recensement fermé
Bientôt plus d'informations sur les résultats!

Recrutement de juges EÉF en cours ici.

Fin Halloween! Il est temps de retrouver vos pseudos habituels :)
Annonces

Partagez | 
 

 [HISTOIRE] Solstice d'Hiver

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Mistie 11avatar
Invité

MessageSujet: [HISTOIRE] Solstice d'Hiver    Dim 13 Nov 2011 - 13:14

J'avais envie de coloriser, donc j'ai coloriser le personnage, du petit texte que j'avais fait rapidement. Enjoy ♫

Solstice d'Hiver


J’ouvris les yeux pour la première fois de ma vie. Une forte lumière venant des cieux m’aveugla et me força à cligner des yeux verts plusieurs fois avant de m’habituer à la lumière qui était le soleil. J’ouvris une minuscule mâchoire, baillant, et dévoilant de petits crocs. Je toussai. Fixant mon regard sombre sur le paysage, j’observais avec bonheur la vie future devant moi. Des arbres immenses aux feuilles vertes et dorées. De jeunes buissons poussant ici et la épargnait le sol de sa nudité de l’hiver. L’herbe commençait à pousser mais étaient encore trop courte pour voiler la terre. Un cri retentit soudain. Je tournais la tête et vis une chatte noire brumeuse plutôt grande, aux grandes pattes et au pelage lisse, aux yeux verts, accourir vers moi. Celle-ci se coucha près de moi et de sa queue, m’entraîna dans sa fourrure étouffante. Elle souffla avant de murmurer :
« Mon petit chaton .. »
Je compris alors qu’elle était ma mère. Je sentis son souffle chaud sur mon pelage argenté aux quelques taches noires. Je baillai de nouveau. Le doux pelage de ma mère me donna envie de dormir et je me reposai sur son flanc. Mes yeux verts se fermèrent doucement et je respirai lentement. Et bientôt, le sommeil m’enveloppa comme le vent sur la plaine et je plongeai dans les rêves de chatons.

« Brume Illusoire, tu ne peux pas l’abandonner au Clan ! »
J’entendis des paroles non loin de moi. Je bougeai, me rendant compte que ma mère n’était plus à mes cotés. J’ouvris mes yeux et regardai autour de moi. Les feuilles des arbres me saluèrent en dansant sous la douce brise. J’essayai de me lever, sans succès. J’aperçus finalement ma mère, toujours habillé de son pelage noir brumeux. Elle était en compagnie d’un autre chat, une femelle couleur sable au pelage long. Ses longues pattes musclées la tenaient fermement au sol, malgré son corps fin. C’était elle qui avait prononcée ses paroles. Procédant par logique malgré mon age, je devinai alors que ma mère s’appelait Brume Illusoire. Quel magnifique nom.
« Rivière Sauvage .. Tu sais bien que je n’ai pas le choix .. » murmura Brume Illusoire.
Je sentis de la profonde tristesse envahir tout le corps de ma mère. Sa voix était brisée par les larmes coulant de ses yeux verts. Elle se tourna alors vers moi pour m’observais en silence. Celle dénommé Rivière Sauvage fit de même. Je voulais demander ce qui se passait. Pourquoi ma mère était aussi triste ? Brume Illusoire détacha finalement son regard de moi et murmura à la chatte rousse :
« Occupes toi bien de Petit Hiver .. »
Petit Hiver .. C’était donc cela mon nom. Un merveilleux nom. Je me rappelai de toutes les histoires que ma mère m’avait racontées alors que je n’avais pas encore ouvert les yeux. Les histoires sur ce Clan de chats, réunis pour survivre, chasser ensemble et défendre leurs territoires. Une famille unie. Puis un détail attira son attention. Sa mère avait dit ‘Occupes toi bien’. Qu’est ce que ça voulait dire ? Elle ne serrait pas la pour s’occuper de son chaton ? Était-ce normal pour un chat de ‘Clan’ ? Je miaulai, appelant ma mère, qui se retourna pour me lancer un regard désolé. Elle se tourna vers les arbres et sans un mot elle partit en courant. Mais je sus que le désespoir l’avait déjà envahit. Rivière Sauvage la regarda partit ses yeux bleus plein de tristesse. Puis la chatte s’approcha de moi et me prit entre ses crocs et m’emporta dans la direction opposée. Mon cœur se brisa. J’appelai ma mère alors que de petites larmes envahirent mes magnifiques yeux verts.


Je suis à présent Nuage Hivernal. Je suis un apprenti du Clan de chats dont ma mère m’avait parlé. Je me souviendrais toujours d’elle. Cela fait maintenant six lunes que Brume Illusoire est partit et je me suis malgré tout, intégré a ce Clan. Il se fait appelé le Clan de l’Ombre. Ses territoires se situent dans les marécages d’une vaste foret. Alors que Rivière Sauvage, ma mère adoptif a présent, m’avait apporté à ce Clan, ce dernier m’avait rejeté. Mais j’endurais les conséquences, sans rien savoir ni demander en retour. Et finalement, les autres chatons s’étaient mis, petit a petit, a joué avec moi. Ils étaient tous très sympathiques. Rapidement, un chaton tigré aux yeux jaunes du même age que moi, nommé Petit Requiem, devint mon meilleur ami. Nous fûmes nommés apprentis en même temps, par le Chef du Clan, un matou blanc, au nom d'Étoile Brisée. Je fus nommé Nuage Hivernal et mon ami, Nuage de Requiem. Comme les chats du Clan le faisaient toujours, nous eûmes un mentor, un chat chargé de nous entraîner pour que devenions des guerriers du Clan, capable de chasser et de se battre. J’eus pour mentor une femelle tigré grande sur pattes, très musclé. Tempête des Cieux. J’apprenais de nombreuses choses au cours de mon apprentissage. J’appris qu’il y avait plusieurs Clans dans cette vaste foret. J’appris comment chasser la souris, le campagnol, l’écureuil et autres proies délicieuses. Je goutai pour la première fois a la viande fraîchement attrapé. Je m’entraînais avec les autres apprentis, tous pressés de devenir guerriers. Mon sourire ne se défaisait jamais, mais au fond de mon cœur, je souffrais affreusement. Chaque nuit je revoyais dans mes rêves cette scène, la scène du départ de ma mère. Et je pleurais à chaudes larmes. La douleur revenait toujours en moi, ne m’abandonnant jamais, même pas un instant. Mais je ne le montrait pas a mes camarades. A quoi bon ? Mais je me doutais que les vétérans voyaient au fond de moi, car ils me regardaient toujours d’un air désolé.
J’avançai doucement, mes yeux verts fixés sur ma proie, un jeune campagnol dodu. Mon ventre poilu frôlait le sol couvert de feuilles jaunes, rouges ou marron. Le rongeur ne se doutait de rien, et continuait a grignoté l’herbe. Le murmure des arbres lui soufflait le danger par le jeune campagnol était bien trop jeune pour le comprendre. Il remua ses moustaches avec contentement. C’est alors je pliai mes pattes arrières et je bondis, fendant l’air. La proie leva sa tête, alerté, mais ne put rien faire. Il se mit à courir dans un dernier espoir, en vain. Mes griffes s’enfoncèrent dans sa chair et il tomba, mort. Content de moi, je me levai et pris ma prise entre mes crocs blancs. Je souris quand mon mentor, Tempête des Cieux sortit de l’ombre et m’annonça :
« Belle prise. Je pense que tu es prêt à devenir guerrier. »
Une joie m’envahit en un instant. Le bonheur coula dans mes veines, mon sang. Mais cette joie disparut bientôt, remplacé par la tristesse, en pensant a ce que ma mère aurait pu me dire, fièrement. Elle aurait sourit tendrement et aurait miauler : ‘Je suis fière de toi. Je suis sur que tu seras bien plus que guerrier.’ Et j’aurais sourit. Mais non. Au lieu de ça, je pourrais pleurer dans un coin sombre, imaginant le sourire de Brume Illusoire. Mon mentor tigré semblait voir ma tristesse et me lança un regard de dessolement. Tout le monde semblait désolé pour moi. Et eux alors ? Ils avaient bien des problèmes .. Tout le monde a des problèmes .. Chassant ces pensées, je me dirigeai, dans les marécages, vers le Camp de l’Ombre. Entrant dans le camp, le bruit sourd de mes pattes qui touchaient le sol moue, s’évanouit sous les sons familiers du Clan. Nuage de Requiem m’aperçut et accourut jusqu'à moi, le sourire épanoui sur son visage. Je devinai que son mentor venait de lui faire la même appréciation que le mien.
« Je vais être nommé guerrier ! » s’écria-t-il comme je le croyais.
Je souris et répondis que moi aussi. Et à ce moment même, Étoile Brisée monta sur le promontoire, en un bond, et appela une assemblé de Clan. Je me dirigeai vers le Chef suivit de la plupart des chats du Clan. Même les chatons arrêtèrent leurs jeux pour regarder le Meneur du Clan de l’Ombre.
« Nuage de Requiem, Nuage Hivernal, avancez-vous. »
Ça y est. Je vais être nommé guerrier du Clan ! pensai-je. Je jetai un coup d’œil a Rivière Sauvage, qui me regardais fièrement, puis a mon ami, avant d’obéir a Étoile Brisée et de m’approchai.
« Moi, Étoile Brisée, Chef du Clan de l’Ombre, j'en appelle a nos ancêtres pour qu'ils se penchent sur ces apprentis. Ils se sont entraînés dur pour comprendre les lois de la vie de Clan. Ils sont maintenant dignes de devenir chasseurs à leur tour. » miaula fortement et clairement le matou blanc.
Il se pencha vers moi et Nuage de Requiem, avant de demander :
« Nuage Hivernal, Nuage de Requiem, promettez-vous de respecter la vie du Clan, de protéger et de défendre votre Clan, même au péril de vos vies ? »
Moi et mon camarade tigré hochèrent la tête.
« Alors, par les pouvoirs qui me sont conférés par le Clan, je vous donne vos noms de guerriers : Nuage de Requiem, à partir de maintenant, tu seras Sombre Requiem. Et Nuage Hivernal, tu te nommeras Solstice d’Hiver. Nos ancêtres rendront hommage à votre bravoure, et nous vous accueillons en tant que guerriers a part entière. »


Solstice d’Hiver. Je le répétai un bon nombre de fois pour y croire. Mais alors que je savourai mon batheme de guerrier, que je remarquai un détail dans ma sombre histoire. Cela me choqua tellement, que j’en oubliai toute ma joie. Alors que je me posais tellement de questions, j’avais sauté celle-la. Oubliant la raison, je me dirigeai rapidement vers Rivière Sauvage, la chatte rousse qui m’avait ‘adopté’. Me plaçant devant elle, qui avait un air confus de me voir, je sortis directement et sans attendre :
« Qui est mon père !? »
Je fixai ses yeux bleus sans les lâcher, peut être de peur qu’elle ne me réponde pas. Mais bien au contraire, ma mère adoptive soupira tristement et répondit :
« Je savais bien que cela te passerais par la tête un jour ou un autre. » Elle se leva. « Suis moi. »
La chatte rousse s’étira rapidement avant de se dirigée vers la sortie du Camp. Je la suivis, me posant tellement de questions dans mon petit esprit que je ne voyais même plus où l’on se dirigeait. Bientôt, et heureusement, je repris ma conscience et je regardai autour de moi, Grâce aux marquages des frontières et aux odeurs, je sus que nous étions près de la bordure du Clan du Vent. Je regardai alors mes pattes pleines de boue des marécages, et les arbres sifflèrent de me concentrer sur Rivière Sauvage. J’obéis à la nature, comme la plupart le font, car les feuilles et les arbres ne soufflent jamais de mauvais conseils. J’observais les yeux bleus de la guerrière sable, essayant de deviner ses sentiments et pensées. Mais elle les avait enfouit au fond d’elle-même. Et finalement elle parla :
« Ton père s’appelle Brouillard Ténébreux. Il fait partit du Clan du Vent. »
Et mon cœur se brisa pour la deuxième fois de ma vie. Le vent qui faisait danser mon pelage avec les feuilles dorées des arbres s’arrêta d’un coup sec. Une des premières choses que l’on apprenait dans notre apprentissage, c’était les relations entre Clans. Interdites. Ma mère avait ‘trahit’ le Clan de l’Ombre et s’était enfuit me laissant comme proie a ses actes. Une larme coula de mes yeux verts, qui par le temps des souffrances avaient perdu leur éclat émeraude pour devenir grisâtre. Je soufflai avant de me retourner et de m’enfuir. Comme ma mère, comme un lâche. Non ! Je n’étais pas comme cela, et je ne le serrais jamais. Toute ma vie j'affrontais la tristesse, le désespoir, le mauvais regard des autres. Aurait-ce servit a rien ? Mes pattes grises, qui éclaboussaient la boue marécageuse autour de moi, s’arrêtèrent net, freinant et glissant dans la substance glueuse. Je laissai tomber ma tête et soudain je le relevai. Mais mes yeux n’avait plus cette teinte grisâtre de tristesse. La détermination avait remplacé mon désespoir. Cela ne servait a rien de m’isoler sur mon pauvre sort inchangeable. J’allais changer ma vie. J’irais rencontrer mon père !

Oui, Solstice d’Hiver,
A partir de ce moment tu changeras ta vie pour toujours ..

Mes pattes se retournèrent dans la boue. Oui ! J’allais montrer aux chats qui me méprisaient tant ! Mes griffes se plantèrent dans la terre et je m’élançai dans les marécages, mon museau me guidant vers les territoires du Clan de mon père. Arrivé aux frontières de mes territoires, mon pelage gris aux taches noires était couvert de terre. Mais ça n’avait pas d’importance. Je humai l’air, déterminé et repérai une patrouille de guerriers du Clan du Vent approcher. Mes coussinets et mes pattes voulaient avancer, faire un pas de plus vers mon père, mon destin, mais mon esprit me disait le contraire. Un sentiment d’inquiétudes m’envahit. Que devais-je faire. Mais je ne pus pas réfléchir plus à la question. La patrouille arriva et me fixa avec un regard de mépris et hostilité.
« Qui es-tu et que veux tu chat du Clan de l’Ombre ? » demanda d’un ton méfiant un robuste mâle roux tigré.
« Je dois parler avec Brouillard Ténébreux. »
Les chats de la patrouille se regardèrent, confus. C’est alors qu’un guerrier gris argenté aux yeux noirs comme la nuit sombre aux enfers s’avança et miaula fortement :
« Pourquoi veux-tu parler avec moi ? »
C’était donc lui mon père. Il était magnifique. Je compris presque tout de suite le choix de ma mère. Mais il semblait hostile comme les autres. Je n’aimais pas le regard du Clan du Vent. Ils ne savaient pas pour ma naissance non ? C’est alors qu’un apprenti noir, qui semblait très prétentieux s’approcha des bordures et répliqua :
« Nous t’avons poser une question. Pourquoi veux-tu parler avec le Lieutenant du Vent ? »
Le Lieutenant ! Brouillard Ténébreux était le Lieutenant du Clan du Vent. Mon père était un Lieutenant. Je cachai mon émerveillement. Mais avant que je ne pus répondre, mon père me devança pour s’adresser a l’apprenti :
« Tu n’as pas à répondre Nuage Crépusculaire ! »
« Mais père .. »
Ma joie disparut dans ses paroles prononcées. Non .. Nuage Crépusculaire, l’apprenti prétentieux .. ne pouvais pas être mon frère. C’était impossible ! Non .. Si Brouillard Ténébreux aimait Brume Illusoire, ma mère, il n’aurait pas eu un autre fils .. Du désespoir envahit mon corps. Mon père lança un regard noir a son fils qui se tut et se fit tout petit. Le guerrier gris argenté posa a nouveau son regard sur moi. Je n’en pouvais plus. Je lançai alors, me hâtant :
« Je suis le fils de Brume Illusoire. Je suis ton fils .. »
Mon père me fixa de ses yeux noirs, perplexe. Puis une haine insurmontable monta en lui. Je le sentis. Je reculai de peur.
« Non .. » murmura-t-il d’un ton enragé.
Me Lieutenant sombre était enragé, ses yeux reflétaient les flammes de l’enfer. Sa respiration était bruyante. Ses pattes arrières se plièrent doucement et soudain il bondit sur moi. Ignorant qu’il franchisait les frontières, il se jeta littéralement sur moi. Je restai la, figée de peur et d’horreur, ne pouvant bouger. Mon père sortit ses griffes et les planta dans mon dos. Je gémis de douleur et roulai a terre. Me relevant rapidement, j’observai Brouillard Ténébreux. Il allait m’attaquer mais je ne pouvais faire de mal a mon père .. Ce dernier montra des crocs et sans attendre bondit de nouveau. J’esquivai rapidement son attaque mais déjà, il se retourna, prit appuie sur la terre dur et se jeta sur mon flanc, me poussant a terre violemment. Mon père s’approcha en un éclair et me plaqua a terre d’une patte musclé et ferme. Ce ne fut pas le grand coup de vent brusque qui me fit frissonné et fit crié les feuilles au désespoir, contrairement a ceux que les chats penseront lorsqu’ils raconteront cette histoire. Ce fut une force bien plus puissante que le vent, ou le combat. Plus puissante que la vie ou la mort. J’essayai de me libérer de la prise de mon père mais ce dernier était bien trop robuste. Je fixai ses yeux noirs en rage. La patrouille du Clan du Vent observait avec attention la scène, et mon demi-frère, Nuage Crépusculaire s’était avancé pour mieux voir.
« Je ne suis PAS ton père. » cracha le Lieutenant, « Je ne tuerais pas mon fils si c’était le cas. »
La peur m’ensevelit. Qu’est ça voulait dire ? Les feuilles hurlèrent de nouveau, le vent fouettant mon pelage gris aux taches noires. Mais je n’eus pas de le temps de penser a ceci. J’observai avec horreur la patte de mon père se levait. Il me sourit d’un sourire diabolique avant de l’abattre sur ma nuque.

Ses griffes pénétrèrent dans ma chair. La douleur m’envahit d’un coup. Je voulais hurler mais je n’avais plus assez de forces pour le faire. Mon sang coula en abondance de mon cou. Bientôt du sang monta jusqu'à ma bouche m’empêchant de respirer. J’essayai en vain d’avaler de grandes bouchées d’air. Mon ventre montait et descendait faiblement et difficilement. Je sentais la fin tout proche. De mes yeux qui n’étaient plus qu’une lueur grise, je posai mon dernier regard de vivant sur mon meurtrier. Mon père. Puis je fermai les yeux à tout jamais et je laissai ma tête tomber au sol dans un bruit sourd et une flaque de sang.

Je regardais le paysage en dessous de moi. Les plaines du Clan du Vent, la brise faisant vibrer les arbres, et la scène de combat. La patrouille regardait son Lieutenant avec respect. Ce dernier lécha le sang de ses griffes avant de repasser de son coté des bordures. Et puis moi. Je m’observais. J’étais allongé a terre, une marque mortel a ma nuque. Du sang trempé mon pelage argenté qui devenait rouge sombre. Ma tête allongé sur le sol, les yeux fermés, du sang coulant encore de mes crocs. Et une énorme flaque de rouge autour de moi. Comme si je me baignais dans du liquide rouge. Regardant au-dessus de moi pour cacher la vue de ma mort, je vis des nuages. Et je compris que je montai au ciel. Il me semblait que les nuages reflétaient le visage de ma mère, toujours aussi jeune et belle, me souriant. Je souris d’un triste sourire. Je montais vers les nuages. Je ne descendais pas ! Tous m’avaient méprisé tout au long de ma courte vie jusqu'à mon dernier souffle. Mais les nuages, non. Les nuages me comprenaient. Les nuages ne m’avaient pas envoyé sous la terre sombre et froide. Et je souris vraiment pour la première fois. Je ne pouvais pas dire ‘première fois de ma vie’, mais ce n’était pas grave. Le bonheur parcourra tout mon corps et tous mes sentiments de misère, de désespoir, de tristesse de ma pauvre vie s’évanouirent.

C’est la fin d’une vie triste de misère,
Et le commencement d’une vie merveilleuse parmi les nuages et les étoiles.
Revenir en haut Aller en bas
Invitéavatar
Invité

MessageSujet: Re: [HISTOIRE] Solstice d'Hiver    Lun 5 Déc 2011 - 18:25

J'ai vraiment aimée et je voudrais que tu m'envois un mp pour que l'ont puisse mieus se connaitre.

alors a très bientot
Revenir en haut Aller en bas
Invitéavatar
Invité

MessageSujet: Re: [HISTOIRE] Solstice d'Hiver    Lun 5 Déc 2011 - 21:29

    Griffes Pourpres, tu n'as pas le droit de poster ailleurs que dans les questions & dans ta présentation tant que tu n'es pas validé(e).

    Sinon, j'aime vraiment beaucoup. Malgré quelques fautes d'orthographe & de temps sur lesquelles je ne m'attarderais pas, ta nouvelle est vraiment bien écrite et très émouvante, bien que triste. Bravo, continue sur cette voie-là. =)
Revenir en haut Aller en bas
Invitéavatar
Invité

MessageSujet: Re: [HISTOIRE] Solstice d'Hiver    Mar 6 Déc 2011 - 6:40

Merci a vous deux, c'est tres gentil ^^.

Oui, pour les fautes d'orthographes, je viens de relire le dernier paragraphe. Confondre un participe passé et un imparfait en 4e *meurs*
Parfois, les fautes sont aussi a cause de mon clavier anglais qui ne fait pas toutes sortes d'accents.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé

MessageSujet: Re: [HISTOIRE] Solstice d'Hiver    

Revenir en haut Aller en bas
 
[HISTOIRE] Solstice d'Hiver
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Les royaumes de Borée
» Yule, solstice d'hiver
» Pages d'histoire des hommes et des femmes d'Haiti et leurs épisodes
» Page d'histoire: Tiresias Augustin Simon Sam, president.
» Petite histoire aux grandes aventures :D

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
La Guerre Des Clans :: Archives :: Les chroniques :: Flood :: Œuvres d’artistes :: Histoires & Poésies-
Sauter vers: