Nous avons un nouveau guérisseur du clan de l'Ombre. Viens l'acclamer ici!

BON ANNIVERSAIRE LW Viens là.
Nos nouveaux modérateurs pour l'été par là.

Recrutement de juges EÉF en cours ici.

Partagez | 
 

 Les souvenirs sont tes faiblesses. Que la force soit avec toi, jeune Padawan |Feat Padawan Québécoise|

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Garden

avatar

Félin Légendaire

Date d’inscription : 22/04/2012
Messages : 2071
Féminin
Puf : Teny || (T)Edderkopp || Raptor Jésus || MKHXARZYIFKTZ
Rang EÉF : Vétéran
Âge : 17
Multi-comptes : Garden. - Enchantement des Anges. - Mélancolie des Oiseaux. - Nuage de Renard. - Valse des Papillons.

MessageSujet: Les souvenirs sont tes faiblesses. Que la force soit avec toi, jeune Padawan |Feat Padawan Québécoise|   Mer 17 Juil 2013 - 15:33

|Avant de lire le rp, je te conseille de lire Ceci|

<< Les souvenirs sont tes faiblesses. Que la force soit avec toi, Jeune Padawan >>
Feat Padawan Québécoise alias Nuage de Tigre.


Marineslaments



Bateaux placés en A1, C3, E5.
La partie commence. Joueur 1 joue en premier.
Bateau en H8 ?

Il fait tout noir, c'est étrange. J'entend tout sans entendre, je vois tout mais en ne voyant rien. Je sens tout, de la légère brise sur mon pelage à la tempête qui se développe autour de moi. Une impression, voilà de quoi il relève. Je ne puis me résoudre à fermer les yeux, à chaque fois il revient, il me hante. Je parle de CE jour. Celui qui a fait ma fierté autant que mon désespoir. Celui qui a fait discrètement couler mes larmes, enfermée dans ma solitude. Je m'en souviens comme si c'était hier. Cette journée est gravée en moi, marquant la fin de mon innocence comme le  début de ma triste indépendance. Comme je m'en rappelle, j'ai eu du mal à me lever, j'ai tout essayé, mais pas moyen. Ce jour là j'ai essayé le réveil brutal et j'ai même failli tomber en me lavant. Quelle espèce de pas douée je fais donc. Erreur. Quoi que cela fut le meilleur moment de ma journée, un peu comique. C'est le plus gai, ce n'est que le début. Un jour à rester couchée, voilà ce qu'il en était, auprès de ce qu'il me restait de ma famille, mon frère et ma soeur, Nuage Boréal et Nuage d'Aurore. Ils me sont tellement chers que je pense que si on me demandait de les décrire je pourrais trouver tout les adjectifs possibles et inimaginables.
Raté.
Bateau en A1 ?

Je regarde le mince filet d'eau qui s'écoule de la fontaine. Il coule encore et encore. Rien de passionnant, pourtant, cette eau hypnotise, au point de brouiller mes pensées. Pourquoi? Je n'en ai pas la réponse moi même, inutile de chercher au plus profond de moi, la même réponse m'y attend. Je me couche, comme soudain fatiguée. Je sens mes yeux se fermer, je sais qu'il est inutile de lutter. Mais je me demande ce qu'il est entrain de m'arriver.

Touché.
Bateau en B3 ?

Les choses changent, les gens changent, le temps court, ralentit, s'arrête, repart, recule, avance, au gré de ses sautes d'humeur. On ne peut que le subir, se taire et avancer. Le sable qui coule dans le sablier agit sur notre espérance de survie, sur notre espoir, on accepte et tout cela va encore plus vite. C'est un cercle vicieux dont nous sommes prisonniers du début à la fin. Quelque part, si nous subissons, c'est que tout cela est vivable. Serais-ce pour ça que certains chats désirent en finir avec la vie ? Quel étrange idée. Nous pouvons détester la personne que nous devenons, mais au point de s'enlever le plus précieux cadeau que la nature nous ai donné. Ce n'est que ma perception du monde, aussi idiote ou insensée soit elle, je pense que si nous sommes là avant tout pour occuper une place qui nous est destinée. Rien de plus, rien de moins. Chacun se fait sa propre idée du monde, de ce que nous pouvons y trouver, à partir de quelques souvenirs ou d'un néant. Pour cela, je n'ai qu'une question à poser. Pourquoi ?

Raté
Bateau en C3 ?


Oui toute ma famille a grandi entre-temps. Cela en est fini de Nuage d'Aurore, Nuage Boréal et Nuage des Mers. La première a prit comme nom de guerrière Aurore Septentrionale mais a fini par passer Alpha sous le nom de Spectre d'Aurore. Le deuxième devient Crépuscule Boréal, chancelier. Trop de changement. Que suis-je devenue moi ? Que reste t'il de la silencieuse Nuage des Mers ? Rien du nom, sauf un synonyme.  Complaintes Marines, un nom qui me plaisait, certes, mais devenir chaman était loin d'être mon ambition. Je voulais devenir... En fait, qu'est-ce que je voulais devenir ? Je ne me suis jamais posée la question
.

Touché.
Bateau en G3 ?

Je suis dans un grand noir. J'entends des gouttes d'au s'écraser au sol d'un rythme régulier. Puis de nouveau le silence. Le son des gouttes d'eau revient accompagné d'un bruissement, le bruissement des feuilles, puis fuit rejoins par le crépitement d'un feu. S'en suivit le silence. Les 4 éléments. L'Eau, l'Air, le Feu et la Terre. Mais que signifiais tout ceci? Puis je fut assaillie d'odeurs, toutes différentes. L'odeur de la maladie, mais aussi celle des plantes, et du sang. Puis une forte lumière m'aveugla, m'empêchant à nouveau de penser.

Raté
Bateau en E5 ?

Pendant mon long monologue intérieur, j'étais sortie devant le buisson épineux. Je sentais un regard posé sur moi, mais sincèrement je m'en fichais. Je savais que quelqu'un m'observait, caché ou non caché. Je sens un faible vent secouer mon pelage. Je lève les yeux vers les cieux, contemple les étoiles et me demande si parfois la Tribu des Incubes n'a pas raison de m'avoir choisie. Après tout, cela ne peut pas être une coïncidence. Un long soupir s'échappe alors de ma gorge. Je me demande ce que cela peut bien faire d'être différent. Je veux dire, pas de se sentir différent, mais de l'être vraiment, comme mis à l'écart. Il faudrait que je demande à quelqu'un qui aurait la réponse. Oh, mais que je suis stupide, c'est moi la chamane, celle qui est sensée tout savoir. Bon, on ne va pas repartir, encore, dans de longues pensées intérieures inutiles. Je fixe l'ombre, aux aguets. Je sais que l'inconnu est là, j'en suis sûre.

- Allez, montre toi ...

Touché. Coulé.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité

avatar

Invité


MessageSujet: Re: Les souvenirs sont tes faiblesses. Que la force soit avec toi, jeune Padawan |Feat Padawan Québécoise|   Mer 17 Juil 2013 - 18:17


Les souvenirs sont tes faiblesses. Que la force soit avec toi jeune Padawan.  


 

A shot in the dark
A past lost in space
And where do I start
The past and the chase
You want to be gone


Étrange sensation d’avoir déjà été ici. La même sensation, le même froid dans le dos. Chaque nuit, chaque minute, chaque seconde, il te hante. Le même spectacle, la même scène répétée depuis de longues lunes. Celui qui, à chaque fois, revient dans ta conscience, erre comme un esprit perdu dans la nuit. Celui qui chaque fois devrait te faire crier, te faire hurler de rage. Le seul qui défait chaque fois ta fierté d’être ici, qui te fait réfléchir sur ta raison de vivre. Parce que chaque fois, tu te maudis d’être incapable d’émettre le moindre son, cette malédiction qui a toujours pesé sur toi comme une fourmi qu’on écrase sous une feuille. Tu es impuissant, admet-le. Admet que tu ne pourras  jamais changer la personne que tu es et que tu devras te résigner à être inférieur toute ta vie. Tu l’as toujours été, comprends-le.



I could lift you up
I could show you what you want to see
and take you where you want to be
You could be my luck
Even if the sky is falling down
I know that we'll be safe and sound


Il y a l’arbre, là-bas. Maman et papa savent qu’il ne tardera pas à tomber, pourquoi ne viennent-ils pas avec nous ? Petit Été dort déjà, alors que notre vie est en jeu. Elle est égoïste de se couper du moment présent pour se sauver d’une tâche. Je regarde la pluie tomber, le vent balancer les arbres. C’est si beau, et si affreux. Les arbres n’ont rien fait pour mériter cela. Personne n’a rien fait pour mériter ce que la tempête leur fait subir. La tête entre les pattes, impuissant, je regarde le spectacle, mon père qui défie l’orage. J’aimerais pouvoir lui dire que ce n’est pas prudent, mais je ne sais pas comment. Je redresse les oreilles, inquiet par un craquement sourd. Et je le vois. L’arbre qui commence à s’effondrer vers nous. Alarmé, j’essaye de crier « Maman, l’arbre! ». Mais non, je dû rester impuissant devant l’acte de mort de ma propre mère.


Where'd you go?
I miss you so,
Seems like it's been forever,
That you've been gone,
Please come back home...


Elle est certainement devenue apprentie, à cet âge, alors que toi, tu l’es depuis deux lunes. À condition qu’elle soit encore vivante, et ce, encore dans un clan. Peut-être aurait-elle rejoint les bipèdes, ou restée avec son père. Mais pourquoi t’en inquiètes-tu, sincèrement ? C’était ta sœur, oui, mais qu’a-t-elle fait pour toi ? Elle ne voulait rien faire du tout, autant jouer que parler. Elle se contentait de dormir et d’écouter, comme si elle savait que quelque chose de différent vous attendais. Comme si elle pouvait deviner que vous seriez séparés plus tard. Et pourquoi ne te l’aurait-elle pas dit ? Elle avait le don de la parole, elle. Ton père aurait aussi pu t’expliquer, car tu étais le seul touché par cette malédiction. Le seul puni pour un acte non-fait. Mais au fond, ils ne te manquent pas. Tu les as même quittés pour avoir la chance d’être ici. Tu ne veux pas être pareil aux autres, un clan banal parmi les autres. C’est ici l’occasion de prouver que tu n’es pas si inférieur. En tant que novice du Clan de l’Apothéose,  le novice du Chancelier. Autrement dit, un honneur particulier. En fait, c’est peut-être la seule raison pourquoi tu es connu. Les autres se moquent de ton handicap, mais tu aimerais bien les voir à ta place. Juste un instant, pour qu’ils comprennent ce que cela implique.





When your dreams all fail
And the ones we hail
Are the worst of all
And the blood's run stale
I want to hide the truth
I want to shelter you
But with the beast inside
There's nowhere we can hide


Ce n’est pas comme ça que j’aurais aimé me réveiller. J’aurais préféré ce simple cauchemar, qui serait parti ensuite. Même hantant, même affreux, il restait un rêve. La journée aurait été banale comme toutes les autres, et la nuit aurait recommencée. Éveillé ou endormi, cela restait le même scénario. J’ouvre les yeux sur la nuit noire, tremblant de peur ou parcouru de frissons. Que faire quand rien ne peut enlever les remords ? Quand avoir beau même se répéter qu’ils ont pardonnés, le cauchemar ne part pas ? C’est parce qu’il n’est pas pardonné, et il ne le sera jamais. C’est simple, non ? J’étais tant habitué à ce songe que me réveiller à une place inhabituelle me semblait tout à fait normal. Presque chaque nuit, je me réveillais ailleurs que sur ma mousse. Mais c’était la première fois que je me réveillais hors de la tanière, l’oreille déchirée par ce qui devait être un buisson de ronce. Avais-je repassé la scène de la bataille de Guépard Vif et un guerrier du Clan ?



Toujours tant de questions,
Que sera demain,
J’ai tout mon temps à quoi bon
Choisir un chemin,
On nous a appris très tôt,
Chacun son parcours.


Je l’observais, docilement. Elle savait que j’étais là, et je n’attendais que son accord pour avancer.  Immédiatement, elle ne savait pas qui j’étais. Donc, jusqu’à maintenant, je paraissais normal. Attendez simplement qu’elle me demande une réponse, je paraîtrai timide, incapable de parler. Et là, comment lui expliquer que je ne pouvais pas? C’était la même chose chaque fois. Je passais pour un chaton faible et inférieur, encore. Et si l’un d’eux se moquait, je serais encore obligé de passer mon chemin, avec le puissant besoin de le frapper d’un bon coup de griffes. Mis à l’écart, encore. Toujours. Et si un jour je trouvais quelqu’un qui ne me jugerais pas, qui saurait que je l’écoute même si je ne peux pas parler. Qui n’aurait pas besoin de mots pour se faire consoler. Si seulement, oui.

- Allez, montre toi ...

Et voilà, c’est reparti pour un tour. J’aurai encore l’air stupide, et cette oreille déchiquetée n’aidait en rien. Moi qui prenais soin de mon pelage … Las, je me levai lourdement et me dirigeai près de la jeune chatte. Assis près d’elle, je pu noter son pelage légèrement plus claire que le sable, une teinte ivoire couronnée par deux beaux yeux bleus tombant sur le gris. Le cobalt de mes yeux ne faisait pas le poids devant cette couleur. On aurait pu voir la pluie tomber sous un ciel azur dans ses yeux. La seule chose que je pu faire, c’est de pointer mon oreille du bout de ma queue puis regarder vers le buisson de ronce qui m’avait servi d’oreiller. Comment avoir l’air plus stupide qu'en essayant d'expliquer ce qu'on fait levé en plein milieu de la nuit alors qu'on ne peut pas parler ?
Revenir en haut Aller en bas
Garden

avatar

Félin Légendaire

Date d’inscription : 22/04/2012
Messages : 2071
Féminin
Puf : Teny || (T)Edderkopp || Raptor Jésus || MKHXARZYIFKTZ
Rang EÉF : Vétéran
Âge : 17
Multi-comptes : Garden. - Enchantement des Anges. - Mélancolie des Oiseaux. - Nuage de Renard. - Valse des Papillons.

MessageSujet: Re: Les souvenirs sont tes faiblesses. Que la force soit avec toi, jeune Padawan |Feat Padawan Québécoise|   Jeu 18 Juil 2013 - 3:05


<< Les souvenirs sont tes faiblesses. Que la force soit avec toi, Jeune Padawan >>
Feat Padawan Québécoise alias Nuage de Tigre.


Marineslaments

Blue - Gemini

Cause you're lost in front of me
I'm true, I'm losing you
Cause you're lost in front of me
I'm true, I'm losing you

Je regarda mon alpha faire de grands yeux. Peut être ne me croyait t-il pas? Il me demanda la propriété de la Tanaisie. Je n'eus pas même besoin d'une once d'hésitation pour répondre à cette question. Les mots venaient d'eux même sans que j'ai besoin de réfléchir. Je ne sus pas de suite ce qui m'arrivais. Je dus attendre le coucher du soleil pour savoir. Oui, mon alpha se dressait à présent sur l'estrade. Mais comment allait-il commencer?
And you know it's over,
When you're gonna break down
Take everything and live for the moment,
It's only gonna bring you down tonight

Tu t'approches de moi, un air las collé sur son visage, ses pas lourds de regret, comme si il regrettait de s'être levé, et d'avoir été repéré. Assis près de moi, je sens ton regard qui glisse le long de tout mon pelage, pour me détailler, cette phase d'une rencontre que je hais tellement. Tu remarques mon pelage à la couleur de l'ivoire pendant que je te regarde. Je sais qui tu es, j'ai entendu parler de toi, notamment pour une chose dont tu souffres énormément. Tu es muet cher jeune chat. Ce sens complètement rayé de ton corps te complexe. Je le sais, je le sens. Tu as peur des regards des autres, peur d'être mis à l'écart, peur de paraître stupide. Tu pointas ton oreille du bout de ta queue et fixas quelque chose du regard. Tu cherchais à me dire quelque chose, du mieux que tu pouvais. Si j'ai bien  compris ce que tu cherchais à me démonter, tu t'es réveillé car l'endroit où tu t'étais installé n'était pas confortable et du coup, impossible de te rendormir. Un sourire fendit mes lèvres. Je toucha mon dos du bout de la queue avant de désigner du menton l'abri de fortune que je m'étais construit. C'est-à-dire, rien. 


When your locked up in my blue,
It's true I love you
When your locked up in my blue,
It's true I love you


- Chats de l’Apothéose, je vous appelle à la réunion.

Lorsqu'il prononça ces mots, tout le monde arriva, pour ne pas dire accourra. Ils voulaient tous savoir la raison de notre rassemblement. Moi j'attendais, depuis un bon moment même, en ayant l'impression que le soleil ne se coucherais jamais. Je remarqua ma soeur, son pelage lustré, pas loin de moi.

- Il est temps. Boule d’Aurore, ton nouveau nom sera Nuage d’Aurore. Tu étudieras l’art du combat aux côtés de Lune d’Émeraude, dit-il en se tournant vers la concernée. Sache lui enseigner les qualités d’un membre de l’Apothéose.

J'étais heureuse pour ma soeur, mais inquiète pour moi. Ces deux sentiments se bousculaient en moi. Tout le monde commença à retourner à ses occupations. Une part de moi me disait de se taire et l'autre me disait d'hurler ma détresse. Heureusement je n'en fit rien, lorsque mon alpha repris la parole, pour une raison que j'ignorais, je frissonna.

- Je n’ai pas terminé –ils se détournèrent— nous accueillons un nouvel envoyé des Incubes. Nuage des Mers sera désormais notre chaman sous le nom de Complaintes Marines.


And you know it's over,
When you're gonna break down,
Take everything and live for the moment
It's only gonna bring you down
Bring you down
Bring you down

Oui, j'aurais pu lui parler normalement, comme tous les gens civilisés. Non, pour rien au monde je ne l'aurais fait. Il est différent, dans son regard, dans ses gestes. Dans sa manière de vouloir communiquer avec moi. La langue des signes est universelle et complexe. Il faut juste un peu de bonne volonté pour l'apprendre et pour se faire comprendre. Le premier qui ose me dire que on ne le comprend pas, je l'encastre dans un arbre, j'en fais la promesse.Toujours un sourire bête sur les lèvres, je tente de me présenter, avec les gestes qui me semblent bons. Je désigne des plantes pour lui faire comprendre que je suis chaman. Puis, je le pointe du museau, l'invitant à se présenter à moi, toujours ce même et imbécile rictus sur le visage.

When I'm lost I'll come to you,
So blue, I'm feeling you,
When I'm lost I'll come to you,
I'm blue, I feel you

Chaman. Ce mot résonnait dans mon esprit. Moi, Nuage des Mers, Chaman. Par ailleurs, ce n'était plus Nuage des Mers, mais Complaintes Marines. Je me demandais comment mon alpha avait deviné que ce nom me plaisait. Cela faisait un bon moment qu'il me trottait dans la tête, lui aussi. Enfin l'assemblée se dissipa, et, un faible sourir aux lèvres, je regarda le soleil se coucher.

And you know it's alright,
When you're gonna bring down,
Take everything and live for the moment
It's only gonna bring you down
Bring you down
Bring you down
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité

avatar

Invité


MessageSujet: Re: Les souvenirs sont tes faiblesses. Que la force soit avec toi, jeune Padawan |Feat Padawan Québécoise|   Dim 21 Juil 2013 - 18:04


Les souvenirs sont tes faiblesses. Que la force soit avec toi jeune Padawan.  


 




Tu sors en courant de la tanière improvisée, en pleurant toutes les larmes que contient ton petit corps. La vie est injuste, ce n’est pas faux. Elle a enlevé la vie à ta mère, défait l’espoir d’avoir cette personne à tes côtés. Elle t’a arrachée quelqu’un qui t’aurait aimé corps et être, qui aurait donné n’importe quoi pour te faire retrouver tes sens. L’air était asphyxiante, pleine de cruauté alors qu’un de ses habitants mourrait. La nature avait enlevé quelque chose de trop cher. Elle avait ruiné ta vie plus qu’elle n’aurait dû l’être. Ton père criait, bousculait l’arbre de toutes ses forces pour tasser celui qui avait enlevé la vie à sa compagne. Et toi tu restais là, affolé de remords et de regrets. Rien n’aurait pu faire éviter cela, mais toi, tu croyais dur comme fer que c’était de ta faute. De la tienne, et seulement la tienne.



You with the sad eyes
Don't be discouraged
Oh I realize
It's hard to take courage
In a world full of people
You can lose sight of it all
And darkness still inside you
Make you feel so small


Elle avait compris. Compris ce que j’avais, compris qui j’étais. Elle avait simplement admis ce que personne d’autres n’osait assumer. Le monde fuyait, pensant que c’était contagieux. Ils pensent tous la même chose. En fait ils sont pareils, tous chignards et insensibles. Ils sont comme l’orage qui avait tué ma mère : froids, étouffants, cruels. Mais pas elle ; elle avait l’air différente, rejetée. Elle me ressemblait sur ce seul point, c’était déjà mieux que de se retrouver devant un parfait inconnu. Mais elle en restait une chatte sur laquelle je ne savais rien. Mais son sourire se fit chaleureux. Il réchauffa mon cœur, aussi doucement qu’une brise chaude qui caresse ton pelage l’automne. Il n’y avait point de sarcasme dans façon de s’exprimer : elle ne voulait pas me faire sentir exclu en me parlant normalement. Elle me présenta l’endroit où elle dormait, un espèce d’abri pas de toit. En fait, ce n’était qu’un tas de mousse pour se coucher. Où allait-elle pour dormir lorsqu’il pleuvait ?  La tête penchée, une étincelle de sympathie et de curiosité dans le regard. Elle me montrait des plantes, et un déclic se fit dans ma tête. C’était notre chaman. Complaintes Marines, enfin, de mémoire et de ce qu’elle me présentait. Puis, elle me pointa du museau ? Me présenter, alors. Comment te montrer mon nom, comment te dire quelque chose que je ne peux pas communiquer ? J’ai appris, au fil du temps. De gestes simples, qui décrivent amplement mon nom. À ma taille, on devinait facilement que j’étais apprenti, à mon apparence l’animal, et à mon rang …  Et bien, si je n’étais pas apprenti-chaman, que suis-je alors ? Un novice tout simplement.



Shining' through
I see your true colors
And that's why I love you
So don't be afraid to let them show
Your true colors
True colors are beautiful,
Like a rainbow.


Car c’était passé. Ton père regardait fixement ta mère, vous laissant à votre propre sort. Tu consolais ta sœur alors que tu n’avais le goût que de te faire réconforter. Que veux-tu, c’est plus fort que toi. Laisser passer les autres qui en ont plus besoin avant toi. En ce moment, rien d’autre ne comptait plus que de réconforter ta sœur. Tu la cajolais, lui faisais des léchouilles affectueuses sur le front tout en gardant un œil sur ton géniteur. Maintenant, tu savais de qui Petit Été avait hérité de son égoïsme. Et ton père payerait de cela un jour. Pour avoir laissé ta sœur – sa propre fille – seule avec son frère comme seul réconfort. Alors qu’il pleurait sur ses lauriers, deux chatons étaient en détresse. Mais où était l’adulte responsable ? Ta sœur ne semblait pas s’en préoccuper. Il revient vers vous, les yeux pleins de colère.
«On part. »






Show me a smile then,
Don't be unhappy,
Can't remember when I last saw you laughing
If this world makes you crazy
And you've taken all you can bear
You can call me up
Because you know I'll be there


La lune éclairait le camp. On aurait même dit qu’elle brillait plus fort pour nous. Était-ce les Incubes qui nous pointait, ou la pointait ? C’était eux qui l’avaient choisi, en bref. Comment étais-ce que de ne pas être comme les autres d’une autre façon ? Je connaissais très bien ce sentiment, mais en était-il pareil pour elle ? La détresse, la haine ni rien de tout ça n’apparaissait point dans ses yeux. Il n’y avait que de la sincérité et … de la confusion. Peut-être qu’elle se demandait pourquoi elle et pas un autre, qu’est-ce qui la rendait si spéciale. Je la regardai et tentait –peut-être en vain- de lui demander comment elle trouvait son métier. De le détailler comme certains décrivent le ciel, comme certains imaginent la vie autre part. Comment était sa vie, comment elle la vivait. Mais en mots, cette fois. Autrement, la vie était une notion abstraite, un rêve trouble qu’il fallait comprendre. Il ne suffit que de volonté et de soutien pour arriver au but. Seulement … Avait-elle ces deux éléments pour comprendre la sienne ?





And I see your true colors
Shining through
I see your true colors
And that's why I love you
So don't be afraid to let them show
Your true colors,
True colors, are beautiful,
Like a rainbow



Revenir en haut Aller en bas
Garden

avatar

Félin Légendaire

Date d’inscription : 22/04/2012
Messages : 2071
Féminin
Puf : Teny || (T)Edderkopp || Raptor Jésus || MKHXARZYIFKTZ
Rang EÉF : Vétéran
Âge : 17
Multi-comptes : Garden. - Enchantement des Anges. - Mélancolie des Oiseaux. - Nuage de Renard. - Valse des Papillons.

MessageSujet: Re: Les souvenirs sont tes faiblesses. Que la force soit avec toi, jeune Padawan |Feat Padawan Québécoise|   Dim 28 Juil 2013 - 17:32


<< Les souvenirs sont tes faiblesses. Que la force soit avec toi, Jeune Padawan >>
Feat Padawan Québécoise alias Nuage de Tigre.


Marineslaments



Who Owns My Heart - Miley Cyrus

Creation shows me what to do
I'm dancing on the floor with you
And when you touch my hand
I go crazy, yeah

Tout est allé très vite. Pouf, tu as 10 lunes. Pas le temps d'aimer, de chérir. Pas le temps de réfléchir à ses actes. Pas le temps de regretter. Pas le temps d'anticiper. Pouf, tu as 15 lunes. Le temps court, encore et encore. Le changement est amorcé. Ton apprentie fait son arrivée dans ta vie, signe que tu te fais vieille pour une chamane. La mort arrive, à 15 lunes ? Pas le temps de te poser des questions, malgré ton ennui apparent. Il faut faire bonne figure, sage et intelligente. Comme tu as envie de leur faire manger leurs plaintes récurrentes. Toi tu émet des complaintes que personne n'entend. Allez, avance ma grande, il est temps. Pouf, tu as 20 lunes.


The music tells me what to feel
I like you now, but is it real ?
By the time we say goodnight
I'll know if this is right

Un nouvel éclat dans ses yeux te fis comprendre qu'il avait compris. Complaintes Marines, c'est bien ton nom. Pourquoi tu lui parles comme ça toi ? La parole c'est bien. Le silence c'est mieux, ton nom s'y prête, les conditions également. Seul, le bruit des feuilles soufflées par le vent résonne dans ton esprit. Inconsciament, tu fermes les yeux. Pas pour mettre fin à votre communication, mais au contraire pour la savourer. Ne pas entendre les membres de ton clan pousser des cris qu'on appelle paroles. Le vent ébouriffe maintenant lentement ton pelage, sous forme de petits souffles irréguliers. Tu souris, tu vois des étoiles dans tes yeux fermés, comme une illusion d'optique. Alors tu les rouvres, contrant ton esprit qui désirait les garder fermés. Ton esprit se fout de toi, impossible de dormir durant de longues minutes amenant à de longues heures ayant précédé ta sortie dans le camp. Un air frais vient secouer ton pelage plus insistant, tu frissones, mais tu restes le regard face au buisson. La brise insiste, toujours plus glaçante, te poussant vers ton camarade. Tu tournes ton regard, mais le vent ne te balaye que toi, comme une vulgaire ordure de bipède emmenée là. Il souffle, toujours plus fort. Autour de toi, plus rien ne bouge, le temps s'est purement et simplement, arrêté.
And I feel you
Coming through my veins
Am I into you?
Or is the music to blame ?

Tu en as fais du chemin ma vieille. 20 lunes. 20 lunes d'interdiction. 20 lunes que tu te prives de chaque pêché capital que tu croises. L'amour, c'est ce qu'il te manque. Mais tu résistes, encore et toujours. Tu le dois, tu le crois. Ce sont tes seules convictions, tes seuls repères dans ce monde peuplé de trahisons, de déceptions. Tu te forces à obéir aux règles. Mais Qui, au grand Qui osera remettre en question des obligations fixées depuis des millénaires ? La réponse est sous tes yeux. Toi. Mais es-tu seule dans ton cas ? Y aurait-il d'autres personnes semblables à toi. Oui, bien sûr que oui. Les "guérisseurs" des clans, eux, sont comme toi. En rencontrer un ? Oui c'est une bonne idée. Trouve mon amie, trouve.


Who owns my heart ?
Is it love or is it art ?
'Cause the way you got your body moving
It's got me confused, and I can't tell if it's the beat or sparks

Arrêté. Comment ça "arrêté'' ? Oui, rien ne bouge. Les feuilles sont figées, alors qu'elles étaient agitées à l'instant d'avant. Les arbres sont devenus grisonnants, comme si ils furent à présent de pierre. L'herbe est noire, comme brulée.
Ploc, Plic.
La personne se trouvant à tes côtés a disparue. Tu es seule, éternellement seule. Tu vois une flaque d'eau, les gouttes coulent, tombant de nul part. Observe mieux jeune chatte. Oui, les gouttes remonttent vers nul part, c'est déjà plus correct. Des ombres se profilent à l'horison, déjà le matin ? Te serais-tu endormie, puis réveillée ? C'est probable. Un feuille... bouge ? Se lève, et marche même vers toi. Tu clignes des yeux. Est-ce réel ? Est-ce possible ? Tu recules, du moins tu essayes, mais tu restes clouée au sol. La feuille te regarde et part en fumée. Tu as la bouche grande ouverte. Tu secoues la tête. Tu rêves éveillée mon amie. Les ombres se rapprochent elles t'encerclent. Tu ne les vois pas. Ils rigolent tous, ils se moquent de toi. Tu es ridicule ma pauvre amie, tout simplement ridicule, regarde, même eux ils rigolent. Tu n'as que tes yeux pour pleurer, tu es pitoyable, tu t'écrase au sol, tu te fais mal, idiote. Qui te soignera ? Surement pas ton apprentie ingrate. Mais, un seul te regarde et sourit. Il va t'aider, lui. Tu t'approches, son sourire s'élargit. Tu le reconnais aisément, mais cela te surprend. Serais-ce ...
Who owns my heart ?
Is it love or is it art ?
You know, I wanna believe that we're a masterpiece
But sometimes it's hard to tell in the dark
Who owns my heart ?

Oui, trouve. Tu sembles avoir une idée en tête, mais, est-ce vraiment le cas ? Te souviendrais-tu de quelqu'un en particulier mon enfant ? Exactement, tu as raison. Cette personne est la bonne pour te guider, tu le sens, ton instinct ne te trompe jamais. Il ne manque plus qu'à trouver le moyen d'entrer en contact. Après, le tour sera joué. Enfin, je l'espère. Et toi, qu'en penses-tu

The room is full, but all I see
Is the way your eyes just blaze through me
Like fire in the dark
We're like living art

Crépuscule Boréal ? Ton frère ? Est-ce possible, une fois de plus ? Étrangement, il fait noir, tout noir. Autour de toi, tout a disparu. Tu sens ton corps, tu es allongée, visiblement sur le sol. Tu remue une patte, elle te fait horriblement mal, elle craque même. Sous ta tête, quelque chose de confortable. Un oreiller de mousse ? Non, un oreiller ne bouge pas. Attend. Depuis quand un objet, ça bouge ? Et depuis quand un oreiller ça a des poils ? Tu ouvres légèrement un oeil. La lumière du jour te brûle l'oeil mais pourtant tu ouvres l'autre, tu es bien dans la position que tu pensais. Ton oreiller se trouve en fait être Nuage du Tigre, le jeune apprenti d'hier soir. Alors, tu as rêvé ? De ton frère et de tout ? Tiens justement le voilà. Mais quel est ce regard bizarre qu'il te lance. Où est le problème de dormir sur un mâle en tant que chaman en plein jour quand le camp grouille d'activi... Brusquement tu te relèves. Tu es gênée, tu sens son regard sur toi. Alors, tu optes pour un tactique de défense.

- C'est pas moi j'ai rien fais je me suis endormie et il s'est mis sous moi. Et puis tu sais quoi tu m'embête avec tes questions. AH MAIS ARRÊTE DE ME REGARDER.


Après ce long discourt, tu partis en courant en criant "Arrête, Arrête, Arrête", dans un élan de paranoïa, mais qui t'as sorti d'affaire plus facilement que tu ne le pensais.

And it hits me
Like a tidal wave
Are you feeling me ?
Or is the music to blame ?
Oiseau d'Hiver ?



|Désolée pour la fin, ça part en cacahuète, mais j'ai pas trouvé mieux. J'ajoute que j'ai la permission de Plopii alias Crépuscule Boréal de faire apparaître son personnage dans mon rp (:

RP réellement fini le Dimanche 8 Septembre à 1h33|


Dernière édition par Complaintes Marines. le Dim 8 Sep 2013 - 1:50, édité 10 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Quintessence d'Absinthe

avatar

Félin Célèbre

Date d’inscription : 21/06/2013
Messages : 985
Féminin
Puf : M
Âge : 18
Multi-comptes : Elyseum & Diaprure de l'Hespérie

MessageSujet: Re: Les souvenirs sont tes faiblesses. Que la force soit avec toi, jeune Padawan |Feat Padawan Québécoise|   Mar 27 Aoû 2013 - 20:26

|| UP ? (: ||
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Garden

avatar

Félin Légendaire

Date d’inscription : 22/04/2012
Messages : 2071
Féminin
Puf : Teny || (T)Edderkopp || Raptor Jésus || MKHXARZYIFKTZ
Rang EÉF : Vétéran
Âge : 17
Multi-comptes : Garden. - Enchantement des Anges. - Mélancolie des Oiseaux. - Nuage de Renard. - Valse des Papillons.

MessageSujet: Re: Les souvenirs sont tes faiblesses. Que la force soit avec toi, jeune Padawan |Feat Padawan Québécoise|   Jeu 29 Aoû 2013 - 13:08

|j'ai édité très recemment, laisse moi le temps s'il te plait|
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Les souvenirs sont tes faiblesses. Que la force soit avec toi, jeune Padawan |Feat Padawan Québécoise|   

Revenir en haut Aller en bas
 

Les souvenirs sont tes faiblesses. Que la force soit avec toi, jeune Padawan |Feat Padawan Québécoise|

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Les souvenirs sont tes faiblesses. Que la force soit avec toi, jeune Padawan |Feat Padawan Québécoise|
» Citations de vos films préférés.
» [BIZUTAGE] QUE LA FORCE SOIT AVEC TOI !
» [Abandonné]Les souvenirs sont gravés dans la roche, les sentiments aussi. (avec Milly)
» Ça faisait longtemps... [Pv Barrane]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
La Guerre Des Clans :: Archives :: Les chroniques :: L’univers RPG :: Recueil des RP-