
Invité
Jeu 10 Oct 2013 - 19:53
Coucou ♥

Pour la mise en page je prend ça pour une demande de m'aider ! Je t'attend ♥
Alors, pour les fautes d'orthographe, je suis désolé mais j'ai vraiment un soucis là dessus je vais essayer de m'améliorer mais je ne vous promet rien.
Les répétitions du mot Papa sont faites exprès.


J'ai rajouté le poème et un texte :3
avatar
Invité
Invité
Jeu 10 Oct 2013 - 21:06
J'aime beaucoup, c'est très émouvant, tu écris drôlement bien.

Ca me donne presque envie d'écrire sur des choses que j'ai vécu, ce que je ne fais jamais. En tout cas, tu as beaucoup de courage pour écrire sur des souvenirs aussi douloureux :3 Continue à écrire c'est magnifique :3
avatar
Invité
Invité
Ven 11 Oct 2013 - 17:51
Merci beaucoup pour tout ces compliments.

Cependant mes textes sont inventés de toutes pièce : je ne les ai jamais vécu.
Mais le fait que tu pense que ce soit le cas prouve que j'arrive à bien transmettre les sentiments au travers de mes textes.

Si tu te met à l'écriture envoie moi tes textes ♥ J'ai hâte de les lires.
avatar
Sunny ☼ « I wanna lie on a bed of clouds to be near the sun. »
Sunny ☼ « I wanna lie on a bed of clouds to be near the sun. »Voir le profil de l'utilisateur
Ven 11 Oct 2013 - 18:26
J'aime énormément <3

Surtout le texte sur Papa. Je trouve que la reprise anaphorique met en valeur ce mot, c'est en même temps son le rôle de cette figure de style. C'est le texte qui m'a le plus touché, émue.
avatar
Date d’inscription : 22/12/2011
Messages : 4242
Féminin
Puf : Sunny || Failariel
Âge : 20
Multi-comptes : Empereur des Séraphins (vent) - Écaille du Caïman (ombre)
Invité
Invité
Ven 11 Oct 2013 - 18:33
Merci beaucoup ♥
avatar
Invité
Invité
Ven 11 Oct 2013 - 19:00
MAGNIFIQUE♥♥♥♥PRODIGIEUX♥♥♥♥
avatar
Invité
Invité
Ven 11 Oct 2013 - 22:30
Merci ♥
avatar
Invité
Invité
Sam 12 Oct 2013 - 17:43
Tu les as mis (l)
Oui mais j'trouve que y'en a trop, des répétitions :v:
avatar
Invité
Invité
Sam 12 Oct 2013 - 21:48
Pour les répétitions encore uune fois c'est fait exprès mais prend ton commentaire en compte ♥

Oui je l'ai mis ♥
avatar
Invité
Invité
Dim 13 Oct 2013 - 16:16
On devrait faire un livre à toute les deux...
avatar
Invité
Invité
Dim 13 Oct 2013 - 17:51
Magnifique texte, j'adore, j'ai était absorbée et pour te dire j'ai vraiment crue que tu avais écris ce texte sur du vécue, c'est fou ce que tu a bien écrit *o* ♥
avatar
Invité
Invité
Dim 13 Oct 2013 - 18:03
Lily :
Ahahaha, oui ♥

Dove :
Merci :)
avatar
Invité
Invité
Dim 10 Nov 2013 - 20:08
+1 texte ♥
avatar
Contenu sponsorisé
Ecrire c'est lire en soi pour écrire en l'autre...♥
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum

Sauter vers: